Afrique du Nord
13 janvier 2020

L’intensification de la crise au Sahara occidental préoccupe les Nations-Unies

New York (© 2020 Afriquinfos)-Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, est préoccupé par l’augmentation des tensions au Sahara occidental […]

31 décembre 2019 Autres

Démarrage du Dakar 2020 en Arabie Saoudite le 5 janvier sur fond de polémique

Ryad (© 2019 Afriquinfos)- Plus que quelques jours et les dunes de sable du désert saoudien accueilleront les bolides et autres […]

Lire la suite »
5 décembre 2019 Autres

Tiger Woods décline un tournoi en Arabie Saoudite malgré un gros chèque

Ryad (© 2019 Afriquinfos)-  L’ancien n°1 mondial de Golf ne se rendra pas en Arabie Saoudite en janvier prochain pour […]

Lire la suite »
26 novembre 2019 Autres

Evènements sportifs internationaux : l’Arabie Saoudite fait son trou

Ryad (© 2019 Afriquinfos)– Les autorités saoudiennes ont investi des millions de dollars ces dernières années pour être au-devant d’évènements […]

Lire la suite »
10 octobre 2019 Afrique du Nord

Rallye du Maroc : le pilote sud-africain Giniel de Villiers remporte l’édition 2019

Ifrane (© 2019 Afriquinfos)- Vainqueur de la dernière étape du Rallye du Maroc, Giniel de Villiers remporte la compétition devant […]

Lire la suite »
17 septembre 2019 Afrique du Nord

Fernando Alonzo sur le départ du Rallye du Maroc en octobre

Rabat (© 2019 Afriquinfos)- Le double champion du monde de Formule 1, Fernando Alonzo participera au Rallye du Maroc en […]

Lire la suite »
18 mars 2014 Maroc

Rallye Maroc Classic : Le Paris-Dakar marocain

CASABLANCA (© 2014 Afriquinfos) – C’est la 21e édition de ce rallye qui a débuté dimanche à Casablanca et de nombreuses nouveautés sont au programme.

Lire la suite »
8 janvier 2014 Autres

Mauritanie : Passage du Rallye Africa Eco Race

NOUAKCHOTT (Xinhua) – Quelque 369 concurrents de la sixième édition du Rallye Africa Eco Race sont arrivés dans la nuit de lundi à mardi à Chami (nord de Nouakchott), a-t-on appris de source officielle.

Lire la suite »
5 septembre 2013 Autres

Le Botswana bientôt membre à part entière de l’Organisation mondiale des sports

GABORONE (Xinhua) – Le Botswana est à une phase très avancée du traitement de sa demande d’adhésion à part entière à la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA), organisation mondiale des sports automobiles.

Lire la suite »
12 janvier 2013 Autres

La ministre française des Sports déplore le décès de Thomas Bourginlors du Rallye Dakar

PARIS (Xinhua) – La ministre française des Sports Valérie Fourneyron a déploré le décès de Thomas Bourgin, motard français qui a trouvé la mort dans un accident lors du Rallye Dakar, a-t-on appris samedi d’un communiqué du ministère français des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative.

Lire la suite »

Le Rallye Dakar est un raid annuel organisé par l’Organisation sportive d’Amaury. La plupart des événements depuis le début en 1978 se sont déroulés de Paris, en France, à Dakar, au Sénégal, mais en raison des menaces à la sécurité en Mauritanie, qui ont conduit à l’annulation du rallye de 2008, des événements de 2009 à 2019 ont eu lieu en Amérique du Sud. L’édition 2020 se tient en Arabie saoudite. Le rallye est ouvert aux participants amateurs et professionnels, les amateurs représentant généralement environ quatre-vingt pour cent des participants.

Rallye Dakar est un événement d’endurance hors route. Le terrain traversé par les concurrents est beaucoup plus difficile que celui utilisé en rallye conventionnel, et les véhicules utilisés sont de vrais véhicules tout-terrain plutôt que des véhicules routiers modifiés. La plupart des sections spéciales compétitives sont hors route, traversant des dunes, de la boue, de l’herbe à chameau, des rochers et de l’erg, entre autres. Les distances de chaque étape parcourue varient de courtes distances jusqu’à 800–900 kilomètres (500–560 mi) par jour.

Histoire  de Rallye Dakar 

Rallye Dakar a commencé en décembre 1977, un an après que Thierry Sabine se soit perdu dans le désert du Ténéré alors qu’il participait au rallye Abidjan-Nice et avait décidé que le désert serait un bon emplacement pour un rallye régulier. 182 véhicules ont pris le départ du rallye inaugural à Paris, dont 74 ont survécu au voyage de 10000 kilomètres (6200 mi) vers la capitale sénégalaise de Dakar. Cyril Neveu a la distinction d’être le premier vainqueur de l’événement, sur une moto Yamaha. L’événement a rapidement gagné en popularité, avec 216 véhicules prenant le départ en 1980 et 291 en 1981. Neveu remporte l’événement pour la deuxième fois en 1980, Hubert Auriol remportant les honneurs en 1981 pour BMW. À ce stade, le rallye avait déjà commencé à attirer la participation de noms célèbres venus d’ailleurs dans le sport automobile, tels que Henri Pescarolo et Jacky Ickx.

En 1982, il y avait 382 coureurs, soit plus du double du nombre qui avait pris le départ en 1979. Neveu a remporté l’épreuve pour la troisième fois en 1982, cette fois sur une moto Honda, tandis que la victoire dans la catégorie automobile est revenue aux frères Marreau, au volant d’une Renault 20 privée, dont les exploits de flibustiers semblaient parfaitement refléter l’esprit des premières années du rallye. Auriol a remporté sa deuxième victoire dans la catégorie des motos en 1983, la première année où le constructeur japonais Mitsubishi participait au rallye, créant une association qui durerait jusqu’en 2009.

À la demande du vainqueur de la catégorie automobile de 1983 Jacky Ickx, Porsche est entré sur le Dakar en 1984, avec un nombre total d’inscriptions à 427. La marque allemande a remporté l’épreuve lors de leur première tentative grâce à René Metge, qui avait déjà remporté dans la catégorie des voitures en 1981, tandis qu’Ickx a terminé sixième. Gaston Rahier a quant à lui poursuivi le succès de BMW dans la catégorie moto avec des victoires consécutives en 1984 et 1985, année de la première victoire de Mitsubishi de 12 dans la catégorie voiture, Patrick Zaniroli prenant le butin. L’événement de 1986, remporté par Metge et Neveu, a été entaché par la mort du fondateur de l’événement, Sabine, dans un accident d’hélicoptère, son père Gilbert prenant en charge l’organisation du rallye.

Domination de Peugeot et Citroën

Rallye Dakar de 1987 a marqué le début d’une ère de participation officielle accrue des usines dans la catégorie des voitures, lorsque le constructeur français Peugeot est arrivé et a remporté l’épreuve avec l’ancien champion du monde des rallyes Ari Vatanen. L’événement de 1987 a également été marqué par un duel acharné entre Neveu et Auriol dans la catégorie moto, le premier remportant sa cinquième victoire après qu’Auriol a été contraint d’abandonner le rallye après s’être cassé les deux chevilles lors d’une chute. L’événement de 1988 a atteint son apogée en termes de nombre d’entrées, avec 603 partants. La défense du titre de Vatanen a déraillé lorsque sa Peugeot a été volée dans la zone de service de Bamako. Bien qu’il ait été retrouvé plus tard, Vatanen a ensuite été disqualifié de l’événement, la victoire revenant à son compatriote et coéquipier Juha Kankkunen. 

Peugeot et Vatanen ont repris le chemin de la victoire en 1989 et 1990, cette dernière marquant la dernière année de compétition de rallye de Peugeot avant de passer au Championnat du monde des voitures de sport. La marque sœur Citroën a pris la place de Peugeot, Vatanen remportant une troisième victoire consécutive en 1991. L’événement de 1991 a également vu Stéphane Peterhansel décrocher son premier titre dans la catégorie moto avec Yamaha, marquant ainsi le début d’une ère de domination du Français.

Pour l’événement de 1992, la ligne d’arrivée a déménagé au Cap, en Afrique du Sud, dans le but de combattre un nombre décroissant de concurrents, où la technologie GPS a été utilisée pour la première fois. Auriol est devenu la première personne à gagner dans plusieurs catégories après avoir remporté la deuxième victoire de Mitsubishi dans la catégorie des voitures, tandis que Peterhansel a défendu avec succès son titre de catégorie moto. La liste des participants au rallye de 1993 a chuté à 153 concurrents, soit environ la moitié du chiffre de l’année précédente et environ un quart de celui de 1988. L’événement était le dernier organisé par Gilbert Sabine et l’organisation sportive d’Amaury a pris le relais l’année suivante. La ligne d’arrivée étant maintenant de retour à son emplacement traditionnel de Dakar, Bruno Saby a remporté un troisième titre pour Mitsubishi et Peterhansel a remporté un troisième succès consécutif dans la catégorie moto.

L’événement de 1994 est revenu à Paris après avoir atteint Dakar, résultant en un événement particulièrement exténuant. Pierre Lartigue a remporté la deuxième victoire de Citroën dans des circonstances acrimonieuses, car les principaux pilotes de Mitsubishi ont été contraints de se retirer de l’épuisement après avoir traversé des dunes de sable particulièrement exigeantes dans le désert mauritanien que les équipages de Citroën avaient choisi de sauter. Peterhansel n’a pas concouru en raison d’un désaccord entre Yamaha et les organisateurs de la course sur le règlement. Edi Orioli a remporté un troisième titre dans la catégorie des vélos. Les épreuves de 1995 et 1996 commencent dans la ville espagnole de Grenade, avec Lartigue accumulant des victoires pour Citroën les deux années. Peterhansel est revenu pour remporter une quatrième victoire dans la catégorie des vélos en 1995, mais a perdu face à Orioli en 1996 en raison de problèmes de ravitaillement. 

Mitsubishi dans l’ascendant

Rallye Dakar de 1997 s’est déroulé exclusivement en Afrique pour la première fois, avec un parcours allant de Dakar à Agadez, au Niger et de retour à Dakar. Le retrait de Citroën en raison d’un changement de règle a ouvert la voie à Mitsubishi pour une quatrième victoire. Le Japonais Kenjiro Shinozuka est devenu le premier non-européen à remporter l’événement. Peterhansel a égalé le record de Neveu de cinq victoires dans la catégorie moto en 1997, avant d’en améliorer une en 1998, lorsque l’événement a repris sa route traditionnelle Paris-Dakar. 1998, le vétéran du Dakar Jean-Pierre Fontenay signe une nouvelle victoire pour Mitsubishi dans la catégorie des voitures.

1999 a commencé à Grenade et un premier succès pour l’ancien pilote de Formule 1 et pilote de sport automobile Jean-Louis Schlesser, qui construisait ses propres poussettes depuis 1992. Avec l’aide de Renault, Schlesser a surmonté les travaux que les équipes Mitsubishi et Nissan ont gagnées, tout en La décision de Peterhansel de passer à la catégorie des voitures a permis à Richard Sainct de remporter le premier titre de BMW dans la catégorie des motos depuis 1985. Schlesser et Sainct ont tous deux défendu avec succès leurs titres en 2000, traversant la route de Dakar à la capitale égyptienne du Caire.

2001 était la dernière fois que Rallye Dakar utilisait l’itinéraire familier Paris-Dakar, et était remarquable pour Jutta Kleinschmidt de Mitsubishi, car elle était la première femme à remporter le rallye – mais seulement après que Schlesser a été pénalisée une heure pour conduite antisportive. Fabrizio Meoni a remporté la première victoire du Dakar pour le constructeur autrichien KTM, entamant une séquence de victoires qui a perduré jusqu’à nos jours. Le 2002 a commencé dans la ville française d’Arras et Hiroshi Masuoka, un participant de longue date du Dakar, a remporté l’épreuve pour Mitsubishi (Masouka avait mené pendant une grande partie du rallye de l’année précédente.) Le rallye de 2003 comportait un itinéraire peu orthodoxe de Marseille à Charm el-Cheikh. Masuoka défend son titre après que son coéquipier et leader de longue date Peterhansel ait été en proie à des problèmes mécaniques à l’avant-dernière étape. Sainct a quant à lui remporté les honneurs dans la catégorie moto, le troisième titre pour lui et KTM.

Milieu des années 2000

En 2004, la liste des inscriptions était passée à 595, contre 358 en 2001, avec un record de 688 concurrents à partir de 2005. Aux côtés de Mitsubishi et Nissan, Volkswagen se vantait désormais de déployer tous ses efforts en usine, tandis que les poussettes Ford de Schlesser et les BMW de l’équipe allemande de X-raid prouvaient des épines du côté des équipes de travaux à gros budget. L’itinéraire 2004 était de Clermont-Ferrand à Dakar, et était l’année où Peterhansel a imité l’exploit d’Hubert Auriol de gagner le rallye sur deux roues et quatre. Le Français a défendu son titre en 2005, lorsque le rallye a commencé pour la première fois à Barcelone. Dans la catégorie motos, KTM a poursuivi son succès avec Nani Roma en 2004, qui est passé à la catégorie voiture l’année suivante, et Cyril Despres en 2005.

L’événement de 2006 s’est déplacé à Lisbonne. Nissan s’est retiré n’ayant pas réussi à opposer efficacement Mitsubishi, qui a remporté une sixième victoire consécutive, cette fois avec l’ancien champion de ski Luc Alphand après que Peterhansel ait commis une série d’erreurs en fin de rallye. Peterhansel a toutefois fait amende honorable en 2007, remportant son troisième titre dans la catégorie des voitures pour Mitsubishi après une compétition serrée avec Alphand après que les Volkswagen de plus en plus compétitives se soient retirées avec des problèmes mécaniques. Dans ce qui serait la dernière épreuve africaine du Dakar, Despres a décroché son deuxième titre dans la catégorie motos, après avoir concédé la victoire en 2006 à Marc Coma après s’être blessé.

Problèmes de sécurité

L’événement de 2008, qui devait commencer à Lisbonne, a été annulé le 4 janvier 2008 au milieu des craintes d’attentats terroristes en Mauritanie suite au meurtre de quatre touristes français en 2007. Le Chili et l’Argentine ont proposé d’accueillir des événements ultérieurs, qui ont ensuite été acceptés par l’ASO pour l’événement de 2009. L’ASO a également décidé de créer la compétition Dakar Series, dont la première épreuve était le Rallye d’Europe centrale 2008, situé en Hongrie et en Roumanie, qui remplaçait l’édition 2008 annulée du Dakar. 

Amérique du Sud

L’événement 2009, le premier organisé en Amérique du Sud avec un respectable 501 concurrents, a vu Volkswagen remporter sa première victoire au Dakar en tant que participant aux travaux grâce à Giniel de Villiers. Initialement, son coéquipier et ancien champion du WRC Carlos Sainz a mené la course confortablement jusqu’à ce qu’il s’écroule, mais a continué à gagner l’événement en 2010. Après une mauvaise performance en 2009, Mitsubishi s’est retiré de la compétition et a laissé Volkswagen comme seul participant aux travaux. La marque allemande a remporté la course pour la troisième fois en 2011, cette fois avec Nasser Al-Attiyah, avant de se retirer pour se concentrer sur leur prochaine entrée en WRC et quitter le Dakar sans participants d’usine dans la catégorie des voitures. Dans les vélos, Despres et Coma ont étiré l’incroyable série de succès ininterrompue de KTM. Tous deux à égalité sur trois victoires après la troisième victoire de Coma en 2011.

Lors du rallye de 2012, l’équipe X-raid s’est imposée, utilisant désormais des Minis à la place des BMW. Peterhansel avait rejoint l’équipe en 2010 après le départ de Mitsubishi, mais n’avait pas pu défier les pilotes Volkswagen. Après le retrait de Volkswagen, Peterhansel a pu décrocher sa quatrième victoire dans la catégorie des voitures et sa dixième au total, sa principale opposition venant de sa propre équipe. Peterhansel a défendu son titre avec succès en 2013, les buggys Damen Jefferies de Sainz et Al-Attiyah n’ayant pas réussi à tenir la distance. Despres a également remporté deux autres victoires pour KTM dans la catégorie des vélos en 2012 et 2013, portant son total à cinq, aidé par l’absence de Coma en raison d’une blessure au cours de la dernière année. Coma a riposté à son retour sur le Dakar en 2014, remportant un quatrième titre confortable et un 13e consécutif pour KTM, tandis que Nani Roma a imité Auriol et Peterhansel en remportant son premier titre dans la catégorie des voitures une décennie après sa victoire sur deux roues. – mais seulement après que les ordres de l’équipe par X-raid aient ralenti Peterhansel.

Peugeot est revenu pour l’événement 2015 avec un tout nouveau concurrent à propulsion diesel à deux roues motrices, mais n’a pas réussi à avoir un impact alors que les Minis de X-raid dominaient une fois de plus. Al-Attiyah a remporté l’épreuve dans sa deuxième année pour l’équipe, tandis que Coma a décroché un cinquième titre dans les motos après la défection du rival de longue date Despres dans la catégorie automobile et Peugeot. Peugeot a cependant connu du succès en 2016 avec Peterhansel au volant, réalisant sa 6e victoire dans la catégorie automobile, et de nouveau en 2017 et 2018 jusqu’à ce que Peugeot décide de quitter officiellement la compétition. En 2019, Toyota a remporté pour la première fois avec Nasser Al-Attiyah (lors de sa troisième victoire avec trois fabricants différents). La catégorie vélo a vu le pilote de l’équipe KTM works, l’Australien Toby Price, remporter sa première victoire sur le Dakar, remportant son deuxième titre en 2019. Sam Sunderland et Matthias Walkner ont remporté les éditions 2017 et 2018 également pour l’équipe de Mattighofen (18 victoires au total comme en 2019).

Véhicules et classes de Rallye Dakar 

Les cinq groupes compétitifs du Dakar sont les motos, les quads, la catégorie des voitures (qui va des poussettes aux petits VUS), les UTV et la catégorie des camions. De nombreux constructeurs automobiles utilisent l’environnement hostile du rallye à la fois comme terrain d’essai et comme occasion de montrer la durabilité de leurs véhicules, bien qu’en fait, la plupart des véhicules soient fortement modifiés ou construits à cet effet.

Motos

En 2011, la limite de cylindrée pour toutes les motos participant au Dakar est de 450 cm3. Les moteurs peuvent être à un ou deux cylindres. Les coureurs sont divisés en deux groupes, « Elite » (Groupe 1) et Non-Elite (Groupe 2), ce dernier étant subdivisé en deux autres groupes – les classes « Super Production » (Groupe 2.1) et « Marathon » (Groupe 2.2) . Les concurrents « Marathon » ne sont pas autorisés à modifier des composants clés tels que le moteur (y compris le carter moteur, les cylindres et les culasses), le cadre, les fourches ou le bras oscillant, tandis que ceux des classes « Super Production » et « Elite » peuvent remplacer ces composants.

Une sous-catégorie pour les motos et les quads est « Original by Motul » (anciennement appelé Malle Moto en raison d’un seul coffre autorisé). Étant donné que ces concurrents ne sont autorisés à aucune personne de soutien, le cavalier doit tout entretenir lui-même. Il est souvent appelé le plus dur des plus durs, et un pour les puristes du Dakar.

KTM a dominé la catégorie des motos ces dernières années, bien que Honda, Yamaha, Sherco, Husqvarna et Gas Gas rivalisent également actuellement. BMW et Cagiva ont également connu du succès dans le passé.

Quads

Avant 2009, les Quads étaient une subdivision de la catégorie des motos, mais ils ont obtenu leur propre classification distincte en 2009 et sont désignés Groupe 3 dans la réglementation actuelle. Ils sont divisés en deux sous-groupes – le groupe 3.1, qui comprend des quads à deux roues motrices avec un moteur monocylindre d’une capacité maximale de 750 cm3, et le groupe 3.2, qui permet des quads à quatre roues motrices avec une capacité maximale de 900 cm3, dans les deux configuration à un ou deux cylindres.

Yamaha est invaincu dans la catégorie Quad depuis 2009, sa principale opposition actuelle venant de Honda et Can-Am.

Voitures

La catégorie des voitures est composée de véhicules pesant moins de 3 500 kg (7 716 lb), qui sont subdivisés en plusieurs catégories. Le Groupe T1 est composé de « Véhicules tout terrain améliorés », subdivisés selon le type de moteur (essence ou diesel) et le type d’entraînement (deux ou quatre roues motrices). Le groupe T2 est composé de « véhicules de série de série tout-terrain », qui sont subdivisés en catégories essence et diesel, tandis que le groupe T3 est destiné aux « véhicules légers ». Il existe également une catégorie « ouverte » destinée aux véhicules conformes à la réglementation SCORE. 

Mini a été la marque la plus réussie dans la catégorie des voitures ces dernières années, grâce aux efforts de l’équipe X-raid non d’usine, avec une implication limitée provenant actuellement de Toyota, Ford et Haval. Plusieurs constructeurs produisent également des poussettes sur mesure pour l’événement, notamment SMG et Damen Jefferies.

Mitsubishi est historiquement le constructeur le plus performant de la catégorie des voitures, Volkswagen, Citroën, Peugeot et Porsche ayant toutes connu le succès par le passé avec des équipes d’usine. Jean-Louis Schlesser a également remporté l’épreuve à deux reprises avec ses poussettes soutenues par Renault. Les équipes d’usine de Nissan et de SEAT ont également remporté des étapes, tout comme BMW, gracieuseté de l’équipe X-raid.

Camions

La catégorie des camions (groupe T4), lancée pour la première fois en tant que catégorie distincte en 1980, est composée de véhicules pesant plus de 3 500 kg (7 716 lb). Les camions qui participent à la compétition sont subdivisés en camions de «production en série» (T4.1) et «modifiés» (T4.2), tandis que les camions du groupe T4.3 (anciennement T5) sont des camions de soutien aux rallyes – ce qui signifie qu’ils voyagent depuis bivouac à bivouac pour soutenir les véhicules de compétition. Ceux-ci ont été présentés au rallye en 1998. L’événement camion n’a pas eu lieu en 1989 après qu’il a été décidé que les véhicules, à ce stade avec des moteurs jumeaux générant plus de 1000 chevaux, étaient trop dangereux après la mort d’un membre d’équipage DAF dans un accident lors du rallye de 1988.

Kamaz a dominé la catégorie des camions depuis le début du siècle, bien qu’il ait été soumis à une pression croissante de rivaux tels que Iveco, MAN, Renault et Tatra, qui ont connu beaucoup de succès dans les années 1990. Hino, DAF, Perlini et Mercedes-Benz ont également été parmi les gagnants dans le passé. Au 21e siècle, Kamaz a presque toujours remporté la catégorie des camions, remportant quatorze fois sur dix-huit.

UTV

La classe UTVs a été introduite en 2017. Auparavant sous la catégorie automobile en tant que classe T3, les véhicules côte à côte (UTV) sont désormais gérés sous leur propre classe à Dakar.

Couverture télévisuelle de Rallye Dakar

Le rallye est diffusé à la télévision dans plus de 190 pays différents. Un flux en direct de l’événement et un résumé de la progression de la course de chaque jour est intégré dans un programme de 26 minutes. Cela a été commenté par Toby Moody pendant dix ans, et plus récemment Neil Cole.

Les organisateurs du rallye et leurs équipes de télévision fournissent 20 stations de montage le long du parcours pour différents pays afin de produire leurs propres programmes sur le rallye. Il y a quatre hélicoptères de télévision, six caméras de scène et trois équipes de bivouac pour faire plus de 1 000 heures de télévision au cours de la période de deux semaines. 

Un documentaire télévisé Race to Dakar de 2006 a décrit les expériences d’une équipe, dont l’acteur anglais Charley Boorman, dans la préparation et l’entrée au Dakar 2006.

Incidents de Rallye Dakar

En 1982, Mark Thatcher, fils de la première ministre britannique de l’époque, Margaret Thatcher, avec sa copilote française Anne-Charlotte Verney et leur mécanicien, a disparu pendant six jours. Le 9 janvier, le trio a été séparé d’un convoi de véhicules après s’être arrêté pour réparer un bras de direction défectueux. Ils ont été portés disparus le 12 janvier ; après une recherche à grande échelle, un avion de recherche Lockheed L100 de l’armée algérienne a repéré leur Peugeot 504 blanche à quelque 50 kilomètres (31 mi) de sa trajectoire. Thatcher, Verney et le mécanicien étaient indemnes.

L’organisateur du rallye, Thierry Sabine, a été tué lors de l’écrasement de son hélicoptère Ecureuil (« Squirrel-copter ») à 19h30. le mardi 14 janvier 1986, dans une dune du Mali lors d’une soudaine tempête de sable. Le chanteur-compositeur-interprète Daniel Balavoine, le pilote d’hélicoptère François-Xavier Bagnoud, la journaliste Nathalie Odent et Jean-Paul Lefur, ingénieur radiophonique pour RTL, ont également été tués à bord.

Six personnes ont été tuées lors de la course de 1988, trois participants et trois résidents locaux. Dans un incident, Baye Sibi, une fillette malienne de 10 ans, a été tuée par un coureur alors qu’elle traversait une route. Le véhicule d’une équipe de tournage a tué une mère et sa fille en Mauritanie le dernier jour de la course. Les participants à la course tués, dans trois accidents distincts, étaient un navigateur néerlandais de l’équipe DAF Trucks, un corsaire français et un pilote français. Les coureurs ont également été accusés d’avoir déclenché un incendie de forêt qui a provoqué la panique dans un train circulant entre Dakar et Bamako, où trois autres personnes ont été tuées.

En 2003, le pilote français Daniel Nebot a à la fois roulé et écrasé sa Toyota à grande vitesse, tuant son copilote Bruno Cauvy. En 2005, le motard espagnol José Manuel Pérez est décédé dans un hôpital espagnol le lundi 10 janvier après s’être écrasé la semaine précédente sur la 7e étape. Le motocycliste italien Fabrizio Meoni, double vainqueur de l’épreuve, est devenu le deuxième pilote du Dakar à mourir en deux jours, après Pérez le 11 janvier à l’étape 11. Meoni était le 11ème motard et la 45ème personne à mourir dans l’histoire. de la course. Le 13 janvier, une fillette sénégalaise de cinq ans a été tuée et tuée par un camion de service après avoir erré sur une route principale, portant à cinq le nombre total de morts.

En 2006, le motocycliste australien KTM de 41 ans, Andy Caldecott, pour sa troisième fois sur le Dakar, est décédé le 9 janvier des suites de blessures au cou subies dans un accident d’environ 250 kilomètres (160 mi) dans l’étape 9, entre Nouakchott et Kiffa, à seulement quelques kilomètres (miles) de l’endroit où Meoni a eu son épave mortelle l’année précédente. Il a remporté la troisième étape de l’événement 2006 entre Nador et Er Rachidia quelques jours seulement avant sa mort. Le décès est survenu malgré les efforts déployés par les organisateurs de l’événement pour améliorer la sécurité des concurrents, notamment la limitation de la vitesse, le repos obligatoire aux arrêts de carburant et la réduction des exigences de capacité de carburant pour les classes de vélo. Le 13 janvier, un garçon de 10 ans est décédé en traversant le parcours après avoir été heurté par une voiture conduite par le letton Māris Saukāns, tandis que le 14 janvier, un garçon de 12 ans a été tué après avoir été heurté par un camion de soutien. 

En 2007, Elmer Symons, coureur automobile sud-africain de 29 ans, est décédé des suites de blessures subies dans un accident lors de la quatrième étape du rallye. Symons s’est écrasé avec son vélo dans le désert entre Er Rachidia et Ouarzazate, Maroc. Un autre décès est survenu le 20 janvier, la veille de l’arrivée de la course, lorsque le motocycliste de 42 ans Eric Aubijoux est décédé subitement. On croyait initialement que la cause du décès était une crise cardiaque, mais il a été suggéré plus tard qu’Aubijoux était décédé des suites de blessures internes subies dans un accident plus tôt dans la journée alors qu’il participait à la 14e étape de la course.

Le Rallye Dakar 2008 a été annulé pour des raisons de sécurité après le meurtre d’Al-Qaïda de quatre touristes français la veille de Noël en décembre 2007 en Mauritanie (un pays dans lequel le rassemblement a passé huit jours), diverses accusations contre le rassemblement le qualifiant de « néocolonialiste » « , et les accusations d’al-Qaïda contre la Mauritanie la qualifiant de partisan des » croisés, apostats et infidèles « . La société française Amaury Sport Organisation, en charge du rallye de 6000 kilomètres (3700 mi), a déclaré dans un communiqué que le gouvernement français lui avait conseillé d’annuler la course, qui devait commencer le 5 janvier 2008 à partir de Lisbonne. Ils ont indiqué que des menaces directes avaient également été proférées contre l’événement par des organisations liées à Al-Qaïda. 

Omar Oussama ben Laden, le fils d’Oussama ben Laden, a attiré une couverture médiatique en 2008 en se faisant passer pour un « ambassadeur de la paix » et en proposant une course de chevaux de 3 800 milles (4 800 km) à travers l’Afrique du Nord en remplacement du Rallye Dakar, avec l’argent des sponsors pour soutenir les enfants victimes de la guerre, disant « J’ai entendu dire que le rassemblement a été arrêté à cause d’Al-Qaida. Je ne pense pas qu’ils vont m’arrêter. » 

Le 7 janvier 2009, le corps du motocycliste de 49 ans, Pascal Terry, de France, a été retrouvé. Il était porté disparu depuis trois jours et son corps reposait sur une partie isolée de la deuxième étape entre Santa Rosa de la Pampa et Puerto Madryn. Le 4 janvier 2010, une femme regardant le Rallye Dakar a été tuée lorsqu’un véhicule participant à la course a quitté la piste et l’a heurtée lors de la première étape. Le 1er janvier 2012, le motocycliste argentin Jorge Martinez Boero est décédé après avoir subi un arrêt cardiaque après une chute. Il a été soigné par le personnel médical dans les cinq minutes suivant l’accident, mais est décédé en route vers l’hôpital. Le 7 janvier 2015, le motocycliste Michal Hernik est décédé dans des circonstances inconnues lors de l’étape 3 du rallye 2015. Le 12 janvier 2020, le motocycliste portugais Paulo Gonçalves est décédé après avoir subi une crise cardiaque suite à un accident sur la septième étape. 

Au total, 71 personnes, dont 29 concurrents, sont décédées lors du Rallye Dakar.

Critique de Rallye Dakar

Lorsque la course a eu lieu en Afrique, elle a fait l’objet de critiques de plusieurs sources, se concentrant généralement sur l’impact de la course sur les habitants des pays africains qu’elle traversait. Certains résidents africains le long du parcours de la course au cours des années précédentes ont déclaré avoir vu des avantages limités de la course ; que les participants à la course ont dépensé peu d’argent pour les biens et services que les résidents locaux peuvent offrir. Les coureurs ont produit des quantités substantielles de poussière le long du parcours et ont été blâmés pour avoir frappé et tué du bétail, en plus de blesser ou de tuer occasionnellement des personnes. 

Après la course de 1988, lorsque trois Africains ont été tués dans des collisions avec des véhicules impliqués dans la course, PANA, une agence de presse basée à Dakar, a écrit que les décès étaient « insignifiants pour les organisateurs de la course ». Le journal de la Cité du Vatican L’Osservatore Romano a qualifié la course de « manifestation vulgaire de pouvoir et de richesse dans des endroits où les hommes continuent de mourir de faim et de soif ». Lors d’une manifestation de 2002 au début de la course à Arras, en France, un vert La déclaration du Parti de la France a décrit la race comme « un colonialisme qui doit être éradiqué ». 

Le rassemblement a été critiqué avant 2000 pour avoir traversé le territoire contesté du Sahara occidental, occupé par le Maroc depuis 1975, sans l’approbation du mouvement séparatiste du Front Polisario, qui se considère comme le représentant du peuple sahraoui indigène. Après que les officiels de la course ont obtenu l’autorisation officielle du Polisario à partir de 2000, cela a cessé d’être un problème. 

Le déplacement en Arabie saoudite pour le Rallye Dakar 2020 a fait l’objet de vives critiques en raison de la situation des droits de l’homme en Arabie saoudite et de la position des femmes dans ce pays.

L’impact environnemental de la course a été un autre sujet de critique. Cette critique de la course est le sujet de la chanson « 500 connards sur la ligne de départ » (« 500 Arseholes at the Starting Line »), sur l’album 1991 Marchand de cailloux de la chanteuse française Renaud. En 2014, le rallye de Dakar a été critiqué pour les dommages causés aux sites archéologiques au Chili.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés