Bénin : les importations du riz asiatique en chute libre après la fermeture des frontières avec le Nigeria

Cotonou (© 2020 Afriquinfos)- Il semblerait que les autorités nigérianes aient vu juste s’agissant de l’entrée massive de riz sur leur territoire en provenance des pays frontaliers en l’occurrence le Bénin. Depuis la fermeture de leurs frontières en août 2019, les importations de riz en provenance d’Asie à destination de Cotonou ont chuté drastiquement.

C’est l’Observatoire des statistiques internationales du riz (Osiriz) qui dans ses dernières perspectives économiques datées de décembre 2019, fait cas de l’information. Le Bénin a vu ses importations de riz indien passer d’une moyenne mensuelle de 75 000 tonnes entre janvier et septembre de l’année dernière à moins de 2 000 tonnes au dernier trimestre de 2019. Ce qui veut dire que, c’est moins de riz importés qui rentre illégalement chez le grand voisin de l’Ouest.

La mesure radicale par le Nigeria de fermer unilatéralement ses frontières avec les Bénin et le Niger porte visiblement ses fruits s’agissant de l’entrée illégale de riz sur son territoire.  La plus grande route de contrebande de riz se situait en effet entre Cotonou, la plus grande ville du Bénin, et le centre commercial du Nigéria, Lagos, qui se trouve à seulement quelques heures de route.

Mais pour ce qui est de booster la production de riz locale, principale raison évoquée par les autorités d’Abuja pour fermer leurs frontières, on est encore loin des résultats attendus.  Muhammadu Buhari se donne jusqu’au 31 janvier prochain pour examiner la question. Pendant ce temps, les quantités de riz thaï et autres à destination du port de Cotonou, continueront de baisser.

Boniface T.