Afrique du Nord
27 mai 2020

Libye : Moscou vole au secours de Haftar, Ndjaména réclame l’apaisement 

Moscou au secours du maréchal Haftar | Le Groupe de Contact de l’Union Africaine (UA) sur la Libye a tenu […]

20 mai 2020 Afrique du Nord

Ne laissons pas la Libye se déliter (ONU)

Genève (© 2020 Afriquinfos) – La Libye ferai état d’une escalade militaire alarmante et ce malgré la menace de l’épidémie […]

Lire la suite »
19 mai 2020 Afrique du Nord

Libye : nouveau revers militaire pour le maréchal Haftar

Conflit en Libye | Les forces du gouvernement libyen reconnu par l’ONU ont engrangé lundi un nouveau succès face aux […]

Lire la suite »
11 mai 2020 Afrique du Nord

Libye, l’aéroport bombardé, la Turquie menace Haftar

Nouvelle victime civile pour Haftar | Des dizaines de roquettes se sont abattues sur Tripoli, tuant au moins quatre civils […]

Lire la suite »
7 mai 2020 Afrique du Nord

Libye : Des mercenaires russes et syriens combattent avec Haftar

Un rapport récent d’experts de l’ONU contrôlant l’embargo sur les armes imposé à la Libye confirme la présence dans ce […]

Lire la suite »
30 avril 2020 Afrique du Nord

Libye : Haftar accepte une trêve « pour le Ramadan

Le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est de la Libye, a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi […]

Lire la suite »
28 avril 2020 Afrique du Nord

Libye, le « coup d’État » du maréchal Haftar

Le Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli a dénoncé mardi un énième « coup d’Etat » de son rival, homme fort […]

Lire la suite »
14 avril 2020 Afrique du Nord

Nouveau revers pour le maréchal Haftar dans l’ouest libyen

Revers pour le maréchal Haftar | Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est libyen qui mène depuis un an […]

Lire la suite »
10 mars 2020 Afrique du Nord

Libye: Rencontre entre le président français Emmanuel Macron et le maréchal Haftar

Paris (© 2020 Afriquinfos)- Le maréchal Khalifa Hafar « s’est engagé à signer le document du cessez-le-feu, mais que cet […]

Lire la suite »
21 février 2020 Afrique du Nord

Libye: si les pourparlers échouent, Haftar s’opposera à « l’envahisseur turc »

L’homme fort de l’Est de la Libye, le maréchal Haftar, a assuré vendredi qu’il s’opposerait militairement « aux envahisseurs turcs », Ankara […]

Lire la suite »
17 janvier 2020 Afrique du Nord

Libye: Haftar poursuit ses entretiens à Athènes avant la conférence de Berlin

Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est de la Libye qui s’oppose au gouvernement de Tripoli reconnu par l’ONU, […]

Lire la suite »
18 septembre 2017 Afrique du Nord

Libye: Visite d’Etat ce lundi du Maréchal Haftar en Tunisie

TUNIS (© Afriquinfos 2017- L’homme fort de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar effectue  ce matin une visite officielle en […]

Lire la suite »

Le maréchal Khalifa Belqasim Haftar né le 7 novembre 1943 est le commandant de l’armée nationale libyenne (LNA). Sous la direction de Haftar, l’ANL a remplacé neuf conseils municipaux élus par des administrateurs militaires et, en mai 2020, elle était engagée dans la deuxième guerre civile libyenne. Le 2 mars 2015, il a été nommé commandant des forces armées fidèles à l’organe législatif élu, la Chambre des représentants libyenne.

Haftar est né dans la ville libyenne d’Ajdabiya. Il a servi dans l’armée libyenne sous Mouammar Kadhafi et a participé au coup d’État qui a porté Kadhafi au pouvoir en 1969. Il a pris part au contingent libyen contre Israël lors de la guerre de Yom Kippour en 1973. En 1987, il est devenu prisonnier de guerre pendant la guerre contre le Tchad après avoir été attiré dans un piège et capturé, ce qui était alors un embarras majeur pour Kadhafi et représentait un coup dur pour les ambitions de Kadhafi au Tchad. Alors qu’il était détenu, lui et ses collègues officiers ont formé un groupe dans l’espoir de renverser Kadhafi. Il a été libéré vers 1990 dans le cadre d’un accord avec le gouvernement américain et a passé près de deux décennies à vivre aux États-Unis à Langley, en Virginie, et a obtenu la citoyenneté américaine. En 1993, alors qu’il vivait aux États-Unis, il a été reconnu coupable par contumace de crimes contre la Jamahiriya et condamné à mort.

Haftar a occupé un poste supérieur dans les forces qui ont renversé Kadhafi pendant la guerre civile libyenne de 2011. En 2014, il était commandant de l’armée libyenne lorsque le Congrès national général (GNC) a refusé de renoncer au pouvoir conformément à son mandat. Haftar a lancé une campagne contre le GNC et ses alliés fondamentalistes islamiques. Sa campagne a permis la tenue d’élections pour remplacer le GNC, mais s’est ensuite transformée en guerre civile. En 2017, Ramzi al-Shaeri, vice-président du conseil municipal de Derna et les avocats Ryan Goodman et Alex Whiting ont accusé Haftar du crime de guerre d’avoir ordonné la mort de prisonniers de guerre lors de la reprise de Derna. 

Haftar a été décrit comme « le seigneur de guerre le plus puissant de Libye », ayant combattu « avec et contre presque toutes les factions importantes » dans les conflits libyens, comme ayant une « réputation d’expérience militaire inégalée » et gouvernant « avec un fer à repasser »poing « . Haftar est réputé anti-islamiste. En 2019, le Middle East Eye a qualifié «ironique» l’inclusion de milices Madkhali (une souche salafiste qui croit en un gouvernement laïc) dans l’ANL dirigée par Haftar, étant donné son image anti-islamiste.

Enfance et éducation

Haftar est né à Ajdabiya vers 1943 et est membre de la tribu al-Farjani. Il a étudié à l’école al-Huda à Ajdabiya en 1957, puis a déménagé à Derna pour obtenir ses études secondaires entre 1961 et 1964. Il a rejoint l’Académie de l’Université militaire de Benghazi (également connue sous le nom de Collège militaire royal de Benghazi) le 16 septembre 1964 et a obtenu son diplôme en 1966. À la fin des années 1970, il a suivi une formation militaire en Union soviétique, complétant un diplôme spécial de trois ans pour les officiers étrangers envoyés étudier en URSS, au M.V. Académie militaire de Frunze. Haftar a ensuite poursuivi sa formation militaire en Égypte. Il était également en poste dans le corps d’artillerie.

Les premières années du gouvernement de Kadhafi

En tant que jeune officier de l’armée, Haftar a participé au coup d’État qui a porté Mouammar Kadhafi au pouvoir en 1969, aidant Kadhafi à renverser le roi de Libye, Idris. Peu de temps après, Haftar est devenu un officier supérieur de l’armée pour Kadhafi. Il a commandé les troupes libyennes soutenant les troupes égyptiennes entrant dans le Sinaï occupé par Israël en 1973. 

Comme d’autres membres des officiers unionistes libres (la junte qui a renversé la monarchie), Haftar est laïc et était nassérien. Il était membre du Conseil du commandement révolutionnaire qui gouvernait la Libye au lendemain du coup d’État. Haftar est devenu plus tard le chef d’état-major militaire de Kadhafi. À la fin des années 80, Haftar a commandé les forces libyennes pendant le conflit tchadien-libyen, qui s’est soldé par une défaite pour la Libye. 

Guerre avec le Tchad

En 1986, Haftar avait atteint le grade de colonel, puis était le commandant en chef des forces militaires de Kadhafi au Tchad dans le conflit entre le Tchad et la Libye. Pendant la guerre, au cours de laquelle les forces libyennes ont été capturées ou repoussées de l’autre côté de la frontière, Haftar et 600 à 700 de ses hommes ont été capturés prisonniers de guerre et incarcérés en 1987 après leur défaite lors du raid aérien de Ouadi Doum. Peu de temps après cette bataille désastreuse, Kadhafi a désavoué Haftar et les autres prisonniers de guerre libyens capturés par le Tchad. Un facteur qui a peut-être contribué à la répudiation de Kadhafi de Haftar et des autres prisonniers de guerre capturés peut avoir été le fait que Kadhafi avait précédemment signé un accord pour retirer toutes les forces libyennes du Tchad, et que les opérations de Haftar à l’intérieur du Tchad avaient violé cet accord. Une autre raison possible donnée pour l’abandon de Kadhafi de Haftar était le potentiel que Haftar pourrait retourner en Libye en tant que héros et ainsi constituer une menace pour le gouvernement de Kadhafi lui-même. En tout état de cause, la répudiation de Kadhafi a clairement servi à aigrir Haftar vers Kadhafi.

En 1986 et 1987, le gouvernement du Tchad a accusé la Libye d’utiliser du gaz toxique et du napalm contre les forces du gouvernement central et contre les forces rebelles. La Libye a peut-être utilisé du gaz moutarde livré sous forme de bombes par des avions AN-26 lors des phases finales de la guerre contre le Tchad en septembre 1987. Le vent a renvoyé l’agent contre les forces libyennes.

Opposition des États-Unis

Kadhafi a exigé le retour des soldats de Haftar en Libye, mais les Américains se sont arrangés pour qu’ils se rendent au Zaïre à la place. Là-bas, la moitié de ses soldats ont décidé de retourner en Libye. Fin 1987, Haftar et un groupe d’officiers se sont alignés sur le Front national pour le salut de la Libye (NFSL), un groupe d’opposition soutenu par les États-Unis. Le 21 juin 1988, il a déclaré la création de l’aile militaire du NFSL, nommée armée nationale libyenne sous sa direction. Lorsque l’aide financière des États-Unis au Zaïre n’a pas été fournie, le Zaïre a expulsé le reste vers le Kenya. Le Kenya n’a fourni qu’une résidence temporaire, et la CIA américaine a négocié un règlement vers 1990, permettant à Haftar et 300 de ses soldats de se rendre aux États-Unis dans le cadre du programme américain pour les réfugiés. En fait, la fin de la guerre froide a diminué la pertinence géostratégique de la Libye et le programme de financement de la CIA pour la brigade de Haftar a été suspendu. Pendant ce temps, il a acquis la citoyenneté américaine.

En mars 1996, Haftar a pris part à un soulèvement raté contre Kadhafi dans les montagnes de l’est de la Libye, avant de retourner aux États-Unis.

Haftar a déménagé dans la banlieue de Virginie à l’extérieur de Washington, D.C., vivant à Falls Church jusqu’en 2007. Il a ensuite déménagé à Vienne, en Virginie. De là, et surtout grâce à ses contacts étroits au sein de la DIA / CIA, il a constamment soutenu plusieurs tentatives de renverser et d’assassiner Kadhafi.

Rôle précoce dans la première guerre civile libyenne

En 2011, il est retourné en Libye pour soutenir la révolution libyenne. En mars, un porte-parole militaire a annoncé que Haftar avait été nommé commandant de l’armée, mais le Conseil national de transition l’a démenti. En avril, Abdul Fatah Younis occupait le poste de commandant en chef des forces armées, Omar El-Hariri occupait le poste de chef d’état-major de Younis et Haftar avait assumé la troisième position la plus élevée en tant que commandant des forces terrestres avec le grade du lieutenant-général. Younis a été assassiné plus tard cet été. Le 17 novembre 2011, Haftar a été choisi comme commandant général de la nouvelle armée libyenne en raison de son expérience militaire et de sa fidélité à la révolution qui a renversé Kadhafi.

Lancement de l’opération Dignité

En février 2014, Haftar est apparu dans une annonce télévisée pour révéler que le Congrès national général (GNC), le parlement élu qui avait récemment prolongé unilatéralement son mandat, avait été dissous. Haftar a appelé à un gouvernement intérimaire pour superviser les nouvelles élections et a exhorté les Libyens à se révolter contre le GNC, dont le mandat était toujours en vigueur à l’époque. En fin de compte, son appel n’a pas conduit à un soulèvement général en raison du manque substantiel de ressources et de soutien local pour son initiative. Son annonce a été rapidement rejetée avec beaucoup de scepticisme par le Premier ministre en exercice d’alors, Ali Zeidan. Les actions de Haftar ont été condamnées comme une « tentative de coup d’État » et « ridicules ». 

La stratégie de Haftar était de se lancer dans une série de réunions de « mairie » autour de la Libye et, avec le soutien d’anciens officiers de l’armée, de construire secrètement une armée. Trois mois plus tard, le 16 mai, dans le cadre de l’opération Dignité, Haftar a commencé une attaque aérienne et terrestre combinée contre les milices pro-islamiques de Benghazi, ainsi qu’une attaque soutenue aux armes lourdes contre le Parlement libyen. Au moment de l’attaque de Benghazi, Haftar, qui avait déjà été la cible de tentatives d’assassinat, aurait expliqué à un ami qu’il était pleinement conscient des risques pour la sécurité personnelle impliqués dans ses actions. Le 20 mai 2014, quatre jours après l’attaque de Benghazi, le GNC a annoncé qu’il avait finalement programmé les élections nationales reportées qui devaient remplacer la législature provisoire d’alors (le GNC de Tripoli) par la Chambre des représentants de Tobrouk. Ces élections étaient prévues pour le 25 juin 2014.

Plus tard en mai, après avoir été évincé de ses fonctions par le GNC, Ali Zeidan a approuvé l’opération Dignité, ainsi que 40 député, les chefs de la marine et de l’armée de l’air, et une grande partie des l’armée. Le 4 juin 2014, un kamikaze a fait exploser son véhicule à la résidence de Haftar à Ghut al-Sultan près d’Abayar, à l’est de Benghazi, tuant 4 personnes et en blessant au moins 3 autres. Haftar n’a pas été blessé dans l’attaque. 

Dans l’est de la Libye, les forces aériennes et terrestres de Haftar sont restées en place et semblent bénéficier d’un soutien général. Au cours des mois de mai et juin, de nombreuses marches pro-Opération Dignité ont eu lieu dans toute la Libye et, lors des élections législatives du 25 juin, les laïcs ont obtenu un mandat clair contre et contre l’agenda islamiste. Pendant ce temps, malgré sa dénonciation initiale de l’opération Dignité en mai, l’administration du Premier ministre Abdullah al-Thani s’est par la suite abstenue d’approuver ou de dénoncer officiellement l’opération Dignité de Haftar. Cependant, le parlement nouvellement élu a qualifié les ennemis de Haftar de « terroristes ». 

Le 24 novembre 2014 et le lendemain, des avions de combat affiliés aux forces de l’opération Dignité ont attaqué l’aéroport international de Mitiga à Tripoli, fermant temporairement l’aéroport, mais endommageant également des maisons voisines. En réponse à l’attaque de Mitiga, un tribunal de Tripoli a émis un mandat d’arrêt contre Khalifa Haftar.

Rôle principal dans la deuxième guerre civile libyenne

Haftar a été officiellement nommé commandant de l’Armée nationale libyenne (LNA) par la Chambre des représentants internationalement reconnue le 2 mars 2015. Les forces armées libyennes se sont divisées plus tard dans l’année en l’ANL sous le contrôle de Haftar et l’armée libyenne contrôlée par le gouvernement d’accord national (GNA). 

Après trois ans de campagnes militaires, Haftar a annoncé début juillet 2017 dans un discours télévisé que ses forces avaient enfin pris le contrôle total de Benghazi, la deuxième plus grande ville libyenne. La victoire militaire de Haftar a été considérée par beaucoup comme l’expression de ses ambitions militaires et politiques croissantes, et en particulier de son intention d’assurer le contrôle militaire des zones critiques de l’est de la Libye. Certains de ses détracteurs ont affirmé qu’il avait délibérément entraîné ses milices pendant des années de lutte contre divers groupes qu’il qualifiait d’ennemis islamistes afin de consolider un futur rôle politique grâce à sa direction militaire.

De même, alors que certains ont célébré le rôle de Haftar dans l’unification et la réussite de la lutte contre l’État islamique, plusieurs sources ont affirmé que le rôle de Haftar dans la lutte contre l’Etat islamique avait été largement surestimé ou motivé par le calcul égoïste. Par exemple, au début de 2016, les forces de Haftar auraient bombardé un groupe islamiste connu sous le nom de Derna Mujahideen Shura Council, qui était à l’origine de l’éviction réussie de l’EI de Derna.

De plus, des experts se sont demandé si l’ANL pourrait établir son contrôle sur l’ensemble du territoire national, ou si Haftar permettrait à un chef politique militaire ou élu autre que lui de guider une armée ou un gouvernement national si cette opportunité se concrétisait à l’avenir par le biais d’un nouveau général élection.

Haftar reste déterminé que l’un des objectifs de l’opération Dignité est de démanteler complètement la branche libyenne des Frères musulmans, ainsi que ce qu’il considère être toute autre organisation terroriste islamiste en Libye. Cependant, ces dernières années, des journalistes et des critiques ont observé que, malgré sa mission officielle anti-islamisme, Haftar a continuellement coopéré avec des organisations salafistes basées dans l’est de la Libye. Ses liens avec ces groupes ont produit un partenariat mutuellement bénéfique dans l’administration des zones contrôlées par les forces de Haftar ainsi que dans la lutte militaire contre leur homologue islamiste, en particulier contre les Frères musulmans et Ansar al-Sharia. Certains des groupes salafistes alliés à Haftar faisaient partie des milices basées à Barqa qui ont combattu sous sa direction et se sont finalement propagées à Benghazi, Jabal al-Akhdar et Ajdabiya. Comme Ahmed Salah Ali l’a souligné dans son rapport de juin 2017 publié par le Conseil de l’Atlantique, Haftar a besoin du soutien des salafistes en raison de son manque de troupes et de ressources sur le terrain, tandis que ses alliés salafistes ont grandement bénéficié de leur contrôle sur le discours religieux et de leurs forces militaires croissantes : la force dans l’est de la Libye, qui a conduit à une augmentation de leur attrait pour les jeunes sans emploi. 

En juillet 2017, une vidéo publiée en ligne présentait l’exécution de 20 combattants présumés de l’Etat islamique par les forces de Haftar, ce qui a conduit les Nations Unies à demander à l’ANL d’enquêter sur les exécutions sommaires de prisonniers. En général, dans de nombreuses régions sous son contrôle, plusieurs sources ont dénoncé les abus perpétrés par ses milices et les nombreuses actions répressives entreprises pour limiter les libertés civiles.

En août 2016, Haftar avait refusé de soutenir le nouveau gouvernement d’accord national approuvé par le Conseil de sécurité des Nations Unies, ce qui a amené les États-Unis et leurs alliés à croire qu’il menaçait la stabilité de la Libye. Le spécialiste de la Libye et chercheur principal RUSI, Alison Pargeter, a souligné que Haftar peut vraisemblablement être considéré comme le « plus grand obstacle à la paix en Libye », car il craint que la coopération avec le GNA ne mette un terme à son influence dans l’est de la Libye. 

Les Émirats arabes unis et l’Égypte continuent de soutenir Haftar. Middle East Eye a rapporté que les forces aériennes britanniques, françaises, américaines et des Émirats arabes unis avaient aidé les forces de Haftar, après avoir analysé les enregistrements de contrôle du trafic aérien qui avaient fuité. Selon le Guardian, l’Égypte Sisi affiche ouvertement un soutien sans équivoque au bombardement de Haftar sur Tripoli. Il reçoit également un soutien privé des dirigeants de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis pour l’attaque de Tripoli. 

En novembre 2016, Haftar a effectué un deuxième voyage en Russie pour rencontrer le ministre des Affaires étrangères Sergei Lavrov et le ministre de la Défense Sergey Shoygu. Il a été rapporté que pendant qu’il cherchait des armes et le soutien de la Russie, la Russie a attendu en attendant la nouvelle administration Trump. Le 26 décembre, il a été signalé que la Russie avait jeté son poids derrière Haftar, affirmant qu’il devait jouer un rôle dans la direction de la Libye.

La Russie a depuis lors soigné des soldats blessés de l’ALN, imprimé des dinars libyens pour le gouvernement basé à Tobrouk et signé des accords exclusifs qui permettront au gouvernement russe d’établir deux bases militaires supplémentaires dans l’est de la Libye. Les experts mondiaux du risque, Giorgio Cafiero et Daniel Wagner, ont récemment observé que « Moscou semble considérer Haftar – et non le faible gouvernement soutenu par l’ONU / l’Occident – comme le seul rempart réaliste contre l’extrémisme en Libye post-Kadhafi ». 

En 2017, Ramzi al-Shaeri, vice-président du conseil municipal de Derna et les avocats Ryan Goodman et Alex Whiting ont accusé Haftar de crimes de guerre lors de la reprise de Derna. Ils ont allégué que Haftar avait été complice en appelant à des exécutions extrajudiciaires, arguant que Haftar avait appelé les combattants de l’ANL à ne faire aucun prisonnier, et disant dans un discours, « Peu importe la considération d’amener un prisonnier ici. Il n’y a pas de prison ici. Le champ est le champ, fin de l’histoire « .

Le 5 novembre 2017, un ancien commandant dans les rangs de l’opération Dignité et son ancien porte-parole, Mohammed Hijazi, ont décrit Khalifa Haftar comme étant « la principale cause de la crise qui paralyse le pays ». Ayant quitté l’opération Dignité en janvier 2016 citant des dirigeants corrompus, Hijazi s’est depuis prononcé contre Haftar, le qualifiant de « tyran » et décrivant « ses meurtres, enlèvements, destructions et disparitions forcées ». En tant qu’ancien commandant et porte-parole de l’opération, Mohammed Hijazi prétend savoir que Haftar retarde délibérément la guerre, en particulier à Benghazi. Hijazi a conclu la récente interview en déclarant que sa vie est en grand danger « d’autant plus qu’il est en possession de documents officiels qui pourraient endommager les forces de l’Opération Dignité et leurs chefs. »

Le 4 avril 2019, Haftar a appelé ses forces militaires à avancer sur Tripoli, la capitale du gouvernement libyen internationalement reconnu, lors de l’offensive de Libye occidentale en 2019. Ce reproche a été fait par le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, et les États-Unis. Conseil de sécurité des Nations Unies. 

Le 7 avril, les forces libyennes de l’est ont lancé une frappe aérienne dans le sud de Tripoli, le complexe militaire de Bab al-Azizia.

Le 21 avril, Haftar a lancé plusieurs frappes aériennes et des explosions ont été lancées sur Tripoli. Le GNA et des témoins oculaires ont allégué l’utilisation de drones. Ils ont dit qu’un avion avait tourné pendant plus de 10 minutes, avant d’ouvrir enfin le feu. 

En mai 2019, Amnesty International a accusé Haftar d’avoir participé à des actions qui constituaient des crimes de guerre lors de sa bataille pour le contrôle de Tripoli.

Suite aux énormes revers militaires de juin 2019, lorsque ses forces n’ont pas réussi à s’emparer de Tripoli, Haftar a ordonné à l’ANL de viser les navires et les entreprises turques, d’interdire les vols et d’arrêter les ressortissants turcs dans le pays. Après avoir proféré ces menaces contre la Turquie, six civils turcs ont été enlevés sur un navire en Libye par l’armée nationale libyenne le 1er juillet. Le ministère turc des Affaires étrangères a commenté les enlèvements en disant : « Nous attendons la libération immédiate de nos citoyens. Sinon, les éléments de Haftar deviendront des cibles légitimes ». 

Les Émirats arabes unis ont tué 8 civils et en ont blessé 27 le 18 novembre 2019. Les forces des Émirats ont effectué une frappe de drones sur une usine de fabrication de produits alimentaires à Wadi al-Rabie, en Libye, au sud de Tripoli, selon une enquête de Human Rights Watch

Gouvernement Haftar

Haftar était le chef effectif du système de gouvernement de facto « Tobrouk » d’une grande partie de l’est et de certaines parties du sud et de l’ouest de la Libye pendant la deuxième guerre civile libyenne. Les élections locales libyennes de 2019 n’ont pas pu avoir lieu le 27 avril 2019, sous sa direction, à Sabratha et Sorman. Le chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL), Ghassan Salamé, a décrit Haftar en avril 2019 comme « pas un grand démocrate » (ce n’est pas un grand démocrate) et ses méthodes de gouvernance comme « utilisant une main de fer » « (il gouverne avec une main de fer). Pendant le gouvernement de Tobrouk à Haftar, neuf conseils municipaux sur 27 au total sous le contrôle de l’ANL ont été remplacés par des administrateurs militaires.

Le gouvernement d’accord national a capturé en juin 2019 des systèmes d’armes dans le complexe rebelle libyen, qui comprenait des missiles antichar Javelin fabriqués par les États-Unis et étiquetés pour les « forces armées des Émirats arabes unis » à l’intérieur d’un emballage en bois. Les quatre missiles antichar Javelin d’une valeur de plus de 170 000 $ chacun, ont été trouvés dans une base rebelle, renforçant l’armée du général Hafter.

Le 27 avril 2020, Haftar a prononcé un discours télévisé où il a déclaré que l’ANL accepterait un mandat populaire pour gouverner l’est de la Libye, faisant de Haftar le leader de facto. L’annonce de Haftar a soulevé la question du résultat de la Chambre des représentants libyenne, qui jusqu’à l’annonce de Haftar était le gouvernement civil au pouvoir pour les zones contrôlées par l’ANL.

Vie privée

Haftar a au moins cinq fils et une fille. Le capitaine Saddam Haftar et le capitaine Khalid Haftar sont des officiers de l’armée nationale libyenne, tandis qu’Al-Sadiq Haftar est également en Libye. Deux autres fils, Uqba Haftar, qui travaille dans l’immobilier, et Al-Muntasir Haftar ainsi que sa fille Asma Haftar vivent en Virginie aux États-Unis. Haftar est un double citoyen libyen-américain.

Le 12 avril 2018, il a été signalé que Haftar était dans le coma après avoir subi un AVC et a été hospitalisé en soins intensifs à Paris. Un porte-parole de l’ANL a initialement démenti ces informations. Les médias locaux ont rapporté plus tard qu’il était mort, mais des sources proches de lui ont insisté sur le fait qu’il était vivant. Le 25 avril, il a été confirmé que Haftar était vivant et avait été renvoyé à Benghazi après un traitement à Paris.

Outre son arabe natal, Haftar parle également anglais, italien et russe et parle en français.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés