Kabore crie haro pour un retour de la trêve sociale

Ouagadougou (© 2019 Afriquinfos)-Le président du Faso, Roch Marc Christian kaboré, a prononcé ce mardi 10 décembre 2019, depuis Tenkodogo, un discours à la nation à l’occasion de la commémoration du 59e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso et du centenaire de la création de la Haute- Volta actuel Burkina Faso.

Placé à juste titre sous le thème : « Cent ans de la création du Burkina Faso : devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l’Etat-nation », cette commémoration du 59ème anniversaire, a été l’occasion au président Kaboré d’interpeller les Burkinabè à la culture  des valeurs de tolérance, de justice, de droiture morale, de travail et de cohésion sociale.

« Au regard de l’importance des défis à relever au plan sécuritaire, je renouvelle mon appel à une trêve sociale et à une union sacrée de tous les fils et filles autour des Forces de Défense et de Sécurité pour vaincre le terrorisme et poursuivre les actions de développement économique et social du Burkina Faso. »

« Comme l’ont montré les conclusions du dialogue politique que j’ai initié du 15 au 22 juillet 2019, nous devons avoir pour objectif essentiel de contribuer au renforcement de la paix, et de favoriser la réconciliation nationale ainsi que la tenue d’élections démocratiques transparentes et apaisées en 2020. », a rappelé le chef de l’Etat burkinabé.

J’exhorte donc tous les Burkinabè, à agir dans le sens de la promotion d’un Burkina uni et indivisible en vue de la consolidation de l’Etat-Nation.

J’invite les organisations de la société civile et les travailleurs, l’ensemble des partis politiques, les responsables coutumiers, religieux et administratifs, à contribuer davantage à la construction d’une citoyenneté responsable et d’une conscience patriotique.

En cette année du centenaire de la création de notre pays, et pour permettre aux générations présentes et à venir de mieux connaitre tous les pans de notre histoire commune, j’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina Faso.

Il aura également pour mission de me faire des propositions consensuelles pour l’édification d’un Panthéon de tous les bâtisseurs de notre Nation, afin que la dignité de leur vie soit immortalisée pour la postériorité.

Point sur la situation sécuritaire

« Je salue la détermination des forces vives des provinces du Boulgou, du Koulpelgo et du Kouritenga qui, dans un contexte sécuritaire difficile, œuvrent au quotidien, avec assurance et confiance, à la transformation qualitative du Burkina Faso. », a indiqué le président Kaboré.

En outre, ils ont su rejeter l’exploitation, la domination et l’oppression, d’où qu’elles viennent, comme en témoignent les grandes révoltes contre l’oppression coloniale avant même la création de la colonie de Haute-Volta, pour l’affirmation de la dignité humaine.

Autant l’Etat doit son existence à son territoire, aux hommes qui en relèvent et aux institutions de leur gouvernance, autant la Nation burkinabè renvoie, quant à elle, à ce lien sentimental, à cette volonté de vivre ensemble et d’être liés par une communauté de destin.

Actuellement, les soldats des vaillantes unités de nos Forces de Défense et de Sécurité assurent, au péril de leurs vies, l’intégrité territoriale de l’Etat, et veillent à la protection de nos concitoyens, contre les attaques terroristes et l’extrémisme violent qui nous sont imposés.

Je ne doute pas de notre victoire sur les forces du mal car, aujourd’hui comme hier, la culture de la défaite ne fait pas partie des valeurs sociétales de notre peuple.*

Nous devons, sans désemparer, poursuivre la construction du dialogue social, du dialogue interreligieux, intergénérationnel, ainsi que le dialogue des cultures, indispensables à la pérennisation d’une culture de la paix.

Devant la recrudescence des attaques des groupes armés terroristes qui tentent de mettre à mal notre vivre-ensemble, « j’invite les communautés burkinabè à ne rien céder aux forces du mal qui font tout pour détruire », a en outre rappelé le chef de l’Etat.

Xavier-Gilles CARDOZZO

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés