L’Académie régionale contre le terrorisme basée en Côte d’Ivoire presque prête pour former

Abidjan (© 2021 Afriquinfos)- Basée à Abidjan, l’Académie Internationale de Lutte Contre le Terrorisme (AILCT), un centre régional dédié à la lutte contre le terrorisme, est presque prête pour former. L’Académie a  » la vocation dès 2022 de mettre en place une gouvernance partagée entre tous les pays et les organisations internationales ». C’est ce qu’a laissé entendre l’ambassadeur de la France en Côte d’Ivoire, Jean-Christophe Belliard.

C’est dans cette optique que se tiendra à Paris en juin 2021, une conférence des donateurs en vue de mobiliser des financements pour accroître les capacités de l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme. Et dès 2022, l’Union européenne interviendra pour appuyer le centre, a indiqué le diplomate lors du premier colloque international de l’AILCT ouvert le 22 avril 2021 à Abidjan.

« Compte tenu de son caractère transfrontalier, la lutte contre le terrorisme ne peut être mené en vase clos », a fait observer le ministre d’Etat, chargé de la Défense de Côte d’Ivoire, Téné Birahima Ouattara.

Pour le gouvernement ivoirien, la lutte contre le terrorisme est une « priorité », ainsi que « la sécurité des Ivoiriens et de l’ensemble des populations qui vivent ici est au cœur de la politique du chef de l’Etat Alassane Ouattara », a-t-il dit.

Dédiée à la lutte contre le terrorisme, l’Académie répond à la volonté de nombreux pays d’Afrique de développer des capacités de lutte antiterroriste. Sa création a été officiellement décidée le 30 avril 2017 à Abidjan d’un commun accord par  les présidents Macron et Alassane Ouattara.

 Lancée par Jean-Yves Le Drian et le ministre de la Défense ivoirien, Hamed Bakayoko en octobre 2018, l’Académie dispose  de 3 grandes infrastructures : une école des cadres dédiée aux acteurs de la lutte contre le terrorisme, un institut de recherche stratégique permettant le partage de doctrines, ainsi qu’un camp d’entraînement doté installations spécifiques (infrastructures de tir, diversité de milieux, urbain, maritime, lagunaire, 3D…) qui seront inaugurées dans les prochains mois.

 300 stagiaires formés de 2017 à ce jour

L’AILCT se veut un instrument de stabilité politique et de développement économique durable. De 2017 à ce jour, elle a accueilli plus de 300 stagiaires venus d’une douzaine de pays africains qui ont été formés à la lutte et à la gestion d’une crise terroriste.

Cela devrait permettre de partager les stratégies de lutte contre le terrorisme, mais également de mettre en place un véritable réseau international dans l’optique de renforcer les capacités des Etats face au terrorisme.

La Côte d’Ivoire a été frappée pour la première fois par un acte terroriste, en mai 2016, à Grand-Bassam, à 40 km au Sud-est d’Abidjan. La deuxième attaque est survenue en juin 2020 au poste frontière de Kafolo, dans l’extrême Nord ivoirien. En mars 2021, une autre attaque meurtrière s’est encore produite au poste de Kafolo.

Axé autour du thème « Terrorisme au Sahel et en Côte d’Ivoire : entre convergence et spécificités », ce premier colloque de l’AILCT a connu la participation des acteurs institutionnels impliqués dans la lutte contre le terrorisme, et des ambassadeurs et représentants d’organisations internationales.

Innocente Nice

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés