Afrique
22 juillet 2020

RDC: la fille de Lumumba demande ses « reliques » au roi des Belges

La fille du héros de l’indépendance du Congo Patrice Emery Lumumba, a demandé au roi des Belges le retour au […]

4 juillet 2020 Afrique Centrale

La ville belge de Charleroi rebaptise une de ses rues du nom de Patrice Lumumba

Une rue du nom de Patrice Lumumba à Charleroi | Dans le cadre des festivités marquant le 60ème anniversaire de […]

Lire la suite »
30 juin 2020 Afrique

Passé colonial belge : le roi Philippe exprime ses « profonds regrets » aux Congolais

Le roi des Belges a présenté mardi « ses plus profonds regrets pour les blessures » infligées lors de la période coloniale […]

Lire la suite »
29 juin 2020 Afrique

60 ans après l’indépendance du Congo, Patrice Lumumba reste une icône puissante

60 ans d’indépendance du Congo | La République démocratique du Congo célèbre mardi le 60e anniversaire de son indépendance de […]

Lire la suite »
21 octobre 2019 Afrique

A Moscou, une université pour rebâtir l’influence russe en Afrique

Après des décennies de reflux, Moscou ambitionne de se relancer en Afrique. Au coeur de l’effort, l’Université moscovite d’amitié entre […]

Lire la suite »
22 janvier 2013 Afrique

Panafricanisme : de l’OUA à l’UA, petites avancées dans la quête d’unité africaine

YAOUNDE (Xinhua) – Depuis la création en 1963 de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), portée par une vision de la libérer du joug colonial et la conduire vers l’unité politique et économique, puis l’avènement de l’Union africaine (UA) en 2002, l’Afrique a enregistré peu d’avancées dans l’atteinte de ce double objectif, traînant toujours la triste réputation de continent le plus pauvre du monde.

Lire la suite »
13 décembre 2012 Reste du Monde

La justice belge va ouvrir une enquête sur l’assassinat de l’ancien PM congolais Patrice Lumumba

BRUXELLES (Xinhua) – Le parquet fédéral belge a été jugé mercredi par la Chambre des mises en accusation de Bruxelles compétent pour ouvrir une enquête sur l’assassinat de Patrice Lumumba, l’une des principales figures de l’indépendance du Congo belge, en 1961.

Lire la suite »

Patrice Émery Lumumba (2 juillet 1925 – 17 janvier 1961) était un homme politique congolais et leader de l’indépendance qui a été le premier Premier ministre de la République démocratique du Congo indépendante (alors République du Congo) de juin à septembre 1960. Il a joué un rôle important dans la transformation du Congo d’une colonie belge en république indépendante. Idéologiquement nationaliste et panafricaniste africain, il a dirigé le parti du Mouvement national congolais (MNC) de 1958 jusqu’à son assassinat.

Peu de temps après l’indépendance du Congo en 1960, une mutinerie a éclaté dans l’armée, marquant le début de la crise du Congo. Lumumba a lancé un appel aux États-Unis et aux Nations Unies pour qu’ils aident à supprimer les sécessionnistes katangais soutenus par la Belgique, dirigés par Moise Tshombe. Les deux ont refusé, alors Lumumba s’est tourné vers l’Union soviétique pour obtenir son soutien. Cela a conduit à des divergences croissantes avec le président Joseph Kasa-Vubu et le chef de cabinet Joseph-Désiré Mobutu, ainsi qu’avec les États-Unis et la Belgique, qui se sont opposés à l’Union soviétique pendant la guerre froide.

Lumumba a ensuite été emprisonné par les autorités de l’État sous Mobutu et exécuté par un peloton d’exécution sous le commandement des autorités katangaises. Après son assassinat, il a été largement considéré comme un martyr du mouvement panafricain au sens large. En 2002, la Belgique s’est officiellement excusée pour son rôle dans l’assassinat.

Patrice Lumumba : Jeunesse et carrière

Patrice Lumumba est né le 2 juillet 1925 d’un fermier, François Tolenga Otetshima, et de son épouse Julienne Wamato Lomendja, à Onalua dans la région de Katakokombe de la province du Kasaï au Congo belge. Il était membre de l’ethnie Tetela et est né sous le nom d’Élias Okit’Asombo. Son nom de famille d’origine signifie «héritier des maudits» et dérive des mots tetela okitá / okitɔ́ («héritier, successeur») et asombó («personnes maudites ou ensorcelées qui mourront rapidement»). Il avait trois frères (Charles Lokolonga, Émile Kalema et Louis Onema Pene Lumumba) et un demi-frère (Tolenga Jean). Élevé dans une famille catholique, il a fait ses études dans une école primaire protestante, une école missionnaire catholique et enfin à l’école de formation des bureaux de poste du gouvernement, où il a réussi le cours d’un an avec distinction. Lumumba parlait le tétéla, le français, le lingala, le swahili et le tshiluba.

En dehors de ses études régulières, Lumumba s’intéresse aux idéaux des Lumières de Jean-Jacques Rousseau et Voltaire. Il aimait aussi Molière et Victor Hugo. Il a écrit de la poésie, et beaucoup de ses œuvres avaient un thème anti-impérialiste. 

Il a travaillé comme vendeur de bière itinérant à Léopoldville et comme commis postal dans un bureau de poste de Stanleyville pendant onze ans. En 1951, il épousa Pauline Opangu. 

Dans la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, les jeunes dirigeants à travers l’Afrique ont de plus en plus travaillé pour des objectifs nationaux et l’indépendance des puissances coloniales. En 1955, Lumumba devient chef régional des Cercles de Stanleyville et rejoint le Parti libéral de Belgique. Il a édité et distribué la littérature du parti. Après un voyage d’étude en Belgique en 1956, il a été arrêté pour détournement de fonds de 2500 $ au bureau de poste. Il a été reconnu coupable et condamné un an plus tard à douze mois de prison et à une amende.

Chef du MNC

Après sa libération, Lumumba a aidé à fonder le parti du Mouvement national congolais (MNC) le 5 octobre 1958 et est rapidement devenu le leader de l’organisation.

Le MNC, contrairement à d’autres partis congolais qui se développaient à l’époque, ne s’appuyait pas sur une base ethnique particulière. Il a promu une plate-forme qui comprenait l’indépendance, l’africanisation progressive du gouvernement, le développement économique dirigé par l’État et la neutralité dans les affaires étrangères. Lumumba avait un large public populaire, en raison de son charisme personnel, de son excellent discours oratoire et de sa sophistication idéologique. En conséquence, il avait plus d’autonomie politique que les contemporains qui étaient plus dépendants des connexions belges.

Lumumba était l’un des délégués qui a représenté le MNC à la Conférence panafricaine des peuples à Accra, au Ghana, en décembre 1958. Lors de cette conférence internationale, organisée par le président ghanéen Kwame Nkrumah, Lumumba a encore renforcé ses convictions panafricanistes. Nkrumah a été personnellement impressionné par l’intelligence et la capacité de Lumumba. 

Fin octobre 1959, Lumumba, en tant que chef du MNC, a été arrêté pour avoir déclenché une émeute anticoloniale à Stanleyville ; 30 personnes ont été tuées. Il a été condamné à 69 mois de prison. La date du début du procès, le 18 janvier 1960, était le premier jour de la table ronde congolaise à Bruxelles, destinée à établir un plan pour l’avenir du Congo.

Malgré l’emprisonnement de Lumumba, le MNC a obtenu une majorité convaincante aux élections locales de décembre au Congo. Suite à la forte pression des délégués bouleversés par le procès de Lumumba, il a été libéré et autorisé à assister à la conférence de Bruxelles.

Indépendance et élection au poste de Premier ministre

La conférence a culminé le 27 janvier avec une déclaration d’indépendance du Congo. Il a fixé au 30 juin 1960 la date de l’indépendance avec des élections nationales qui se tiendront du 11 au 25 mai 1960. Le MNC a remporté une pluralité aux élections.

Six semaines avant la date de l’indépendance, Walter Ganshof van der Meersch a été nommé ministre belge des Affaires africaines. Il vivait à Léopoldville, devenant en fait le ministre résident de facto de la Belgique au Congo, l’administrant conjointement avec le gouverneur général Hendrik Cornelis. Il a été accusé d’avoir conseillé Baudouin sur la sélection d’un formateur. Le 8 juin, Ganshof s’est envolé pour Bruxelles pour rencontrer Baudouin. Il a fait trois suggestions pour formateur : Lumumba, en tant que vainqueur des élections ; Kasa-Vubu, la seule figure ayant une réputation nationale fiable qui était associée à l’opposition coalescente ; ou un troisième individu à déterminer qui pourrait unir les blocs concurrents. 

Ganshof est rentré au Congo le 12 juin. Le lendemain, il a nommé Lumumba informateur, chargé d’enquêter sur la possibilité de former un gouvernement d’union nationale comprenant des politiciens aux vues très diverses, le 16 juin étant la date limite. Le même jour que la nomination de Lumumba, la coalition de l’opposition parlementaire, le Cartel d’Union Nationale, a été annoncée. Bien que Kasa-Vubu soit aligné sur leurs croyances, il est resté éloigné d’eux. Le MNC-L avait également du mal à obtenir les allégeances de la PSA, de la CEREA et du BALUBAKAT. Initialement, Lumumba n’a pas pu établir de contact avec les membres de l’entente. Finalement, plusieurs dirigeants ont été nommés pour le rencontrer, mais leurs positions sont restées ancrées. Le 16 juin, Lumumba a signalé ses difficultés à Ganshof, qui a prolongé le délai et a promis d’agir en tant qu’intermédiaire entre le chef du MNC et l’opposition. Une fois que Ganshof eut pris contact avec la direction du cartel, il fut impressionné par leur obstination et les assurances d’une solide politique anti-Lumumba. Le soir, la mission de Lumumba montrait encore moins de chances de réussir. Ganshof a envisagé d’étendre le rôle d’informateur à Adoula et à Kasa-Vubu, mais a dû faire face à une pression croissante de la part des conseillers belges et modérés congolais pour mettre fin à la mission de Lumumba.

Le lendemain, Ganshof a déclaré que Lumumba avait échoué et a mis fin à sa mission. Agissant sur les conseils de Ganshof, Baudouin a ensuite nommé Kasa-Vubu formateur. Lumumba a répondu en menaçant de former son propre gouvernement et de le présenter au Parlement sans approbation officielle. Il a convoqué une réunion au OK Bar de Léopoldville, où il a annoncé la création d’un gouvernement « populaire » avec le soutien de Pierre Mulele du PSA.

Pendant ce temps, Kasa-Vubu, comme Lumumba, n’a pas été en mesure de communiquer avec ses opposants politiques. Il a supposé qu’il obtiendrait la présidence, alors il a commencé à chercher quelqu’un pour lui servir de Premier ministre. La plupart des candidats qu’il considérait étaient des amis bénéficiant d’un soutien étranger similaire au sien, notamment Kalonji, Iléo, Cyrille Adoula et Justin Bomboko. Kasa-Vubu, a mis du temps à prendre une décision finale. Le 18 juin, Kasa-Vubu a annoncé qu’il avait achevé son gouvernement avec toutes les parties à l’exception du MNC-L. Cet après-midi-là, Sendwe, Gizenga et Kashamura ont annoncé en présence de Lumumba que leurs partis respectifs n’étaient pas attachés au gouvernement. Le lendemain, Ganshof a convoqué Kasa-Vubu et Lumumba à une réunion afin qu’ils puissent forger un compromis. Cela a échoué lorsque Lumumba a catégoriquement refusé le poste de Premier ministre dans un gouvernement Kasa-Vubu. Le lendemain, les deux rivaux se sont rencontrés en présence d’Adoula et de diplomates d’Israël et du Ghana, mais aucun accord n’a été trouvé.

La plupart des chefs de parti ont refusé de soutenir un gouvernement qui n’incluait pas Lumumba. La décision de faire de Kasa-Vubu le formateur a été un catalyseur qui a rallié PSA, CEREA et BALUBAKAT à Lumumba, ce qui rend peu probable que Kasa-Vubu puisse former un gouvernement qui survivrait à un vote de confiance. Lorsque la Chambre s’est réunie le 21 juin pour sélectionner ses officiers, Joseph Kasongo du MNC-L a été élu président avec 74 voix (la majorité), tandis que les deux vice-présidences ont été obtenues par les candidats PSA et CEREA, tous deux soutenus. de Lumumba. Le temps étant écoulé avant l’indépendance, Baudouin a pris de nouveaux conseils de Ganshof et a nommé Lumumba formateur.

Une fois qu’il est apparu que le bloc de Lumumba contrôlait le Parlement, plusieurs membres de l’opposition sont devenus impatients de négocier un gouvernement de coalition afin de partager le pouvoir. Le 22 juin, Lumumba avait une liste gouvernementale, mais les négociations se sont poursuivies avec Bolikango, Albert Delvaux et Kasa-Vubu. Lumumba aurait proposé à ABAKO les postes ministériels pour les Affaires étrangères et les Classes moyennes, mais Kasa-Vubu a plutôt exigé le ministère des Finances, un ministre d’État, le secrétaire d’État à l’Intérieur et un engagement écrit de soutien du MNC-L et ses alliés pour sa candidature présidentielle. Kalonji a été présenté avec le portefeuille agricole par Lumumba, qu’il a rejeté, bien qu’il était approprié en raison de son expérience en tant qu’ingénieur agronome. Adoula s’est également vu offrir un poste ministériel, mais a refusé de l’accepter. 

Au matin du 23 juin, le gouvernement était, selon les termes de Lumumba, « pratiquement formé ». À midi, il a fait une contre-offre à Kasa-Vubu, qui a répondu par une lettre demandant la création d’une septième province pour le Bakongo. Lumumba a refusé de se conformer et s’est plutôt engagé à soutenir Jean Bolikango dans sa candidature à la présidence. À 14 h 45, il a présenté son projet de gouvernement devant la presse. Ni ABAKO ni le MNC-K n’étaient représentés parmi les ministres, et les seuls membres du PSA appartenaient à l’aile Gizenga du parti. Les Bakongo de Léopoldville ont été profondément bouleversés par leur exclusion du cabinet de Lumumba. Ils ont par la suite exigé la révocation du gouvernement provincial dominé par l’APS et ont appelé à une grève générale pour commencer le lendemain matin. À 16 heures, Lumumba et Kasa-Vubu ont repris les négociations. Kasa-Vubu a finalement accepté l’offre précédente de Lumumba, bien que Lumumba l’ait informé qu’il ne pouvait pas lui donner une garantie de soutien dans sa candidature présidentielle. Le gouvernement Lumumba, qui en a résulté en 37 membres, était très diversifié, ses membres venant de différentes classes, de différentes tribus et ayant des convictions politiques variées. Bien que beaucoup aient une loyauté douteuse envers Lumumba, la plupart ne l’ont pas ouvertement contredit par des considérations politiques ou par crainte de représailles.

À 22 h 40 le 23 juin, la Chambre des députés s’est réunie au Palais de la Nation pour voter sur le gouvernement de Lumumba. Après l’ouverture de la session par Kasongo, Lumumba a prononcé son discours principal, promettant de maintenir l’unité nationale, de respecter la volonté du peuple et de poursuivre une politique étrangère neutre. Il a été chaleureusement accueilli par la plupart des députés et des observateurs. La Chambre a alors engagé un débat houleux. Bien que le gouvernement comprenait des membres de partis qui détenaient 120 des 137 sièges, atteindre la majorité n’était pas une tâche simple. Bien que plusieurs dirigeants de l’opposition aient participé aux négociations de formation, leurs partis dans leur ensemble n’ont pas été consultés. En outre, certaines personnes étaient bouleversées de ne pas avoir été incluses dans le gouvernement et ont cherché à empêcher personnellement son investiture. Dans les arguments qui ont suivi, plusieurs députés ont exprimé leur mécontentement face au manque de représentation de leurs provinces et / ou partis respectifs, avec plusieurs menaces de sécession. Parmi eux, Kalonji a déclaré qu’il encouragerait les habitants du Kasaï à s’abstenir de participer au gouvernement central et à former leur propre État autonome. Un député katangais s’est opposé à ce que la même personne soit nommée Premier ministre et chef du portefeuille de la défense.

Lorsqu’un vote a finalement eu lieu, seuls 80 des 137 membres de la Chambre étaient présents. Parmi ceux-ci, 74 ont voté pour le gouvernement, cinq contre et un se sont abstenus. Les 57 absences étaient presque toutes volontaires. Bien que le gouvernement ait obtenu autant de voix que lorsque Kasongo a remporté la présidence de la Chambre, le soutien n’était pas conforme ; des membres de l’aile Kamitatu du PSA avaient voté contre le gouvernement tandis que quelques membres du PNP, du PUNA et de l’ABAKO ont voté en sa faveur. Dans l’ensemble, le vote a été une déception pour la coalition MNC-L. La session a été déclarée close à 2 h 05 le 24 juin.

Le Sénat s’est réuni ce jour-là pour voter sur le gouvernement. Il y a eu un autre débat houleux, au cours duquel Iléo et Adoula ont exprimé leur vive insatisfaction quant à sa composition. Les membres de la CONAKAT se sont abstenus de voter. Une fois les arguments conclus, un vote d’approbation décisif a été pris sur le gouvernement : 60 ont voté pour, 12 contre et huit se sont abstenus. Tous les arguments dissidents pour des cabinets alternatifs, en particulier la demande de Kalonji pour une nouvelle administration, ont été rendus impuissants et le gouvernement Lumumba a été officiellement investi. Avec l’institution d’une large coalition, l’opposition parlementaire a été officiellement réduite à seulement le MNC-K et certaines personnes.

Au début de son mandat, Lumumba avait deux objectifs principaux : garantir que l’indépendance apporterait une amélioration légitime de la qualité de vie des Congolais et unifier le pays en tant qu’État centralisé en éliminant le tribalisme et le régionalisme. Il craignait que l’opposition à son gouvernement n’apparaisse rapidement et doive être gérée rapidement et de manière décisive.

Pour atteindre le premier objectif, Lumumba pensait qu’une « africanisation » complète de l’administration, malgré ses risques, serait nécessaire. Les Belges étaient opposés à une telle idée, car cela créerait l’inefficacité de la bureaucratie congolaise et entraînerait un exode massif de fonctionnaires sans emploi vers la Belgique, qu’ils ne pourraient pas absorber dans le gouvernement là-bas. Il était trop tard pour que Lumumba adopte l’africanisation avant l’indépendance. Cherchant un autre geste qui pourrait exciter le peuple congolais, Lumumba a proposé au gouvernement belge une réduction des peines pour tous les détenus et une amnistie pour ceux purgeant une peine de trois ans ou moins. Ganshof craignait qu’une telle action ne compromette la loi et l’ordre, et il a évité de prendre toute mesure jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour répondre à la demande. L’opinion de Lumumba sur les Belges a été aigrie par cette affaire, qui a contribué à sa crainte que l’indépendance n’apparaisse pas « réelle » au Congolais moyen.

En cherchant à éliminer le tribalisme et le régionalisme au Congo, Lumumba s’est profondément inspiré de la personnalité et des entreprises de Kwame Nkrumah et des idées ghanéennes du leadership nécessaire en Afrique post-coloniale. Il a travaillé pour rechercher de tels changements par le biais du MNC. Lumumba avait l’intention de le combiner avec ses alliés parlementaires – la CEREA, le PSA et peut-être le BALUBAKAT – pour former un parti national et pour construire une suite dans chaque province. Il espérait qu’il absorberait d’autres parties et deviendrait une force unificatrice pour le pays.

Le jour de l’indépendance a été célébré le 30 juin lors d’une cérémonie à laquelle ont assisté de nombreux dignitaires, dont le roi Baudouin de Belgique et la presse étrangère. Le discours de Baudouin a salué les développements sous le colonialisme, sa référence au « génie » de son arrière-grand-oncle Léopold II de Belgique, passant sous silence les atrocités commises pendant son règne sur l’État libre du Congo. Le Premier ministre belge Gaston Eyskens, qui a vérifié le texte, a estimé que ce passage allait trop loin. Il a voulu laisser tomber cette référence à Léopold II. Le roi avait un pouvoir politique limité en Belgique, mais il était libre d’écrire ses propres discours (après révision par le gouvernement). Le roi a poursuivi : « Ne compromettez pas l’avenir par des réformes hâtives et ne remplacez pas les structures que la Belgique vous remet tant que vous n’êtes pas sûr de pouvoir faire mieux. N’ayez pas peur de venir nous voir. Nous resterons à vos côtés, donnez-vous des conseils.  » Le président Kasa-Vubu a remercié le roi.

Lumumba, qui n’avait pas été programmé pour prononcer un discours, a prononcé un discours impromptu qui a rappelé à l’auditoire que l’indépendance du Congo n’avait pas été accordée magnanimement par la Belgique :

Pour cette indépendance du Congo, bien que proclamée aujourd’hui par accord avec la Belgique, pays amical, avec lequel nous sommes à égalité, aucun Congolais digne de ce nom ne pourra jamais oublier que c’est en combattant qu’il a été gagné , un combat au quotidien, un combat ardent et idéaliste, un combat dans lequel nous n’avons été épargnés ni privations ni souffrances, et pour lequel nous avons donné notre force et notre sang. Nous sommes fiers de cette lutte, des larmes, du feu et du sang, dans les profondeurs de notre être, car c’était une lutte noble et juste, et indispensable pour mettre fin à l’esclavage humiliant qui nous a été imposé par la force. 

La plupart des journalistes européens ont été choqués par la stridence du discours de Lumumba. Les médias occidentaux l’ont critiqué. Le magazine Time a qualifié son discours d ‘«attaque venimeuse». En Occident, beaucoup craignaient que le discours soit un appel aux armes qui relancerait les hostilités belgo-congolaises et plongerait l’ancienne colonie belge dans le chaos. 

Premier ministre

Indépendance

Le jour de l’indépendance et les trois jours qui l’ont suivi ont été déclarés fête nationale. Les Congolais étaient préoccupés par les festivités, qui se déroulaient dans une paix relative. Pendant ce temps, le bureau de Lumumba a été dépassé par une vague d’activités. Un groupe diversifié d’individus, congolais et européens, quelques amis et parents, se sont dépêchés au sujet de leur travail. Certains ont entrepris des missions spécifiques en son nom, parfois sans autorisation directe. De nombreux citoyens congolais se sont présentés au bureau par caprice pour diverses raisons. Lumumba, pour sa part, était principalement préoccupé par un long itinéraire de réceptions et de cérémonies. 

Le 3 juillet, Lumumba a déclaré une amnistie générale pour les prisonniers, mais elle n’a jamais été appliquée. Le lendemain matin, il a convoqué le Conseil des ministres pour discuter des troubles entre les troupes de la Force publique. De nombreux soldats espéraient que l’indépendance se traduirait par des promotions immédiates et des gains matériels, mais ont été déçus par la lenteur des réformes de Lumumba. La base a estimé que la classe politique congolaise – en particulier les ministres du nouveau gouvernement – s’enrichissaient sans améliorer la situation des troupes. Beaucoup de soldats étaient également fatigués de maintenir l’ordre pendant les élections et de participer aux célébrations de l’indépendance. Les ministres ont décidé de créer quatre comités chargés d’étudier respectivement la réorganisation de l’administration, du pouvoir judiciaire et de l’armée et la promulgation d’un nouveau statut pour les fonctionnaires. Tous devaient accorder une attention particulière à l’élimination de la discrimination raciale. Le Parlement s’est réuni pour la première fois depuis l’indépendance et a pris sa première mesure législative officielle en votant pour augmenter le salaire de ses membres à 500 000 FC. Lumumba, craignant les répercussions que l’augmentation aurait sur le budget, a été parmi les rares à s’y opposer, la qualifiant de « folie ruineuse ».

Déclenchement de la crise du Congo

Dans la matinée du 5 juillet, le général Émile Janssens, commandant de la Force publique, en réponse à l’excitation croissante dans les rangs congolais, convoque toutes les troupes de garde au camp Léopold II. Il a exigé que l’armée maintienne sa discipline et a écrit « avant l’indépendance = après l’indépendance » sur un tableau noir pour mettre l’accent. Ce soir-là, les Congolais ont limogé la cantine pour protester contre Janssens. Il a alerté la garnison de réserve de Camp Hardy, à 95 miles de Thysville. Les officiers ont tenté d’organiser un convoi à envoyer au camp Léopold II pour rétablir l’ordre, mais les hommes se sont mutinés et ont saisi l’armurerie. La crise qui a suivi allait dominer le mandat du gouvernement Lumumba.

Le lendemain, Lumumba a congédié Janssens et promu tous les soldats congolais d’un grade, mais des mutineries se sont propagées dans le Bas-Congo. Bien que le problème soit très localisé, le pays semblait envahi par des gangs de soldats et de pillards. Les médias ont rapporté que les Européens fuyaient le pays. En réponse, Lumumba a annoncé à la radio : « Des réformes approfondies sont prévues dans tous les secteurs. Mon gouvernement fera tout son possible pour que notre pays ait un visage différent dans quelques mois, quelques semaines ». Malgré les efforts du gouvernement, les mutineries se sont poursuivies. Les mutins de Léopoldville et de Thysville ne se sont rendus que grâce à l’intervention personnelle de Lumumba et du président Kasa-Vubu. 

Le 8 juillet, Lumumba a rebaptisé la Force publique «Armée nationale congolaise» (ANC). Il a africanisé la force en nommant le sergent-major Victor Lundula général et commandant en chef, et a choisi le jeune ministre et ancien soldat Joseph Mobutu comme colonel et chef d’état-major de l’armée. Ces promotions ont été faites malgré l’inexpérience de Lundula et les rumeurs sur les liens de Mobutu avec les services de renseignement belges et américains. Tous les officiers européens ont été remplacés et quelques-uns ont été retenus comme conseillers. Le lendemain, les mutineries s’étaient répandues dans tout le pays. Cinq Européens, dont le vice-consul italien, ont été pris en embuscade et tués par des tirs de mitrailleuses à Élisabethville et la quasi-totalité de la population européenne de Luluabourg s’est barricadée dans un immeuble de bureaux pour des raisons de sécurité. On estime que deux douzaines d’Européens ont été assassinés lors de la mutinerie. Lumumba et Kasa-Vubu ont entrepris une tournée à travers le pays pour promouvoir la paix et nommer de nouveaux commandants de l’ANC.

La Belgique est intervenue le 10 juillet, envoyant 6 000 soldats au Congo, apparemment pour protéger ses citoyens des violences. La plupart des Européens se sont rendus dans la province du Katanga, qui possédait une grande partie des ressources naturelles du Congo. Bien que personnellement en colère, Lumumba a toléré l’action le 11 juillet, à condition que les forces belges n’agissent que pour protéger leurs citoyens, suivent la direction de l’armée congolaise et cessent leurs activités une fois l’ordre rétabli. Le même jour, la marine belge a bombardé Matadi après avoir évacué ses citoyens, tuant 19 Congolais. Cela a considérablement enflammé les tensions, conduisant à de nouvelles attaques congolaises contre les Européens. Peu de temps après, les forces belges se sont déplacées pour occuper des villes à travers le pays, y compris la capitale, où elles ont affronté des soldats congolais. Dans l’ensemble, l’intervention belge a aggravé la situation de l’ANC.

L’État du Katanga a déclaré son indépendance sous la direction du Premier ministre régional Moïse Tshombe le 11 juillet, avec le soutien du gouvernement belge et de sociétés minières telles que l’Union Minière. Lumumba et Kasa-Vubu se sont vu refuser l’utilisation de la piste d’atterrissage d’Élisabethville le lendemain et sont retournés dans la capitale, pour être accostés par des Belges en fuite. Ils ont envoyé une protestation contre le déploiement belge aux Nations Unies, demandant qu’ils se retirent et soient remplacés par une force internationale de maintien de la paix.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 143 du Conseil de sécurité des Nations Unies, appelant au retrait immédiat des forces belges et à la création de l’Opération des Nations Unies au Congo (ONUC). Malgré l’arrivée des troupes de l’ONU, les troubles se sont poursuivis. Lumumba a demandé aux troupes de l’ONU de réprimer la rébellion au Katanga, mais les forces de l’ONU n’étaient pas autorisées à le faire dans le cadre de leur mandat. Le 14 juillet, Lumumba et Kasa-Vubu ont rompu leurs relations avec la Belgique. Frustrés de traiter avec l’Occident, ils ont envoyé un télégramme au Premier ministre soviétique Nikita Khrouchtchev, lui demandant de surveiller de près la situation au Congo. 

Voyage à l’étranger

Lumumba a décidé de se rendre à New York afin d’exprimer personnellement la position de son gouvernement aux Nations Unies. Peu avant son départ, il a annoncé qu’il avait signé un accord économique avec un homme d’affaires américain qui avait créé la Congo International Management Corporation (CIMCO). Selon le contrat (qui n’avait pas encore été ratifié par le Parlement), la CIMCO devait former une société de développement pour investir et gérer certains secteurs de l’économie. Il a également déclaré qu’il approuvait la deuxième résolution du Conseil de sécurité, ajoutant que « L’aide soviétique n’était plus nécessaire » et a annoncé son intention de demander une assistance technique aux États-Unis. Le 22 juillet, Lumumba a quitté le Congo pour New York. Lui et son entourage sont arrivés aux États-Unis deux jours plus tard après de brèves escales à Accra et à Londres. Là, ils ont rendez-vous avec sa délégation de l’ONU à l’hôtel Barclay pour préparer des réunions avec des responsables de l’ONU. Lumumba s’est concentré sur la discussion du retrait des troupes belges et diverses options d’assistance technique avec Dag Hammarskjöld. Les diplomates africains souhaitent vivement que les réunions soient couronnées de succès ; ils ont convaincu Lumumba d’attendre que le Congo soit plus stable avant de conclure d’autres accords économiques majeurs (comme l’accord CIMCO). Lumumba a vu Hammarskjöld et d’autres membres du personnel du Secrétariat des Nations Unies les 24, 25 et 26 juillet. Bien que Lumumba et Hammarskjöld aient été contraints l’un vers l’autre, leurs discussions se sont bien déroulées. Lors d’une conférence de presse, Lumumba a réaffirmé l’engagement de son gouvernement à un « neutralisme positif ».

Le 27 juillet, Lumumba s’est rendu à Washington, D.C., la capitale des États-Unis. Il a rencontré le secrétaire d’État américain et a demandé une assistance financière et technique. Le gouvernement américain a informé Lumumba qu’il n’offrirait de l’aide que par le biais de l’ONU. Le lendemain, il a reçu un télégramme de Gizenga détaillant un affrontement à Kolwezi entre les forces belges et congolaises. Lumumba a estimé que l’ONU entravait ses tentatives d’expulser les troupes belges et de vaincre les rebelles katangais. Le 29 juillet, il s’est rendu à Ottawa, la capitale du Canada. Les Canadiens ont rejeté une demande de techniciens et déclaré qu’ils achemineraient leur aide par le biais des Nations Unies. Frustré, Lumumba a rencontré l’ambassadeur soviétique et a discuté d’un don d’équipement militaire. Lorsqu’il est retourné à New York le lendemain soir, il a été retenu vers l’ONU. L’attitude du gouvernement des États-Unis est devenue plus négative, en raison des informations faisant état de viols et de violences commis par des soldats de l’ANC et de l’examen minutieux de la Belgique. Ce dernier a regretté que Lumumba ait reçu un accueil de haut niveau à Washington. Le gouvernement belge considérait Lumumba comme communiste, anti-blanc et anti-occidental. Compte tenu de son expérience au Congo, de nombreux autres gouvernements occidentaux ont donné foi à l’opinion belge.

Frustré par l’inaction apparente de l’ONU envers le Katanga à son départ des États-Unis, Lumumba a décidé de retarder son retour au Congo. Il a visité plusieurs États africains. Cela a apparemment été fait pour faire pression sur Hammarskjöld et, à défaut, chercher des garanties de soutien militaire bilatéral pour réprimer le Katanga. Du 2 au 8 août, Lumumba a effectué une tournée en Tunisie, au Maroc, en Guinée, au Ghana, au Libéria et au Togo. Il a été bien reçu dans chaque pays et a publié des communiqués conjoints avec leurs chefs d’État respectifs. La Guinée et le Ghana ont promis un soutien militaire indépendant, tandis que les autres ont exprimé leur désir de travailler par le biais des Nations Unies pour résoudre la sécession katangaise. Au Ghana, Lumumba a signé un accord secret avec le président Nkrumah prévoyant une « Union des États africains ». Centrée à Léopoldville, elle devait être une fédération à gouvernement républicain. Ils ont convenu de tenir un sommet des États africains à Léopoldville du 25 au 30 août pour approfondir la question. Lumumba est retourné au Congo, apparemment confiant qu’il pouvait désormais dépendre de l’assistance militaire africaine. Il pensait également qu’il pourrait obtenir une assistance technique bilatérale africaine, ce qui le mettait en contradiction avec l’objectif d’Hammarskjöld de canaliser le soutien par le biais de l’ONUC. Lumumba et certains ministres se méfiaient de l’option de l’ONU, car elle leur fournirait des fonctionnaires qui ne répondraient pas directement à leur autorité.

Tentatives de re-consolidation

Le 9 août, Lumumba a proclamé un état d’exception (ou état d’urgence) dans tout le Congo. Il a par la suite émis plusieurs ordres afin de réaffirmer sa domination sur la scène politique. Le premier a interdit la formation d’associations sans sanction gouvernementale. Un deuxième a affirmé le droit du gouvernement d’interdire les publications qui produisent des documents susceptibles de déconsidérer l’administration. Le 11 août, le Courrier d’Afrique a publié un éditorial déclarant que les Congolais ne voulaient pas tomber « sous un deuxième type d’esclavage ». Le rédacteur en chef a été sommairement arrêté et quatre jours plus tard, la publication du quotidien a cessé. Peu de temps après, le gouvernement a fermé les services de fil de Belga et de l’Agence France-Presse. Les restrictions de la presse ont suscité une vague de critiques sévères de la part des médias belges. Lumumba a décrété la nationalisation des bureaux locaux de Belga, créant l’Agence Congolaise de Presse comme moyen d’éliminer ce qu’il considérait comme un centre de reportage biaisé, ainsi que de créer un service par lequel la plateforme du gouvernement pourrait être plus facilement communiquée. Une autre ordonnance stipulait que l’approbation officielle devait être obtenue six jours avant les rassemblements publics. Le 16 août, Lumumba a annoncé la mise en place d’un régime militaire spécial pour une durée de six mois, y compris la création de tribunaux militaires.

Tout au long du mois d’août, Lumumba s’est retiré de plus en plus de son cabinet et a consulté des responsables et des ministres en qui il avait confiance, tels que Mpolo, Mbuyi, Kashamura, Gizenga et Kiwewa. Le bureau de Lumumba était en plein désarroi et peu de membres de son personnel ont fait du travail. Son chef de cabinet, Damien Kandolo, était souvent absent et a agi comme espion au nom du gouvernement belge. Lumumba recevait constamment des rumeurs d’informateurs et de la Sûreté, l’encourageant à se méfier profondément des autres. Afin de le tenir informé, Michel a fait appel à trois opérateurs télex belges, qui lui ont fourni des copies de toutes les dépêches journalistiques sortantes. 

Lumumba a immédiatement ordonné aux troupes congolaises de réprimer la rébellion dans le sud du Kasaï, qui abritait des liaisons ferroviaires stratégiques nécessaires à une campagne au Katanga. L’opération a réussi, mais le conflit s’est rapidement transformé en violence ethnique. L’armée s’est impliquée dans les massacres de civils luba. Le peuple et les politiciens du sud du Kasaï ont tenu Lumumba personnellement responsable des actions de l’armée. Kasa-Vubu a annoncé publiquement que seul un gouvernement fédéraliste pouvait apporter la paix et la stabilité au Congo. Cela a brisé son alliance politique ténue avec Lumumba et fait pencher la faveur politique dans le pays loin de l’État unitaire de Lumumba. Des tensions ethniques se sont élevées contre lui (en particulier autour de Léopoldville), et l’Église catholique, toujours puissante dans le pays, a ouvertement critiqué son gouvernement. 

Même avec le sud du Kasaï maîtrisé, le Congo n’avait pas la force nécessaire pour reprendre le Katanga. Lumumba avait convoqué une conférence africaine à Léopoldville du 25 au 31 août, mais aucun chef d’État étranger n’est apparu et aucun pays n’a promis un soutien militaire. Lumumba a exigé une fois de plus que les soldats de maintien de la paix de l’ONU aident à réprimer la révolte, menaçant de faire venir des troupes soviétiques s’ils refusaient. L’ONU a par la suite refusé à Lumumba l’utilisation de ses forces. La possibilité d’une intervention soviétique directe était considérée de plus en plus probable.

Patrice Lumumba : Congédiement

Ordonnance de révocation de Kasa-Vubu

Le président Kasa-Vubu a commencé à craindre un coup d’État lumumbiste. Le soir du 5 septembre, Kasa-Vubu a annoncé à la radio qu’il avait licencié Lumumba et six de ses ministres du gouvernement pour les massacres dans le Sud. Kasaï et pour avoir impliqué les Soviétiques au Congo. En entendant l’émission, Lumumba s’est rendu à la station de radio nationale, qui était sous la garde de l’ONU. Bien qu’ils aient reçu l’ordre d’interdire l’entrée de Lumumba, les troupes de l’ONU ont autorisé le Premier ministre à entrer, car elles n’avaient pas d’instructions spécifiques pour recourir à la force contre lui. Lumumba a dénoncé son licenciement à la radio comme illégitime, et à son tour a qualifié Kasa-Vubu de traître et l’a déclaré destitué. Kasa-Vubu n’avait déclaré l’approbation d’aucun ministre responsable de sa décision, rendant son action juridiquement invalide. Lumumba l’a noté dans une lettre à Hammarskjöld et une émission de radio à 05h30 le 6 septembre. Plus tard dans la journée, Kasa-Vubu a réussi à obtenir les contresignatures à son ordre d’Albert Delvaux, ministre résident en Belgique, et de Justin Marie Bomboko, ministre des Affaires étrangères. Avec eux, il a de nouveau annoncé le licenciement de Lumumba et de six autres ministres à 16h00 sur la radio de Brazzaville.

Lumumba et les ministres qui lui sont restés fidèles ont ordonné l’arrestation de Delvaux et Bomboko pour contreseing de l’ordre de révocation. Ce dernier s’est réfugié dans le palais présidentiel (qui était gardé par des soldats de la paix des Nations Unies), mais tôt le matin du 7 septembre, le premier a été détenu et confiné dans la résidence du Premier ministre. Entre-temps, la Chambre s’est réunie pour discuter de l’ordonnance de licenciement de Kasa-Vubu et entendre la réponse de Lumumba. Delvaux a fait une apparition inattendue et s’est rendu à l’estrade pour dénoncer son arrestation et déclarer sa démission du gouvernement. Il a été applaudi avec enthousiasme par l’opposition. Lumumba a ensuite prononcé son discours. Au lieu d’attaquer directement Kasa-Vubu ad hominem, Lumumba a accusé les politiciens obstructionnistes et ABAKO d’utiliser la présidence comme un front pour déguiser leurs activités. Il a noté que Kasa-Vubu n’avait jamais auparavant critiqué le gouvernement et décrit leur relation comme une coopération. Il a fustigé Delvaux et le ministre des Finances Pascal Nkayi pour leur rôle dans les négociations de Genève et pour leur incapacité à consulter le reste du gouvernement. Lumumba a suivi ses arguments par une analyse de la Loi Fondementale et a fini par demander au Parlement de constituer une « commission des sages » pour examiner les problèmes du Congo.

La Chambre, sur la suggestion de son président, a voté en annulation des déclarations de licenciement de Kasa-Vubu et de Lumumba, 60 à 19. Le lendemain, Lumumba a prononcé un discours similaire devant le Sénat, qui a ensuite remis au gouvernement un vote de confiance, 49 à zéro avec sept abstentions. Selon l’article 51, le Parlement a obtenu le « privilège exclusif » d’interpréter la constitution. En cas de doute et de controverse, les Congolais étaient à l’origine censés saisir le Conseil d’État belge des questions constitutionnelles. Avec la rupture des relations en juillet, cela n’était plus possible, donc aucune interprétation ou médiation faisant autorité n’était disponible pour apporter une solution juridique au différend.

De nombreux diplomates africains et le nouveau chef de l’ONUC, Rajeshwar Dayal, ont tenté d’amener le président et le Premier ministre à concilier leurs divergences, mais ont échoué. Le 13 septembre, le Parlement a tenu une session conjointe entre la Chambre des députés et le Sénat. Bien que plusieurs membres n’aient pas atteint le quorum, ils ont voté pour accorder des pouvoirs d’urgence à Lumumba. 

Coup d’État de Mobutu

Le 14 septembre, Mobutu a annoncé à la radio qu’il allait lancer une  « révolution pacifique  » pour sortir de l’impasse politique et donc neutraliser le président, les gouvernements respectifs de Lumumba et d’Iléo, et le Parlement jusqu’au 31 décembre. Il a déclaré que des « techniciens » dirigeraient l’administration pendant que les politiciens régleraient leurs différends. Lors d’une conférence de presse qui a suivi, il a précisé que les diplômés universitaires congolais seraient invités à former un gouvernement et a en outre déclaré que tous les pays du bloc de l’Est devraient fermer leurs ambassades. Lumumba a été surpris par le coup d’État et ce soir-là, il s’est rendu au Camp Léopold II à la recherche de Mobutu pour essayer de changer d’avis. Il y a passé la nuit mais a été attaqué le matin par des soldats luba, qui lui ont reproché les atrocités commises dans le sud du Kasaï. Un contingent ghanéen de l’ONUC a réussi à le dégager, mais sa mallette a été laissée derrière. Certains de ses opposants politiques l’ont récupéré et ont publié des documents qu’il contiendrait, notamment des lettres de Nkrumah, des appels au soutien adressés à l’Union soviétique et à la République populaire de Chine, un mémorandum daté du 16 septembre déclarant la présence de troupes soviétiques dans la semaine, et une lettre datée du 15 septembre de Lumumba aux présidents de province (à l’exception de Tshombe) intitulée « Mesures à appliquer pendant les premières étapes de la dictature ». Certains de ces documents étaient authentiques, tandis que d’autres, en particulier le mémorandum et la lettre aux présidents de province, étaient presque certainement des faux. 

Malgré le coup d’État, les diplomates africains ont toujours œuvré pour une réconciliation entre Lumumba et Kasa-Vubu. Selon les Ghanéens, un accord de principe verbal concernant une coopération plus étroite entre le chef de l’État et le gouvernement a été mis par écrit. Lumumba l’a signé, mais Kasa-Vubu a soudainement refusé de rendre la pareille. Les Ghanéens soupçonnaient la Belgique et les États-Unis d’être responsables. Kasa-Vubu était désireux de réintégrer le Katanga au Congo par le biais de négociations, et Tshombe avait déclaré qu’il ne participerait à aucune discussion avec un gouvernement comprenant le Lumumba « communiste ».

