Ne laissons pas la Libye se déliter (ONU)

La Libye

Genève (© 2020 Afriquinfos) – La Libye ferai état d’une escalade militaire alarmante et ce malgré la menace de l’épidémie du COVID-19, a souligné Stephanie Williams l’envoyée spéciale des Nations Unies pour la Libye.

« J’avais espéré pouvoir vous livrer un rapport plus positif aujourd’hui. Mais malheureusement, alors même que nous pensions avoir atteint les limites du supportable en Libye, nous parvenons toujours, d’une certaine manière, à atteindre de nouveaux sommets de violence, de cruauté et d’impunité », a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU Stephanie Williams, la Représentante spéciale par intérim du Secrétaire général des Nations Unies pour la Libye.

La Libye sujette à des combats entre les forces du gouvernement d’union nationale (GNA)

« Malgré nos efforts déterminés et l’appel du Secrétaire général à un cessez-le-feu immédiat pour permettre aux Libyens de répondre à la menace commune du COVID-19, j’ai le regret d’annoncer qu’il n’y a pas eu d’accalmie dans les combats entre les forces du gouvernement d’union nationale (GNA) et l’armée nationale libyenne du général (Khalifa) Haftar« , a-t-elle affirmé.

Pendant près de 15 mois après le lancement de l’attaque du général Haftar sur Tripoli en avril 2019, le conflit armé a fait rage dans et autour de certaines des zones les plus densément peuplées de la Libye, a-t-elle indiqué.

D’après Mme Williams, Een raison de l’intensification des hostilités armées et de l’impact socio-économique désastreux du COVID-19, un million de personnes ont maintenant besoin d’une forme d’aide humanitaire. Cela inclut 400.000 Libyens déplacés à l’intérieur du pays, ainsi que 654.000 migrants, réfugiés et demandeurs d’asile. Au cours des douze derniers mois de guerre à Tripoli et dans les environs, 201.000 Libyens ont été contraints de fuir leurs foyers, a-t-elle précisé.

Cependant, elle a demandé au Conseil de sécurité de faire pression sur les acteurs régionaux et internationaux qui alimentent le conflit.

« Alors que les interventions étrangères se multiplient, les Libyens eux-mêmes se perdent dans la mêlée, leurs voix ne sont plus entendues. Nous ne devons pas laisser la Libye se déliter. Nous devons permettre aux Libyens responsables d’écrire leur propre avenir », a souligné Mme Williams.

Ne ratez pas de nouvelles sur la Libye

Ces articles devraient vous intéresser :

Libye, le "coup d'État" du maréchal Haftar
Coronavirus : les compagnies aériennes africaines ont perdu 400 millions de dollars en février
Vers une pénurie d'oxygène dans les pays pauvres
L’état de la pandémie en Afrique au 19 juin 2020
RDC : un conseiller de Félix Tshisekedi Jean-Joseph décède du coronavirus
L’état de la pandémie en Afrique au 1er juin 2020
Deux instruments de financement d’urgence du FMI pour riposter contre le Coronavirus
L’état de la pandémie en Afrique au 15 juin 2020
Libye, l'aéroport bombardé, la Turquie menace Haftar
Guinée: Alpha Condé promulgue sa Constitution et approuve un plan anti-coronavirus
Coronavirus : Le lancement de la Basketball Africa League reporté
Intégration africaine : report de la mise en œuvre de la ZLECA
Coronavirus: Xi Jinping promet aide et matériel à l'Afrique
Le Bénin enregistre un premier cas de coronavirus confirmé (officiel)
Afrique : ces personnalités politiques emportées par le coronavirus
Covid-19 : le chef de l’ONU appelle à affronter ensemble un ennemi commun
L’état de la pandémie en Afrique au 22 juillet
Covid-19: L'isolement d'Abidjan nourrit la fuite de produits agricoles à la frontière avec le Ghana
L’état de la pandémie en Afrique au 6 aout 2020
Après Fitch et Moody’s, Standard & Poor‘s dégrade la note de l’Afrique du Sud
Coronavirus à Madagascar : la capitale retourne en confinement
Le covid 19 ou La covid 19 : l’Académie française tranche
Covid-19: Programme ‘Arab Africa Trade Bridges’ pour appuyer l'Afrique
La Covid-19, objet de friction diplomatique entre Arusha et Washington

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés