Crise Togolaise : Alassane Ouattara se prononce

Niamey (© Afriquinfos 2017)-Le Président ivoirien Alassane Ouattara, a encouragé les togolais à trouver la meilleure voie, pour sortir de la crise sociopolitique qui secoue le Togo depuis plus deux mois. Il demande que les propositions qui sont déjà faites, conduisent vers plus de démocratie.

L’annonce du chef d’Etat ivoirien à été faite ce mardi à Niamey au Niger en marge de la réunion de la CEDEAO sur le programme de la monnaie unique sous régionale.

Une rencontre à laquelle ont prit part cinq Présidents de la CEDEOA dont Mahamadou Issoufou du Niger, Nana Akufo-Addo du Ghana, Muhammadu Buhari du Nigéria, Alassane Ouattara Rechercher Alassane Ouattara de la Cote d’Ivoire et Faure Gnassingbé du Togo, par ailleurs le président en exercice de la Communauté sous régionale.

Quant aux manifestations politiques au Togo, qui ont provoquée des violences ces derniers jours, M. Ouattara déclaré que les chefs d’Etat en premier point condamnent les actes qui ont été enregistrés et ont souligné que « les manifestations doivent pouvoir se faire mais de manière pacifique… ».

Sur le nœud du problème, lequel oppose pouvoir et opposition et draine des togolais dans des rues de Lomé et de certaines villes de l’intérieur du Togo, Ouattara a proposé en deuxième étape que « Nous estimons qu’il faut des négociations car il y a des institutions au Togo. Et ces négociations doivent aboutir aux modifications constitutionnelles qui ont déjà été engagées : c’est à dire la limitation à deux mandats et la question d’une élection où la majorité absolue doit être constatée au premier tour à défaut de quoi il faut un deuxième tour ».

Pour le troisième point, le Chef de l’Etat ivoirien a fait savoir qu’il « faut faire de telle sorte que les responsables des violences soient sanctionnés et la CEDEAO Rechercher CEDEAO n’hésitera pas à prendre des mesures vigoureuses dans ce domaine… ».

Des acteurs politiques togolais ont toutefois réagit face aux propos d’Allasane Ouattara.

C’est le cas du Professeur Aimé Gogué du parti d’opposition ADDI qui a fait savoir que « Si le Président Ouattara pense que faire les réformes c’est accepter le projet envoyé par le gouvernement, ce n’est plus une négociation, c’est un diktat ».

I.A

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés