Le monde a 8 milliards d’âmes: Défis démographiques qui s’imposent à l’Afrique d’ici 2050

Afriquinfos Editeur 8 Vues
7 Min de Lecture

New York (© 2022 Afriquinfos)-  La population mondiale totale vient d’atteindre le seuil des 8 milliards d’individus, ce mardi 15 novembre 2022. C’est ce qu’indique le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA). Le chiffre atteindra environ 8,5 milliards en 2030 d’après les projections l’organisation. Et vingt ans plus tard, c’est à dire en 2050, la population mondiale atteindra 9,7 milliards de personnes.

Selon la même source,  les pays d’Afrique subsaharienne devraient contribuer à plus de la moitié de l’augmentation prévue de la population mondiale en 2050. Le nombre a doublé en presque cinquante ans, face aux quatre milliards d’êtres humains qui habitaient la planète en 1975.

Une grande partie de la croissance attendue d’ici à 2050 provient de huit pays seulement, dont quatre sont en Afrique subsaharienne: le Nigeria, la RD Congo, l’Éthiopie et la Tanzanie.

Selon une projection des Nations unies, la population mondiale a atteint 8 milliards d’habitants ce mardi, propulsée en grande partie par une explosion démographique en provenance des pays africains.

La population de l’Afrique subsaharienne augmente de 2,5 % par an, soit plus de trois fois la moyenne mondiale. Une partie de cette croissance peut être attribuée au fait que les gens vivent plus longtemps, mais la taille des familles reste le facteur déterminant. Les femmes d’Afrique subsaharienne ont en moyenne 4,6 naissances, soit le double de la moyenne mondiale actuelle de 2,3.

Le Nigeria fait partie des huit pays qui, selon les Nations unies, représenteront plus de la moitié de la croissance démographique mondiale entre aujourd’hui et 2050. Sur la liste figurent aussi l’Égypte, la République démocratique du Congo, l’Éthiopie et la Tanzanie.

À Lagos, plus de 15 millions de personnes se disputent tout: de l’électricité pour éclairer leurs maisons aux places dans des bus bondés, souvent pour des trajets de deux heures dans cette mégapole tentaculaire. Au cours des trois prochaines décennies, la population du pays le plus peuplé d’Afrique devrait encore augmenter, allant de 216 millions d’habitants cette année à 375 millions, selon les Nations unies. Cela fera du Nigeria le quatrième pays le plus peuplé du monde après l’Inde, la Chine et les États-Unis.

Cette explosion démographique peut bien constituer un atout pour le continent si et seulement si les conditions sont réunies.

 Cette croissance démographique peut être très vitale pour l’Afrique, car, elle constituera une augmentation des mains valides qui constituent les premières ressources pour développement d’un pays.

« La proportion des enfants de moins de 15 ans continuera par baisser au profit de celle de la population potentiellement active (15-64 ans). Aussi, la part de la population âgée sera-t-elle de plus en plus importante », selon les explications de Essey Senah Koupogbe, démographe togolais.

« C’est vital aussi parce que la population est un facteur important de production. La vitalité démographique en Afrique subsaharienne permettra l’émergence économique de nombreux pays. En plus du Nigeria qui est connu pour son poids démographique, l’Afrique compte plusieurs pays dont la population est au-delà de 100 millions d’habitants : l’Égypte, l’Éthiopie, la RDC. C’est un marché potentiel de consommateurs », précise-t-il sur le site Anadolu.

 Cependant, avise-t-il, qu’il est indispensable de « créer les conditions en investissant dans le capital humain (éducation, formation professionnelle, santé), la création d’emploi productif et la bonne gouvernance ».

« Il faut mettre en œuvre des politiques valorisantes de population. Sans ces préalables, la croissance démographique devient une charge. Pour maintenir le niveau des indicateurs de performances, tel que l’accès aux services sociaux de base par exemple, il faut prévoir une augmentation régulière et conséquente des budgets de ces services sociaux de base pour être au même niveau que la croissance démographique. C’est cela la contrainte de la croissance démographique », précise le démographe. Sans ces préalables, de nombreux défis, tel que l’urbanisation non maîtrisée ainsi que d’autres défis, deviendront difficile à relever.

En dehors de l’Afrique, les autres pays qui complètent la liste des pays dont la population augmente le plus rapidement sont le Pakistan, les Philippines et l’Inde, qui devrait dépasser la Chine en tant que nation la plus peuplée du monde l’année prochaine.

Les inquiétudes environnementales

Pour les experts, les préoccupations environnementales entourant le cap des 8 milliards devraient se concentrer sur la consommation, notamment dans les pays développés.

« La population n’est pas le problème, c’est la façon dont nous consommons qui est le problème. Il faut changer nos modes de consommation« , dit Charles Kenny, chargé de recherche au Center for Global Development à Washington.

Une petite partie de la population mondiale utilise la plupart des ressources de la Terre et produit la plupart de ses émissions de gaz à effet de serre », explique Poonam Muttreja, directrice exécutive de la Population Foundation of India, en Inde. « Au cours des 25 dernières années, les 10 % les plus riches de la population mondiale ont été responsables de plus de la moitié de toutes les émissions de carbone », ajoute-t-elle.

Alors même que la population explose dans certains pays, l’ONU indique que les taux devraient baisser de 1 % ou plus dans 61 nations.

La population américaine avoisine aujourd’hui les 333 millions d’habitants, selon les données du Bureau du recensement des États-Unis. Le taux de croissance de la population en 2021 n’était que de 0,1 %, le plus bas depuis la fondation du pays.

Vignikpo Akpéné