Accueil Afrique de l'Ouest La population mise à contribution pour retrouver les profanateurs de la tombe de DJ Arafat

La population mise à contribution pour retrouver les profanateurs de la tombe de DJ Arafat

La population mise à contribution pour retrouver les profanateurs de la tombe de DJ Arafat

Abidjan (© 2019 Afriquinfos) – C’est à l’inimaginable que le monde entier à assister le samedi dernier en marge des obsèques de la star du Coupé-Décalé, Ange Didier Houon alias DJ Arafat. Alors que l’artiste chanteur décédé le 12 août des suites d’un accident de moto, venait d’être mis en terre, des jeunes se réclamant ses fans, sont allés le déterrer pour disent-ils, s’assurer que c’était bien leur idole dans le cercueil. Depuis, la Police nationale mène une opération pour appréhender ces individus et a lancé lundi un appel à témoins à cet effet.

Depuis dimanche, ils sont déjà une dizaine à être dans les mailles de la police ivoirienne. Le préfet d’Abidjan qui donnait l’information a indiqué que les « enquêtes se poursuivent pour l’interpellation de tous les coupables et situer les responsabilités à tous les niveaux. Le procureur de la République a été saisi et cet acte ne restera pas impuni », avait laissé entendre Vincent Toh Bi Irié.

Nombreux parmi les personnes arrêtées ont en effet facilité la tâche aux limiers des services de police. En effet pendant qu’elles commettaient l’odieux acte, la plupart se filmaient en direct et relayaient sur les réseaux sociaux. Ces images ont permis de les identifiés et d’en arrêter, douze (12) selon les chiffres transmis par M. Toh Bi. D’autres se terrent toujours, d’où l’appel à témoin lancé lundi par la Direction Générale de la Police nationale ivoirienne. Photos à l’appui publiées sur sa page Facebook, elle a notamment invité « toute personne se reconnaissant sur ces photos ci-dessus à se présenter d’elle-même au service de police le plus proche. La police nationale invite la population à fournir toute information utile relative aux personnes figurant sur les photos publiées ». Un numéro vert, le (100) a été mis à disposition pour entrer en contact avec la police.

Parmi les personnes recherchées figurent également des jeunes qui s’étaient livrés à des actes de vandalisme dans la capitale ivoirienne. Des édifices publics, des feux de signalisations détruits et une voiture de luxe désossée. Ces scènes de quasi émeutes se sont produits alors que la police tentait de disperser les jeunes amassés autour du cimetière où était enterré l’artiste.

S.B.