Nanagan, un concours d’élégance pour femmes rondes africaines cassant les codes des concours Miss

Lomé (© 2021 Afriquinfos)- Si les concours Miss ont toujours été l’apanage de femmes sveltes, avec une silhouette fine, ceci n’est plus le cas sur le continent. En Afrique de l’ouest, les femmes rondes sont désormais hissées au rang de reine de beauté. C’est ce qu’illustre le concours sous régional «NANAGAN» (grande dame accomplie en langue locale togolaise).

Célébrer les femmes africaines, en particulier «les femmes rondes» du continent dans toute leur splendeur : telle est l’idée formulée autour du concours sous régional d’élégance et de valorisation de la femme africaine, dénommé «Nanagan».

L’évènement qui est à sa deuxième édition, vise à casser les codes anciens de concours de beauté réservés uniquement aux fines silhouettes. Il se veut d’accepter les femmes rondes telles qu’elles sont et surtout de faire taire le dénigrement et la marginalisation que subissent ces dernières.

Cette année, le concours Nanagan rassemblait initialement 10 candidates du Bénin et du Togo, sélectionnées sur la base d’une taille minimale de 1m 55, d’un âge compris entre 21 et 30 ans et un tour de bassin de 120cm minimum. Mais cinq seront finalement retenues pour disputer la finale de la compétition.  Et c’est la togolaise  Aklamanou Amélé Alexandrine qui a remporté la couronne Nanagan 2021, lors d’une soirée ce 4 décembre. Styliste modéliste de formation, elle a retenu  l’attention du jury présidé par dame Edwige Sant’anna Atayi. Amélé Alexandrine avait deux dauphines : Mfon Hakja Barnadette du Bénin (Nanavi 2) et Kossi Kossiwa Sylvia du Togo (Nanavi 1).

«J’appelle toutes les femmes rondes à ne pas être complexées parce que, être un peu plus en forme que les autres n’arrête en rien. Je leur demande de s’assumer et de se valoriser», c’est l’appel lancé par la miss ronde 2021 après son couronnement.

Accepter les femmes rondes

Le concours Nanagan est né en 2019 suite aux préjugés dont sont victimes les femmes africaines aux formes généreuses, selon  Kayissan Dominique Atayi, promotrice de l’événement. Elle a lancé cet événement 1er du genre, pour corriger des stéréotypes collés aux femmes rondes. Les femmes rondes sont  «souvent, taxées  de grosses, de paresseuses, de lourdes, de pas dynamiques. On les indexe de manière négative. Ce concours veut mettre en avant les potentiels encrés dans la femme ronde», a fait savoir également la promotrice.

«Nous pensons que les critères de beauté sont différents d’un endroit à un autre, d’une culture à une autre, d’une perspective à une autre, raison pour laquelle nous pouvons parler plus d’élégance et de valorisation de la femme africaine», a-t-elle laissé entendre.

Ce concours sous-régional d’élégance et de valorisation de la femme africaine « Nanagan », fait référence à l’histoire des Nana Benz, c’est-à-dire des femmes d’affaires originaires du Togo qui ont fait fortune dans le commerce de pagne en Wax hollandais.  L’idée, est non seulement de promouvoir la femme belle, chic, sexy et ronde mais aussi de les aider à assumer leur morphologie.

Pour les prochaines éditions de Nanagan, d’autres pays de la sous-région ouest africaine y seront associés, a souligné  Kayissan Dominique Atayi.

Vignikpo Akpéné 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés