Tchad: L’incendie du dépôt de munitions à Goudji a tué au moins 9 personnes, bilan provisoire

Afriquinfos Editeur 116 Vues
5 Min de Lecture
Un véhicule blindé carbonisé sur le site de l'incendie qui a ravagé le principal dépôt d'armes de l'Armée le 18 juin 2024 à N'Djamena.

L’incendie qui a embrasé le principal dépôt de munitions de l’Armée tchadienne et provoqué des explosions en chaîne dans la nuit de mardi à mercredi 19 juin 2024 à N’Djamena a fait au moins neuf morts et 46 blessées, selon le Gouvernement.

Capture d’une vidéo de l’incendie du principal dépôt d’armes de l’Armée tchadienne à N’Djamena, le 18 juin 2024.

Ce premier bilan chiffré risque de ne pas être définitif car des blessés sont dans un état « gravissime », a précisé le ministre de la Santé publique Abdelmadjid Abderahim devant la presse à la mi-journée ce 19 juin 2024. Il n’a pas donné le détail du nombre de victimes civiles et militaires.

L’origine du sinistre n’est, d’après les premiers éléments, « pas criminelle », avait affirmé un peu plus tôt Abderaman Koulamallah, ministre des Affaires étrangères et Porte-parole du Gouvernement. Pendant deux heures, au coeur de la nuit, d’innombrables explosions très puissantes ont embrasé le ciel au-dessus de l’arsenal du quartier de Goudji, dans le nord de la capitale tchadienne, et fait trembler des édifices jusqu’à 6 ou 7 km autour, selon les témoignages de journalistes de l’AFP.

L’incendie a été « circonscrit » et « la situation est sous contrôle », avait assuré tôt dans la matinée le ministre de l’Aménagement du territoire, Mahamat Assileck Halata. Non loin de là, ces mêmes journalistes ont vu des immeubles éventrés et au moins un gigantesque cratère dans l’enceinte du camp militaire, ainsi que d’innombrables obus et autres munitions non explosés jonchant le sol et des carcasses calcinées de ce qui ressemble à des véhicules militaires blindés. Comme si les lieux avaient été dévastés par la guerre, ont-ils témoigné.

« J’appelle la population au calme et à la sérénité et à éviter la manipulation de tout objet qui aurait atterri » sur leurs terrains « ou dans les espaces publics », a ajouté M. Assileck, précisant que « des démineurs sont à pied d’oeuvre ».

-« Carbonisée »-

Assise sur une natte devant des maisons en ruine, une famille du quartier d’Amsinéné, qui jouxte Goudji, pleure une fillette de six ans. Un obus est tombé dans la chambre de l’enfant et lui a ôté la vie, raconte à l’AFP un cousin de la petite, sans vouloir livrer son nom. « Elle est morte carbonisée, on n’a pas réussi l’évacuer » de la maison dévastée, se lamente-t-il.

Au dépôt de munitions, « les militaires ont eu le temps d’évacuer les véhicules, les armes lourdes etc. et ont pu eux-mêmes se mettre à l’abri », a indiqué M. Koulamallah.

L’arsenal de Goudji est situé près d’importantes garnisons et de l’état-major de l’Armée, de l’aéroport international Hassan Djamous et de la base militaire Adji Kosseï qui abrite des éléments des Forces françaises au Sahel (FFS). Aucun militaire français n’a été blessé, avait assuré dans la nuit un responsable des FFS à l’AFP et la base française n’a subi aucun dégât. L’origine du sinistre « doit être un problème non intentionnel, il n’y a pas de cause criminelle pour l’instant mais l’enquête va le déterminer », a conclu le ministre.

– Main de fer-

Dans la nuit, le Président Mahamat Idriss Déby Itno avait présenté ses condoléances aux familles des victimes, sans en préciser le nombre. Mercredi matin, son convoi s’est engouffré à travers l’imposant cordon de sécurité déployé tout autour du site du sinistre, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le jeune général de 40 ans a été élu le 6 mai dernier Président avec 61% des voix dans une élection boycottée et contestée par l’opposition. Il avait pris le pouvoir le 20 avril 2021, à la mort de son père, le maréchal Idriss Déby Itno, tué par des rebelles en se rendant au front après avoir dirigé le Tchad 30 années durant. Mahamat Déby avait immédiatement été nommé Président de transition par une junte de 15 généraux et a dirigé le pays en réprimant, parfois très violemment, toute opposition avant d’être élu chef de l’Etat dans un scrutin jugé « non crédible » par des ONG internationales.

Des membres des Forces de sécurité tchadiennes sur le site de l’incendie qui a ravagé le principal dépôt d’armes de l’Armée le 18 juin 2024 à N’Djamena.

© Afriquinfos & Agence France-Presse