Afrique
19 juin 2020

L’état de la pandémie en Afrique au 18 juin 2020

Pandémie de coronavirus en Afrique | L’Afrique comptait ce jeudi 18 juin 268 391 cas confirmés de coronavirus. Le Covid-19 […]

18 juin 2020 Afrique

La Covid-19, une opportunité pour raffermir l’axe Afrique-Chine selon Jinping

 Afrique-Chine | Alors qu’il présidait un sommet Chine-Afrique et appelle à la solidarité pour vaincre le COVID-19Le président chinois Xi […]

Lire la suite »
29 novembre 2019 Afrique de l'Est

Lutte contre la pauvreté : l’Afrique veut s’inspirer de la Chine

Kampala (© 2019 Afriquinfos)- La Conférence Afrique-Chine sur la Réduction de la Pauvreté et le Développement ouverte jeudi s’achève ce […]

Lire la suite »
28 mars 2015 Reste du Monde

Afrique-Chine : étude des axes de coopération pour des soins de santé accessibles à tous‏

PEKIN (© 2015 APO) – Plus de 350 hauts responsables de la santé de Chine et d’Afrique, dont des représentants des gouvernements, des universitaires ainsi que des représentants du secteur privé et d’organisations internationales, se sont réunis cette semaine à Pékin dans le cadre de la 5e Table ronde internationale sino-africaine sur la coopération pour la santé.

Lire la suite »
25 juin 2014 Maroc

Rencontre à Rabat pour promouvoir la coopération tripartite Maroc-Afrique-Chine

RABAT (Xinhua) – Organisée par BMCE Bank et la Chambre sino-africaine de commerce et d’industrie, la première édition des rencontres B2B sur le thème du partenariat « China Africa investments Meetings », a ouvert ses travaux mardi à Rabat, en présence de plus de 250 investisseurs et chefs d’entreprises du Maroc, de Chine et d’Afrique sub-saharienne.

Lire la suite »
6 mai 2014 Reste du Monde

Le Premier ministre chinois appelle à une version actualisée de la coopération Chine-Afrique (PAPIER GENERAL)

ADDIS ABEBA (Xinhua) – Le Premier ministre chinois Li Keqiang, en visite en Ethiopie, a proposé lundi que la Chine et l’Afrique agissent ensemble pour établir une version actualisée de leur coopération tous azimuts.

Lire la suite »

Les relations sino-africaines se réfèrent aux liens historiques, politiques, économiques, militaires, sociaux et culturels entre la Chine et le continent africain.

On sait peu de choses sur les anciennes relations entre la Chine et le continent africain, bien qu’il existe des preuves de connexions commerciales précoces. Les faits saillants des contacts médiévaux ont été le voyage au XIVe siècle d’Ibn Battuta, le savant et voyageur marocain, dans certaines parties de la Chine ; la visite au XIVe siècle de Sa’id de Mogadiscio, le savant et explorateur somalien, en Chine ; et les voyages de la dynastie Ming du XVe siècle de l’amiral chinois Zheng He et sa flotte, qui ont contourné la côte de la Somalie, en passant par le sultanat d’Ajuran et ont suivi la côte jusqu’au canal du Mozambique.

Les relations politiques et économiques modernes ont commencé à l’époque de Mao Zedong, après la victoire du Parti communiste chinois dans la guerre civile chinoise. À partir du 21e siècle, l’État moderne de la République populaire de Chine a noué des liens économiques de plus en plus solides avec l’Afrique. On estime à un million le nombre de citoyens chinois résidant en Afrique. De plus, on estime que 200 000 Africains travaillent en Chine : 99 En 2020, Eswatini est le seul pays africain à avoir des relations avec Taiwan.

Le commerce entre la Chine (RPC) et l’Afrique a augmenté de 700% au cours des années 90 , et la Chine est actuellement le plus grand partenaire commercial de l’Afrique. Le Forum sur la coopération Chine-Afrique (FOCAC) a été créé en octobre 2000 en tant que forum officiel pour renforcer considérablement les relations. Quelques pays occidentaux, comme le Royaume-Uni et les États-Unis, se sont inquiétés des rôles politiques, économiques et militaires importants que joue la Chine sur le continent africain.

Le ministère chinois des Affaires étrangères met l’accent sur les engagements de la Chine en matière de développement avec l’Afrique, tout en déclarant que la Chine et l’Afrique font « des efforts conjoints pour maintenir les droits légitimes des pays en développement et faire avancer la création d’un nouvel ordre politique et économique juste et juste dans la monde ».

Afrique-Chine : Relations historiques

Une girafe ramenée de Somalie la douzième année de Yongle (1415 après JC). La Chine et l’Afrique ont une histoire de relations commerciales, parfois par le biais de tiers, qui remonte à 202 avant JC et 220 après JC. Ptolémée, écrivant en Égypte romaine au IIe siècle, connaissait la Chine par deux voies distinctes : la route de la soie et le commerce de l’océan Indien. Il a ainsi identifié deux peuples chinois : les Seres ou le peuple de la soie et le Sinaï du commerce méridional, dont le nom dérive probablement de la dynastie Qin.

La première mention de l’Afrique dans les sources chinoises a été faite dans le Yu-yang-tsa-tsu de Tuan Ch’eng-shih (décédé en 863), un recueil de connaissances générales où il a écrit sur la terre de Po-pa-li (se référant à Somalie).

On pense que les premiers Africains à avoir contacté les Chinois étaient les Somaliens de l’Empire Ajuran. Des fouilles archéologiques à Mogadiscio dans l’Empire Ajuran et à Kilwa, en Tanzanie, ont permis de récupérer de nombreuses pièces de monnaie en Chine. La majorité des pièces chinoises datent de la dynastie Song, bien que la dynastie Ming et la dynastie Qing soient également représentées, selon Richard Pankhurst. En 1226, Chao Jukua, commissaire du commerce extérieur à Quanzhou dans la province chinoise du Fujian, a terminé son Chu-fan-chih (Description des peuples barbares) qui traite de Zanzibar (Ts’ong-pa) et de la Somalie (Pi-P’a- Lo).

En outre, des girafes, des zèbres et de l’encens ont été exportés vers l’empire Ming de Chine, faisant des marchands somaliens des chefs de file du commerce entre l’Asie et l’Afrique et influencer la langue chinoise sur le somali dans le processus.

Au 14ème siècle, le voyageur et universitaire marocain Ibn Battuta a fait un long voyage en Afrique et en Asie. Il est arrivé en Chine en avril 1345 après un séjour en Inde avant de servir comme envoyé du sultan Muhammad Tughlaq de la dynastie indienne Tughlaq en Chine. Il a écrit :

La Chine est le pays le plus sûr et le mieux réglementé pour un voyageur. Un homme peut partir seul pendant neuf mois, emportant avec lui une grosse somme d’argent, sans aucune crainte. La soie est utilisée pour les vêtements même par les moines et les mendiants pauvres. Ses porcelaines sont les plus belles de toutes les poteries et ses poules sont plus grosses que les oies de notre pays.

Les voyages de la dynastie Ming de l’amiral chinois Zheng He et de sa flotte, qui ont contourné la côte de la Somalie et suivi la côte jusqu’au canal du Mozambique. Le but de ces expéditions était de diffuser la culture chinoise et de signaler la force chinoise. Zheng a apporté des cadeaux et accordé des titres de l’empereur Ming aux dirigeants locaux, dans le but d’établir un grand nombre d’États tributaires. En octobre 1415, l’explorateur et amiral chinois Zheng He a atteint la côte orientale de l’Afrique et a envoyé la première des deux girafes en cadeau à l’empereur chinois Yongle.

Il y a d’autres récits qui mentionnent des navires chinois coulant près de l’île de Lamu au Kenya en 1415. Les survivants se seraient installés sur l’île et auraient épousé des femmes locales.

Les archéologues ont trouvé des porcelaines chinoises fabriquées pendant la dynastie Tang (618–907) dans des villages kenyans ; cependant, ceux-ci auraient été importés par Zheng He au cours de ses voyages océaniques au XVe siècle. Sur l’île de Lamu au large de la côte kenyane, la tradition orale locale soutient que 20 marins chinois naufragés, faisant peut-être partie de la flotte de Zheng, s’y sont échoués il y a des centaines d’années. Ayant reçu la permission de s’installer par les tribus locales après avoir tué un dangereux python, ils se sont convertis à l’islam et ont épousé des femmes locales. Maintenant, on pense qu’il ne leur reste que six descendants ; en 2002, des tests ADN effectués sur l’une des femmes ont confirmé qu’elle était d’origine chinoise. Sa fille, Mwamaka Sharifu, a par la suite reçu une bourse du gouvernement chinois pour étudier la médecine traditionnelle chinoise (MTC) en Chine.

Le National Geographic a également publié un article de Frank Viviano en juillet 2005, il a visité l’île de Pate pendant son séjour à Lamu, des fragments de céramique avaient été trouvés autour de Lamu qui, selon l’officier administratif du musée d’histoire swahili local, étaient d’origine chinoise, en particulier de Zheng He voyage en Afrique de l’Est. Les yeux du peuple Pate ressemblaient à des Chinois et des Famao et Wei étaient certains des noms parmi eux qui étaient supposés être d’origine chinoise. Leurs ancêtres appartiendraient à des femmes autochtones qui se sont mariées avec des marins chinois Ming lors de leur naufrage. Deux endroits sur Pate ont été appelés « Old Shanga » et « New Shanga », que les marins chinois avaient nommés. Un guide local qui a revendiqué la descendance des Chinois a montré à Frank un cimetière fait de corail sur l’île, indiquant qu’il s’agissait des tombes des marins chinois, que l’auteur a décrites comme « pratiquement identiques », aux tombes de la dynastie Ming chinoise, avec « dômes en demi-lune » et « entrées en terrasse ».

Selon Melanie Yap et Daniel Leong Man dans leur livre « Color, Confusions and Concessions : the History of Chinese in South Africa », Chu Ssu-pen, un cartographe chinois, en 1320 avait l’Afrique australe dessinée sur une de ses cartes. Les céramiques trouvées au Zimbabwe et en Afrique du Sud remontent à la Chine de la dynastie Song. Certaines tribus du nord du Cap ont revendiqué la descendance de marins chinois au 13ème siècle, leur apparence physique est similaire à celle des Chinois à la peau plus claire et à la langue tonale au mandarin. Leur nom est «peuple abandonné», Awatwa dans leur langue.

Afrique-Chine : Décolonisation et relations contemporaines

L’établissement de relations sino-africaines modernes a commencé à la fin des années 1950, lorsque la Chine a signé des accords commerciaux bilatéraux avec l’Algérie, l’Égypte, la Guinée, la Somalie, le Maroc et le Soudan. Zhou Enlai a fait une tournée de dix pays en Afrique entre décembre 1963 et janvier 1964. Zhou Enlai s’est rendu au Ghana et a établi des relations étroites avec Kwame Nkrumah, qui souhaitait une Afrique unie. Les relations à l’époque reflétaient souvent la politique étrangère de la Chine en général : la Chine « a commencé à cultiver des liens et à offrir … un soutien économique, technique et militaire aux pays africains et aux mouvements de libération dans le but d’encourager les guerres de libération nationale et de révolution dans le cadre d’un front international uni contre les deux superpuissances « . La Chine a également soutenu l’Afrique dans sa lutte contre le colonialisme européen.

Diplomatie

Les premières relations bilatérales modernes ont été principalement affectées par la guerre froide et l’idéologie communiste. La Chine avait à l’origine des liens étroits avec le mouvement anti-apartheid et de libération, le Congrès national africain (ANC), en Afrique du Sud, mais à mesure que les relations de la Chine avec l’Union soviétique se dégradaient et que l’ANC se rapprochait de l’Union soviétique, la Chine s’est éloignée de l’ANC vers le Congrès panafricaniste. Le Soviétique a soutenu l’Union populaire africaine du Zimbabwe de Joshua Nkomo et leur a fourni des armes ; les tentatives de Robert Mugabe pour obtenir le soutien soviétique de son Union nationale africaine du Zimbabwe ont été repoussées, le conduisant à entrer en relations avec la Chine. La Chine a adopté plusieurs principes, dont celui de soutenir l’indépendance des pays africains tout en investissant dans des projets d’infrastructure. Dans les années 1970, l’expulsion des conseillers militaires soviétiques d’Egypte et du Soudan a été bien accueillie et les livraisons d’armes par la Chine. La Chine et le Zaïre (et Safari Club) partagent un objectif commun en Afrique, à savoir faire tout ce qui est en leur pouvoir pour stopper les gains soviétiques dans la région. En conséquence, le Zaïre et la Chine ont secrètement acheminé de l’aide au FNLA (puis à l’UNITA) afin d’empêcher le MPLA, qui était soutenu et augmenté par les Cubains, de prendre le pouvoir. La Chine et Safari Club ont envoyé de l’aide pour soutenir le régime de Mobutu pendant le conflit Shaba I, 1977. La République démocratique somalienne a établi de bonnes relations avec l’Union soviétique tout au long de la guerre froide. Lorsque la Somalie a cherché à créer une Grande Somalie, elle a déclaré la guerre à l’Éthiopie et a pris la région d’Ogaden en trois mois avec l’aide de l’aide soviétique, mais lorsque l’Union soviétique a déplacé son soutien de la Somalie vers l’Éthiopie, cette dernière a repris l’Ogaden. Cela a irrité Siad Barre et expulsé tous les conseillers et citoyens soviétiques de la Somalie, de la Chine et le Safari Club a soutenu la Somalie diplomatiquement et avec une aide militaire symbolique.

La question de Taïwan a été un enjeu politique clé pour la République populaire de Chine (RPC). En 1971, le soutien des nations africaines a été crucial pour que la RPC rejoigne les Nations Unies (ONU), prenant le siège du ROC à Taiwan. De nombreux pays africains, comme l’Algérie, l’Égypte, l’Éthiopie et la Zambie ont souligné leur soutien à la « politique d’une seule Chine ». Un seul pays africain, le Swaziland, entretient toujours des relations avec Taipei. Pour la quête d’un siège permanent des Nations Unies pour l’Afrique, le Nigéria, le plus grand pays africain, compte sur le soutien chinois tandis que l’Égypte se tourne vers le soutien des États-Unis. 

Depuis 1997, une quarantaine de chefs d’État africains ont visité la RPC. La réunion ministérielle, Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC), tenue à Pékin en octobre 2000 a été le premier dialogue collectif entre la RPC et les pays africains.

En juillet 2019, les ambassadeurs des Nations Unies de 37 pays, dont l’Algérie, l’Angola, le Cameroun, le Congo, la RDC, l’Égypte, l’Érythrée, le Nigéria, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan, le Zimbabwe et d’autres États africains, ont signé une lettre conjointe à l’UNHRC pour défendre Traitement réservé par la Chine aux Ouïghours et aux autres groupes minoritaires musulmans dans la région du Xinjiang.

Économique

En 1980, le volume total des échanges sino-africains était de 1 milliard de dollars EU. En 1999, il était de 6,5 milliards de dollars EU et en 2000, de 10 milliards de dollars EU. En 2005, le commerce sino-africain total avait atteint 39,7 milliards de dollars avant de grimper à 55 milliards de dollars en 2006, faisant de la Chine le deuxième partenaire commercial de l’Afrique après les États-Unis, qui avaient un commerce de 91 milliards de dollars avec les pays africains. La RPC a également dépassé le partenaire économique africain traditionnel et ancienne puissance coloniale, la France, qui avait un commerce d’une valeur de 47 milliards de dollars américains. En 2010, le commerce entre l’Afrique et la Chine valait 114 milliards de dollars américains et en 2011, 166,3 milliards de dollars américains. Au cours des 10 premiers mois de 2012, ce montant était de 163,9 milliards de dollars EU.

On estime que 800 sociétés chinoises font des affaires en Afrique, dont la plupart sont des sociétés privées investissant dans les secteurs des infrastructures, de l’énergie et des banques. Les investissements issus de la migration entrepreneuriale chinoise ont abouti à des avantages (emplois indirects) et négatifs (déplacement des commerçants locaux) effets dans les sociétés africaines locales Les lignes de crédit inconditionnelles et à faible taux (taux de 1,5% sur 15 ans à 20 ans) ont remplacé les prêts occidentaux plus restreints et conditionnels. Depuis 2000, plus de La dette de 10 milliards de dollars des pays africains envers la RPC a été annulée.

Un tiers des approvisionnements pétroliers de la Chine provient du continent africain, principalement de l’Angola. Les investissements des entreprises chinoises dans le secteur de l’énergie ont atteint des niveaux élevés ces dernières années. Dans certains cas, comme au Nigéria et en Angola, les transactions d’exploration et de production de pétrole et de gaz ont atteint plus de 2 milliards de dollars. Beaucoup de ces investissements sont des ensembles mixtes d’aide et de prêts en échange de la construction d’infrastructures et d’accords commerciaux.

Dans l’agriculture, le Bénin et les pays sahéliens du Burkina Faso et du Mali fournissent jusqu’à 20% des besoins en coton de la Chine. Alors que la Côte d’Ivoire fournit du cacao à la Chine, d’importantes expéditions de café sont importées du Kenya. En ce qui concerne les produits du poisson, la Namibie reste l’un des principaux fournisseurs de quantification.

Au cours de l’année 2011, les échanges entre l’Afrique et la Chine ont augmenté de 33% par rapport à l’année précédente pour atteindre 166 milliards de dollars. Cela comprenait des importations chinoises en provenance d’Afrique de 93 milliards de dollars EU, constituées en grande partie de minerais minéraux, de pétrole et de produits agricoles et des exportations chinoises vers l’Afrique totalisant 93 milliards de dollars EU, en grande partie de produits manufacturés. Décrivant l’expansion rapide du commerce entre le continent africain et la Chine, le commerce entre ces deux régions du monde a encore augmenté de plus de 22% en glissement annuel pour atteindre 80,5 milliards de dollars au cours des cinq premiers mois de l’année 2012. Les importations en provenance d’Afrique ont augmenté de 25,5% pour atteindre 49,6 milliards de dollars au cours de ces cinq premiers mois de 2012 et les exportations de produits fabriqués en Chine, tels que les machines, les biens électriques et de consommation et les vêtements / chaussures ont augmenté de 17,5% pour atteindre 30,9 milliards de dollars. La Chine est restée le plus grand partenaire commercial de l’Afrique en 2011 pour la quatrième année consécutive (à partir de 2008).

La nécessité de protéger les investissements accrus de la Chine en Afrique a conduit à l’abandon de la non-ingérence traditionnelle de la Chine dans les affaires intérieures d’autres pays au profit de nouvelles initiatives diplomatiques et militaires pour tenter de résoudre les troubles au Soudan du Sud et au Mali. Pour protéger ses investissements et cimenter son essor géopolitique, la Chine a ouvert sa première base militaire à Djibouti dans la corne de l’Afrique. Les politologues estiment que cette décision marque une nouvelle étape dans les relations sino-africaines : « L’ouverture de la première base militaire chinoise en Afrique à l’été 2017 a inauguré une nouvelle ère pour la politique étrangère chinoise. Comme les ambitions économiques et politiques de la Chine continuer à croître, la base de Djibouti devrait aider au maintien de la paix et de la sécurité continentales là où cela est nécessaire. Cela renforcerait la croissance continue de Pékin dans le monde, en particulier en Afrique, où la Chine est devenue le plus grand partenaire commercial du continent.  » 

Lors de la réunion du FOCAC de décembre 2015 à Johannesburg, en Afrique du Sud, le leader suprême de la Chine, Xi Jinping, a promis 60 milliards de dollars sur un accord de trois ans en prêts et assistance au continent africain. L’effort de la Chine consiste à soutenir les usines de fabrication de produits destinés à l’exportation. Avec les routes et les ports, le président nigérian Muhammadu Buhari a montré son désir de terminer les projets de chemin de fer au point mort le long du littoral, en particulier un chemin de fer de 1400 km de Lagos à Calabar, ce qui représente environ 200 000 emplois. 

Aide

La Chine a fortement soutenu les mouvements d’indépendance de l’Afrique et a fourni de l’aide aux nations africaines nouvellement indépendantes dans les années 1960 et 1970. Parmi les premiers projets les plus notables figurait le chemin de fer TAZARA de 1 860 km, reliant la Zambie et la Tanzanie, que la Chine a aidé à financer et à construire de 1970 à 1975. Quelque 50 000 ingénieurs et travailleurs chinois ont été envoyés sur le continent pour achever le projet. En 1978, la Chine accordait une aide à plus de pays africains qu’aux États-Unis. Étant donné que la Chine devient un donateur majeur pour l’Afrique, il est nécessaire que les gouvernements africains formulent des mécanismes appropriés afin de les utiliser pour faire progresser les économies africaines.

Le siège de l’Union africaine a été construit et entièrement financé par le gouvernement chinois. 

Soins de santé

La Chine est engagée dans une sorte de « diplomatie sanitaire » envers l’Afrique depuis les années 1960. Le développement des soins de santé et l’assistance médicale ont été l’un des principaux domaines de coopération réussis. Entre le début des années 1960 et 2005, plus de 15 000 médecins chinois se sont rendus en Afrique pour aider à traiter des patients dans plus de 47 pays. Les équipes médicales, appelées yiliaodui, ont traité plus de 170 millions de patients au cours de la même période.

En 2001, les pays membres du G8 ont créé le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, soutenu par les Nations Unies, avec un budget initial de 10 milliards de dollars. En 2007, un montant supplémentaire de 1,1 milliard de dollars a été approuvé à Kunming (Chine), dont 66% pour l’Afrique. En septembre de la même année, la Chine a promis à la République démocratique du Congo de construire 31 unités hospitalières et 145 petits centres de santé, un projet devant être achevé en mars 2010.

Militaire

La coopération militaire remonte à la période de la guerre froide, lorsque la Chine tenait à aider les mouvements de libération africains. Outre certains alliés traditionnels tels que la Somalie et la Tanzanie, la Chine avait également des liens militaires avec des pays non alignés tels que l’Égypte. Du matériel militaire d’une valeur de 142 millions de dollars a été vendu aux pays africains entre 1955 et 1977. Deux décennies après l’effondrement de l’Union soviétique, les relations militaires sont désormais basées sur les intérêts commerciaux plutôt que sur l’idéologie.

Plus récemment, la Chine a envoyé des troupes sur le continent pour participer au maintien de la paix. En 2004, la Chine a déployé environ 1 500 militaires sous l’égide de l’ONU, envoyés entre le Libéria et la République démocratique du Congo, mais ce n’est que depuis 2011 qu’elle a envoyé des troupes d’infanterie que l’on peut qualifier de forces de «combat». En juillet 2007, la Chine soutient le passage de la résolution 1769 du Conseil de sécurité des Nations Unies et fournit des troupes à la force hybride ONU-UA (MINUAD). La Chine compte également 14 attachés dans 14 pays africains différents en 2007, tandis que 18 pays africains maintiennent leurs attachés à Pékin. Outre le rétablissement de la paix, la Chine fournit une formation et des équipements militaires à quelques pays, même si cela ne nécessite pas le déploiement de forces militaires. Lors de la réunion du FOCAC de décembre 2015 à Johannesburg, en Afrique du Sud, le dirigeant chinois Xi Jinping a réaffirmé que « la Chine croit fermement que l’Afrique appartient au peuple africain et que les problèmes africains devraient être traités par le peuple africain ». Les derniers efforts militaires de la Chine sont pour combattre le terrorisme le radicalisme, et non les conflits africains locaux. Les drones chinois ont proliféré à travers l’Afrique, exécutant des centaines d’attaques meurtrières en Égypte, en Libye, en Algérie et au Nigéria.

Un nombre croissant de pays africains ont déplacé leur source d’approvisionnement des fournisseurs traditionnels tels que la Russie vers la Chine en raison en partie des prix compétitifs offerts par les fournisseurs chinois. Les ventes d’armes par la Chine à certains États africains ont troublé les critiques occidentaux qui soulignent que certains acheteurs comme le Soudan sont accusés de crimes de guerre.

Contrairement aux critiques, Carter Ham, un ancien général de l’armée américaine en charge du US Africa Command, s’est prononcé en faveur des avantages et de la coopération potentielle entre la Chine et les États-Unis dans la sphère militaire africaine, offrant comme exemples des patrouilleurs chinois fournis à la RDC militaire et construction par des entrepreneurs chinois d’un institut militaire en Tanzanie en tant que matériel chinois pouvant être combiné avec une formation américaine pour former une assistance conjointe aux forces armées africaines. L’ancien entrepreneur militaire américain Erik Prince’s Frontier Services Group a des liens étroits avec le groupe d’État chinois CITIC et fournit des services de sécurité et de formation aux entreprises chinoises opérant en Afrique. 

En juillet 2017, la Chine a installé sa première base militaire outre-mer à Djibouti en Afrique.

Culture

L’Afrique est l’hôte de trois centres culturels chinois. Le premier centre chinois à l’étranger a été ouvert à Maurice en 1988. Deux autres ont suivi en Egypte et au Bénin. L’Institut Confucius, qui se concentre sur la promotion de la langue et de la culture chinoises, compte 20 centres répartis dans 13 pays africains. 

Historiquement, on sait peu de choses sur l’immigration africaine précoce en Chine. Alors que les liens économiques et politiques se sont renforcés, de nombreux Africains se sont installés en Chine à la recherche de meilleures opportunités économiques. Les endroits surnommés «Little Africa» et «Chocolate City» accueillent de plus en plus de nouveaux immigrants, principalement des Nigérians. La plupart des immigrants africains sont concentrés dans la région de Guangzhou avec un nombre estimé à 20 000. On estime qu’il y a environ 10 000 immigrants africains illégaux en Chine et la répression policière s’est intensifiée depuis début 2009. 

En revanche, l’immigration chinoise précoce sur le continent africain est légèrement mieux documentée. En 1724, quelques détenus chinois furent amenés comme travailleurs en Afrique du Sud par les Indes néerlandaises (l’Indonésie moderne) par l’Empire colonial néerlandais. Au début du 19e siècle, une autre vague d’immigrants est arrivée en Afrique du Sud en tant que travailleurs amenés par les Britanniques pour travailler dans l’agriculture, la construction d’infrastructures et l’exploitation minière. Ces dernières années, il y a eu une présence croissante de Chinois en Afrique avec une estimation de 1 million de ressortissants chinois.

Afrique-Chine : Critique

Il existe une variété de perspectives critiques examinant le rôle chinois dans la relation, centrées sur l’équilibre entre la relation de pouvoir et les droits de l’homme. De plus en plus, des Africains ainsi que des observateurs extérieurs ont exprimé des inquiétudes quant au fait que les relations de la Chine avec l’Afrique sont de nature néocolonialiste. En réponse à ces critiques, la Chine a publié les Neuf principes pour encourager et normaliser l’investissement à l’étranger des entreprises, une charte et un guide de conduite à l’intention des entreprises chinoises opérant à l’étranger. 

Les relations sino-zimbabwéennes ont attiré l’attention de ces critiques. La Chine a été accusée d’avoir fourni au Zimbabwe des chasseurs à réaction, des véhicules et d’autres équipements militaires. La Chine a déclaré en 2007 qu’elle supprimait toutes sortes d’assistance et limitait l’assistance à l’aide humanitaire. En juillet 2008, la diplomatie chinoise a demandé à Mugabe de « se comporter », bien que les critiques voient cela comme un moyen pour la Chine de protéger ses propres intérêts dans ce pays en cas de changement de régime. 

Un autre événement de grande envergure impliquant des critiques de la Chine en Afrique était dans la perspective des Jeux olympiques d’été de 2008. Des groupes de défense des droits humains ont critiqué la Chine pour ses relations de soutien avec le gouvernement du Soudan, qui est accusé de massacres au Darfour. La Chine est le plus grand partenaire économique du Soudan, avec une part de 40% de son pétrole et vend également des armes légères au Soudan. La Chine a menacé d’opposer son veto aux actions du Conseil de sécurité des Nations Unies pour lutter contre la crise du Darfour et a fait valoir que, « la question du Darfour n’étant pas une affaire interne de la Chine, ni provoquée par la Chine, de lier les deux entre elles est tout à fait déraisonnable, irresponsable et injuste. « 

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés