Accueil Gabon Gabon : Patience Dabany à l’intention d’interdire la diffusion d’un documentaire en France

Gabon : Patience Dabany à l’intention d’interdire la diffusion d’un documentaire en France

Gabon : Patience Dabany à l’intention d’interdire la diffusion d’un documentaire en France

Paris (© Afriquinfos 2018)- La chanteuse gabonaise Patience Dabany, et mère du président Ali Bongo Ondimba, demande l’interdiction d’un documentaire initialement programmé sur la chaîne Planète+. La raison évoquée est  que le réalisateur Joël Soler avait abusé de la confiance, la star de la musique gabonaise. La justice française a mis sa décision en délibéré au 16 février.

Le tribunal de grande instance de Paris a examiné, vendredi 19 janvier, le référé introduit par la chanteuse gabonaise Patience Dabany contre la société de production Day For Night. Une procédure visant à obtenir l’interdiction de la diffusion et de la commercialisation d’une interview accordée au documentariste Joël Soler.

Celle-ci devait être diffusée sur la chaîne Planète+ le 27 septembre, dans le cadre d’une série consacrée aux épouses d’anciens « despotes ». Invoquant la violation de son droit à l’image, Patience Dabany demande en outre 30 000 euros, au titre de réparation.

« Quand, en janvier 2017, la société de production Day For Night a pris contact avec Edgar Yonkeu, le manager de Patience Dabany, il était question de réaliser un documentaire sur les femmes qui ont eu un impact sur la carrière politique ou scientifique de leur enfant. Jamais le titre réel du documentaire [Despot Housewives] ne leur a été indiqué », a plaidé à la barre Me George Arama, l’avocat de la chanteuse, citant plusieurs mails échangés entre Day For Night et Edgar Yonkeu – versés au dossier.

Selon l’entourage de Patience Dabany, celle qui fut aussi, pendant près de vingt ans, la Première dame du Gabon aurait donc été « induite en erreur » quant à la finalité de cet épisode de 52 minutes, intitulé Les Matriarches.

En janvier 2017, Joël Soler la sollicite en vue d’intégrer son portrait à un documentaire consacré aux « matriarches en politique ». Pensant qu’il s’agit d’évoquer sa relation avec son fils, Patience Dabany accepte donc de se prêter à l’exercice, apparemment persuadée que sa carrière – tout particulièrement son tube L’Amour d’une mère – sera l’objet de leurs échanges. Non sans une certaine méfiance, toutefois.

Mais fin septembre, alertée par des articles de presse annonçant la diffusion de l’épisode, Patience Dabany réagit à la veille de la diffusion. Par avocat interposé, elle met en demeure Planète+ (qui appartient au Groupe Canal+), demandant l’interdiction de la diffusion. Prudente, la chaîne décide d’y surseoir, le temps que le litige soit examiné par la justice. « Une dizaine de chaînes internationales ont pré-acheté le film. Leurs diffusions ont été renvoyées à la première diffusion en France », explique Jan Vasak, fondateur de Day For Night.

« Cette assignation revient à demander la mort du film en procédure accélérée, ce qui est une atteinte inadmissible à la liberté de la presse », réagissait Christophe Caron, l’avocat de l’Union syndicale de la production audiovisuelle (USPA), le 22 décembre, lors d’une audience préliminaire. Selon ce syndicat, qui s’est associé à la défense de Day for Night, la procédure serait « attentatoire à la liberté des sociétés de production de films documentaires d’évoquer des sujets d’un intérêt général ».

Il revient désormais au tribunal, qui doit rendre sa décision le 16 février, d’apprécier si les séquences filmées par Joël Soler relèvent bien de « l’intérêt général ».

I.N