Afrique australe
30 mai 2020

Namibie/Covid-19: le président Geingob a payé une amende pour avoir violé le confinement

Violation du confinement par le président namibien | Alors que la Namibie a décrété un confinement total depuis mars dernier […]

19 septembre 2019 Afrique

Un appel fort de l’Union Africaine pour la promotion de la paix

Luanda (© 2019 Afriquinfos)-La Biennale de Luanda-Forum panafricain pour la culture de paix ouvert ce mercredi 18 septembre, a été […]

Lire la suite »
5 août 2019 Afrique

Namibie : Un nouveau terminal portuaire construit par la Chine

WINDHOEK (© 2019 AFP) – La Namibie a inauguré un nouveau terminal portuaire construit par la Chine qui double sa […]

Lire la suite »
1 juin 2018 Non classé

Affaire uramin: les juges sur la piste des intermédiaires d’Areva en Afrique

(© 2018 Afriquinfos) –Dirigeants africains, hommes d’affaires, conseillers de l’ombre: après trois ans d’enquête sur le rachat désastreux pour Areva […]

Lire la suite »
26 novembre 2017 Ailleurs

Namibie : Hage Geingob préfère la souveraine économique de son pays à l’aide du FMI

Windhoek (© Afriquinfos 2017)-Tout comme ses prédécesseurs Sam Nujoma et Hifikepunye Pohamba qui n’ont jamais sollicité l’aide du   FMI et […]

Lire la suite »
21 août 2017 Rwanda

Rwanda : Paul Kagame a prêté serment pour son 3è mandat

Kigali (© Afriquinfos 2017)- Le président Paul Kagame a prêté serment ce vendredi 18 août devant des milliers de Rwandais […]

Lire la suite »
4 mars 2015 Afrique

Namibie : Hifikepunye Pohamba, lauréat du Prix Mo Ibrahim 2015

Windhoek (© 2015 Afriquinfos) – Après trois années de vacances, le prix Ibrahim Mo a finalement connu un lauréat cette année. Destiné à récompenser les efforts de dirigeants africains en matière de gouvernance, le prix a été officiellement décerné ce lundi 02 mars 2015 au président namibien sortant Hifikepunye Pohamba. Le chef d’Etat est ainsi récompensé pour ses efforts notables en matière de gouvernance dans son pays.

Lire la suite »
17 octobre 2013 Autres

Le Botswana disputera un match amical international de rugby contre la Namibie

GABORONE (Xinhua) – L’équipe nationale féminine de rugby du Botswan a quitté le pays jeudi pour Windhoek, en Namibie pour un match amical international qui se joue samedi.

Lire la suite »
27 novembre 2012 Ailleurs

Namibie : Le parti au pouvoir SWAPO va tenir son congrès électif

HARARE (Xinhua) – Le parti au pouvoir en Namibie, l’Organisation du peuple d’Afrique du Sud-ouest (SWAPO), tiendra un congrès électif à la fin de novembre afin de passer en revue son programme de politique et de choisir ses nouveaux dirigeants.

Lire la suite »

Hage Gottfried Geingob, né le 3 août 1941, est le troisième et actuel président de la Namibie, en fonction depuis le 21 mars 2015. Geingob a été le premier Premier ministre de la Namibie du 21 mars 1990 au 28 août 2002, et a été de nouveau Premier ministre du 4 décembre 2012 au 21 mars 2015. Entre 2008 et 2012, Geingob a été ministre du Commerce et de l’Industrie. Il est également l’actuel président du parti au pouvoir SWAPO depuis son élection à ce poste en novembre 2017.

En novembre 2014, Geingob a été élu président de la Namibie à une écrasante majorité. En novembre 2017, Geingob est devenu le troisième président de la SWAPO après avoir remporté par une large marge lors du 6e congrès du parti. En août 2018, Geingob a entamé un mandat d’un an en tant que président de la Communauté de développement de l’Afrique australe.

Jeunesse de Hage Geingob

Geingob est né à Otjiwarongo, en Afrique du Sud-Ouest (aujourd’hui la Namibie), en 1941. Il a fait ses premières études à Otavi en Afrique du Sud-Ouest dans le cadre du système éducatif bantou. Il a rejoint l’Augustineum, où la plupart des principaux dirigeants politiques de Namibie ont été formés, en 1958. En 1960, il a été expulsé d’Augustineum pour avoir participé à une marche pour protester contre la mauvaise qualité de l’éducation. Il a cependant été réadmis et a terminé le cours de formation des enseignants en 1961. Par la suite, il a accepté un poste d’enseignant à l’école primaire de Tsumeb dans le centre de la Namibie, mais a rapidement découvert que sa soif de connaissances était peu susceptible d’être étanchée en Namibie. En tant qu’enseignant, il détestait également être un instrument peu disposé à perpétuer le système éducatif bantou.

Par conséquent, à la fin de l’année scolaire, il a quitté son emploi pour chercher des connaissances et des instructions qui pourraient l’aider à changer le système. Lui et trois de ses collègues ont marché et fait de l’auto-stop au Botswana pour échapper au système. Du Botswana, il devait se rendre à Dar es Salaam, en Tanzanie, à bord d’un avion affrété par le Congrès national africain (ANC), mais l’avion a explosé par des Sud-Africains alors qu’il était encore au sol car la bombe à retardement a explosé prématurément. Par la suite, le régime d’apartheid a également resserré le «métro». En conséquence, Geingob est resté au Botswana, où il a été représentant adjoint de l’Organisation populaire de l’Afrique du Sud-Ouest (SWAPO) (1963-1964).

Années universitaires de Hage Geingob

En 1964, Geingob part aux États-Unis pour étudier à la Temple University de Philadelphie, en Pennsylvanie, où il obtient une bourse. Par la suite, il a obtenu un baccalauréat de l’Université Fordham à New York en 1970 et une maîtrise en relations internationales de la Faculté des études supérieures de la New School, New York en 1974.

En 1964, il a été nommé représentant de la SWAPO aux Nations Unies et dans les Amériques. Il a occupé ce poste jusqu’en 1971. Il a beaucoup voyagé, sillonné les États-Unis, parlé avec des gens et s’adressant à des rassemblements. Ses collègues et lui n’ont pas toujours réussi, mais en fin de compte, l’Assemblée générale des Nations Unies a reconnu la SWAPO comme le seul et authentique représentant du peuple namibien. La lutte des Namibiens dans les forums internationaux, et leur lutte armée lancée en 1966, a finalement conduit à l’indépendance de la Namibie en 1990.

Carrière de politicien et d’éducateur de Hage Geingob

En 1972, Geingob a été nommé au Secrétariat des Nations Unies en tant que spécialiste des affaires politiques, poste qu’il a occupé jusqu’en 1975, date à laquelle il a été nommé directeur de l’Institut des Nations Unies pour la Namibie. Lui et son équipe étaient responsables du démarrage de l’institut, dont la fonction principale était de former des cadres qui pourraient reprendre la fonction publique de la Namibie au moment de l’indépendance. Un autre élément important de l’institut était de mener des recherches sectorielles pour développer un cadre politique pour le gouvernement de la Namibie indépendante. Au fil des ans, il a pris de l’ampleur et des relations institutionnelles ont été établies avec diverses institutions d’enseignement supérieur en Europe, notamment l’Université de Warwick, l’Université d’East Anglia et l’Université de Sussex. Ces institutions et d’autres ont reconnu le diplôme de l’institut et admis ses diplômés pour poursuivre leurs études.

Geingob a été directeur de l’Institut des Nations Unies pour la Namibie jusqu’en 1989. Dans le même temps, il a continué à être membre à la fois du Comité central et du Politburo de la SWAPO.

En 1989, il a été élu par le Politburo de la SWAPO pour diriger la campagne électorale de la SWAPO en Namibie. Pour mener à bien cette mission, il est retourné en Namibie avec beaucoup de ses collègues le 18 juin 1989, après 27 ans d’absence du pays. En tant que directeur des élections de la SWAPO, Geingob, avec d’autres membres de sa direction, a établi des centres électoraux SWAPO dans tout le pays et a mené une campagne électorale qui a porté la SWAPO au pouvoir en Namibie.

Le 21 novembre 1989, après les élections, il a été élu président de l’Assemblée constituante, chargée de formuler la Constitution namibienne. Mais avant qu’une constitution puisse être formulée, il devait s’assurer que l’Assemblée constituante passait par un processus de renforcement de la confiance entre les gens, connus pour leur haine les uns envers les autres. Par la suite, la réconciliation nationale est devenue une politique gouvernementale. Sous la présidence de Geingob, l’Assemblée constituante a adopté à l’unanimité la Constitution namibienne le 9 février 1990.

Le 21 mars 1990, Geingob a prêté serment en tant que premier Premier Ministre de la République de Namibie, et le 21 mars 1995, il a prêté serment pour un deuxième mandat. Il a servi à ce titre pendant 12 ans. En tant que Premier ministre Geingob a présenté des approches de gestion modernes au gouvernement ; il était également attaché à la conservation de la nature associée au tourisme, et au début des années 1990, a ouvert l’Ongava Lodge, juste au sud du parc national d’Etosha.

Lors d’un remaniement ministériel le 27 août 2002, Geingob a été remplacé comme Premier ministre par Theo-Ben Gurirab et nommé ministre des Gouvernements régionaux et locaux et du Logement, mais a refusé d’accepter ce poste moindre. Il s’était classé neuvième, avec 368 voix, aux élections au Comité central de la SWAPO lors du congrès du parti en août 2002, mais le 15 septembre, il n’a pas été réélu au bureau politique de la SWAPO ; il a reçu 33 voix du comité central de 83 membres, tandis que le candidat ayant obtenu le score le plus bas a obtenu 35 voix.

En 2003, Geingob a été invité à être Secrétaire exécutif de la Coalition mondiale pour l’Afrique basée à Washington, DC. La Coalition mondiale pour l’Afrique est un forum intergouvernemental qui rassemble les principaux décideurs africains et leurs partenaires de la communauté internationale pour parvenir à un consensus sur les questions de développement prioritaires de l’Afrique. . Elle part du principe que l’Afrique ne peut se développer que de l’intérieur, mais pour ce faire, elle a besoin d’un soutien extérieur. Son objectif était de travailler avec les organisations continentales et régionales africaines et les partenaires de développement de l’Afrique à la résolution des conflits en Afrique, à la promotion de la bonne gouvernance dans les États africains et à l’intégration des économies africaines dans l’économie mondiale.

Dans la nomination des candidats parlementaires SWAPO par les délégués des partis le 2 octobre 2004, Geingob, à l’époque toujours à Washington, travaillant pour la Coalition mondiale pour l’Afrique, s’est classé 28e sur 60. Il a ensuite quitté la Coalition mondiale pour l’Afrique et est retourné en Namibie pour participer aux élections législatives de novembre 2004, auxquelles il a remporté un siège.

Geingob est devenu le whip en chef du parti de la SWAPO à l’Assemblée nationale le 18 avril 2007. Il a été ramené au bureau politique de la SWAPO à la mi-2007, occupant l’un des deux postes vacants. En novembre 2007, quelques semaines avant un congrès du parti, le Politburo a nommé Geingob son seul candidat au poste de vice-président de la SWAPO. Lors du congrès, il a donc été élu sans opposition le 29 novembre 2007 et nommé ministre du Commerce et de l’Industrie le 8 avril 2008.

Au congrès du parti de la SWAPO en 2012, Geingob a été réélu vice-président de la SWAPO le 2 décembre, un résultat considéré comme susceptible de faire de lui le successeur de Hifikepunye Pohamba à la présidence de la Namibie en 2015. Geingob a reçu 312 voix de la délégués, tandis que Jerry Ekandjo en a reçu 220 et Pendukeni Iivula-Ithana 64. Après le congrès, Pohamba a nommé le Premier ministre Geingob le 4 décembre 2012. 

En tant que candidat à la SWAPO, Geingob a été élu président de la Namibie à une écrasante majorité le 28 novembre 2014, obtenant 87% des voix. Il a prêté serment en tant que président le 21 mars 2015 ; la cérémonie a réuni 15 chefs d’État et de gouvernement régionaux. En novembre 2019, Geingob a été réélu avec 56,3% des voix.

Lors d’un entretien avec le journal The Namibian en décembre 2016, il a osé les États-Unis à rejoindre la Cour pénale internationale pour rassurer que la cour ne visait pas particulièrement les Africains.

Il est le président actuel de la SADC après avoir été élu à ce poste en 2018.

Vie privée de Hage Geingob

Geingob est connu pour être un fan inconditionnel du football et a assisté à de nombreux matchs de haut niveau. Il assiste également régulièrement aux Namibia Annual Music Awards (NAMAs), et dans sa jeunesse a chanté dans une chorale et joué dans un groupe.

En 1967, Geingob a épousé Priscilla Charlene Cash, originaire de New York ; le couple a eu une fille, Nangula Geingos-Dukes. Geingob a ensuite épousé Loini Kandume, une femme d’affaires, le 11 septembre 1993, à Windhoek, dans un mariage très médiatisé qui a abouti à deux enfants : une fille et un fils. Geingob a entamé une procédure de divorce contre Kandume en mai 2006, et il a obtenu une ordonnance de divorce provisoire en juillet 2008. Geingob a épousé Monica Kalondo le 14 février 2015. Le stade Hage Geingob Rugby de Windhoek porte son nom.

Prix, honneurs et reconnaissance

  • En 1980, il a reçu les Palmes académiques (classe d’officier) décernées par le gouvernement français en reconnaissance de services précieux dans le domaine de l’éducation.
  • En 1987, il a reçu la médaille Omugulugwombashe (SWAPO) pour sa bravoure et son long service.
  • En 1994, décerné LL.D. Honoris Causa par Columbia College, Illinois.
  • En 1994, a reçu le deuxième ordre le plus élevé à Cuba, Carlos Manuel de Céspedes.
  • En 1994, il a reçu l’Ordre du Soleil, 1re classe du gouvernement de Namibie pour son leadership politique exceptionnel.
  • En 1995, décerné LL.D. (Doctorat en droit) Honoris Causa de l’Université de Delhi, Inde.
  • En 1997, décerné LL.D. (Doctorat en droit) Honoris Causa de l’Université de Namibie.
  • En 1998, il a reçu le doctorat en lettres humaines (Honoris Causa) de l’Université américaine de Rome.
  • En 2001, une nouvelle école visant à éduquer les enfants défavorisés a été ouverte à Katutura et porte le nom du président.
  • Le lycée Hage G. Geingob éduque de nombreux habitants des quartiers informels autour de Windhoek.
  • En 2015, l’Ordre de la très ancienne Welwitschia Mirabilis a été décerné par le président d’alors Hifikepunye Pohamba, lors de l’investiture de Geingob en tant que troisième président de la Namibie le 21 mars 2015

Activités de recherche et publication

Hage Geingob a obtenu son doctorat. de l’Université de Leeds. Sa thèse était intitulée « La formation de l’État en Namibie : promouvoir la démocratie et la bonne gouvernance ». Dans sa thèse, il a examiné les événements importants du processus de formation de l’État en Namibie et a donné un aperçu du rôle joué par les différents acteurs impliqués dans le façonnement de l’évolution de la Namibie en tant qu’État. Il a également examiné les efforts des Namibiens pour construire une société réconciliée à partir de groupes ethniquement et racialement stratifiés, divers et souvent antagonistes, pour promouvoir la démocratie et une politique de réconciliation, pour améliorer les conditions de vie des groupes précédemment défavorisés grâce à une action positive, pour encourager la bonne gouvernance, de promouvoir une culture des droits de l’homme et de mettre en place des institutions étatiques pour soutenir ces politiques. Enfin, il a effectué un audit démocratique de la Namibie.

En tant que directeur de l’Institut pour la Namibie et en tant que président du Comité de coordination de la recherche, Hage Geingob a supervisé toutes les activités de recherche à l’Institut des Nations Unies pour la Namibie. Le résultat de cet effort a donné lieu à 22 recherches publiées.

Il a également été président de l’étude la plus complète jamais entreprise sur la Namibie, Namibie: Perspectives pour la reconstruction et le développement nationaux, entreprise par l’Institut des Nations Unies pour la Namibie conformément au mandat qui lui a été confié par l’Assemblée générale des Nations Unies. Cette étude a couvert tous les aspects de la reconstruction et du développement socio-économiques de la Namibie indépendante. Cette étude est devenue connue sous le nom de «Blue Bible», faisant référence à la couleur de sa couverture, parmi les chercheurs et les planificateurs de Namibie. En effet, cette étude a fourni le schéma directeur pour la mise en place du nouveau gouvernement en Namibie indépendante.

De plus, Hage Geingob a contribué de nombreux articles à diverses publications, notamment des monographies, des périodiques et des journaux.

Il a beaucoup voyagé sur tous les continents et a assisté, présidé et présenté des communications à de nombreuses conférences des Nations Unies et à d’autres conférences internationales. Il a également assisté régulièrement aux sessions de l’Assemblée générale de 1965 à 1985.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés