Soudan: le Nil entame sa décrue après de graves inondations dues à une pluviométrie exceptionnelle

Khartoum (© 2020 Afriquinfos)- Depuis ce dimanche, les populations soudanaises riveraines du Nil ont un peu de répit. Les eaux du fleuve le plus long d’Afrique ont entamé leur décrue après plusieurs semaines d’une montée historique dues à une pluviométrie exceptionnelle.

 Ce dimanche encore, le Ministère soudanais des Eaux et de l’Irrigation informait des derniers chiffres résultant des récentes inondations qui ont frappé la quasi-totalité du pays. 557.130 personnes étaient affectées par les inondations dans 17 des 18 Etats qui composent le Soudan. Les plus touchés sont les régions de Khartoum, du Darfour-Nord (ouest) et de Sennar (est). En outre, plus de 100.000 habitations ont été détruites ou endommagées dans le pays. Elles ont en outre provoqué la mort de 106 personnes et 54 autres ont été blessées, informent les autorités soudanaises. Conséquence, ces dernières ont décrété début septembre l’état d’urgence sur tout le territoire et pour une période de trois mois.

Bonne nouvelle devant ce tableau sombre. Ce 13 septembre, le communiqué ministériel informait de la décrue du Nil. «Les niveaux de l’eau du Nil baissent dans la plupart des stations de contrôle». Il y a quelques jours encore, le niveau du fleuve avait atteint un niveau historique. Le 7 septembre dernier, il était à 17,67 mètres: un record absolu depuis un siècle. Ce dimanche, il a été noté à 17,36 mètres confirmant sa décrue. Les autorités soudanaises appellent à l’aide internationale pour faire face aux conséquences de ces inondations. A cela s’ajoutent les risques de maladies transmises par l’eau ainsi que les maladies à transmission vectorielle comme le choléra, la dengue, la fièvre de la vallée du Rift et le Chikungunya.

Boniface T.

 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés