Stabiliser le cedi, un travail de Sisyphe durant le dernier mandat d’Akufo-Addo

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a cherché à rassurer son pays en proie à une grave crise économique, affirmant que le gouvernement pouvait répondre aux difficultés, notamment grâce à un possible accord de prêt très controversé avec le FMI.

Très critiqué pour sa gestion économique, M. Akufo-Addo a prononcé dimanche soir un énième discours télévisé dans lequel il a exhorté les Ghanéens à soutenir sa décision de solliciter un prêt du FMI, lui qui avait autrefois promis un « Ghana sans aide ».

Déjà accablé par une forte dette, le Ghana cherche à obtenir un crédit de 3 milliards de dollars pour faire face à l’inflation record de 37% et à l’effondrement de sa monnaie – le cedi -, des difficultés économiques aggravées depuis l’invasion russe en Ukraine.

« Nous sommes en pleine crise, je n’exagère rien en disant cela », a assuré le président lors de son discours. « Je nous invite tous à considérer la décision d’aller au Fonds monétaire international sous cet angle. Nous sommes allés au fonds pour réparer, à court terme, nos finances publiques. » « Cela donnera davantage de crédibilité aux mesures prises par le gouvernement pour stabiliser et faire croître l’économie, ainsi que pour consolider notre monnaie », a-t-il déclaré. Le président Akufo-Addo est revenu sur sa décision de ne pas solliciter l’aide du FMI, affirmant qu’un accord pourrait désormais être trouvé avant la fin de l’année.

Cette décision a fait naître la crainte que le gouvernement impose des mesures d’austérité qui accableraient un peu plus la population, déjà confrontée à l’explosion des prix. Cherchant à rassurer, M. Akufo-Addo a affirmé que le gouvernement allait notamment soutenir les agriculteurs afin de réduire la dépendance à l’égard des produits importés, désormais plus coûteux.

Le président a également promis de renforcer les mesures visant à « rétablir l’ordre » sur les marchés des changes, notamment en contrôlant les opérateurs illégaux, afin de soutenir le cedi. La semaine dernière, les législateurs du parti de M. Akufo-Addo ont appelé au limogeage du ministre des Finances, accentuant la pression sur le gouvernement.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés