Soutenue par la Chine et la Russie, Alger officialise sa demande d’adhésion aux BRICS 

Afriquinfos Editeur
4 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Alger (© 2022 Afriquinfos)- Pour mettre son pays à l’abri des tiraillements entre deux pôles, le président algérien Abdelmajid Tebboune, avait annoncé fin juillet, sa volonté de faire intégrer l’Algérie au groupe des BRICS. Cette demande est désormais officielle et a déjà reçu le soutien de la Chine et de la Russie.

Par le biais Mme Leila Zerrouki, envoyée spéciale chargée des grands partenariats internationaux au ministère algérien des Affaires étrangères et de la communauté nationale à l’étranger, l’Algérie a officiellement déposé sa demande d’adhésion au Groupe BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Alger profite en effet de l’annonce faite en Mai du début d’un processus d’élargissement du groupe de pays.

Dans ce cadre, des dirigeants de plusieurs pays en développement, dont l’Arabie saoudite, l’Egypte, l’Indonésie, l’Argentine, le Nigeria, l’Algérie et la Thaïlande, avaient participé, à une conférence virtuelle baptisée «BRICS Plus», et présentée par Pékin comme «une nouvelle phase du processus de l’élargissement des BRICS». ‘’Nous attendons avec impatience que davantage de partenaires partageant les mêmes idées rejoignent la grande famille des BRICS’’, avait alors déclaré le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Wang Wenbin.

Dans la foulée, l’Argentine et l’Iran avaient officiellement déposé en juin, des demandes d’adhésion à la coalition regroupant cinq pays émergents. Ils sont imités par l’Algérie dont le président Abdelmadjid Tebboune, avait déclaré, fin juillet dernier, que son pays était intéressé par une adhésion aux BRICS. «Cela est envisageable, mais n’anticipons pas. Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura de bonnes nouvelles. […] L’Algérie s’intéresse aux BRICS, en ce qu’ils constituent une puissance économique et politique», avait-il fait savoir. C’est désormais chose faite avec une demande officielle soutenue par la Russie et la Chine.

- Advertisement -

«La Chine soutient l’Algérie qui assure actuellement la présidence tournante de la Ligue arabe et accueille favorablement sa volonté d’adhésion à la famille des BRICS», avait  déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, fin septembre dernier, à l’issue de sa rencontre avec le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

Le 8 septembre dernier, l’Ambassadeur de Russie en Algérie, Valerian Shuvaev, avait indiqué de son côté que Moscou ne s’opposait pas à la volonté de l’Algérie de rejoindre les BRICS. «La Russie n’a aucune objection au désir de l’Algérie de rejoindre le groupe BRICS, et le président Tebboune a écrit au président Poutine à ce sujet», avait-il souligné lors d’une conférence de presse tenue au siège de l’Ambassade de Russie à Alger.

Cette démarche de l’Algérie est murement réfléchie car selon son Président, cela «mettrait l’Algérie, pays pionnier du non-alignement, à l’abri des tiraillements entre deux pôles». Il s’agit aussi de rejoindre un regroupement qui représente 42% de la population de la planète (3,2 milliards de personnes) et environ 25% du Produit intérieur brut mondial.

Boniface T.