Des groupes armés causent une misère indicible aux populations ouest-africaines (UNOWAS)

New york (© 2023 Afriquinfos)- Des groupes armés causent une misère indicible aux populations d’Afrique de l’ouest et du Sahel, a déploré Giovanie Biha, la Représentante spéciale adjointe pour cette région.

S’exprimant ce 10 janvier au Conseil de sécurité,   la représentante a relevé l’aggravation de l’insécurité en dépit des efforts déployés par les forces de sécurité nationales et leurs partenaires internationaux.  Elle a entre autre dénoncé la fermeture forcée dans le Sahel de plus de dix mille écoles et de sept mille centres de santé en raison des attaques de groupes armés, d’extrémistes violents et de réseaux criminels.

«Ces groupes armés non étatiques se battent entre eux pour la suprématie et le contrôle des ressources, poussant les États à la marge et causant une misère indicible à des millions de personnes qui ont dû quitter leurs communautés pour se mettre en sécurité », a-t-elle relaté pour illustrer les défis multi dimensionnels auxquels fait face le Sahel central, en butte à des niveaux sans précédent d’insécurité et de défis humanitaires, à une instabilité sociopolitique aggravée par l’impact du changement climatique, et à une insécurité alimentaire exacerbée par le conflit en Ukraine.

Mme Biha a appelé le Groupe indépendant de haut niveau sur la sécurité et le développement au Sahel dirigé par l’ancien Président du Niger, Mahamadou Issoufou, à «trouver des solutions plus innovantes» et générer un engagement national, régional et international pour le changement au Sahel.

Elle a confirmé que les pays situés le long de la côte du golfe de Guinée ont connu une augmentation du nombre d’attaques contre leur territoire, menaçant les artères de transport vers les pays sans littoral situés plus au nord, une situation qui rend plus nécessaire l’engagement des dirigeants de la région à des efforts collectifs contre l’insécurité comme la création d’une force conjointe dans le cadre de l’Initiative d’Accra.

La Représentante spéciale adjointe a évoqué une initiative conjointe entre l’UNOWAS et le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique centrale qui a réuni des agriculteurs, des éleveurs et des gouvernements locaux du nord du Bénin avec leurs homologues d’Afrique de l’Ouest et du Centre, afin d’examiner en profondeur les écueils et les opportunités des initiatives d’installation pour les éleveurs.

«Nous avons discuté de solutions qui profitent à toutes les communautés tout en renforçant la collaboration, la confiance et la résilience contre les extrémistes violents qui tentent de s’implanter dans les zones frontalières», a-t-elle souligné.

Mme Giovanie Biha a souligné le travail effectué par le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) avec les parties prenantes et les partenaires nationaux pour promouvoir le consensus politique et assurer des conditions équitables avant les élections prévues cette année en Afrique de l’Ouest. Elle a évoqué d’autres sujets touchant également cette région, notamment les transitions politiques en cours en Guinée et au Mali, ainsi que l’impact des questions environnementales qui touchent le Sahel et l’Afrique de l’ouest.

Vignikpo Akpéné

 

 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés