Nouvelle Constitution en Guinée : l’opposition crie au « coup d’Etat » institutionnel

L’opposition au président guinéen Alpha Condé crie au « coup d’Etat constitutionnel » après l’annonce par le chef de l’Etat d’un projet de nouvelle Constitution, dans lequel elle voit un stratagème de sa part pour une nouvelle candidature à la présidence fin 2020.

« Il s’agit ni plus ni moins d’un coup d’État constitutionnel », a dit vendredi à l’AFP Fodé Oussou Fofana, vice-président du principal parti d’opposition.

« Modifier une Constitution ou adopter une nouvelle Constitution pour se maintenir au pouvoir et empêcher l’alternance démocratique est une forfaiture, une haute trahison sévèrement condamnée par la Constitution du 7 mai 2010 » et par les organisations africaines, a ajouté le numéro deux de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG).

Le président Condé, élu en 2010 et réélu en 2015, a annoncé jeudi soir qu’il soumettrait aux Guinéens un projet de nouvelle Constitution, malgré une contestation massive et qui a fait au moins 20 morts en deux mois. C’était une initiative attendue depuis des mois. Il n’a pas précisé de date.

Pour l’opposition, il ne fait aucun doute qu’à 81 ans, M. Condé cherche à créer les conditions pour briguer sa propre succession fin 2020 à l’expiration de son mandat.

L’actuelle Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

M. Condé s’est une nouvelle fois gardé de dévoiler ses intentions.

Le projet prêté à M. Condé de suivre l’exemple de maints leaders africains avant lui agite la Guinée depuis qu’il a lancé des consultations sur la Constitution en septembre et surtout depuis qu’un collectif de partis et de représentants de la société civile a appelé à faire barrage à une telle entreprise à partir du 14 octobre.

La Guinée, petit pays de 13 millions d’habitants, pauvre malgré d’importantes ressources minières, est depuis lors le théâtre de manifestations de masse qui ont été brutalement réprimées.

Au moins 20 civils ont été tués, ainsi qu’un gendarme. Des dizaines de personnes ont été arrêtées. Les défenseurs des droits de l’homme ont dénoncé l’usage excessif de la force, des arrestations arbitraires et l’impunité des forces de sécurité.

© Agence France-Presse

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés