Le Maroc réadmis chaleureusement 55ème membre de la grande famille de l’UA depuis ce 30 janvier!

Afriquinfos 3 Vues
2 Min de Lecture

ADDIS-ABEBA (© 2017 Afriquinfos) – 4 mois après en avoir fait la demande, le Maroc est de nouveau membre de l’UA. La 28ème Conférence des Chefs d’Etat de l’organisation panafricaine a acté cette demande ce 30 janvier 2017. Un grand jour pour la diplomatie du Royaume chérifien, un fait historique pour la quête de l’unité au sein de l’UA.

 

 33 ans après son départ, le Maroc a effectué définitivement son retour dans la grande famille de l’UA. Le travail diplomatique effectué par le Royaume alaouite aux quatre coins du continent noir vient donc de payer, sous la conduite du volontariste Roi Mohammed VI.

39 pays de l’UA se sont ainsi officiellement prononcés pour le retour du Maroc dans sa «famille africaine». Une dizaine autre a affiché des réserves vis-à-vis de ce come-back. Mais, 39 voix, c’est plus que le 2/3 indispensables pour la prise de décisions importantes dans cette organisation continentale. Fruits du long, méthodique et soigné travail diplomatique feutré abattu par les services diplomatiques du Royaume alaouite pour acter ce retour, même les «opposants naturels» à un retour du Maroc dans l’UA que sont l’Algérie et la RASD ont salué et se sont félicités de cette réintégration qui agrandit désormais les membres de l’UA à 55.

 

Le Maroc n’avait jamais abandonné l’Afrique !

 

En réalité durant son absence à Addis-Abéba ces 33 dernières années, le Maroc n’avait jamais coupé les ponts avec le reste du continent noir. La preuve, il représente l’un des principaux investisseurs en Afrique sub-saharienne derrière les classiques puissances occidentales, et même en devançant les Occidentaux dans certains domaines-clés.

Une prouesse qui fait du Royaume chérifien un acteur de choix et de poids dans la promotion des relations Sud-Sud en Afrique, très loin devant les autres Républiques du Maghreb. Les banques, l’aviation civile, le tourisme, l’hôtelerie consituent ainsi des secteurs d’activités dans lesquels le savoir-faire marocain s’est exporté remarquablement sur le reste du continent africain.

 

Bella Edith