L’armée malienne remotivée autour de son projet national (général français)

Afriquinfos Editeur 4 Vues
2 Min de Lecture

"Au-delà du travail technique que fait l'EUTM-Mali, il y a aussi ce travail qu'a fait le général Lecointre avec ses instructeurs qui est de remotiver cette armée autour de son projet national", a souligné le haut gradé français, dans une interview sur Radio France International. Le général François Lecointre a occupé jusqu'au 1er août 2013 les fonctions de commandant de l'EUTM-Mali, qui a été lancée il y a quelques mois.

 "Ce que (le général Lecointre) voulait dire par là, c'est qu' au-delà des savoir-faire techniques qu'il faut se réapproprier, une bonne armée, c'est une armée qui a du moral, qui a retrouvé son unité, qui a retrouvé des chefs qui savent parler (..)", a commenté le général Clément-Bollée.

 Ce dernier, qui a donné cette interview à l'occasion de son départ de la Direction de coopération de sécurité et de défense (DCSD) du ministère français des Affaires étrangères, a salué la tenue du premier tour des élections présidentielles maliennes, le week-end dernier, tout en insistant sur la nécessaire unité de l’armée malienne. "Ce qu'il faut au Mali réunifié, après le succès de ces élections, c'est assurer un seul et unique outil de sécurité et défense au service du pays", a-t-il affirmé, tout en saluant "l'arrivée (prochaine) d'un nouveau chef d'Etat (malien) issu des urnes, qui aura la légitimité des urnes".

La mission EUTM-Mali a d'ores et déjà formé un premier bataillon malien de 850 hommes. Elle doit compléter la formation de quatre bataillons, dans le cadre de l'aide technique qu'elle apporte à l'armée malienne. Les Etats membres de l'Union européenne devraient discuter à l'automne prochain de l'opportunité de reconduire le mandat de l'EUTM-Mali, qui doit s'achever en 2014.