Les foyers de tensions sociales, principaux risques pour les entreprises en 2020

Paris (© 2020 Afriquinfos)- La Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (Coface) a publié, le mardi 4 février, l’édition 2020 de son Guide risques pays et sectoriels. Dans cette édition, elle estime que les principaux risques pour les entreprises seront non-économiques.

Dans son rapport 2020, Coface a identifié les principaux risques pour les entreprises en 2020. L’assureur français assure qu’ils seront non-économiques. Au premier rang de ceux-ci, figure la multiplication des foyers de tensions sociales.  En début d’année dernière déjà, dans son indice de risque politique, Coface fait cas du risque très élevé que cela représentait. En 2020 lit-on dans le rapport, « cet indicateur met en exergue un niveau de risque social élevé dans plusieurs pays d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie centrale ou encore en Russie ». « Depuis 2019, le mécontentement social exprime aussi de plus en plus souvent des demandes en matière de protection de l’environnement. Ces risques environnementaux ont des effets aussi divers que variés sur le risque de crédit des entreprises : plus grande fréquence de risques physiques (catastrophes naturelles résultant des changements climatiques) mais aussi de risques de transition (nouvelles réglementations plus contraignantes, changements de normes de consommation) », indique en outre ledit rapport.

Autre risque, la montée de la rhétorique protectionniste qui a été marquée en 2019 par la guerre commerciale entre la Chine en les Etats-Unis. Si une trêve a été signée entre les deux géants, cela ne devrait pas beaucoup aider les entreprises cette année. Coface anticipe une progression des échanges internationaux de seulement 0,8% cette année. L’accord de trêve commerciale signé entre les Etats-Unis et la Chine devrait en effet être insuffisant pour rétablir la confiance des entreprises et faire rebondir significativement l’industrie et le commerce mondial. La croissance mondiale, déjà réduite de trois quarts de points l’année dernière du fait de ces incertitudes commerciales, ne devrait pas rebondir cette année (2,4% après 2,5% en 2019). Coface prévoit que les défaillances d’entreprises augmenteront dans 80% des pays pour lesquels ces prévisions sont établies cette année. Parmi eux, les Etats-Unis (+3% en 2020), le Royaume-Uni (+3% en 2020, après une hausse cumulée de 17% depuis le referendum de juin 2016), l’Allemagne (+2%) ou encore la France (+1%) sont dans ce cas de figure. Au total, Coface anticipe une hausse des défaillances de 2% dans le monde, en ligne avec 2019.

Les dettes publiques seront également au-devant de la scène cette année. En Afrique, la dette publique est proche du niveau observé il y a une quinzaine d’années, période des annulations de créances par les bailleurs internationaux et bilatéraux. Pour les entreprises dans ces régions, cela signifie que les arriérés de paiement de l’État et des grandes entreprises publiques sont susceptibles d’augmenter cette année. Seule bonne nouvelle, la structure de la dette souveraine des pays émergents est généralement plus favorable qu’il y a vingt ans puisque 80 % de celle-ci est désormais libellée en devise locale.

Dans cet environnement délicat et volatile où les économies sont confrontées à des vents contraires, 4 évaluations de pays sont déclassées (Colombie, Chili, Burkina Faso et Guinée), tandis que 6 sont revalorisées (Turquie, Sénégal, Madagascar, Népal, Maldives et Paraguay).

S.B.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés