La transmission à l’homme de la Covid-19 faite par un animal intermédiaire, hypothèse d’un accident de laboratoire réfutée (OMS)

Wuhan (© 2021 Afriquinfos)- Les nombreuses hypothèses sur la survenance du Covid-19 et son monde de transmission à l’homme dont certaines plus farfelues les unes que les autres, ont motivé l’Organisation Mondiale de la Santé a diligenté une étude conjointement avec des experts chinois. Les conclusions de ces recherches indiquent une forte probabilité de la transmission du virus à l’homme par un animal intermédiaire.

Un incident en laboratoire aurait été à la base de la propagation du virus de la Covid-19. C’est l’une des hypothèses les plus répandues sur la survenance de la pandémie. Il n’en est rien selon la version finale du rapport conjoint des experts de l’OMS et chinois. Ces derniers pencheraient plutôt pour une transmission à l’homme par un animal intermédiaire : « compte tenu de la littérature sur le rôle des animaux d’élevage en tant qu’hôtes intermédiaires pour les maladies émergentes, il est nécessaire de réaliser d’autres enquêtes incluant une plus grande étendue géographique » en Chine et ailleurs, ont précisé les spécialistes dans leur rapport.

Les experts privilégient la théorie généralement admise de la transmission naturelle du virus d’un animal réservoir – probablement la chauve-souris – à l’homme, par l’intermédiaire d’un autre animal qui n’a pas encore été identifié. La transmission directe du virus via l’animal réservoir est toutefois jugée « possible à probable », par le rapport. Les experts n’ont par ailleurs pas écarté celle d’une transmission par de la viande surgelée – piste privilégiée par Pékin – jugeant que ce scénario est « possible ».

Ces pistes contenues dans le rapport final rejoignent celles déjà présentées le 9 février dernier par les experts le 09 février après 4 semaines à Wuhan bien qu’ils n’aient pas eu les coudées franches pour travailler dans cette ville chinoise où est apparu le virus.

Par contre l’hypothèse d’un incident de laboratoire est jugée quant à elle « extrêmement improbable ». Ces experts mondiaux de diverses disciplines comme l’épidémiologie, mais aussi la zoologie, suggèrent néanmoins que les enquêtes soient menées dans des zones plus vastes pour permettre plus de précisions dans les conclusions.

Boniface T.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés