Afrique du Sud: Secrets pour protéger le vignoble national des ravages du réchauffement climatique

Afriquinfos Editeur
5 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

C’est une révolution en douceur: pour protéger le vignoble sud-africain des ravages du réchauffement climatique, qui promet des pluies plus rares mais aussi plus violentes, il faut épouser les courbes du paysage et recycler l’eau tombée du ciel.

« Avant les vignes étaient plantées par blocs carrés », raconte Rosa Kruger, 64 ans, regard bleu intense, au domaine Reyneke situé au cœur du vignoble de Stellenbosch, qui passait pour une douce dingue quand elle s’est lancée dans cette croisade il y a plus d’une dizaine d’années. La conseillère viticole, mondialement saluée pour sa contribution à la qualité des terroirs sud-africains, montre les drains entre chaque parcelle pour récupérer les eaux de pluie. Ils épousent le terrain et rejoignent un réservoir au pied de la pente. « Je n’accepte pas la fatalité. On peut bien se battre un peu non? », plaisante cette juriste dans une autre vie, espiègle et indépendante, qui semble s’être fixée comme règle de vie de ne faire que ce qui lui plaît.

Le domaine viticole de Reyneke, le 5 avril 2024.

« Tous les vignobles m’appartiennent. Je ne possède aucune terre mais, c’est ce que je me raconte », dit-elle de sa liberté de se mêler de tout, entre deux échanges en afrikaans avec des ouvriers agricoles. Entre les parcelles, elle a prévu des zones pour planter des buissons de fynbos, plantes endémiques de la région, peu gourmandes en eau et qui sentent bon le maquis. Pour « gagner en biodiversité », faire revenir insectes et divers animaux, permettant de moins traiter la vigne et d’assainir les sols. En bordure des vignes, des pins, plantés par les colons européens autrefois, consommaient trop d’eau. Ils ont été arrachés. 

– « Gageure » –

- Advertisement -
Vue aérienne du vignoble Reyneke, le 5 avril 2024.

La terre appauvrie s’effrite sous les déluges de pluie, entre de longues périodes de sécheresse, aggravées cette année par le phénomène El Nino. Comme ce pan de terre remuée, en haut du coteau, qu’elle désigne du doigt. « S’il y a encore des gens qui doutent du dérèglement climatique, il faut leur parler de l’Afrique du Sud », glisse-t-elle, regard incisif et sourcil narquois. Reyneke jouit de conditions plutôt favorables, « sols granitiques, vents dominants, proximité de l’Atlantique », liste Rudiger Gretschel, 46 ans, chef de cave et directeur du domaine. Mais « faire pousser du raisin à la pointe de l’Afrique est une gageure », rappelle-t-il. « Le climat est déjà irrégulier, nous avons déjà peu de pluie, il fait déjà très chaud », insiste-t-il. Donc les investissements d’aujourd’hui pour limiter les effets du réchauffement doivent « garantir la pérennité du domaine pour au moins 50 ou cent ans ».

Rosa Kruger, conseillère en viticulture, au domaine de Reyneke, près de Stellenbosch, en Afrique du Sud, le 5 avril 2024.

Son domaine en biodynamie compte des dizaines de vaches, dont on récupère le fumier pour nourrir le sol. De vieilles vignes, notamment de chenin, cépage emblématique de la Loire en France, permettent de continuer à faire du vin pendant les travaux. Les plants nouveaux ne produisent qu’au bout de trois ou quatre ans. Les prévisions climatiques annoncent jusqu’à trois degrés de plus d’ici la fin du siècle, voire bien plus tôt. « Ça semble peu comme ça, mais je vous assure qu’il va faire chaud », souligne la viticultrice. Mais aussi jusqu’à 30% de moins de pluie d’ici 2050, moins bien répartie dans l’année et qui tombera en trombe, provoquant des inondations.

La ville touristique du Cap, à moins d’une heure de route, souffre déjà régulièrement de pénuries d’eau. « Quand il y aura moins de pluie, les citadins seront prioritaires, pas les agriculteurs », souligne Rosa Kruger. Raison de plus pour prévoir dès maintenant de fonctionner en auto-suffisance, sans nécessité d’irriguer. « C’est tout le sens de la démarche. »

Rudiger Gretschel, maître de chai et directeur du domaine de Reyneke, à Stellenbosch, en Afrique du Sud, le 5 avril 2024.

© Afriquinfos & Agence France-Presse