R.D. Congo
26 juin 2018

La Chine et le Congo unissent leurs forces pour la mise en place d’une communauté sino-africaine

Brazzaville (© 2018 Afriquinfos) – Lors d’une récente visite officielle d’amitié de Wang Yang,  à Brazzaville du 11 au 13 […]

26 avril 2018 Congo

Congo : George Weah accueilli par Denis Sassou-Nguesso à Brazzaville

Brazzaville (© Afriquinfos 2018)- Le Chef de l’Etat libérien est arrivé ce jeudi à Brazzaville pour une visite officielle de trois […]

Lire la suite »
27 décembre 2017 Non classé

Congo Brazzaville Le FMI sonne de nouveau l’alarme sur la mauvaise gouvernance et la corruption

Washington (© Afriquinfos 2017)-Christine Lagarde, la directrice du FMI avait donné le ton : livre ouvert, chiffres clairs et dette […]

Lire la suite »
31 octobre 2017 Non classé

Réunion de la CEMAC : l’intégration et le financement au menu du sommet

 N’Djaména (© Afriquinfos 2017)- Le sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique et monétaire de […]

Lire la suite »

Clément Mouamba (né en 1944) est un homme politique congolais qui est Premier ministre de la République du Congo depuis 2016. Auparavant, il a été ministre des Finances de 1992 à 1993.

Carrière politique de Clément Mouamba

Clément Mouamba est né fin 1943 ou début 1944 à Sibiti. Sous le président Pascal Lissouba, il a été ministre des Finances de septembre 1992 à juin 1993. Mouamba était un membre éminent de l’Union panafricaine pour la social-démocratie (UPADS), qui était le parti au pouvoir sous Lissouba et est entré en opposition après l’éviction de Lissouba pendant la guerre civile de 1997.

Clément Mouamba était l’un des nombreux hauts fonctionnaires qui ont servi sous Lissouba pour faire face à des accusations de corruption liées au détournement de fonds provenant de la vente de pétrole, bien en deçà de la valeur marchande, à Occidental Petroleum en 1993. Cependant, le 27 décembre 2001, les accusations contre Mouamba et Claudine Munari ont été licenciés au motif qu’ils ne faisaient que suivre les ordres. Lissouba et quatre autres hauts responsables – qui ont été jugés par contumace, alors qu’ils avaient fui le pays lorsque Lissouba a été évincé – ont été condamnés et condamnés à des décennies de travaux forcés.

Lors du premier congrès extraordinaire de l’UPADS, qui s’est tenu les 27 et 28 décembre 2006, Mouamba a été élu l’un des 25 vice-présidents du parti.

Clément Mouamba a rompu avec son parti au cours de la période précédant le référendum constitutionnel de 2015, choisissant de participer à un dialogue parrainé par le gouvernement, que l’opposition a boycotté, sur la question de la modification de la constitution. Le référendum, auquel l’UPADS s’est opposée, a permis au président Denis Sassou Nguesso de briguer un nouveau mandat lors de l’élection présidentielle de mars 2016. Après que M. Sassou Nguesso a prêté serment pour un autre mandat le 16 avril 2016, il a nommé Mouamba Premier ministre le 23 avril.

Clément Mouamba a été désigné comme candidat du Parti travailliste congolais (PCT) au pouvoir dans la ville de Sibiti pour les élections législatives de juillet 2017, en remplacement de Thierry Moungalla, ministre des Communications. Mouamba s’est présenté sans opposition, aucun autre candidat ne se présentant dans la circonscription. À la suite des élections, au cours desquelles le PCT a obtenu la majorité parlementaire, Mouamba a présenté la démission pro forma de son gouvernement le 16 août. En tant que membre le plus âgé (doyen d’âge) de l’Assemblée nationale nouvellement élue, il a présidé l’élection du Bureau de l’Assemblée nationale le 19 août 2017. Sassou Nguesso l’a reconduit dans ses fonctions de Premier ministre le 21 août. La composition du nouveau gouvernement de Clément Mouamba a été annoncée le 22 août ; il était légèrement plus petit que son gouvernement précédent (35 membres contre 38), mais les changements dans la composition du gouvernement étaient considérés comme relativement mineurs.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés