Mali: Mokhtar Belmokhtar, dead again !

Afriquinfos 22 Vues
3 Min de Lecture

Bamako (© Afriquinfos 2016) – Selon le Wall Street Journal, Mokhtar Belmokhtar qui s’est rallié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), serait mort dans un raid.  Le jihadiste  d’origine algérienne serait tué dans une action coordonnée par les forces aériennes françaises et le service de renseignement américain. Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense séjourne depuis ce lundi à Washington où il devra rencontrer son homologue américain Ashton Carter.

Donné plusieurs fois pour mort (juin 2015 et 2013), et condamné à deux reprises par la justice algérienne, la tête de Mokhtar Belmokhtar était mise à prix pour cinq millions de dollars par les Etats-Unis. Selon toujours le Wall Street Journal, l’opération qui s’est déroulée dans ce mois de novembre est la preuve de la coopération militaire et de renseignements entre les Etats-Unis et la France.  Ce qui confirme le souhait de Barack Obama après les attentats de Paris en novembre 2015. Le président américain avait appelé à un renforcement des échanges d’informations entre les services de renseignement français et américains.

Mokhtar Belmokhtar, l’un des islamistes extrémistes les plus recherchés dans le Sahel  est impliqué dans plusieurs assassinats. Il est accusé d’être l’instigateur de la mort de quatre (04) français en Mauritanie en décembre 2007, de l’enlèvement de deux (02) Canadiens en 2008, de trois (03) Espagnols et deux (02) Italiens en 2009. Sa formation Al-Mourabitoune a aussi mené de nombreuses attaques sanglantes dans la région du Sahel où œuvre pour une grande coalition avec des jihadistes du Niger, du Tchad et de la Libye.

Né en Algérie en 1972, Belmokhtar s’est enrôlé très jeune dans la cause jihadiste en combattant en Afghanistan en 1991. C’est au cours d’un de ces combats qu’il a perdu un œil, qui lui a valu le surnom de «Le Borgne». Mokhtar Belmokhtar faisait également partie du Groupe islamique armé (GIA) qui avait été démantelé en 2005. Il rejoint plus tard le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) qui deviendra Al-Qaida au maghreb islamiste, financé par Ben Laden.

En 2012, Aqmi l’a renvoyé, pour insubordination. Un (01) an plus tard, il s’est associé avec la formation jihadiste le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) du nord du Mali et qui sera visé par l’opération française Serval. Mais en décembre 2015, «Le Borgne» s’est rallié à Aqmi avec son nouveau groupe, Al Mourabitoune.

Anani  GALLEY