Burundi: Le parti UPRONA menace de se retirer du gouvernement

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

C'était au cours d'une conférence de presse que le président de ce parti Bonaventure Niyoyankana a animé ce jeudi même, mais il dit qu'il faut d'abord se donner du temps. « Chaque chose a son temps en politique. Chaque fois, il faut montrer votre position, il faut donner vos propositions et ne pas seulement protester. C’est quand les propositions ne sont pas observées que les décisions peuvent être prises. Je vous dis franchement et je suis certain que le message (de quitter les institutions) vous l'aurez et que même le parti au pouvoir (CNDD FDD) aura ce message en temps utile », a déclaré le président de l'URONA au cours de cette conférence de presse.

Pour justifier cet éventuel retrait des institutions, le président du parti indépendantiste parle des tares observées dans les secteurs de la justice et des droits de l'homme. « Nous constatons que cette justice équitable pour tous est loin d'être une réalité au Burundi. Nous en avons pour preuves le manque d’indépendance de la magistrature, les juges qui ne disent pas toujours le droit, l'emprisonnement des citoyens sur simple présomption alors que les véritables présumés coupables de grands crimes circulent en toute impunité. Nous constatons le non respect des droits de l'homme qui transparaît à travers le harcèlement des défenseurs des droits de l'homme et même des journalistes », a indiqué Bonaventure Niyoyankana dont le parti a le premier vice- président de la République dans le gouvernement.

Il demande à ce même gouvernement de tout faire pour « déployer tous les moyens et prendre toutes les mesures pour sécuriser les citoyens dans leur intégrité physique et dans leurs biens » et aux citoyens « de l'exiger par tous les moyens pacifiques ».

- Advertisement -