L’état de la pandémie en Afrique au 15 septembre 2020

Alger (© 2020 Afriquinfos)- L’Afrique comptait ce mardi 15 septembre plus de 1,354 million de cas de coronavirus confirmés pour plus de 32 000 morts. Selon le bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique, les pays les plus touchés par la pandémie de Covid-19 sont l’Afrique du Sud, l’Égypte, et le Maroc.

L’Algérie, le Maroc et la Tunisie ont été incapables de s’unir face à la pandémie. Et c’est encore une fois la Chine qui en a profité pour avancer ses pions dans la région, et dans toute l’Afrique.

Les trois pays du Maghreb ont une inaptitude qui ne s’est jamais démentie depuis les luttes pour les indépendances. Ils sont incapables de la moindre solidarité régionale, même dans les pires épreuves. Le Covid-19 en est une nouvelle illustration. Même l’Europe divisée sur l’épidémie a recherché des solutions communes. Rien de tel au Maghreb. On n’a même pas fait semblant de proposer des plans de lutte entre « frères ». Chacun chez soi et chacun pour soi. Les préoccupations restent profondément nationalistes.

En Tunisie et au Maroc, les touristes restés chez eux ont « dépossédé » les habitants et l’État d’une source très importante de divises. Une situation se traduisant par le dénuement de milliers de salariés devenus soudainement des « sans emploi ».

Quant aux Algériens, ils regardent impuissants le prix des masques osciller en fonction des stocks, les transports publics s’arrêter le week-end, les taxis clandestins faire de juteuses affaires, la situation économique s’aggraver avec la chute brutale des prix du pétrole.

Dans ce pays stratégique, le virus est quasiment le bienvenu pour les autorités : plus que l’armée et la répression, l’épidémie a fait « rentrer » les manifestants chez eux et, d’une certaine manière, a contribué à démobiliser le Hirak. Et comme toujours, à chaque fois que la situation semble échapper aux pouvoirs en place – c’est bien ce qui se passe avec le Covid-19 – les forces de sécurité sont sollicitées pour « responsabiliser » les personnes et les contraindre à un confinement très aléatoire.

Certes, dans chacun des pays du Maghreb, des initiatives ont émané de la société civile. Mais on peut faire beaucoup plus. La solidarité devrait s’élargir et s’organiser aussi au niveau des États.

I.N.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés