COVID-19 : l’OIT prévoit une baisse du revenu des travailleurs allant jusqu’à 3 400 milliards de dollars

OIT covid 19

Abidjan (© 2020 Afriquinfos)- Tous les organismes internationaux et institutions financières s’accordent à la dire. Les répercussions de la pandémie du coronavirus seront dévastatrices pour les économies des pays touchés ou non. L’Organisation Internationale du Travail (OIT) pour sa part s’inquiète des conséquences humaines de cette crise sanitaire mondiale estimant qu’au moins 25 millions de personnes perdront leur travail et qu’il urgeait de mener une action décisive au niveau multilatéral pour faire face à ce qui sera une catastrophe.

Dans une tribune qu’il a publié, Guy Ryder, Directeur Général de l’OIT ne cache pas son inquiétude quant aux conséquences de la pandémie du COVID-19. « C’est notre avenir dans sa globalité qui est aussi en jeu, au niveau économique, social et en matière de développement » écrit-il. Pour lui, il importe que toute action qui doit mener pour contrer les effets néfastes sur les économies doit être fondée sur le « dialogue social entre les gouvernements et ceux qui sont en premières lignes : les employeurs et les travailleurs » car l’OIT estime « jusqu’à 25 millions de personnes pourraient se retrouver au chômage et prévoit une baisse du revenu des travailleurs allant jusqu’à 3 400 milliards de dollars. »

Guy Ryder fait savoir que « cette pandémie met en évidence de manière impitoyable les failles profondes au sein du marché du travail ». Certaines catégories de travailleurs sont déjà les premiers touchés de plein fouet avec des licenciements sans indemnités et certains sont obligés de continuer à travailler pour assurer leur revenu quotidien augmentant le risque de propagation du virus. « Cependant, nous avons une chance de sauver des millions d’emplois et de firmes si les gouvernements agissent de manière décisive pour assurer la continuité des opérations des entreprises, éviter les licenciements et protéger les travailleurs vulnérables. Soyons-en certains, les décisions prises aujourd’hui conditionneront la santé de nos sociétés et de nos économies pendant des années », soutient M.Ryder.

Il faudra estime l’OIT pour cela que  « des politiques fiscales et monétaires expansionnistes sans précédent sont essentielles afin d’empêcher le ralentissement à grande vitesse actuel de se transformer en une longue récession. Nous devons absolument nous assurer que les gens disposent de suffisamment d’argent pour finir la semaine, ainsi que celle d’après. Il faut donc faire en sorte que les entreprises, source de revenus pour des millions de personnes, puissent rester à flot durant ce fort ralentissement afin d’être en mesure de redémarrer dès que les conditions le permettront. Nous aurons particulièrement besoin de mesures ciblées pour les travailleurs les plus vulnérables, notamment les travailleurs indépendants, ceux à mi-temps ou en intérim qui pourraient ne pas pouvoir bénéficier d’allocations chômage ou d’une couverture sociale et qu’il est donc plus difficile d’atteindre ».

L’OIT se réjouit que de nombreux pays ont déjà mis en place des mesures de relance sans précédent afin de protéger leur population et leur économie. Afin d’optimiser l’efficacité de ces mesures, il est essentiel que les gouvernements travaillent avec les organisations d’employeurs ainsi qu’avec les syndicats dans le but de trouver des solutions pratiques pour assurer la sécurité des personnes et la protection des emplois. Le sommet virtuel extraordinaire du G20 du 26 mars sur la réponse au COVID-19 constitue l’occasion d’enclencher cette réponse coordonnée, soutient Guy Ryder.

S.B.

Ne ratez pas de nouvelles sur le COVID-19

COVID-19/ la CAF reporte le CHAN 2020

Le Covid-19 peut entrainer une perte d’emplois estimé à près de 25 millions (l’OIT)

Coronavirus : Selon l’OMS l’Europe est désormais le « nouvel épicentre » de la pandémie

Lire aussi

Related Posts

None found

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés