Qui était le musicien sénégalais Samba Diabaré Samb?

Dakar (© 2019 Afriquinfos)- Le maître sénégalais du Xalam Elhadj Samba Diabaré Samb est décédé dans la nuit de vendredi à  Dakar à l’âge de 95 ans. Le président Macky Sall a salué « un virtuose inimitable du luth, symbole de la dignité et du lien social ».

Griot et historien, il racontait l’histoire du Sénégal à la télévision durant les années 1960. Le xalam était son instrument fétiche et il en était un des maitres : « Cet instrument, qui était un emblème, accompagnait les récits épiques en Afrique de l’Ouest, ces récits qui racontaient la saga des empires médiévaux aux luttes pour les indépendances, en passant par la résistance à la pénétration coloniale » explique Ibrahima Wane, professeur de littérature africaine orale à l’université Cheikh-Anta-Diop (UCAD) de Dakar.

Surnommé « baayu ndaanaan yi » (le père des artistes en wolof), il avait été classé « Trésor humain vivant » par l’Unesco en 2006, en même temps que plusieurs de ses compatriotes comme Joseph Ndiaye et Doudou Ndiaye Rose. Selon Ibrahima Wane, le musicien Samba Diabaré Samb a marqué plusieurs générations d’artistes ouest-africains :

’’Il est de ces êtres dont l’aura morale et spirituelle que leur a conférée Le Tout Puissant est si immense que nous en venons tout naturellement à croire qu’ils resteront toujours avec nous, qu’ils ne nous infligeront jamais la douleur incommensurable de leur disparition’’, a déclaré le ministre de la Culture et de la Communication Abdoulaye Diop.

 ‘’A sa famille biologique, aux communicateurs traditionnels, à toute la communauté artistique et à la nation tout entière, je présente, au nom de monsieur le président de la République et à l’ensemble du Gouvernement, mes condoléances les plus émues’’, écrit Abdoulaye Diop.

Né dans une famille de griots, Samba Diabaré Samb est à l’origine, avec son compagnon feu Amadou Ndiaye Samb, de la création en 1962 de l’Ensemble lyrique traditionnel du Théâtre Sorano. Il a reçu les décorations de chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques (1983), officié de l’Ordre du Mérite (1984), commandeur de l’Ordre du Mérite (1990) et officier de l’Ordre des Arts et Lettres (2002).

« Ce qui fait que ses œuvres, ses récits et ses chants sont devenus aussi des éléments de construction de la mémoire collective. Ce sont également les œuvres qui vont donner plus tard dans les années 1968 à 1970 la matière qui va permettre de construire la musique contemporaine africaine, la musique populaire d’aujourd’hui : Youssou N’Dour, Baaba Maal, Salif Keïta, Mory Kanté. Pour construire des œuvres africaines et rompre avec cette tendance qui consistait à reprendre la musique afro-cubaine ou la musique noire américaine, ces musiciens se sont inspirés essentiellement de ces classiques dont Samba Diabaré Samb et ses pairs étaient les détenteurs », explique Ibrahima Wane, professeur de littérature africaine orale à l’université Cheikh-Anta-Diop (UCAD) de Dakar.

Xavier-Gilles CARDOZZO

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés