Togo: le gouvernement fait état de 3 morts et d’une vingtaine de blessés suite aux violences de lundi

Lomé (© Afriquinfos 2017)- Selon le gouvernement togolais, deux militaires ont été lynchés et exécutés,  leurs armes et munitions ont emportées, un mort  et une vingtaine de blessés ont été enregistrés parmi les civils et les forces de sécurité, lors des échauffourées d’hier lundi dans la nuit après l’arrestation de l’Imam Djobo Mohamed Alassani, un proche du président Tikpi Atchadam, président du Parti National Panafricain (PNP).

« Sur réquisition du Parquet, M. Djobo Mohamed Alassani, imam d’une mosquée de Sokodé, un des  dirigeants du parti politique PNP a été interpellé dans la journée du 16 octobre 2017 en fin d’après midi. Cette interpellation est intervenue suite aux incitations et aux appels répétitifs à la violence, au meurtre et à la sédition de la part de cet imam », note un communiqué du gouvernement rendu public  ce mardi.

L’imam Djobo Mohamed Alassani est connu pour ses prêches très critiques envers le pouvoir et les  forces de défense  et de sécurité qui selon lui ont commis trop d’exactions à Sokodé, une   ville située au nord, à environ 300 km de Lomé. Selon le communiqué du gouvernement, l’Imam Djobo Mohamed Alassani « s’est  livré dans son prêche à des appels au meurtre des militaires et de citoyens togolais ». « C’est dans ce  contexte qu’est intervenue son interpellation pour appel au crime et à la sédition, infractions prévues et punies par les articles 552 et 553 du Code pénal », informe le gouvernement qui annonce par ailleurs des poursuites contre les auteurs et les commanditaires des violences.

T.W.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés