Recrudescence des enlèvements d’élèves au Nigeria: les justifications officielles d’Abuja

Abuja (© 2020 Afriquinfos)- Abuja, par la voix de son ministre de l’Information et de la Culture, a réagi aux récents enlèvements de centaines d’écoliers par la secte islamiste Boko Haram et autres bandits armés à leur solde. Pour l’officiel nigérian, le choix de ces cibles par les terroristes n’a d’autre objectif que de décrédibiliser l’Etat fédéral et ses dirigeants sur la scène internationale.

Après Chibok (dans l’État de Borno, nord-est du Nigéria) en 2014 où plus de 200 lycéennes avaient été enlevées suscitant un émoi à l’échelle mondiale et la naissance du Mouvement «Bring Back our Girls», le rapt de 344 écoliers à Katsina (nord du pays) a mis à nouveau le gouvernement nigérian sous le feu des critiques. Son incapacité à empêcher ces enlèvements massifs et assurer la sécurité de ses concitoyens fait l’objet de vives critiques. Les opposants au régime Buhari s’en donnent à cœur joie, indiquant que l’ancien Général aura échoué à tenir la principale promesse qu’il a faite aux Nigérians lors de son élection en 2015 puis, avant sa réélection en 2019.

Muhammadu Buhari fait en effet de la question sécuritaire et de l’éradication de Boko Haram l’axe principal de sa gouvernance et n’a jusque-là pas réussi à atténuer la capacité de nuisance du groupe terroriste.

Pour Alhaji Lai Mohammed, Ministre de l’Information et de la Culture, par leurs récurrentes attaques et notamment l’enlèvement d’élèves, les terroristes, ont atteint leur objectif. Il s’agit pour ces derniers, «d’embarrasser le gouvernement et de nuire à sa crédibilité auprès de ses partenaires». Ce nouveau modus operandi visant à kidnapper en grand nombre des enfants, des cibles faciles selon Alhaji Lai Mohammed, ce genre de coups d’éclat a pour finalité «d’infliger les dommages les plus graves à la crédibilité d’un pays, donnant l’impression que si vous ne pouvez pas protéger les plus vulnérables du pays, un tel gouvernement est incompétent», a-t-il déploré.

Devant cette donne, l’officiel nigérian se félicite de la prompte réaction des forces de sécurité et au sauvetage des lycéens enlevés à Kankara (nord du pays), tout en profitant pour lancer une pique à l’Administration précédente : «En 2014, lorsqu’un enlèvement similaire s’est produit à Chibok, le gouvernement a alors mis trois semaines entières avant qu’une action significative ne soit entreprise. De notre côté, nous n’avons pas attendu cela; nous avons été audacieux, concentrés et sommes allés directement à l’action pour sauver les enfants», a comparé Alhaji Lai Mohammed. Il s’exprimait lors d’un Forum spécial organisé par l’Agence Nigériane de presse (NAN). Il a réitéré l’engagement d’Abuja à traquer et mettre hors d’état de nuire les terroristes qui sévissent sur son territoire fédéral.

Boniface T.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés