FIFA-CAF/Quand Ebola divise l’UEFA et la CAF

Afriquinfos Editeur
4 Min de Lecture

Depuis quelques jours, les passes d’armes entre les dirigeants de ces deux institutions faîtières, Michel Platini et Issa Hayatou, font le chou gras des journaux spécialisés et amplifient encore plus la psychose que crée la maladie hémorragique à virus Ebola…

 La polémique est partie d’une déclaration de Michel Platini, président de l’UEFA dimanche dernier sur une chaine de télévision dédiée aux sports. Ce dernier qui se voulant sans doute ironique questionné sur la demande de report du Maroc se demandait « si je dois aller dans les congrès de nos amis Africains…la santé des gens est plus importante ». Mal lui en a pris. Cette position affichée n’a pas été du goût de la Confédération Africaine de Football (CAF) qui depuis la demande de report du Maroc est sur des braises ardentes. Sa réponse ne s’est pas fait attendre.

L’instance faîtière du football africain demande tout simplement à Michel Platini d’aller s’occuper de ses affaires et de laisser les Africains gérer les leurs. Dans un communiqué signé des mains d’Issa Hayatou et en des termes peu courtois, il est demandé au président de l’UEFA « de ne pas s’ingérer dans des affaires qui concerne d’abord et avant tout l’Afrique et la CAF » au même titre que le CAF ne s’ingère pas dans les affaires de l’UEFA et appelle au respect de sa « souveraineté ».

- Advertisement -

Pour sa défense, la CAF estime sans doute que les déclarations d’un dirigeant du calibre de Michel Platini pourraient exacerber la psychose que provoque le virus Ebola et influer sur les positions des différents acteurs impliqués dans la gestion de ce qui constitue déjà une crise. Pour l’instant à la CAF on s’en  tient aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui préconise d’éviter des rassemblements de masse dans les trois pays ou sévit l’épidémie. Il s’agit notamment de la Sierra Leone, de la Guinée Conakry et du Libéria.  

Loin de calmer l’ancien attaquant de l’équipe de France, cette sortie de la CAF a eu le don de l’irriter au plus haut point. Michel Platini se sent « insulté » et exige des excuses formelles. Issa Hayatou doit donc présenter des excuses au cas contraire le président de l’UEFA menace « d’agir en conséquence ». La CAF se pliera-t-elle aux exigences du dirigeant européen ? La question reste entière.  

Mais on imagine que des coups de fil ont depuis été échangés entre le Caire  (Egypte) et Nyon (Suisse) pour faire baisser la tension entre les deux hommes qui siègent ensemble dans les plus hautes instances du football mondial. Dans un domaine où le fair-play est le maître-mot, on ne doute pas qu’un terrain d’entente sera trouvé et que cette polémique qui n’aide personne s’en ira comme elle est venue.

En attendant les tendances ne sont pas à la baisse s’agissant de la propagation du virus dans les pays où il sévit. Pas de quoi rassurer le Maroc qui jusqu'à ce jour maintient sa demande de report. La CAF quant à elle indique que le rendez-vous continentale aura bel et bien lieu du 17 janvier au 8 février 2015. Le 02 novembre prochain les deux parties de retrouvent au siège de la CAF pour débattre du sujet.

Waliyullah TAJUDEEN