La Côte d’Ivoire et la sous-région ouest-africaine saluent le parcours de Charles Konan Banny

La classe politique ivoirienne rendait hommage samedi à l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny, décédé de complications liées à la Covid-19 la veille à Paris, le président Alassane Ouattara saluant notamment « un grand serviteur de l’Etat ». 

L’ancien Premier ministre ivoirien Charles Konan Banny, en meeting le 10 octobre 2015 dans un stade d’Abidjan pour lancer sa candidature à la présidentielle en Côte d’Ivoire.

« Je rends hommage à un grand serviteur de l’Etat, une personnalité politique de premier plan dont la contribution à la réconciliation nationale a été importante », a posté le chef de l’Etat dans un message sur Facebook, tard vendredi soir.

« J’ai appris avec une tristesse infinie le décès de Charles Konan Banny. J’ai servi dans son gouvernement lorsqu’il fut Premier ministre. Il demeura pour moi un aîné attentif, aux conseils éclairés et fraternels », a tweeté Patrick Achi, l’actuel chef du gouvernement.

Jean-Louis Billon, un cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), la formation de M. Banny, a de son côté salué « un grand homme qui a servi notre nation et notre parti » et « un aîné bienveillant ». Atteint du coronavirus à Abidjan, Charles Konan Banny avait été transféré la semaine dernière à l’hôpital américain de Neuilly où il est décédé vendredi, à 78 ans.

Les réactions dépassaient les frontières de la Côte d’Ivoire: l’ancien président béninois Boni Yayi a déploré la mort d’un « excellent technocrate, orfèvre des questions monétaires, financières et bancaires », estimant qu’il s’agissait d’une « grosse perte » pour la sous-région.

« L’Afrique vient de perdre un de ses illustres fils. Que son âme repose en paix », a pour sa part tweeté Umaro Sissoco Embalo, le président de la Guinée-Bissau. Baron du PDCI, Charles Konan Banny avait été imposé comme Premier ministre à Laurent Gbagbo par la communauté internationale en décembre 2005, un poste qu’il a occupé jusqu’en avril 2007.

En 2011, après la crise post-électorale qui a fait 3.000 morts, il a été nommé à la présidence de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR). Réputé « soupe au lait », ce père de quatre enfants avait auparavant occupé pendant onze ans le poste de gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) de 1994 à 2005.

Originaire de Yamoussoukro, ville natale de Félix Houphouët-Boigny, père de la nation ivoirienne et fondateur de son parti le PDCI, M. Konan Banny s’était lancé en 2015 dans la course à la présidentielle contre Alassane Ouattara mais avait finalement jeté l’éponge.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés