Fin des travaux d’un séminaire international sur les changements politiques et sécuritaires en Afrique du Nord

Afriquinfos Editeur 4 Vues
3 Min de Lecture

Initié conjointement par le Parlement du Maroc et l'Assemblée Parlementaire de l'OTAN, avec le soutien du gouvernement suisse, ce séminaire, dont les travaux se sont déroulés durant trois jours à huis-clos, s'inscrit dans le cadre du programme Rose-Roth. Il a connu la participation d'un aréopage de députés et conseillers parlementaires, des responsables de l'OTAN, des experts, des académiciens et des chercheurs marocains et étrangers, notamment des pays de la région de l'Afrique du Nord et du Moyen Orient (MENA).

A l'issue des travaux, les participants ont plaidé en faveur de la promotion de l'action conjointe et le raffermissement des partenariats pour faire face aux menaces sécuritaires dans la région MENA. Ils ont rappelé que les pays de la région, abstraction faite de leurs spécificités, sont confrontés à des défis communs liés, entre autres, à la menace terroriste, la recrudescence du crime organisé et à la montée de l'extrémisme politique et idéologique.

S'exprimant à cette occasion, Hugh Bayley, président de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN, a dressé un bilan succinct de la situation politique et socio-économique dans la région MENA.

Dirk Brengelmann, secrétaire général adjoint pour les affaires politiques et la politique de sécurité de l'OTAN, a estimé que face aux changements survenus dans plusieurs pays de la région, l'OTAN ne peut rester indifférent.

Pour sa part, le président de la Chambre des Représentants (1ère Chambre) du Parlement marocain, Karim Ghellab, a plaidé en faveur de la conjugaison des efforts des pays du nord et du sud, notamment ceux riverains de la Méditerranée et de l'océan atlantique afin que cet espace géostratégique important demeure une zone de paix, de sécurité, de stabilité et de développement durable équilibré.

De son côté, le président de la Chambre des Conseillers (2e chambre) du Parlement marocain, Mohamed Cheikh Biadillah, a affirmé que les pays de l'Afrique du Nord, de par leur position géostratégique de trait d'union entre l'Afrique et l'Europe et eu égard aux défis qu'ils se doivent de relever dans leur combat contre les organisations terroristes et les réseaux criminels, sont appelés plus que jamais à coordonner leurs efforts et à unifier leurs visions pour plus d'efficacité dans ce domaine.