Finances/Casablanca Finance City main dans la main avec le Ghana Investment Promotion Center

Afriquinfos 11 Vues
4 Min de Lecture

ACCRA (© 2017 Afriquinfos)- En marge d’une visite officielle du Roi Mohammed VI au Ghana entamée le 16 février 2017, la CFCA (Casablanca Finance City Authority) et le GIPC (Ghana Investment Promotion Center) ont scellé un mariage stratégique qui devrait donner un coup de fouet aux liens économiques entre Casablanca et Accra. La CFCA et la GIPC constituent deux places financières incontournables dans ces deux pays.

 

Parmi les 24 accords bilatéraux conclus en terre ghanéenne entre les Etats du Maroc et du Ghana ainsi qu’entre des opérateurs économiques de ces deux pays ces dernières heures, figure en bonne place le MoU (Memorandum Of Understanding) paraphé par la CFCA et le GIPC ce 17 février 2017. La quintessence de ce MoU devrait servir comme un important levier pour doper la coopération multilatérale entre ces deux pays.

«La promotion des opportunités d’investissement au Ghana par la CFCA auprès des entreprises ayant le statut CFC et l’accompagnement par le GIPC des entreprises de l’écosystème de CFC dans leurs projets d’investissements et la facilitation de leur doing business au Ghana» constituent l’essence première de ce mariage, précise-t-on auprès des deux parties signataires. Cet important et historique paraphe ouvre assurément une nouvelle ère pour les multinationales logées à la CFCA et désireuses de s’installer durablement en Afrique occidentale, dans la mesure où le Ghana est perçu en Afrique de l’ouest comme une démocratie jouissant d’un statut d’havre de stabilité et de fiabilité économiques.

Agence gouvernementale de référence, le GIPC a été porté sur les fonts baptismaux en 2013. Il se veut le bras armé du Ghana en matière de promotion des IDE (Investissements Directs Etrangers) et de l’amélioration de son climat des affaires, avec pour objectif la «création d’un cadre incitatif et transparent» d’investissements au pays de John Jerry Rawlings. Le GIPC est une émanation de la loi «GIPC act» qui vise à accroître l’attractivité de ce pays ouest-africain, ainsi que son climat des affaires.

De son côté, la CFCA, née en 2010, est une société anonyme de droit privé, fruit d’un partenariat public-privé. Elle s’est érigée depuis sept ans en un incontournable «hub économique et financier régional et une porte d’entrée privilégiée vers le continent africain» depuis le Maghreb ! A ce jour, près d’une centaine de multinationales à vocation mondiale ont le statut CFCA. On peut citer parmi elles BNP Paribas, Bank of China, Ford, Huawei. Le statut de la CFCA offre un certain nombre d’incitations et d’avantages fiscaux s’inscrivant dans la droite ligne de la promotion de la stratégie africaine du Maroc qui a effectué fin janvier 2017 un retour historique à l’UA (Union Africaine). En 2016, la CFCA a été classée première place financière africaine. Un classement opéré par le GFCI (Global Financial Centers Index –GFCI-, référence du secteur) et qui lui a permis de détrôner sa principale concurrente africaine qu’était la place financière de Johannesburg.

 

Georges SAMIR