Après consultation avec Kasa-Vubu et Lumumba, Mobutu a annoncé qu’il convoquerait une table ronde pour discuter de l’avenir politique du Congo. Ses tentatives de donner suite ont été perturbées par Lumumba qui, depuis sa résidence officielle, agissait comme s’il occupait toujours le poste de premier ministre. Il a continué à tenir des réunions avec des membres de son gouvernement, des sénateurs, des députés et des partisans politiques et à publier des déclarations publiques. À plusieurs reprises, il a quitté sa résidence pour visiter les restaurants de la capitale, affirmant qu’il détenait toujours le pouvoir. Frustré par la façon dont il était traité par Lumumba et faisant face à d’intenses pressions politiques, à la fin du mois, Mobutu n’encourageait plus la réconciliation ; il s’était aligné avec Kasa-Vubu. Il a ordonné aux unités de l’ANC d’entourer la résidence de Lumumba, mais un cordon de soldats de la paix des Nations Unies les a empêchés de procéder à une arrestation. Lumumba a été confiné à son domicile. Le 7 octobre, Lumumba a annoncé la formation d’un nouveau gouvernement comprenant Bolikango et Kalonji, mais il a proposé plus tard que l’ONU supervise un référendum national qui réglerait la scission au sein du gouvernement. 

Le 24 novembre, l’ONU a voté pour reconnaître les nouveaux délégués de Mobutu à l’Assemblée générale, sans tenir compte des nominations originales de Lumumba. Lumumba a décidé de rejoindre le vice-Premier ministre Antoine Gizenga à Stanleyville et de mener une campagne pour reprendre le pouvoir. Le 27 novembre, il a quitté la capitale en convoi de neuf voitures avec Rémy Mwamba, Pierre Mulele, son épouse Pauline et son plus jeune enfant. Au lieu de se diriger en toute hâte vers la frontière de la province Orientale – où des soldats fidèles à Gizenga attendaient de le recevoir – Lumumba tarda à visiter les villages et à converser avec les habitants. Le 1er décembre, les troupes de Mobutu ont rattrapé son parti alors qu’il traversait la rivière Sankuru à Lodi. Lumumba et ses conseillers étaient arrivés de l’autre côté, mais sa femme et son enfant devaient être capturés sur la rive. Craignant pour leur sécurité, Lumumba a repris le ferry, contre l’avis de Mwamba et Mulele, qui, craignant de ne jamais le revoir, lui ont dit au revoir. Les hommes de Mobutu l’ont arrêté. Il a été transféré à Port Francqui le lendemain et ramené à Léopoldville. Mobutu a affirmé que Lumumba serait jugé pour avoir incité l’armée à la rébellion et à d’autres crimes.

Réponse de l’ONU

Le Secrétaire général des Nations Unies, Dag Hammarskjöld, a lancé un appel à Kasa-Vubu pour lui demander de traiter Lumumba conformément à la procédure. L’Union soviétique a dénoncé Hammarskjöld et le Premier Monde comme responsables de l’arrestation de Lumumba et a demandé sa libération.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a été convoqué le 7 décembre 1960 pour examiner les demandes soviétiques visant à ce que l’ONU demande la libération immédiate de Lumumba, la restauration immédiate de Lumumba à la tête du gouvernement du Congo, le désarmement des forces de Mobutu et l’évacuation immédiate de Belges du Congo. Les Soviétiques ont également demandé la démission immédiate de Hammarskjöld, l’arrestation de Mobutu et de Tshombe et le retrait des forces de maintien de la paix de l’ONU. Hammarskjöld, répondant aux critiques soviétiques de ses opérations au Congo, a déclaré que si les forces de l’ONU étaient retirées du Congo, « je crains que tout s’effondre ».

La menace pour la cause des Nations Unies a été intensifiée par l’annonce du retrait de leurs contingents par la Yougoslavie, la République arabe unie, Ceylan, l’Indonésie, le Maroc et la Guinée. La résolution pro-Lumumba a été défaite le 14 décembre 1960 par 8 voix contre 2. Le même jour, l’Union soviétique a opposé son veto à une résolution occidentale qui aurait donné à Hammarskjöld des pouvoirs accrus pour faire face à la situation au Congo.

Derniers jours et exécution

Lumumba a été envoyée pour la première fois le 3 décembre 1960 à la caserne militaire de Thysville Camp Hardy, à 150 km (environ 100 miles) de Léopoldville. Il était accompagné de Maurice Mpolo et Joseph Okito, deux associés politiques qui avaient prévu de l’aider à mettre en place un nouveau gouvernement. Ils étaient mal nourris par les gardiens de prison, selon les ordres de Mobutu. Dans la dernière lettre documentée de Lumumba, il a écrit à Rajeshwar Dayal : « en un mot, nous vivons dans des conditions absolument impossibles ; de plus, ils sont contraires à la loi ».

Au matin du 13 janvier 1961, la discipline au camp Hardy vacilla. Les soldats ont refusé de travailler à moins d’être payés ; ils ont reçu un total de 400 000 francs (8 000 dollars) du Cabinet du Katanga. Certains ont soutenu la libération de Lumumba, tandis que d’autres pensaient qu’il était dangereux. Kasa-Vubu, Mobutu, le ministre des Affaires étrangères Justin Marie Bomboko et le chef des services de sécurité Victor Nendaka sont arrivés personnellement au camp et ont négocié avec les troupes. Le conflit a été évité, mais il est devenu évident que la détention d’un prisonnier controversé dans le camp représentait un trop grand risque. Harold Charles d’Aspremont Lynden, le dernier ministre belge des Colonies, a ordonné que Lumumba, Mpolo et Okito soient emmenés dans l’État du Katanga. 

Lumumba a été retenu de force lors du vol vers Elisabethville le 17 janvier 1961. À leur arrivée, lui et ses associés ont été conduits en état d’arrestation à la maison Brouwez, où ils ont été brutalement battus et torturés par des officiers katangais et belges, tandis que le président Tshombe et son cabinet décidaient quoi faire de lui. 

Plus tard dans la nuit, Lumumba a été conduit dans un endroit isolé où trois unités de tir avaient été rassemblées. Une commission d’enquête belge a constaté que l’exécution avait été effectuée par les autorités du Katanga. Il a indiqué que le président Tshombe et deux autres ministres étaient présents, avec quatre officiers belges sous le commandement des autorités katangaises. Lumumba, Mpolo et Okito étaient alignés contre un arbre et tiraient un à la fois. L’exécution aurait eu lieu le 17 janvier 1961, entre 21h40 et 21h43 (selon le rapport belge). Les Belges et leurs homologues ont ensuite souhaité se débarrasser des corps, et l’ont fait en déterrant et en démembrant les cadavres, puis en les dissolvant dans de l’acide sulfurique tandis que les os étaient broyés et éparpillés. 

Annonce de décès

Aucune déclaration n’a été publiée que trois semaines plus tard, malgré les rumeurs selon lesquelles Lumumba était mort. Le 10 février, la radio a annoncé que Lumumba et deux autres prisonniers s’étaient évadés. Sa mort a été officiellement annoncée par la radio katangaise le 13 février : il aurait été tué par des villageois enragés trois jours après s’être échappé de la ferme de la prison de Kolatey. 

Après l’annonce de la mort de Lumumba, des manifestations de rue ont été organisées dans plusieurs pays européens ; à Belgrade, des manifestants ont limogé l’ambassade de Belgique et ont confronté la police, et à Londres, une foule a marché de Trafalgar Square à l’ambassade de Belgique, où une lettre de protestation a été remise et où des manifestants se sont affrontés avec la police. À New York, une manifestation au Conseil de sécurité des Nations Unies est devenue violente et s’est répandue dans les rues.

Implication étrangère dans sa mort

La Belgique et les États-Unis ont été influencés par la guerre froide dans leurs positions envers Lumumba, car ils craignaient l’influence communiste. Ils pensaient qu’il semblait graviter vers l’Union soviétique, bien que selon Sean Kelly, qui a couvert les événements en tant que correspondant pour Voice of America, ce n’était pas parce que Lumumba était communiste, mais parce que l’URSS était le seul endroit où il pouvait trouver le soutien aux efforts de son pays pour se débarrasser de la domination coloniale. Les États-Unis ont été le premier pays à qui Lumumba a demandé de l’aide. Lumumba, pour sa part, a nié être communiste et a déclaré qu’il trouvait le colonialisme et le communisme tout aussi déplorables. Il a professé sa préférence personnelle pour la neutralité entre l’Est et l’Ouest. 

Implication belge

Le 18 janvier, paniqués par les informations selon lesquelles l’enterrement des trois corps avait été observé, des membres de l’équipe d’exécution sont allés déterrer les restes et les déplacer pour les réenterrer à un endroit proche de la frontière avec la Rhodésie du Nord. Le commissaire de la police belge, Gerard Soete, a admis plus tard dans plusieurs récits que lui et son frère avaient dirigé l’exhumation initiale. Le commissaire de police Frans Verscheure y a également participé. L’après-midi et le soir du 21 janvier, le commissaire Soete et son frère ont déterré le cadavre de Lumumba pour la deuxième fois, l’ont coupé avec une scie à métaux et l’ont dissous dans de l’acide sulfurique concentré.

À la fin du 20e et au début du 21e siècle, l’assassinat de Lumumba a fait l’objet d’une enquête. Dans une interview à la télévision belge en 1999 dans une émission sur son assassinat, Soete a montré une balle et deux dents qu’il a affirmé avoir sauvées du corps de Lumumba. Selon la Commission belge de 2001 enquêtant sur l’assassinat de Lumumba : (1) la Belgique voulait que Lumumba soit arrêté, (2) la Belgique n’était pas particulièrement préoccupée par le bien-être physique de Lumumba, et (3) bien qu’informée du danger pour la vie de Lumumba, la Belgique n’a pris aucune action pour éviter sa mort. Le rapport concluait que la Belgique n’avait pas ordonné l’assassinat de Lumumba. [149] En février 2002, le gouvernement belge s’est officiellement excusé auprès du peuple congolais et a reconnu une « responsabilité morale » et « une part irréfutable de responsabilité dans les événements qui ont conduit à la mort de Lumumba ». 

L’exécution de Lumumba a été exécutée par un peloton d’exécution dirigé par le mercenaire belge Julien Gat. Le commissaire de police katangais Verscheure, qui était belge de descendance, avait la direction générale du site d’exécution. 

Au début du 21e siècle, l’écrivain Ludo De Witte a trouvé des ordres écrits du gouvernement belge qui avaient demandé l’exécution de Lumumba et des documents sur divers arrangements, tels que les escadrons de la mort. Il a publié un livre en 2003 sur l’assassinat de Lumumba.

Participation des États-Unis

Le rapport de 2001 de la Commission belge décrit les précédents complots américains et belges visant à tuer Lumumba. Parmi eux se trouvait une tentative parrainée par la Central Intelligence Agency de l’empoisonner, qui a été ordonnée par le président américain Dwight D. Eisenhower. Le chimiste de la CIA, Sidney Gottlieb, une personne clé de ce plan, a conçu un poison ressemblant à un dentifrice. En septembre 1960, Gottlieb a apporté un flacon de poison au Congo avec des plans pour le placer sur la brosse à dents de Lumumba. Ce complot a été abandonné, prétendument parce que Larry Devlin, chef de la station de la CIA pour le Congo, a refusé la permission. 

Comme le souligne Madeleine G. Kalb dans son livre, Congo Cables, le dossier montre que de nombreuses communications de Devlin à l’époque préconisaient l’élimination de Lumumba. En outre, le chef de la station de la CIA a aidé à diriger la recherche pour capturer Lumumba pour le transférer à ses ennemis au Katanga. Devlin a participé à l’organisation du transfert de Lumumba au Katanga et le chef de la base de la CIA à Elizabethville était en contact direct avec les tueurs la nuit où Lumumba a été tué. John Stockwell, un officier de la CIA au Congo puis un chef de poste de la CIA, a écrit en 1978 qu’un agent de la CIA avait le corps dans le coffre de sa voiture pour essayer de s’en débarrasser. Stockwell, qui connaissait bien Devlin, pensait que Devlin en savait plus que quiconque sur le meurtre. 

L’inauguration de John F. Kennedy en janvier 1961 a fait craindre à la faction de Mobutu, et au sein de la CIA, que l’administration démocrate entrante favorise le Lumumba emprisonné. En attendant son investiture présidentielle, Kennedy en était venu à croire que Lumumba devait être remis en liberté, mais pas autorisé à reprendre le pouvoir. Lumumba a été tué trois jours avant l’inauguration de Kennedy le 20 janvier, bien que Kennedy n’apprendra pas le meurtre avant le 13 février.

Comité de l’église

En 1975, le Comité de l’Église a déclaré officiellement que le chef de la CIA, Allen Dulles, avait ordonné l’assassinat de Lumumba comme « un objectif urgent et primordial ». De plus, des câbles déclassifiés de la CIA cités ou mentionnés dans le rapport de l’Église et dans Kalb (1982) mentionnent deux complots spécifiques de la CIA pour assassiner Lumumba: le complot du poison et un complot de tir.

Le Comité a par la suite constaté que, bien que la CIA ait conspiré pour tuer Lumumba, elle n’était pas directement impliquée dans le meurtre.

Documents du gouvernement américain

Au début du 21e siècle, des documents déclassifiés ont révélé que la CIA avait comploté pour assassiner Lumumba. Ces documents indiquent que les dirigeants congolais qui ont tué Lumumba, dont Mobutu Sese Seko et Joseph Kasa-Vubu, ont reçu de l’argent et des armes directement de la CIA. Cette même révélation a montré qu’à cette époque, le gouvernement américain croyait que Lumumba était un communiste et le craignait à cause de ce qu’il considérait comme la menace de l’Union soviétique pendant la guerre froide.

En 2000, une interview récemment déclassifiée avec Robert Johnson, qui était le minuteskeeper du US National Security Council à l’époque en question, a révélé que le président américain Eisenhower avait dit « quelque chose au chef de la CIA Allen Dulles à l’effet que Lumumba devrait être éliminés.  » L’interview de la commission d’enquête du Sénat sur les actions secrètes a été publiée en août 2000. 

En 2013, le Département d’État américain a admis que le président Eisenhower avait autorisé le meurtre de Lumumba. Cependant, des documents publiés en 2017 ont révélé qu’un rôle américain dans le meurtre de Lumumba n’était envisagé que par la CIA. Le chef de la CIA, Allan Dulles, avait alloué 100 000 $ pour accomplir l’acte, mais le plan n’a pas été exécuté. 

Implication britannique

En avril 2013, dans une lettre à la London Review of Books, le parlementaire britannique David Lea a rapporté avoir discuté de la mort de Lumumba avec l’officier du M6 Daphne Park peu de temps avant sa mort en mars 2010. Park avait été affecté à Léopoldville au moment de la mort de Lumumba, et était plus tard un porte-parole semi-officiel du MI6 à la Chambre des Lords. Selon Lea, quand il a mentionné « le tumulte » entourant l’enlèvement et le meurtre de Lumumba, et a rappelé la théorie selon laquelle le MI6 aurait pu avoir « quelque chose à voir avec cela », Park a répondu : « Nous l’avons fait. Je l’ai organisé. » La BBC a indiqué que, par la suite, des « sources de Whitehall » ont qualifié les allégations d’implication du MI6 de « spéculatives ». 

Patrice Lumumba : Idéologie politique et rhétorique

Lumumba n’a pas adopté une plate-forme politique ou économique complète. Il a été le premier Congolais à articuler un récit du Congo qui contredit les vues belges traditionnelles de la colonisation, et il a souligné la souffrance de la population indigène sous la domination européenne. Lumumba était le seul parmi ses contemporains à inclure tous les Congolais dans son récit (les autres ont limité leurs discussions à leurs ethnies ou régions respectives), et il a offert une base pour l’identité nationale qui était fondée sur la survie à la victimisation coloniale, ainsi comme la dignité innée, l’humanité, la force et l’unité du peuple. L’idéal humaniste de Lumumba comprenait les valeurs de l’égalitarisme, de la justice sociale, de la liberté et de la reconnaissance des droits fondamentaux. Il considérait l’État comme un défenseur positif du bien-être public et de son intervention dans la société congolaise nécessaire pour garantir l’égalité, la justice et l’harmonie sociale. 

Héritage

Malgré sa brève carrière politique et sa mort tragique – ou peut-être à cause d’eux – Lumumba est entré dans l’histoire par la porte d’entrée: il est devenu à la fois un drapeau et un symbole. Il a vécu comme un homme libre et un penseur indépendant. Tout ce qu’il a écrit, dit et fait était le produit de quelqu’un qui savait que sa vocation était celle d’un libérateur, et il représente pour le Congo ce que Castro fait pour Cuba, Nasser pour l’Égypte, Nkrumah pour le Ghana, Mao Tse-tung pour la Chine, et Lénine pour la Russie.– Thomas Kanza, ami et collègue de Lumumba, 1972

Historiographie

Dans les années qui ont suivi sa mort, des idées fausses sur Lumumba ont persisté à la fois de la part de ses partisans et de ses critiques. La littérature belge dans les décennies qui ont suivi la crise du Congo l’a dépeint comme incompétent, démagogique, agressif, ingrat, peu diplomatique et communiste. La plupart des africanistes du XXe siècle, comme Jean-Claude Willame, considéraient Lumumba comme un idéaliste intransigeant et irréaliste sans aucun programme tangible qui se distancie de ses contemporains et aliène le monde occidental avec une rhétorique anticoloniale radicale. Ils le considéraient comme très responsable de la crise politique qui avait entraîné sa chute. Une poignée d’autres écrivains, comme Jean-Paul Sartre, partageaient la conviction que les objectifs de Lumumba étaient inatteignables en 1960, mais le considéraient néanmoins comme un martyr de l’indépendance congolaise aux mains de certains intérêts occidentaux et victime d’événements sur lesquels il n’avait pas grand-chose. contrôle. Selon le sociologue Ludo De Witte, ces deux perspectives surestiment les faiblesses politiques et l’isolement de Lumumba. 

Le récit conventionnel de la présidence et de la chute de Lumumba – qu’il était un radical intransigeant qui a provoqué son propre meurtre en provoquant la colère des séparatistes nationaux – a été sérieusement contesté par le travail de De Witte de 2001, L’assassinat de Patrice Lumumba, qui a fourni la preuve que le gouvernement belge – avec le complicité des États-Unis et de l’ONU – était en grande partie responsable de sa mort. La discussion médiatique sur Lumumba, stimulée par la sortie du livre ainsi que d’un long métrage en 2000, Lumumba, est devenue beaucoup plus positive par la suite. Un nouveau récit a ensuite émergé, tenant l’espionnage occidental responsable de la mort de Lumumba et soulignant la menace que son appel charismatique faisait peser sur les intérêts occidentaux. Le rôle de Lumumba dans le mouvement pour l’indépendance congolaise est bien documenté, et il est généralement reconnu comme son leader le plus important et le plus influent. Ses exploits sont généralement célébrés comme l’œuvre de lui en tant qu’individu et non pas celle d’un plus grand mouvement. 

Impact politique

En raison de sa carrière relativement courte au sein du gouvernement, de son retrait rapide du pouvoir et de sa mort controversée, aucun consensus n’a été atteint sur l’héritage politique de Lumumba. Sa chute a été préjudiciable aux mouvements nationalistes africains, et on se souvient généralement de lui principalement pour son assassinat. De nombreux historiens américains ont cité sa mort comme un facteur majeur contribuant à la radicalisation du mouvement américain des droits civiques dans les années 1960 et de nombreuses organisations et publications militantes afro-américaines ont utilisé les commentaires du public sur sa mort pour exprimer leur idéologie. La mémoire populaire de Lumumba a souvent rejeté sa politique et l’a réduit à un symbole. L’héritage idéologique de Lumumba est connu sous le nom de Lumumbisme (français pour Lumumbism). Plutôt qu’une doctrine complexe, elle est généralement conçue comme un ensemble de principes fondamentaux comprenant le nationalisme, le panafricanisme, le non-alignement et le progressisme social. Le mobutisme s’est construit à partir de ces principes. Des étudiants universitaires congolais – qui n’avaient jusqu’à l’indépendance que peu de respect pour Lumumba – ont embrassé le Lumumbisme après sa mort. Selon le politologue Georges Nzongola-Ntalaja, « le plus grand héritage de Lumumba … pour le Congo est l’idéal de l’unité nationale ». Nzongola-Ntalaja a en outre postulé que, suite aux éloges de Lumumba pour le mouvement indépendantiste et son travail pour mettre fin à la sécession katangaise, « le peuple congolais restera probablement ferme dans sa défense de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale, deviendra l’enfer » ou les hautes eaux. « 

Après la répression des rébellions de 1964 et 1965, la plupart de l’idéologie lumumbiste était confinée à des groupes isolés d’intellectuels qui faisaient face à la répression sous le régime de Mobutu. Les centres de popularité de Lumumba au cours de sa vie ont subi un déclin progressif de la fidélité à sa personne et à ses idées. Selon l’africaniste Bogumil Jewishiewicki, en 1999 « le seul noyau lumumbiste survivant fidèle se trouve à Sankuru et Maniema, et sa loyauté est discutable (plus ethnique, régionale et sentimentale qu’idéologique et politique). » L’image de Lumumba était impopulaire en le sud du Kasaï pendant des années après sa mort, car de nombreux Baluba sont restés au courant de la campagne militaire qu’il a ordonnée en août 1960, qui a provoqué de violentes atrocités contre leur peuple. Au moins une douzaine de partis politiques congolais ont affirmé porter l’héritage politique et spirituel de Lumumba. Malgré cela, peu d’entités ont tenté ou réussi à intégrer ses idées dans un programme politique compréhensible. La plupart de ces partis ont reçu peu de soutien électoral, bien que le Parti Lumumbiste Unifié de Gizenga était représenté dans le gouvernement de coalition congolais formé sous le président Joseph Kabila en 2006. Mis à part les groupes étudiants, les idéaux lumumbistes ne jouent qu’un rôle mineur dans la politique congolaise actuelle. 

Martyre

La mort de Lumumba a commencé à prendre une grande importance dans la mémoire collective du peuple congolais dans les années qui ont suivi son décès. Il est perçu que Lumumba a été tué par des machinations occidentales parce qu’il a défendu l’autodétermination du Congo. Le meurtre est considéré dans le contexte de la mémoire comme un moment symbolique où le Congo a perdu sa dignité sur la scène internationale et sa capacité à déterminer son avenir, qui a depuis été contrôlé par l’Occident. La détermination de Lumumba à poursuivre ses objectifs est extrapolée au peuple congolais comme le sien ; garantir la dignité et l’autodétermination du Congo garantirait ainsi leur « rachat » de la victimisation par les puissances occidentales. La journaliste Michela Wrong a fait remarquer qu ‘ »il est vraiment devenu un héros après sa mort, d’une manière que l’on doit se demander s’il aurait été un tel héros s’il était resté et avait dirigé le pays et avait fait face à tous les problèmes que la gestion d’un pays comme grand comme le Congo l’aurait inévitablement apporté.  » L’historien Pedro Monaville a écrit que » son statut mondialement emblématique n’était pas à la mesure de son héritage plus complexe au Congo « .

Dans la culture populaire

Lumumba est considérée comme l’un des « pères de l’indépendance » du Congo. L’image de Lumumba apparaît fréquemment dans les médias sociaux et est souvent utilisée comme un cri de ralliement dans les manifestations de défiance sociale. Sa figure est répandue dans l’art et la littérature, principalement en dehors du Congo. Il a été référencé par de nombreux écrivains afro-américains du mouvement américain des droits civiques, en particulier dans leurs travaux de l’ère post-droits civiques. De nombreuses chansons et pièces de théâtre lui ont été dédiées, et beaucoup ont fait l’éloge de son caractère, le contrastant avec la nature présumée irresponsable et indisciplinée du peuple congolais. Parmi les œuvres les plus importantes qui le mettent en vedette figurent la pièce d’Aimé Césaire de 1966, Une saison au Congo, et le documentaire de Raoul Peck de 1992 et le long métrage de 2000, Lumumba, la mort d’un prophète et Lumbumba, respectivement. En musique, on se souvient de lui dans la chanson « Lumumba » de Miriam Makeba, « Done too Soon » de Neil Diamond et « Waltz for Lumumba » du Spencer Davis Group. Son nom est également mentionné dans la musique rap. Arrested Development, Nas, David Banner, Black Thought, Damso, Baloji, Médine, Sammus et bien d’autres l’ont mentionné dans leur travail. Dans la peinture populaire, il est souvent associé à des notions de sacrifice et de rédemption, étant même présenté comme un messie, sa chute étant sa passion. Lumumba est relativement absent de l’écriture congolaise, et il est souvent représenté avec seulement des références subtiles ou ambiguës. Les parenthèses fictives de Blood et de Léopolis des auteurs congolais Sony Lab’ou Tansi et Sylvain Bemba, respectivement, présentent des personnages présentant de fortes similitudes avec Lumumba. Dans les hommages écrits à Mobutu, Lumumba est généralement décrit comme un conseiller du premier. L’écrivain Charles Djungu-Simba a fait remarquer que « Lumumba est plutôt considéré comme un vestige du passé, bien qu’illustre » . Son nom de famille est souvent utilisé pour identifier un long verre de chocolat chaud ou froid et de rhum. 

Patrice Lumumba : Hommages

  • En 1966, l’image de Patrice Lumumba a été réhabilitée par le régime Mobutu et il a été proclamé héros national et martyr en République démocratique du Congo. Par un décret présidentiel, la maison Brouwez, lieu de la torture brutale de Lumumba la nuit de son assassinat, est devenue un lieu de pèlerinage au Congo.
  • Le 30 juin 2018, une place Lumumba a été inaugurée à Bruxelles, en Belgique. La place est située à l’entrée du quartier de Matonge et a été inaugurée 58 ans après la déclaration d’indépendance de la République démocratique du Congo.
  • L’Université de l’amitié des peuples de l’URSS a été renommée « Université de l’amitié des peuples Patrice Lumumba » en 1961. En 1992, après la chute de l’Union soviétique, elle a été rebaptisée « Université de l’amitié des peuples de Russie ».
  • Lumumba a été commémorée par une rue de Varsovie entre 1961 et 1993.
  •  Lumumba a été commémorée par une rue de Kiev, en Ukraine (jusqu’en 2016, date à laquelle, afin de se conformer aux lois de décommunisation, cette rue a été renommée).
  • Lumumba a été commémorée par une rue d’Artyomovsk (aujourd’hui Bakhmut), Ukraine.
  • En 1964, Malcolm X a déclaré Patrice Lumumba « le plus grand homme noir qui ait jamais marché sur le continent africain ».
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés