Faux médicaments en Afrique : la LIPA mise sur pied pour combattre le fléau

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- L’Association des Industriels pharmaceutiques en Afrique Francophone subsaharienne (Lipa) a été mise sur pied ce lundi à Abidjan avec pour ambition d’être la tête de proue de la lutte contre les médicaments contrefaits en Afrique.   

Véritable poule aux œufs d’or pour les groupes mafieux et autres organisations de crimes organisés, le trafic de faux médicament fait face une lutte timide en Afrique en raison d’une législation très peu répressive.  Le commerce de faux médicaments demeure largement impuni dans le monde, étant considéré comme un simple délit de violation de la propriété intellectuelle. Pourtant selon l’OMS, l’usage de faux médicaments entraîne près de 100.000 décès par an en Afrique, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Quelque 42% des médicaments en circulation en Afrique subsaharienne sont falsifiés, ce qui en fait la région du monde la plus touchée par ce trafic.

Pour remédier à cette situation qui est renforcée par une pouvoir qui reste faible en Afrique subsaharienne notamment, une nouvelle organisation pharmaceutique à vocation continentale a vu le jour ce lundi dans la capitale ivoirienne. L’Association des industriels pharmaceutiques en Afrique francophone subsaharienne (Lipa), veut mener une lutte coordonnée contre les faux médicaments et les médicaments de rue. Quinze pays sont déjà membres de la nouvelle organisation qui veut que « de véritables politiques concertées et harmonisées entre ces pays où les besoins de santé et les maladies non transmissibles sont en hausse », soient menées.

La localisation, le démantèlement et la destruction des marchés de faux médicaments avec l’accompagnement des pouvoirs publics, figurent en bonne place dans les actions prévues par la Lipa.

S.B.