Plus de 90% de la population mondiale respire un air pollué selon l’OMS

Afriquinfos
3 Min de Lecture

Genève (© 2016 Afriquinfos) – Un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) rendu public le 27 septembre 2016 révèle que 92% de la population mondiale vit dans des lieux où les niveaux de qualité de l’air ne respectent pas les limites fixées par l’Organisation.

Ces données sanitaires-ci relatives à la pollution de l’air ambiant sont d’ailleurs les plus détaillées qu’a jamais fournies l’institution mondiale de la santé. Le rapport en question s’appuie sur des données provenant de mesures prises par satellite, des modèles de transport aérien et des moniteurs de stations au sol pour plus de 3.000 lieux, en milieu rural ou urbain.

Par «pollution de l’air», on entend la contamination de l’environnement intérieur ou extérieur par un agent chimique, physique ou biologique qui modifie les caractéristiques naturelles de l’atmosphère.

Les appareils utilisés pour la combustion au sein des foyers, les véhicules automobiles, les établissements industriels et les feux de forêt sont des sources fréquentes de pollution atmosphérique. Les polluants les plus nocifs pour la santé publique sont notamment les matières particulaires, le monoxyde de carbone, l’ozone, le dioxyde d’azote et le dioxyde de soufre. La pollution de l’air à l’extérieur comme à l’intérieur entraîne entre autres des maladies respiratoires qui peuvent être mortelles.

- Advertisement -

Les conséquences néfastes sur la santé

La pollution de l’air peut avoir divers effets à court et à long termes, précisément sur la santé. Elle accroît le risque de maladies respiratoires aiguës (pneumonie) et chroniques (cancer du poumon) ainsi que des maladies cardio-vasculaires.

«La pollution de l’air continue de peser lourdement sur la santé des populations les plus vulnérables, à savoir les femmes, les enfants et les personnes âgées», déclare le Dr Flavia Bustreo, Sous-Directeur général à l’OMS. «Pour être en bonne santé, il faut respirer un air pur, du premier au dernier souffle»,  recommande-t-elle.

Dans de nombreux pays africains, la pollution de l’air émane de diverses origines à savoir les rejets des gaz d’échappement automobile et l’incinération des ordures, les gaz industriels des usines ou encore la poussière soulevée par les engins sur les routes non asphaltées.

Cependant, certains pays, conscients de la situation, se sont engagés dans la mise en œuvre  de procédures qui entendent atténuer les dégâts que causent souvent les polluants atmosphériques sur la santé des populations, l’agriculture et surtout au niveau des transports.

Vignikpo Nice