La CEDEAO au service de la lutte contre le chômage de ses jeunes

Afriquinfos 8 Vues
3 Min de Lecture

COTONOU (© 2016 Afriquinfos) – Le mardi 20 décembre 2016, 55 jeunes ouest-africains dont 35 garçons et 20 filles ont reçu leurs attestations à l’issue d’une session de formation de renforcement de capacités, organisée par le Centre de développement de la jeunesse et des sports de la Cedeao (CDJS/CEDEAO). La formation a eu lieu à Porto-Novo au Bénin.

 

Ces jeunes ont effectué un stage d’un mois, sous l’encadrement de techniciens dudit Centre. Une formation qui a contribué au renforcement de leurs capacités entrepreneuriales et à approfondir davantage leurs connaissances théoriques et pratiques dans divers secteurs de production tels que la

pisciculture, l’agriculture, l’élevage, l’artisanat et la transformation agroalimentaire. Ces jeunes sont venus  des pays comme, le Bénin, le Burkina Faso, la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Liberia, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Sénégal et le Togo.

«Pour nous, le plus important n’est pas ce que nous avons appris ici, mais plutôt ce que nous ferons des connaissances acquises. Nous sommes venus à Porto-Novo comme des apprenants, nous retournons dans nos pays respectifs comme des entrepreneurs socio-économiques», a vanté Sumoiwuo Gayflor, porte-parole des récipiendaires. Pour le directeur du CDJS/CEDEAO, Francis Chuks Njoaguani, c’est le lieu de se féliciter des résultats obtenus par les lauréats et de l’intérêt qu’ils ont accordé à la formation. «Vous devrez entreprendre en cherchant toujours ce que les Anglo-Saxons appellent le NEXT LEVEL (l’étape supérieure suivante), qui vous conduira au succès certain; il faut savoir qu’il n’y a pas d’ascenseur pour le succès», a conseillé le représentant de la Commissaire de la Commission de la Cedeao chargée des Affaires sociales et du Genre. Ces formations de renforcement de capacités au profit des jeunes de la région ouest-africaine sont organisées chaque année.

La première session a eu lieu en 2007. Par conséquent, aujourd’hui, 630 jeunes entrepreneurs, dont 265 filles, ont été formés dans les domaines de l’agriculture, de la transformation agroalimentaire, de la pisciculture, de l’élevage et de l’artisanat. Ceci, dans le but de pourvoir à l’emploi des jeunes, de contribuer à leur insertion socioprofessionnelle, d’appuyer leurs projets et de favoriser le développement de partenariat entre eux. Pour avoir accès à ces formations, ces jeunes de l’Afrique de l’ouest, doivent avoir un âge compris entre 18 à 35 ans. Ils doivent également choisir l’un des modules suivants: agriculture, transformation, agroalimentaire, pisciculture, élevage et artisanat.

Rachèle KOMI KOFFI