Le Burundi reste à l’état embryonnaire dans le respect de la propriété intellectuelle

Afriquinfos Editeur
1 Min de Lecture

M. Niyungeko a précisé que ce défi se trouve particulièrement au niveau de la propriété littéraire et artistique.

Le fait que de nombreuses années se sont écoulées sans que le Burundi soit doté d'une structure juridique pour la protection d'auteur a contribué à renforcer un sentiment de frustration et de résignation chez bon nombre d'artistes burundais, a-t-il indiqué.

M. Niyungeko a déploré par ailleurs la persistance de la problématique de piraterie artistique.

"Je ne dirais pas que ce problème est déjà maitrisé actuellement, parce que l'institution de protection du droit d' auteur au Burundi est de création récente", a affirmé M. Niyungeko, en soulignant que l'OBDA n'a vu le jour qu'au 17 septembre 2011.

Pour remédier à cette situation, a-t-il noté, l'OBDA a inscrit prioritairement à son agenda 2014 la sensibilisation des usagers des oeuvres artistiques sur les droits violés notamment à travers l'exploitation gratuite de ces dernières et le phénomène de piratage.