Afrique
15 juin 2020

Pourparlers entre Somalie et Somaliland qui défend son droit à l’indépendance

Le leader de la république autoproclamée du Somaliland, née de la sécession d’avec Mogadiscio en 1991, a défendu dimanche son […]

11 mai 2020 Afrique de l'Est

Somalie : l’ancien gardien de la sélection abattu froidement

 Ancien gardien de la sélection somalienne de football abattu | Abdiwali Olad Kanyare, n’est plus. L’ancien gardien de but de […]

Lire la suite »
30 mars 2020 Afrique de l'Est

Les shebabs initient un forum sur «le Jihad en Afrique de l’Est»

Nairobi (© 2020 Afriquinfos) – Les shebabs islamistes ont diffusé  des images et communiqué officiel de ce qu’il présente comme […]

Lire la suite »
26 mars 2020 Afrique de l'Est

L’ex footballeur somalien Abdulkadir Mohamed Farah décède à Londres des suites du coronavirus

Mogadiscio (© 2020 Afriquinfos)- Après la musique au tour du football africain d’être endeuillé par la pandémie du Coronavirus. La […]

Lire la suite »
8 janvier 2020 Afrique de l'Est

Somalie: forte explosion à proximité du Parlement à Mogadiscio

Une puissante explosion a eu lieu mercredi matin dans la capitale somalienne Mogadiscio, à proximité du Parlement, ont rapporté des […]

Lire la suite »
31 décembre 2019 Afrique de l'Est

Somalie: les shebab revendiquent l’attentat de samedi à Mogadiscio

Les islamistes somaliens shebab ont revendiqué lundi l’attentat à la voiture piégée samedi contre un poste de contrôle de Mogadiscio, […]

Lire la suite »
5 novembre 2019 Afrique de l'Est

Amina Mohammed soutient le rôle des femmes pour consolider les progrès dans la Corne de l’Afrique

New-York (© 2019 Afriquinfos)- Une fois de plus, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina J. Mohammed, a fait part ce […]

Lire la suite »
16 août 2019 Afrique de l'Est

Somalie: Une base militaire attaquée par des Shebab au sud de Mogadiscio

Mogadiscio (© 2019 AFP) – Une base militaire située à 70 km au sud de Mogadiscio a été attaquée mercredi […]

Lire la suite »
15 août 2019 Afrique de l'Est

Somalie : L’UA déterminé à lutter contre les shebab

Mogadiscio (© 2019 Afriquinfos)- Dans le but de libérer les régions encore aux mains du groupe terroriste al-Shebab, la Mission […]

Lire la suite »
2 août 2019 Afrique de l'Est

Somalie : Le président Farmajo rejette sa citoyenneté américaine

Mogadiscio (© 2019 Afriquinfos)- En raison, de l’achèvement des processus juridiques et d’immigration requis qui avaient été lancés après l’élection […]

Lire la suite »
31 juillet 2019 Afrique de l'Est

Reportage/Somalie: De jeunes stylistes tentent d’imposer leur griffe à Mogadiscio

MOGADISCIO (© 2019 AFP) – Chaque fois que la styliste somalienne Hawa Adan Hassan met la dernière main à une […]

Lire la suite »
28 juillet 2019 Afrique de l'Est

Le Qatar impliqué dans le terrorisme en Somalie

Doha (© 2019 Afriquinfos)- Après l’apparition d’un article du New York Times cette semaine, des interrogations se posent, notamment celle […]

Lire la suite »
5 décembre 2018 Afrique de l'Est

Diplomatie : les Etats-Unis de retour en Somalie après 28 ans d’absence

Mogadiscio (© 2018 Afriquinfos)- Après la fermeture de leur Ambassade à Mogadiscio, les Etats-Unis avaient mis entre parenthèses leurs relations […]

Lire la suite »
31 juillet 2018 Afrique de l'Est

Somalie : le Conseil de sécurité proroge le mandat de la mission de l’Union africaine de dix mois

New York (© 2018 Afriquinfos)-Le Conseil de sécurité des Nations Unies a autorisé lundi la prorogation du mandat de l’AMISOM […]

Lire la suite »
9 juillet 2018 Afrique de l'Est

Des explosions font au moins 10 morts en Somalie

Mogadiscio (© 2018 Afriquinfos)- La capitale somalienne, Mogadiscio a été secoué samedi par deux explosions, selon une  annonce faite par […]

Lire la suite »
3 mai 2018 Afrique de l'Est

Somalie : Une humanitaire de l’Oms tuée à Mogadiscio

Mogadiscio (© 2018 Afriquinfos)-Une somalienne travaillant pour l’Organisation mondiale de la santé (Oms), a été assassinée mardi en Somalie par […]

Lire la suite »
24 mars 2018 Afrique de l'Est

La Somalie plus ouverte à la sécheresse : un fléau qui menace autant que la famine

Mogadiscio (© Afriquinfos 2018) – Les Nations unies ont fait état d’un peu plus de 1 000 décès, principalement causés […]

Lire la suite »
21 février 2018 Afrique de l'Est

Somalie : un premier laboratoire médico-légal pour lutter contre le viol

Mogadiscio (© Afriquinfos 2018)- Corruption des policiers, problèmes dans l’acheminement des échantillons et retards dans l’arrivée d’équipements cruciaux: les défis […]

Lire la suite »
8 janvier 2018 Afrique de l'Est

Somalie : plus de 5 millions d’enfants vaccinés contre la rougeole, avec le soutien de l’OMS et de l’UNICEF

Mogadiscio (© Afriquinfos 2018)- Le Ministère de la santé du Gouvernement fédéral de Somalie, en partenariat avec l’Organisation mondiale de […]

Lire la suite »
4 janvier 2018 Afrique de l'Est

Somalie: trois ministres limogés par le Premier ministre

Mogadiscio (© Afriquinfos 2018)- Le Premier ministre somalien, Hassan Ali Khaire, a limogé jeudi les ministres des Affaires étrangères, de […]

Lire la suite »
2 décembre 2017 Afrique de l'Est

Somalie : un nouveau bilan fait état de 512 morts lors de l’attentat du 14 octobre

Mogadiscio (© Afriquinfos 2017)-L’attentat qui a frappé la Somalie le 14 octobre dernier aura fait plus de victimes que l’avaient […]

Lire la suite »
8 novembre 2017 Afrique de l'Est

Somalie: l’Amisom retirera un millier de soldats d’ici la fin de l’année

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) –  La mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom) a annoncé qu’elle retirerait un millier de […]

Lire la suite »
5 novembre 2017 Afrique de l'Est

Somalie : une menace planerait sur l’aéroport de Mogadiscio d’après les Etats-Unis

Washington (© Afriquinfos 2017)-  Samedi, la mission américaine en Somalie a demandé à tous ses membres non essentiels de quitter […]

Lire la suite »
28 octobre 2017 Afrique de l'Est

Somalie : deux grosses explosions font au moins 13 morts et 16 blessés

Mogadiscio (© Afriquinfos 2017)-Deux véhicules piégés ont explosé à intervalle rapproché samedi près d’un hôtel du nord de la capitale […]

Lire la suite »
18 octobre 2017 Afrique de l'Est

Somalie : beaucoup de messages de soutien et très peu d’aide humanitaire

Mogadiscio (© Afriquinfos 2017)- Les autorités somaliennes ont reçu beaucoup de messages de soutien de par le monde, depuis l’attentat […]

Lire la suite »
15 juin 2017 Afrique de l'Est

Somalie: Un attentat-suicide a fait 18 morts à Mogadiscio

Mogadiscio (© Afriquinfos 2017)- Ce mercredi à Mogadiscio, alors  que les mosquées et les restaurants étaient pleins après la rupture […]

Lire la suite »
17 mai 2017 Afrique de l'Est

Somalie : des millions de personnes ont besoin d’aide

New York (© Afriquinfos 2017)-Plus de 6 millions de Somaliens ont encore besoin d’aide, en raison de la sécheresse qui […]

Lire la suite »
11 mai 2017 Afrique de l'Est

Conférence sur la Somalie à Londres pour un nouveau partenariat

Londres (© Afriquinfos 2017)- Londres accueille jeudi une conférence internationale sur la Somalie pour dessiner les grandes lignes d’un nouveau […]

Lire la suite »
2 mai 2017 Afrique de l'Est

Somalie: plus d’un million d’enfants menacés de malnutrition aiguë

Mogadiscio (© Afriquinfos 2017)-Plus d’un million d’enfants sont menacés de malnutrition aiguë cette année en Somalie, pays au bord de […]

Lire la suite »
13 avril 2017 Afrique de l'Est

Somalie : vers un terrain d’entente ente le gouvernement et les shebab ?

Mogadiscio (© Afriquinfos 2017) – Une semaine après que le président Mohamed Abdullahi Mohamed Farmajo ait déclaré la guerre aux […]

Lire la suite »
5 avril 2017 Afrique de l'Est

Somalie: au moins sept morts dans une explosion à Mogadiscio

Mogadiscio (© Afriquinfos 2017) – Au moins sept personnes ont été tuées et plus d’une dizaine blessées mercredi dans l’explosion […]

Lire la suite »
24 mars 2017 Afrique de l'Est

En un tweet, une star du net affrète un avion pour aider la Somalie

New York (© 2017 Afriquinfos)-Un jeune Français installé aux Etats-Unis et star des réseaux sociaux a réuni en quelques tweets […]

Lire la suite »
22 mars 2017 Afrique de l'Est

Somalie: l’ONU vient en aide d’urgence avec 22 millions de dollars pour lutter contre la famine

New York (© 2017 Afriquinfos) –Les Nations unies ont approuvé un prêt d’urgence de 22 millions de dollars (20,3 millions […]

Lire la suite »
20 mars 2017 Afrique de l'Est

Somalie : l’Union Africaine fait un don de 100.000 dollars pour la lutte contre la famine

Addis-Abeba (© 2017 Afriquinfos) – L’Union africaine a fait un don de 100.000 dollars à la Somalie pour soutenir la […]

Lire la suite »
17 mars 2017 Afrique de l'Est

Un pétrolier détourné puis libéré par les pirates somaliens

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) –Les pirates somaliens qui s’étaient emparé lundi du pétrolier Aris 13, première attaque réussie d’un navire […]

Lire la suite »
16 mars 2017 Afrique de l'Est

Somalie : Al Shebab « distribue de la nourriture »

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) –Al Shebab s’est chargé de distribuer la nourriture dans certaines zones touchées ou menacées par la […]

Lire la suite »
7 mars 2017 Afrique de l'Est

Somalie : António Guterres appelle à l’action

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos)- En visite mardi en Somalie, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a réclamé un soutien […]

Lire la suite »
4 mars 2017 Afrique de l'Est

Somalie : 110 personnes mortes de faim ces dernières 48 heures

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos)-Le bilan de la famine en Somalie s’annonce sombre si rien n’est fait dans l’urgence. En quarante-huit […]

Lire la suite »
20 février 2017 Afrique de l'Est

Somalie: 14 personnes meurent dans l’explosion d’une voiture piégée

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) –L’explosion d’une voiture piégée à un carrefour de la capitale somalienne Mogadiscio, a fait au moins […]

Lire la suite »
18 février 2017 Afrique de l'Est

Somalie : l’UNICEF et le PAM appellent la communauté internationale à venir en aide

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) –Alors qu’une sécheresse ravage la Somalie, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le […]

Lire la suite »
16 février 2017 Afrique de l'Est

Somalie : le CICR vient en aide à 240 000 personnes victimes de la sécheresse

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) –La sécheresse est en train de détruire des communautés entières dont la subsistance repose exclusivement sur […]

Lire la suite »
8 février 2017 Afrique de l'Est

Somalie : l’ancien Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo vainqueur du scrutin présidentiel

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) – Mohamed Abdullahi Farmajo élu nouveau président en Somalie. L’ancien Premier ministre du pays du 31 […]

Lire la suite »
Afrique de l'Est

Somalie : Après plusieurs reports, l’élection présidentielle va enfin avoir lieu

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) –C’est ce mercredi que les parlementaires somaliens désignent le nouveau président du pays. Après plusieurs reports, […]

Lire la suite »
26 janvier 2017 Afrique de l'Est

Somalie : la mission de l’ONU condamne une attaque d’Al-Shabaab contre un hôtel de Mogadiscio

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) –La Mission d’assistance des Nations Unies en Somalie (UNSOM) a condamné mercredi un attentat-suicide meurtrier perpétré […]

Lire la suite »
3 janvier 2017 Afrique de l'Est

Somalie: A la veille de ses 10 ans, l’AIMISOM plus que jamais dans le collimateur des shebabs

Mogadiscio (© Afriquinfos 2017) – Ce lundi 02 janvier, un attentat-suicide à la voiture piégée a été perpétré contre un […]

Lire la suite »
8 juillet 2016 Afrique de l'Est

Somalie: le mandat de l’AMISOM prendra plutôt fin en 2017

New York (© 2016 Afriquinfos) – Ce jeudi, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité une résolution autorisant le maintien jusqu’au 31 mai 2017 de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) et structurant les priorités de son mandat, notamment autour d’objectifs stratégiques et de tâches prioritaires.

Lire la suite »
11 juin 2016 Afrique de l'Est

Kenya: Pourquoi la fermeture du camp de Dadaab divise profondément les Kényans

Nairobi (© 2016 Afriquinfos) – La Commission nationale kényane des droits de l’Homme (KNCHR) a saisi la justice pour s’insurger contre la fermeture annoncée par le Gouvernement du plus grand camp de réfugiés au monde, ainsi que le renvoi de ses occupants somaliens dans leur pays.

Lire la suite »
7 juin 2016 Afrique de l'Est

Somalie: Encore une journaliste assassinée à Mogadiscio

MOGADISCIO (© 2016 Afriquinfos) – Une journaliste somalienne de la radio d’État Muqdisho a été tuée dimanche dernier. Elle a été assassinée par des hommes non identifiés à l’Université de Mogadiscio où elle poursuivait ses études.

Lire la suite »
3 juin 2016 Afrique de l'Est

Lutte contre le terrorisme/La Somalie s’affirme en tuant le présumé cerveau de l’attaque de l’Université de Garissa

MOGADISCIO (© 2016 Afriquinfos) – Les autorités somaliennes, ont annoncé ce mercredi la mort du présumé cerveau de l’attaque qui avait fait 148 morts en 2015. Il a été abattu par les forces spéciales du Jubaland et des commandos somaliens.

Lire la suite »
18 janvier 2016 Somalie

Somalie: L’Amisom dans le collimateur des shebabs

Mogadiscio (© 2015 Afriquinfos)- Ce vendredi, les islamistes Shebab ont mené une offensive contre une base militaire de la mission de l’Union africaine à El-Adde. L’attaque a fait plusieurs dizaines de morts. C’est la 3ème attaque contre l’UA ces six derniers mois.

Lire la suite »
1 2 3 8

Somalie officiellement la République fédérale de Somalie est un pays souverain situé dans la Corne de l’Afrique. Il est bordé par l’Éthiopie à l’ouest, le golfe d’Aden au nord, le canal Guardafui et la mer de Somalie à l’est, et le Kenya au sud-ouest. Le pays revendique une frontière avec Djibouti à travers le territoire contesté du Somaliland. La Somalie a le plus long littoral sur le continent africain et son terrain se compose principalement de plateaux, de plaines et de hauts plateaux. Sur le plan climatique, des conditions chaudes règnent toute l’année, avec des vents de mousson périodiques et des précipitations irrégulières. La Somalie compte environ 15 millions d’habitants et a été décrite comme le pays le plus culturellement homogène d’Afrique. Environ 85% de ses résidents sont des Somaliens de souche, qui ont historiquement habité la partie nord du pays. Les minorités ethniques sont largement concentrées dans les régions du sud. Les langues officielles de la Somalie sont le somali et l’arabe. La plupart des gens dans le pays sont musulmans, dont la majorité appartient à la secte sunnite de l’islam. Dans l’Antiquité, la Somalie était un important centre commercial. Il est parmi les emplacements les plus probables de l’ancienne terre légendaire de Punt. Au Moyen Âge, plusieurs puissants empires somaliens dominaient le commerce régional, notamment l’Empire Ajuran, le Sultanat d’Adal, le Sultanat de Warsangali et le Sultanat des Geledi. Le toponyme Somalie a été inventé par l’explorateur italien Luigi Robecchi Bricchetti (1855-1926).

À la fin du 19e siècle, la Somalie a été colonisée par les puissances européennes, d’abord par l’Allemagne, puis par la Grande-Bretagne et l’Italie lorsque les Allemands ont abandonné leurs efforts en 1890. Les Britanniques et les Italiens ont établi les colonies du Somaliland britannique et du Somaliland italien, respectivement. À l’intérieur, Darwiish de Mohammed Abdullah Hassan a repoussé les Britanniques à quatre reprises, forçant une retraite sur la côte, avant de succomber à la campagne du Somaliland (1920). L’Italie a acquis le contrôle total des parties nord-est, centrale et sud de la zone après avoir mené avec succès la campagne des Sultanats contre le Sultanat Majeerteen au pouvoir et le Sultanat de Hobyo. En 1960, les deux régions se sont unies pour former la République somalienne indépendante sous un gouvernement civil. Le Conseil révolutionnaire suprême a pris le pouvoir en 1969 et a établi la République démocratique somalienne, qui s’est effondrée 22 ans plus tard, en 1991, avec le début de la guerre civile en Somalie. Au cours de cette période, la plupart des régions sont revenues au droit coutumier et religieux. Au début des années 2000, plusieurs administrations fédérales intérimaires ont été créées. Le gouvernement national de transition (TNG) a été créé en 2000, suivi de la formation du gouvernement fédéral de transition (TFG) en 2004, qui a rétabli l’armée. En 2006, le TFG a pris le contrôle de la plupart des zones de conflit du sud du pays à partir de la nouvelle Union des tribunaux islamiques (ICU). L’ICU s’est ensuite scindée en groupes plus radicaux tels qu’Al-Shabaab, qui a combattu le TFG et ses alliés de l’AMISOM pour le contrôle de la région.

À la mi-2012, les insurgés avaient perdu la majeure partie du territoire qu’ils avaient saisi et une recherche d’institutions démocratiques plus permanentes a commencé. Une nouvelle constitution provisoire a été adoptée en août 2012, qui a réformé la Somalie en tant que fédération. Le même mois, le gouvernement fédéral de la Somalie a été formé et une période de reconstruction a commencé à Mogadiscio. La Somalie a maintenu une économie informelle, principalement basée sur le bétail, les envois de fonds des Somaliens travaillant à l’étranger et les télécommunications. Il est membre des Nations Unies, de la Ligue arabe, de l’Union africaine, du Mouvement des pays non alignés et de l’Organisation de coopération islamique.

L’histoire de la Somalie

Préhistoire

La Somalie est habitée depuis au moins le paléolithique. Pendant l’âge de pierre, les cultures Doian et Hargeisan ont prospéré ici. La plus ancienne preuve de coutumes funéraires dans la Corne de l’Afrique provient de cimetières en Somalie datant du 4ème millénaire avant notre ère. Les outils en pierre du site de Jalelo au nord ont également été caractérisés en 1909 comme d’importants artefacts démontrant l’universalité archéologique du Paléolithique entre l’Est et l’Ouest. Selon les linguistes, les premières populations de langue afro-asiatique sont arrivées dans la région au cours de la période néolithique qui a suivi l’urheimat proposé par la famille (« patrie d’origine ») dans la vallée du Nil ou le Proche-Orient. Le complexe de Laas Geel, à la périphérie de Hargeisa, dans le nord-ouest de la Somalie, remonte à environ 5 000 ans et présente de l’art rupestre représentant à la fois des animaux sauvages et des vaches décorées. D’autres peintures rupestres se trouvent dans la région nord de Dhambalin, qui présentent l’une des premières représentations connues d’un chasseur à cheval. L’art rupestre est dans le style distinctif éthiopien-arabe, daté de 1000 à 3000 avant notre ère. De plus, entre les villes de Las Khorey et El Ayo dans le nord de la Somalie se trouve Karinhegane, le site de nombreuses peintures rupestres d’animaux réels et mythiques. Chaque peinture a une inscription en dessous, qui, collectivement, est estimée à environ 2500 ans.

Antiquité et ère classique

Les anciennes structures pyramidales, les mausolées, les villes en ruine et les murs de pierre, tels que le mur de Wargaade, témoignent d’une ancienne civilisation qui prospérait autrefois dans la péninsule somalienne. Cette civilisation jouissait d’une relation commerciale avec l’Égypte ancienne et la Grèce mycénienne depuis le deuxième millénaire avant notre ère, ce qui confirme l’hypothèse que la Somalie ou les régions adjacentes étaient le lieu de l’ancienne terre de Punt. Les Puntites échangeaient de la myrrhe, des épices, de l’or, de l’ébène, du bétail à cornes courtes, de l’ivoire et de l’encens avec les Égyptiens, les Phéniciens, les Babyloniens, les Indiens, les Chinois et les Romains via leurs ports commerciaux. Une expédition égyptienne envoyée à Punt par la reine Hatshepsout de la 18e dynastie est enregistrée sur les reliefs du temple à Deir el-Bahari, sous le règne du roi Puntite Parahu et de la reine Ati. En 2015, une analyse isotopique d’anciennes momies de babouins de Punt qui avaient été apportées en Égypte en cadeau a indiqué que les spécimens provenaient probablement d’une zone englobant l’est de la Somalie et le couloir Érythrée-Éthiopie. À l’ère classique, les Macrobiens, qui étaient peut-être ancestraux des Somaliens, ont établi un puissant royaume tribal qui régnait sur de grandes parties de la Somalie moderne. Ils étaient réputés pour leur longévité et leur richesse, et seraient « les plus grands et les plus beaux de tous les hommes ». Les Macrobiens étaient des bergers guerriers et des marins. Selon le récit d’Hérodote, l’empereur perse Cambyse II, lors de sa conquête de l’Égypte en 525 avant JC, envoya des ambassadeurs à Macrobia, apportant des cadeaux de luxe au roi macrobien pour inciter à sa soumission. Le souverain macrobien, qui a été élu sur la base de sa stature et de sa beauté, a plutôt répondu en lançant un défi à son homologue persan sous la forme d’un arc non cordé: si les Perses pouvaient réussir à le dessiner, ils auraient le droit d’envahir son pays; mais jusque-là, ils devraient remercier les dieux que les Macrobiens n’aient jamais décidé d’envahir leur empire. Les Macrobiens étaient une puissance régionale réputée pour leur architecture avancée et leur richesse en or, si abondante qu’ils enchaînaient leurs prisonniers dans des chaînes dorées. Le chameau aurait été domestiqué dans la région de la Corne entre le 2e et le 3e millénaire avant notre ère. De là, il s’est étendu à l’Égypte et au Maghreb.

Au cours de la période classique, les cités-États de Barbara également connues sous le nom de sesea de Mosylon, Opone, Mundus, Isis, Malao, Avalites, Essina, Nikon et Sarapion ont développé un réseau commercial lucratif, se connectant avec des marchands d’Égypte ptolémaïque, de Grèce antique, de Phénicie, Perse parthe, Saba, royaume nabatéen et empire romain. Ils ont utilisé l’ancien navire maritime somalien connu sous le nom de beden pour transporter leur cargaison. Après la conquête romaine de l’Empire nabatéen et la présence navale romaine à Aden pour lutter contre la piraterie, les marchands arabes et somaliens ont convenu avec les Romains d’interdire aux navires indiens de commercer dans les villes portuaires libres de la péninsule arabique pour protéger les intérêts des Somaliens et des Arabes marchands dans le commerce lucratif entre la mer Rouge et la mer Méditerranée. Cependant, les marchands indiens ont continué de faire du commerce dans les villes portuaires de la péninsule somalienne, à l’abri de toute ingérence romaine.

Pendant des siècles, les marchands indiens ont apporté de grandes quantités de cannelle en Somalie et en Arabie de Ceylan et des îles aux épices. La source de la cannelle et d’autres épices aurait été le secret le mieux gardé des marchands arabes et somaliens dans leurs échanges avec le monde romain et grec; les Romains et les Grecs croyaient que la source était la péninsule somalienne. [64] L’accord collusoire entre les commerçants somaliens et arabes a fait gonfler le prix de la cannelle indienne et chinoise en Afrique du Nord, au Proche-Orient et en Europe, et a fait du commerce de la cannelle un générateur de revenus très rentable, en particulier pour les marchands somaliens entre les mains desquels de grandes quantités ont été expédiées. à travers les routes maritimes et terrestres.

Naissance de l’Islam et du Moyen Âge

L’islam a été introduit dans la région dès le début par les premiers musulmans de La Mecque fuyant les poursuites pendant la première Hejira avec Masjid al-Qiblatayn en cours de construction avant la Qiblah vers La Mecque. La ville de deux mihrabs Masjid al-Qiblatayn de Zeila date du 6ème siècle et est la plus ancienne mosquée d’Afrique. À la fin du 9e siècle, Al-Yaqubi a écrit que les musulmans vivaient le long de la côte nord de la Somalie. Il a également mentionné que le royaume Adal avait sa capitale dans la ville. Selon Leo Africanus, le sultanat d’Adal était gouverné par des dynasties somaliennes locales et son royaume englobait la zone géographique entre Bab el Mandeb et Cape Guardafui. Elle était ainsi flanquée au sud par l’Empire Ajuran et à l’ouest par l’Empire Abyssin. En 1332, le roi d’Adal basé à Zeila a été tué dans une campagne militaire visant à stopper la marche de l’empereur abyssin Amda Seyon I vers la ville. Lorsque le dernier sultan d’Ifat, Sa’ad ad-Din II, a également été tué par l’empereur Dawit I à Zeila en 1410, ses enfants se sont enfuis au Yémen, avant de revenir en 1415. Au début du XVe siècle, la capitale d’Adal a été déplacée plus à l’intérieur des terres. à la ville de Dakkar, où Sabr ad-Din II, le fils aîné de Sa’ad ad-Din II, a établi une nouvelle base après son retour du Yémen.

Le siège d’Adal a de nouveau été déplacé au siècle suivant, cette fois vers le sud à Harar. Depuis cette nouvelle capitale, Adal a organisé une armée efficace dirigée par l’imam Ahmad ibn Ibrahim al-Ghazi (Ahmad « Gurey » ou « Gran »; tous deux signifiant « les gauchers ») qui a envahi l’empire abyssin. Cette campagne du XVIe siècle est historiquement connue comme la conquête de l’Abyssinie (Futuh al-Habash). Pendant la guerre, l’imam Ahmad a été l’un des premiers à utiliser des canons fournis par l’Empire ottoman, qu’il a importés via Zeila et déployés contre les forces abyssines et leurs alliés portugais dirigés par Cristóvão da Gama. Certains chercheurs soutiennent que ce conflit a prouvé, grâce à leur utilisation des deux côtés, la valeur des armes à feu telles que le mousquet à allumette, le canon et l’arquebus par rapport aux armes traditionnelles. Pendant la période du sultanat d’Ajuran, les sultanats et les républiques de Merca, Mogadiscio, Barawa, Hobyo et leurs ports respectifs ont prospéré et ont eu un commerce extérieur lucratif, avec des navires naviguant vers et en provenance d’Arabie, d’Inde, de Vénétie, de Perse, d’Égypte, du Portugal et aussi loin que la Chine. Vasco da Gama, qui est passé par Mogadiscio au XVe siècle, a noté qu’il s’agissait d’une grande ville avec des maisons de plusieurs étages et de grands palais en son centre, en plus de nombreuses mosquées avec des minarets cylindriques. Le Harla, un premier groupe hamitique de grande taille qui habitait des parties de la Somalie, de Tchertcher et d’autres régions de la Corne, a également érigé divers tumuli. Ces maçons auraient été ancestraux aux Somaliens de souche.

Au 16ème siècle, Duarte Barbosa a noté que de nombreux navires du Royaume de Cambaya dans l’Inde moderne naviguaient vers Mogadiscio avec du tissu et des épices, pour lesquels ils recevaient en retour de l’or, de la cire et de l’ivoire. Barbosa a également souligné l’abondance de viande, de blé, d’orge, de chevaux et de fruits sur les marchés côtiers, ce qui a généré une énorme richesse pour les commerçants. Mogadiscio, le centre d’une industrie textile florissante connue sous le nom de toob benadir (spécialisée pour les marchés en Égypte, entre autres), avec Merca et Barawa, a également servi d’arrêt de transit pour les marchands swahili de Mombasa et de Malindi et pour le commerce de l’or de Kilwa. Des marchands juifs d’Ormuz apportèrent leurs textiles et fruits indiens sur la côte somalienne en échange de céréales et de bois. Des relations commerciales ont été établies avec Malacca au XVe siècle, le tissu, l’ambre gris et la porcelaine étant les principaux produits du commerce. Des girafes, des zèbres et de l’encens ont été exportés vers l’Empire Ming de Chine, qui a fait des marchands somaliens des chefs de file du commerce entre l’Asie de l’Est et la Corne. Les marchands hindous de Surat et les marchands sud-africains de Pate, cherchant à contourner à la fois le blocus portugais et l’ingérence omanaise, ont utilisé les ports somaliens de Merca et Barawa (qui étaient hors de la juridiction des deux puissances) pour effectuer leur commerce en toute sécurité et sans ingérence.

Les débuts de l’ère moderne et la ruée vers l’Afrique

Au début de la période moderne, les États successeurs du sultanat d’Adal et du sultanat d’Ajuran ont commencé à prospérer en Somalie. Il s’agit notamment du sultanat de Warsangali, des dynasties Bari, du sultanat des Geledi (dynastie Gobroon), du sultanat Majeerteen (Migiurtinia) et du sultanat d’Hobyo (Obbia). Ils ont poursuivi la tradition de construction de châteaux et de commerce maritime établie par les précédents empires somaliens. Le sultan Yusuf Mahamud Ibrahim, le troisième sultan de la maison de Gobroon, a commencé l’âge d’or de la dynastie Gobroon. Son armée est sortie victorieuse lors du Jihad de Bardheere, qui a rétabli la stabilité dans la région et revitalisé le commerce de l’ivoire en Afrique de l’Est. Il a également reçu des cadeaux et entretenu des relations cordiales avec les dirigeants des royaumes voisins et éloignés tels que les sultans omanais, witu et yéménites. Le fils du sultan Ibrahim, Ahmed Yusuf, lui succède et est l’une des figures les plus importantes de l’Afrique de l’Est du XIXe siècle, recevant l’hommage des gouverneurs omanais et créant des alliances avec d’importantes familles musulmanes sur la côte est-africaine. Dans le nord de la Somalie, la dynastie Gerad faisait du commerce avec le Yémen et la Perse et rivalisait avec les marchands de la dynastie Bari. Les Gerads et les Bari Sultans ont construit des palais et des forteresses impressionnants et entretenaient des relations étroites avec de nombreux empires différents au Proche-Orient.

À la fin du 19e siècle, après la Conférence de Berlin de 1884, les puissances européennes ont commencé la Scramble for Africa, qui a inspiré le leader derviche Mohammed Abdullah Hassan à rallier le soutien de toute la Corne de l’Afrique et à lancer l’une des plus longues guerres de résistance coloniale de tous les temps. Dans plusieurs de ses poèmes et discours, Hassan a souligné que les Britanniques « ont détruit notre religion et ont fait de nos enfants leurs enfants » et que les Éthiopiens chrétiens en alliance avec les Britanniques étaient déterminés à piller la liberté politique et religieuse de la nation somalienne. Il est rapidement devenu «un champion de la liberté politique et religieuse de son pays, la défendant contre tous les envahisseurs chrétiens». Hassan a publié une ordonnance religieuse stipulant que tout ressortissant somalien qui n’accepterait pas l’objectif de l’unité des Somaliens, de la Grande Somalie et ne combattrait pas sous sa direction serait considéré comme du kafir ou du gaal. Il a rapidement acquis des armes de l’Empire ottoman, du Soudan, d’autres pays islamiques et arabes, et a nommé des ministres et des conseillers pour administrer différentes régions ou secteurs de la Somalie. En outre, il a lancé un appel clair à l’unité et à l’indépendance de la Somalie, dans le processus d’organisation de ses forces.

Le mouvement des derviches d’Hassan avait un caractère essentiellement militaire et la révolte des derviches a été façonnée sur le modèle d’une confrérie salihiya. Elle était caractérisée par une hiérarchie et une centralisation rigides. Bien que Hassan ait menacé de chasser les chrétiens dans la mer, il a exécuté la première attaque en lançant sa première offensive militaire majeure avec son 1500 Derviche équipé de 20 fusils modernes sur les soldats britanniques stationnés dans la région. Il repousse les Britanniques en quatre expéditions et entretient des relations avec les puissances centrales des Ottomans et des Allemands. En 1920, le mouvement Derviche s’est effondré après les bombardements aériens intensifs de la Grande-Bretagne, et les territoires derviches ont ensuite été transformés en protectorat. L’aube du fascisme au début des années 1920 a annoncé un changement de stratégie pour l’Italie, car les sultanats du nord-est devaient bientôt être forcés à l’intérieur des frontières de La Grande Somalie selon le plan de l’Italie fasciste. Avec l’arrivée du gouverneur Cesare Maria De Vecchi le 15 décembre 1923, les choses ont commencé à changer pour cette partie du Somaliland connue sous le nom de Somaliland italien. L’Italie avait accès à ces zones en vertu des traités de protection successifs, mais pas de règle directe.
Le gouvernement fasciste n’avait de pouvoir direct que sur le territoire de Benadir. L’Italie fasciste, sous Benito Mussolini, a attaqué l’Abyssinie (Éthiopie) en 1935, dans le but de la coloniser. L’invasion a été condamnée par la Société des Nations, mais peu a été fait pour l’arrêter ou pour libérer l’Éthiopie occupée. Le 3 août 1940, les troupes italiennes, y compris des unités coloniales somaliennes, ont traversé l’Éthiopie pour envahir le Somaliland britannique et, le 14 août, ont réussi à prendre Berbera aux Britanniques. Une force britannique, comprenant des troupes de plusieurs pays africains, a lancé la campagne en janvier 1941 depuis le Kenya pour libérer le Somaliland britannique et l’Éthiopie occupée par l’Italie et conquérir le Somaliland italien. En février, la majeure partie du Somaliland italien a été capturée et en mars, le Somaliland britannique a été repris de la mer. Les forces de l’Empire britannique opérant au Somaliland comprenaient les trois divisions des troupes sud-africaines, ouest-africaines et est-africaines. Ils ont été aidés par les forces somaliennes dirigées par Abdulahi Hassan avec la participation des Somaliens des clans Isaaq, Dhulbahante et Warsangali. Le nombre de Somaliens italiens a commencé à diminuer après la Seconde Guerre mondiale, avec moins de 10 000 restants en 1960.

Indépendance (1960-1969)

Après la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne a conservé le contrôle du Somaliland britannique et du Somaliland italien en tant que protectorats. En 1945, lors de la Conférence de Potsdam, les Nations Unies ont accordé à l’Italie la tutelle du Somaliland italien en tant que Territoire sous tutelle du Somaliland, à la condition proposée par la Somali Youth League (SYL) et d’autres organisations politiques somaliennes naissantes, telles que le Hizbia Digil Mirifle Somali (HDMS) et la Ligue nationale somalienne (SNL) – que la Somalie accède à l’indépendance dans les dix ans. Le Somaliland britannique est resté un protectorat de la Grande-Bretagne jusqu’en 1960. Dans la mesure où l’Italie détenait le territoire par mandat de l’ONU, les dispositions relatives à la tutelle ont donné aux Somaliens la possibilité d’acquérir une expérience en matière d’éducation politique et d’autonomie gouvernementale occidentale. Ce sont des avantages que le Somaliland britannique, qui devait être intégré au nouvel État somalien, ne possédaient pas. Bien que dans les années 1950, les autorités coloniales britanniques aient tenté, par le biais de divers efforts de développement administratif, de compenser la négligence passée, le protectorat a stagné. La disparité entre les deux territoires dans le développement économique et l’expérience politique entraînerait plus tard de sérieuses difficultés d’intégration des deux parties.

Pendant ce temps, en 1948, sous la pression de leurs alliés de la Seconde Guerre mondiale et au grand désarroi des Somaliens, les Britanniques ont rendu le Haud (une importante zone de pâturage somalienne qui était vraisemblablement protégée par les traités britanniques avec les Somaliens en 1884 et 1886) et les Somaliens. Région éthiopienne, fondée sur un traité signé en 1897, dans lequel les Britanniques cédaient le territoire somalien à l’empereur éthiopien Menelik en échange de son aide contre d’éventuelles avancées des Français. La Grande-Bretagne a inclus la disposition conditionnelle selon laquelle les résidents somaliens conserveraient leur autonomie, mais l’Éthiopie a immédiatement revendiqué la souveraineté sur la région. Cela a provoqué une offre infructueuse de la Grande-Bretagne en 1956 pour racheter les terres somaliennes qu’il avait remises. La Grande-Bretagne a également accordé aux nationalistes kenyans l’administration du district de la frontière nordique (NFD) presque exclusivement somalien. C’était malgré un plébiscite dans lequel, selon une commission coloniale britannique, presque tous les Somaliens de l’ethnie du territoire étaient favorables à l’adhésion à la nouvelle République somalienne. 

Un référendum a eu lieu à Djibouti voisin (alors connu sous le nom de Somaliland français) en 1958, à la veille de l’indépendance de la Somalie en 1960, pour décider de rejoindre ou non la République somalienne ou de rester avec la France. Le référendum s’est avéré en faveur d’une association continue avec la France, en grande partie en raison d’un oui combiné du groupe ethnique Afar et des résidents européens. Le truquage des votes a également été généralisé, les Français expulsant des milliers de Somaliens avant le référendum. La majorité de ceux qui ont voté «non» étaient des Somaliens qui étaient fortement en faveur de rejoindre une Somalie unie, comme l’avait proposé Mahmoud Harbi, vice-président du Conseil de gouvernement. Harbi a été tué dans un accident d’avion deux ans plus tard. Djibouti a finalement obtenu son indépendance de la France en 1977, et Hassan Gouled Aptidon, un Somalien qui avait fait campagne pour un «oui» au référendum de 1976, est finalement devenu le premier président de Djibouti (1977-1999). Le 1er juillet 1960, les deux territoires se sont unis pour former la République somalienne, quoique dans les limites établies par l’Italie et la Grande-Bretagne. Un gouvernement a été formé par Abdullahi Issa et Muhammad Haji Ibrahim Egal avec d’autres membres des gouvernements de tutelle et de protectorat, avec Haji Bashir Ismail Yusuf comme président de l’Assemblée nationale somalienne, Aden Abdullah Osman Daar comme président de la République somalienne et Abdirashid Ali Shermarke en tant que Premier ministre (pour devenir plus tard président de 1967 à 1969). Le 20 juillet 1961 et à travers un référendum populaire, a été ratifié par le peuple somalien sous tutelle italienne, mais la plupart des gens de l’ancien protectorat du Somaliland n’ont pas participé au référendum, en raison de la gravité de la marginalisation faite sur leurs droits de partage du pouvoir du gouvernement d’unité. seul un petit nombre de Somalilandais ont participé au référendum voté contre la nouvelle constitution, qui a été rédigée pour la première fois en 1960. En 1967, Muhammad Haji Ibrahim Egal est devenu Premier ministre, poste auquel il a été nommé par Shermarke. Egal deviendrait plus tard le président de la région autonome du Somaliland dans le nord-ouest de la Somalie. Le 15 octobre 1969, alors qu’il se rendait dans la ville de Las Anod, dans le nord du pays, le président somalien de l’époque, Abdirashid Ali Shermarke, a été abattu par l’un de ses propres gardes du corps. Son assassinat a été rapidement suivi d’un coup d’État militaire le 21 octobre 1969 (le lendemain de ses funérailles), au cours duquel l’armée somalienne a pris le pouvoir sans rencontrer d’opposition armée.  essentiellement une prise de contrôle sans effusion de sang. Le putsch a été mené par le général de division Mohamed Siad Barre, qui commandait à l’époque l’armée.

République démocratique de Somalie (1969–1991)

Aux côtés de Barre, le Conseil révolutionnaire suprême (SRC) qui a pris le pouvoir après l’assassinat du président Sharmarke était dirigé par le lieutenant-colonel Salaad Gabeyre Kediye et le chef de la police Jama Korshel. Kediye détenait officiellement le titre de « Père de la Révolution », et Barre devint peu de temps après à la tête du SRC. Le SRC a par la suite renommé le pays République démocratique somalienne, dissous le parlement et la Cour suprême et suspendu la constitution. L’armée révolutionnaire a mis en place des programmes de travaux publics à grande échelle et a mis en œuvre avec succès une campagne d’alphabétisation urbaine et rurale, ce qui a contribué à augmenter considérablement le taux d’alphabétisation. En plus d’un programme de nationalisation de l’industrie et de la terre, la politique étrangère du nouveau régime a mis l’accent sur les liens traditionnels et religieux de la Somalie avec le monde arabe, pour finalement rejoindre la Ligue arabe en 1974. Cette même année, Barre a également été président de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), le prédécesseur de l’Union africaine (UA). En juillet 1976, le SRC de Barre se dissout et établit à sa place le Parti socialiste révolutionnaire de Somalie (SRSP), un gouvernement à parti unique fondé sur le socialisme scientifique et les principes islamiques. Le SRSP était une tentative de réconcilier l’idéologie officielle de l’État avec la religion officielle de l’État en adaptant les préceptes marxistes aux circonstances locales. L’accent a été mis sur les principes musulmans de progrès social, d’égalité et de justice, qui, selon le gouvernement, constituaient le noyau du socialisme scientifique et son propre accent sur l’autosuffisance, la participation du public et le contrôle populaire, ainsi que la propriété directe des moyens de production. . Alors que le SRSP encourageait l’investissement privé à une échelle limitée, la direction générale de l’administration était essentiellement communiste.

En juillet 1977, la guerre d’Ogaden a éclaté après que le gouvernement de Barre eut invoqué l’unité nationale pour justifier une incorporation agressive de la région d’Ogaden, à prédominance somalienne, d’Éthiopie dans une Grande Somalie pan-somalienne, ainsi que les riches terres agricoles du sud. l’est de l’Éthiopie, les infrastructures et les zones stratégiquement importantes aussi loin au nord que Djibouti. Au cours de la première semaine du conflit, les forces armées somaliennes ont pris le sud et le centre d’Ogaden et pendant la majeure partie de la guerre, l’armée somalienne a remporté des victoires continues sur l’armée éthiopienne et les a suivies jusqu’à Sidamo. En septembre 1977, la Somalie contrôlait 90% de l’Ogaden et capturait des villes stratégiques telles que Jijiga et exerçait une forte pression sur Dire Dawa, menaçant l’itinéraire ferroviaire de cette dernière ville à Djibouti. Après le siège de Harar, une intervention soviétique massive sans précédent composée de 20 000 forces cubaines et de plusieurs milliers d’experts soviétiques est venue en aide au régime communiste éthiopien Derg. En 1978, les troupes somaliennes ont finalement été chassées de l’Ogaden. Ce changement de soutien de l’Union soviétique a motivé le gouvernement Barre à chercher des alliés ailleurs. Il s’est finalement installé sur l’arc-rival soviétique de la guerre froide, les États-Unis, qui courtisait le gouvernement somalien depuis un certain temps. Dans l’ensemble, l’amitié initiale de la Somalie avec l’Union soviétique et son partenariat ultérieur avec les États-Unis lui ont permis de construire la plus grande armée d’Afrique. Une nouvelle constitution a été promulguée en 1979 en vertu de laquelle des élections à une Assemblée populaire ont eu lieu. Cependant, le politburo du Parti socialiste révolutionnaire somalien de Barre a continué de régner. En octobre 1980, le SRSP a été dissous et le Conseil révolutionnaire suprême a été rétabli à sa place. À cette époque, le gouvernement de Barre était devenu de plus en plus impopulaire. De nombreux Somaliens étaient devenus désillusionnés par la vie sous la dictature militaire.

Le régime s’est encore affaibli dans les années 80, alors que la guerre froide touchait à sa fin et que l’importance stratégique de la Somalie diminuait. Le gouvernement est devenu de plus en plus autoritaire et des mouvements de résistance, encouragés par l’Éthiopie, ont vu le jour dans tout le pays, menant finalement à la guerre civile en Somalie. Parmi les milices, il y avait le Somali Salvation Democratic Front (SSDF), le United Somali Congress (USC), le Somali National Movement (SNM) et le Somali Patriotic Movement (SPM), ainsi que les oppositions politiques non violentes du Somali Democratic Movement ( SDM), la Somali Democratic Alliance (SDA) et le Somali Manifesto Group (SMG). En 1990, dans la capitale Mogadiscio, il a été interdit aux résidents de se rassembler publiquement en groupes de plus de trois ou quatre. Les pénuries de carburant ont causé de longues files de voitures dans les stations-service. L’inflation avait poussé le prix des pâtes (nouilles italiennes sèches ordinaires, un aliment de base à l’époque) à cinq dollars américains le kilogramme. Le prix du khat, importé quotidiennement du Kenya, était également de cinq dollars américains par paquet standard. Les billets de banque en papier étaient d’une valeur si faible que plusieurs liasses étaient nécessaires pour payer de simples repas au restaurant. Un marché noir florissant existait au centre de la ville, les banques connaissant des pénuries de devises locales à échanger. La nuit, la ville de Mogadiscio était plongée dans l’obscurité. Une surveillance étroite de tous les étrangers en visite était en vigueur. Des réglementations sévères de contrôle des changes ont été introduites pour empêcher l’exportation de devises étrangères. Bien qu’aucune restriction de voyage n’ait été imposée aux étrangers, la photographie de nombreux endroits a été interdite. Pendant la journée à Mogadiscio, l’apparition de toute force militaire gouvernementale était extrêmement rare. Les prétendues opérations menées tard dans la nuit par les autorités gouvernementales incluaient toutefois des « disparitions » de personnes de leur domicile.

Guerre civile en Somalie

En 1991, l’administration Barre a été évincée par une coalition de groupes d’opposition basés sur des clans, soutenus par le régime éthiopien alors en place Derg et la Libye. À la suite d’une réunion du Mouvement national somalien et des anciens des clans du nord, l’ancienne partie britannique du nord du pays a déclaré son indépendance en tant que Somaliland en mai 1991. Bien que de facto indépendante et relativement stable par rapport au sud tumultueux, elle n’a pas été reconnue par tout gouvernement étranger.

De nombreux groupes d’opposition ont par la suite commencé à se disputer leur influence dans le vide du pouvoir qui a suivi le renversement du régime de Barre. Dans le sud, des factions armées dirigées par les commandants de l’USC, le général Mohamed Farah Aidid et Ali Mahdi Mohamed, en particulier, se sont affrontées alors que chacune cherchait à exercer son autorité sur la capitale. En 1991, une conférence internationale en plusieurs phases sur la Somalie s’est tenue à Djibouti voisin. Aidid a boycotté la première réunion pour protester. En raison de la légitimité accordée à Muhammad par la conférence de Djibouti, il a ensuite été reconnu par la communauté internationale comme le nouveau président de la Somalie. Djibouti, l’Égypte, l’Arabie saoudite et l’Italie figuraient parmi les pays qui ont officiellement accordé leur reconnaissance à l’administration de Mahomet. Il n’a pas pu exercer son autorité au-delà de certaines parties de la capitale. Le pouvoir était plutôt opposé à d’autres chefs de faction dans la moitié sud de la Somalie et à des entités infranationales autonomes dans le nord. La conférence de Djibouti a été suivie de deux accords avortés pour la réconciliation nationale et le désarmement, qui ont été signés par 15 acteurs politiques: un accord pour tenir une réunion préparatoire informelle sur la réconciliation nationale, et l’accord d’Addis-Abeba de 1993 conclu à la Conférence sur la réconciliation nationale.

Au début des années 90, en raison de l’absence prolongée d’une autorité centrale permanente, la Somalie a commencé à être caractérisée comme un «État défaillant». Le politologue Ken Menkhaus fait valoir que les preuves suggéraient que la nation avait déjà atteint le statut d’État défaillant au milieu des années 1980, tandis que Robert I. Rotberg postule également que l’échec de l’État avait précédé le renversement de l’administration Barre. Hoehne (2009), Branwen (2009) et Verhoeven (2009) ont également utilisé la Somalie au cours de cette période comme étude de cas pour critiquer divers aspects du discours sur «l’échec de l’État».

La résolution 733 du Conseil de sécurité des Nations Unies et la résolution 746 du Conseil de sécurité des Nations Unies ont conduit à la création d’ONUSOM I, la première mission à fournir des secours humanitaires et à aider à rétablir l’ordre en Somalie après la dissolution de son gouvernement central. La résolution 794 du Conseil de sécurité des Nations Unies a été adoptée à l’unanimité le 3 décembre 1992, qui approuvait une coalition de soldats de la paix des Nations Unies dirigée par les États-Unis. Formant la Force opérationnelle unifiée (UNITAF), l’alliance a été chargée d’assurer la sécurité jusqu’à ce que les efforts humanitaires visant à stabiliser la situation soient transférés à l’ONU. Débarquée en 1993, la coalition des Nations Unies chargée du maintien de la paix a lancé l’Opération des Nations Unies en Somalie II (ONUSOM II), d’une durée de deux ans, principalement dans le sud. Le mandat initial de l’UNITAF était d’utiliser « tous les moyens nécessaires » pour garantir l’acheminement de l’aide humanitaire conformément au Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, et est considéré comme un succès. Aidid considérait l’ONUSOM II comme une menace pour son pouvoir et en juin 1993, sa milice a attaqué les troupes de l’armée pakistanaise, rattachées à l’ONUSOM II (voir Somalie (mars 1992 à février 1996)) à Mogadiscio, faisant plus de 80 victimes. Les combats se sont intensifiés jusqu’à ce que 19 soldats américains et plus de 1 000 civils et miliciens soient tués lors d’un raid à Mogadiscio en octobre 1993. L’ONU a retiré l’opération United Shield le 3 mars 1995, après avoir subi des pertes importantes et l’état de gouvernement n’est toujours pas rétabli. En août 1996, Aidid a été tué à Mogadiscio. L’ancien secrétaire général des Nations Unies Boutros Boutros Ghali et Ahmedou Ould Abdallah, envoyé spécial des Nations unies en Somalie, ont qualifié le «génocide» du meurtre de civils pendant le conflit.

Sous les auspices de l’ONU, de l’UA, de la Ligue arabe et de l’IGAD, une série de conférences de réconciliation nationale supplémentaires ont ensuite eu lieu dans le cadre du processus de paix. Parmi ces sommets figuraient le Conseil national du salut de 1997 à Sodere, en Éthiopie, la Conférence de paix du Caire de 1997 / Déclaration du Caire, la Conférence nationale de paix de 2000 en Somalie à Arta, Djibouti sous le gouvernement national de transition nouvellement créé, la Conférence de réconciliation somalienne de 2002 à Eldoret, Kenya , la Conférence de réconciliation nationale de 2003 à Nairobi, au Kenya, lorsque le gouvernement fédéral de transition a été établi et la Charte fédérale de transition a été adoptée, la Conférence de Nairobi de 2004 et la Conférence de réconciliation nationale de 2007 à Mogadiscio. Après le déclenchement de la guerre civile, de nombreux habitants de la Somalie sont partis en quête d’asile. Selon le HCR, il y avait environ 975 951 réfugiés enregistrés en provenance du pays dans les États voisins en 2016. En outre, 1,1 million de personnes étaient des personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI). La majorité des PDI étaient des Bantous et d’autres minorités ethniques originaires des régions du sud, y compris des personnes déplacées dans le nord. On estime que 60% des PDI étaient des enfants. Les causes du déplacement ont été la violence armée, les sécheresses périodiques et d’autres catastrophes naturelles, qui, avec des flux d’aide détournés, ont entravé l’accès des PDI à des abris et des ressources sûrs. Les colonies de déplacés internes étaient concentrées dans le centre-sud de la Somalie (893 000), suivies des régions du nord du Puntland (129 000) et du Somaliland (84 000). En outre, il y avait environ 9 356 réfugiés enregistrés et 11 157 demandeurs d’asile enregistrés en Somalie. La plupart de ces ressortissants étrangers ont émigré du Yémen vers le nord de la Somalie après l’insurrection des Houthis en 2015. Cependant, la majorité des émigrants en Somalie sont des expatriés somaliens, qui sont retournés à Mogadiscio et dans d’autres zones urbaines pour y rechercher des opportunités d’investissement et participer à la poursuite des activités. processus de reconstruction post-conflit.

Une conséquence de l’effondrement de l’autorité gouvernementale qui a accompagné la guerre civile a été l’émergence de la piraterie dans les eaux non contrôlées de l’océan Indien au large des côtes de la Somalie. Le phénomène découle en partie d’une tentative des pêcheurs locaux de protéger leurs moyens de subsistance contre la pêche illégale par des étrangers. En août 2008, une coalition multinationale, Combined Task Force 150, a entrepris de lutter contre la piraterie en créant une zone de patrouille de sécurité maritime (MSPA) dans le golfe d’Aden. De nombreux armateurs ont également engagé des gardes armés privés. En octobre 2012, les attaques de pirates étaient tombées à leur plus bas niveau en six ans, avec un seul navire attaqué au troisième trimestre, contre 36 au cours de la même période en 2011.

Institutions de transition

Le Gouvernement national de transition (TNG) a été créé en avril-mai 2000 lors de la Conférence nationale de paix en Somalie (SNPC) tenue à Arta, Djibouti. Abdiqasim Salad Hassan a été choisi comme président du nouveau gouvernement national de transition (TNG) du pays, une administration intérimaire formée pour guider la Somalie vers son troisième gouvernement républicain permanent. Les problèmes internes du TNG ont conduit au remplacement du Premier ministre quatre fois en trois ans et la mise en faillite de l’organe administratif en décembre 2003. Son mandat a pris fin en même temps. Le 10 octobre 2004, les législateurs ont élu Abdullahi Yusuf Ahmed premier président du gouvernement fédéral de transition (TFG), successeur du gouvernement national de transition. Le TFG était la deuxième administration intérimaire visant à restaurer les institutions nationales en Somalie après l’effondrement de 1991 du régime de Siad Barre et la guerre civile qui a suivi. Le gouvernement fédéral de transition (TFG) était le gouvernement de la Somalie internationalement reconnu jusqu’au 20 août 2012, date à laquelle son mandat a officiellement pris fin. Il a été créé en tant qu’une des institutions fédérales de transition (IFE) du gouvernement tel que défini dans la Charte fédérale de transition (CFT) adoptée en novembre 2004 par le Parlement fédéral de transition (PTF). Le gouvernement fédéral de transition comprenait officiellement la branche exécutive du gouvernement, la PTF servant de branche législative. Le gouvernement était dirigé par le président de la Somalie, à qui le cabinet rendait compte par l’intermédiaire du Premier ministre. Cependant, il a également été utilisé comme terme général pour désigner collectivement les trois branches.

Union des tribunaux islamiques et intervention éthiopienne

En 2006, l’Union des tribunaux islamiques (ICU), une organisation islamiste, a pris le contrôle d’une grande partie du sud du pays et a rapidement imposé la charia. Le Gouvernement fédéral de transition a cherché à rétablir son autorité et, avec l’aide des troupes éthiopiennes, des soldats de la paix de l’Union africaine et du soutien aérien des États-Unis, a réussi à chasser l’ICU rival et à consolider son autorité. Le 8 janvier 2007, alors que la bataille de Ras Kamboni faisait rage, le président et fondateur du TFG, Abdullahi Yusuf Ahmed, ancien colonel de l’armée somalienne et héros de guerre décoré, est entré à Mogadiscio avec le soutien militaire éthiopien pour la première fois depuis son élection. Le gouvernement a ensuite déménagé à Villa Somalia dans la capitale depuis son emplacement provisoire à Baidoa. C’était la première fois depuis la chute du régime de Siad Barre en 1991 que le gouvernement fédéral contrôlait la majeure partie du pays. Après cette défaite, l’Union des tribunaux islamiques s’est scindée en plusieurs factions différentes. Certains des éléments les plus radicaux, dont Al-Shabaab, se sont regroupés pour poursuivre leur insurrection contre le TFG et s’opposer à la présence de l’armée éthiopienne en Somalie. Tout au long de 2007 et 2008, Al-Shabaab a remporté des victoires militaires, prenant le contrôle des principales villes et ports du centre et du sud de la Somalie. Fin 2008, le groupe avait capturé Baidoa mais pas Mogadiscio. En janvier 2009, Al-Shabaab et d’autres milices avaient réussi à forcer les troupes éthiopiennes à battre en retraite, laissant derrière elles une force de maintien de la paix de l’Union africaine sous-équipée pour aider les troupes du gouvernement fédéral de transition.

En raison d’un manque de financement et de ressources humaines, d’un embargo sur les armes qui a rendu difficile le rétablissement d’une force de sécurité nationale et de l’indifférence générale de la communauté internationale, le président Yusuf s’est trouvé obligé de déployer des milliers de soldats du Puntland vers Mogadiscio pour soutenir la bataille contre les éléments insurgés dans le sud du pays. Un soutien financier à cet effort a été fourni par le gouvernement de la région autonome. Cela a laissé peu de revenus aux forces de sécurité et aux employés de la fonction publique du Puntland, laissant le territoire vulnérable au piratage et aux attaques terroristes.  Le 29 décembre 2008, Abdullahi Yusuf Ahmed a annoncé devant un parlement uni à Baidoa sa démission en tant que président de la Somalie. Dans son discours, qui a été diffusé à la radio nationale, Yusuf a regretté de ne pas avoir mis fin au conflit de dix-sept ans dans le pays comme son gouvernement avait été mandaté pour le faire. Il a également accusé la communauté internationale de ne pas avoir soutenu le gouvernement et a déclaré que le président du Parlement lui succéderait au pouvoir conformément à la Charte du gouvernement fédéral de transition.

Gouvernement de coalition

Entre le 31 mai et le 9 juin 2008, des représentants du gouvernement fédéral somalien et du groupe modéré de rebelles islamistes de l’Alliance pour la relance de la Somalie (ARS) ont participé à des pourparlers de paix à Djibouti sous la direction de l’ancien envoyé spécial des Nations Unies en Somalie, Ahmedou Ould. -Abdallah. La conférence s’est terminée par un accord signé appelant au retrait des troupes éthiopiennes en échange de la cessation de la confrontation armée. Le Parlement a ensuite été étendu à 550 sièges pour accueillir les membres de l’ARS, qui ont ensuite élu Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, l’ancien président de l’ARS, au pouvoir. Le président Sharif a nommé peu après Omar Abdirashid Ali Sharmarke, le fils de l’ancien président tué Abdirashid Ali Sharmarke, comme nouveau Premier ministre du pays. Avec l’aide d’une petite équipe de troupes de l’Union africaine, le gouvernement de coalition a également lancé une contre-offensive en février 2009 pour prendre le contrôle total de la moitié sud du pays. Pour solidifier son règne, le TFG a formé une alliance avec l’Union des tribunaux islamiques, d’autres membres de l’Alliance pour la relance de la Somalie et Ahlu Sunna Waljama’a, une milice soufie modérée. En outre, Al-Shabaab et Hizbul Islam, les deux principaux groupes islamistes d’opposition, ont commencé à se battre entre eux à la mi-2009. En guise de trêve, en mars 2009, le gouvernement de coalition de la Somalie a annoncé qu’il réintroduirait la charia comme système judiciaire officiel du pays. Cependant, le conflit s’est poursuivi dans le sud et le centre du pays. En quelques mois, le gouvernement de coalition était passé de la détention d’environ 70% des zones de conflit du centre-sud de la Somalie, territoire qu’il avait hérité de la précédente administration Yusuf, à la perte du contrôle de plus de 80% du territoire contesté au profit des insurgés islamistes.

Pendant le bref mandat du gouvernement de coalition et un an après, en raison du manque prolongé d’une autorité centrale permanente, l’indice des États fragiles (FSI) du Fonds pour la paix (anciennement appelé indice des États défaillants) a classé la Somalie en tête pendant six années consécutives entre 2008 et 2013. En 2009, Transparency International a classé le pays à la dernière place sur son indice de perception de la corruption (IPC) annuel, une mesure qui prétend montrer la prévalence de la corruption dans le secteur public d’un pays. À la mi-2010, l’Institut pour l’économie et la paix a également classé la Somalie dans l’avant-dernière position entre l’Irak et l’Afghanistan, affligé par la guerre, sur son indice de paix mondial.

Le 14 octobre 2010, le diplomate Mohamed Abdullahi Mohamed, également connu sous le nom de Farmajo, a été nommé nouveau Premier ministre somalien. L’ancien Premier ministre Omar Abdirashid Ali Sharmarke a démissionné le mois précédent après un différend prolongé avec le président Sharif au sujet d’un projet de constitution. Conformément à la Charte fédérale de transition de la République somalienne, le Premier ministre Mohamed a nommé un nouveau Cabinet le 12 novembre 2010, salué par la communauté internationale. Comme prévu, les postes ministériels attribués ont été considérablement réduits de 39 à 18. Des membres supplémentaires de la Commission constitutionnelle indépendante ont également été nommés pour engager des juristes constitutionnels somaliens, des érudits religieux et des experts de la culture somalienne au sujet de la nouvelle constitution du pays, un élément clé des tâches fédérales de transition du gouvernement. En outre, des délégations fédérales de haut niveau ont été envoyées pour désamorcer les tensions liées aux clans dans plusieurs régions. Selon le Premier ministre de la Somalie, pour améliorer la transparence, les ministres du Cabinet ont pleinement divulgué leurs avoirs et signé un code d’éthique. Une commission de lutte contre la corruption, habilitée à mener des enquêtes officielles et à examiner les décisions et protocoles du gouvernement, a également été créée pour surveiller de plus près toutes les activités des agents publics. De plus, les voyages inutiles à l’étranger des membres du gouvernement étaient interdits et tous les voyages des ministres nécessitaient le consentement du premier ministre. Un budget décrivant les dépenses fédérales de 2011 a également été présenté et approuvé par les parlementaires, le paiement des employés de la fonction publique étant priorisé. De plus, un audit complet des biens et des véhicules du gouvernement est en cours de mise en place. Sur le front de la guerre, le nouveau gouvernement et ses alliés de l’AMISOM ont également réussi à obtenir le contrôle de Mogadiscio en août 2011. Selon l’Union africaine et le Premier ministre Mohamed, avec l’accroissement des effectifs, le rythme des gains territoriaux devrait également s’accélérer considérablement.

Gouvernement fédéral

Le 19 juin 2011, Mohamed Abdullahi Mohamed a démissionné de son poste de Premier ministre de la Somalie. Faisant partie des conditions controversées de l’accord de Kampala, l’accord a vu les mandats du président, du président du Parlement et des députés prolongés jusqu’en août 2012. Abdiweli Mohamed Ali, ancien ministre de la planification et de la coopération internationale de Mohamed, a ensuite été nommé Premier ministre permanent. En octobre 2011, une opération coordonnée, l’opération Linda Nchi, entre les forces militaires et multinationales somaliennes et kenyanes, a commencé contre le groupe d’insurgés Al-Shabaab dans le sud de la Somalie. Un communiqué conjoint a été publié indiquant que les forces somaliennes dirigeaient des opérations. En septembre 2012, les forces somaliennes, kenyanes et raskamboni avaient réussi à capturer le dernier bastion majeur d’Al-Shabaab, le port sud de Kismayo. En juillet 2012, trois opérations de l’Union européenne ont également été lancées pour s’engager avec la Somalie: l’EUTM Somalia, l’opération navale des forces navales de l’UE en Somalie au large de la Corne de l’Afrique et l’EUCAP Nestor.

Dans le cadre de la « Feuille de route pour la fin de la transition », un processus politique qui a fourni des repères clairs menant à la formation d’institutions démocratiques permanentes en Somalie, le mandat intérimaire du gouvernement fédéral de transition a pris fin le 20 août 2012. Le Parlement fédéral de la Somalie était inauguré simultanément. Le gouvernement fédéral de la Somalie, le premier gouvernement central permanent dans le pays depuis le début de la guerre civile, a été établi plus tard en août 2012. En 2014, la Somalie n’était plus au sommet de l’indice des États fragiles, tombant à la deuxième place derrière Soudan du sud. Le représentant spécial de l’ONU en Somalie Nicholas Kay, la haute représentante de l’Union européenne Catherine Ashton et d’autres parties prenantes et analystes internationaux ont également commencé à décrire la Somalie comme un « État fragile » qui progresse vers la stabilité. En août 2014, l’opération Océan Indien dirigée par le gouvernement somalien a été lancée contre les poches des insurgés dans les campagnes. La guerre s’est poursuivie en 2017. En octobre 2017, plus de 500 personnes ont été tuées par la double explosion d’une bombe dans la capitale somalienne, Mogadiscio.

La politique de la Somalie

La Somalie est une république démocratique représentative du Parlement. Le président de la Somalie est le chef de l’État et le commandant en chef des forces armées somaliennes et choisit un Premier ministre pour agir en tant que chef du gouvernement. Le Parlement fédéral de la Somalie est le parlement national de la Somalie. La législature nationale bicamérale comprend la Chambre du peuple (chambre basse) et le Sénat (chambre haute), dont les membres sont élus pour un mandat de quatre ans. Le parlement élit le président, le président du Parlement et les vice-présidents. Il a également le pouvoir d’adopter des lois et d’y opposer son veto. Le 10 septembre 2012, le Parlement a élu Hassan Sheikh Mohamud comme nouveau président de la Somalie. Le Président Mohamud a par la suite nommé Abdi Farah Shirdon au poste de Premier Ministre le 6 octobre 2012, auquel a succédé Abdiweli Sheikh Ahmed le 21 décembre 2013. Le 17 décembre 2014, l’ancien Premier Ministre Omar Abdirashid Ali Sharmarke a été reconduit dans ses fonctions de Premier Ministre. Le pouvoir judiciaire de la Somalie est défini par la Constitution provisoire de la République fédérale de Somalie. Adopté le 1er août 2012 par une Assemblée constitutionnelle nationale à Mogadiscio, le document a été formulé par un comité de spécialistes présidé par l’avocat et président en exercice du Parlement fédéral, Mohamed Osman Jawari. Il fournit le fondement juridique de l’existence de la République fédérale et la source de l’autorité légale. La structure des tribunaux nationaux est organisée en trois niveaux: la Cour constitutionnelle, les tribunaux du gouvernement fédéral et les tribunaux des États. Une Commission de la magistrature composée de neuf membres nomme tout membre de la magistrature fédérale. Il sélectionne et présente également les juges potentiels de la Cour constitutionnelle à la Chambre du peuple du Parlement fédéral pour approbation. En cas d’approbation, le Président nomme le candidat juge de la Cour constitutionnelle. La Cour constitutionnelle, composée de cinq membres, statue sur les questions relatives à la constitution, en plus de diverses questions fédérales et infranationales. Le droit somalien repose sur un mélange de trois systèmes différents: le droit civil, le droit islamique et le droit coutumier.

L’économie de la Somalie

Selon la CIA et la Banque centrale de Somalie, malgré des troubles civils, la Somalie a maintenu une économie informelle saine, basée principalement sur le bétail, les sociétés de transferts de fonds / transferts d’argent et les télécommunications. En raison du manque de statistiques officielles du gouvernement et de la récente guerre civile, il est difficile d’évaluer la taille ou la croissance de l’économie. Pour 1994, la CIA a estimé le PIB à 3,3 milliards de dollars. En 2001, il était estimé à 4,1 milliards de dollars. En 2009, la CIA estimait que le PIB avait atteint 5,731 milliards de dollars, avec un taux de croissance réel prévu de 2,6%. Selon un rapport de 2007 des chambres de commerce britanniques, le secteur privé a également progressé, en particulier dans le secteur des services. Contrairement à la période d’avant la guerre civile où la plupart des services et le secteur industriel étaient gérés par le gouvernement, il y a eu des investissements privés substantiels, quoique non mesurés, dans les activités commerciales; cela a été largement financé par la diaspora somalienne et comprend le commerce et la commercialisation, les services de transfert d’argent, les transports, les communications, le matériel de pêche, les compagnies aériennes, les télécommunications, l’éducation, la santé, la construction et les hôtels. L’économiste libertaire Peter Leeson attribue cette activité économique accrue au droit coutumier somalien (appelé Xeer), qui, selon lui, offre un environnement stable pour faire des affaires. Selon la Banque centrale de Somalie, le PIB par habitant du pays en 2012 est de 226 dollars, une légère réduction en termes réels par rapport à 1990. Environ 43% de la population vit avec moins de 1 dollar par jour, dont environ 24%. dans les zones urbaines et 54% dans les zones rurales. L’économie de la Somalie comprend à la fois une production traditionnelle et moderne, avec une transition progressive vers des techniques industrielles modernes. La Somalie a la plus grande population de chameaux au monde. Selon la Banque centrale de Somalie, environ 80% de la population sont des pasteurs nomades ou semi-nomades, qui élèvent des chèvres, des moutons, des chameaux et du bétail. Les nomades rassemblent également des résines et des gommes pour compléter leurs revenus.

La démographie de la Somalie

La Somalie avait une population estimée à environ 15 millions d’habitants en 2018; la population totale selon le recensement de 1975 était de 3,3 millions. Environ 85% des résidents locaux sont des Somaliens de souche, qui ont historiquement habité le nord du pays. Ils sont traditionnellement organisés en clans pastoraux nomades, empires lâches, sultanats et cités-états. Les troubles civils au début des années 90 ont considérablement accru la taille de la diaspora somalienne, car bon nombre des Somaliens les mieux éduqués ont quitté le pays. Les groupes minoritaires ethniques non somaliens constituent le reste de la population somalienne et sont largement concentrés dans les régions du sud. Il s’agit des Bravanais, des Bantous, des Bajuni, des Éthiopiens (en particulier Oromos), des Yéménites, des Indiens, des Perses, des Italiens et des Britanniques. Les Bantous, le plus grand groupe ethnique minoritaire de Somalie, sont les descendants d’esclaves qui ont été importés d’Afrique du Sud-Est par des commerçants arabes et somaliens. En 1940, environ 50 000 Italiens vivaient dans le Somaliland italien. La plupart des Européens sont partis après l’indépendance, tandis qu’un petit nombre d’Occidentaux sont toujours présents en Somalie, travaillant principalement pour des organisations internationales opérant en Somalie.

Une diaspora somalienne importante existe dans divers pays occidentaux, tels que les États-Unis (en particulier dans l’État du Minnesota) et au Royaume-Uni (en particulier à Londres), la Suède, le Canada, la Norvège, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Danemark, la Finlande, L’Australie, la Suisse, l’Autriche et l’Italie, ainsi que sur la péninsule arabique, et plusieurs pays africains, comme l’Ouganda et l’Afrique du Sud. La diaspora somalienne est profondément impliquée dans la politique et le développement de la Somalie. L’actuel président de la Somalie, Mohamed Abdullahi Mohamed, était une ancienne diaspora somalienne et détenait la citoyenneté américaine à laquelle il a volontairement renoncé en 2019. La population somalienne augmente à un taux de croissance de 1,75% par an et un taux de natalité de 40,87 naissances pour 1 000 personnes. Le taux de fécondité total de la Somalie est de 6,08 enfants nés par femme (estimations de 2014), le quatrième plus élevé au monde, selon le CIA World Factbook. La plupart des résidents locaux sont jeunes, avec un âge médian de 17,7 ans; environ 44% de la population est âgée de 0 à 14 ans, 52,4% est âgée de 15 à 64 ans et seulement 2,3% est âgée de 65 ans ou plus. Le rapport hommes-femmes est à peu près équilibré, avec proportionnellement autant d’hommes que de femmes. Il existe peu d’informations statistiques fiables sur l’urbanisation en Somalie. Des estimations approximatives ont été faites, indiquant un taux d’urbanisation de 4,79% par an (2005–2010 est.), De nombreuses villes devenant rapidement des villes. De nombreuses minorités ethniques se sont également déplacées des zones rurales vers les centres urbains depuis le début de la guerre civile, en particulier à Mogadiscio et Kismayo. En 2008, 37,7% de la population du pays vivait dans des villes et villages, ce pourcentage augmentant rapidement.

L’éducation de la Somalie

Après le déclenchement de la guerre civile en 1991, la gestion des écoles en Somalie a été initialement assumée par des comités d’éducation communautaire créés dans 94% des écoles locales. De nombreux problèmes se sont posés en ce qui concerne l’accès à l’éducation dans les zones rurales et selon le sexe, la qualité des dispositions éducatives, la réactivité des programmes scolaires, les normes et contrôles éducatifs, la capacité de gestion et de planification et le financement. Pour répondre à ces préoccupations, des politiques éducatives sont en cours d’élaboration afin de guider le processus scolaire. Dans la région autonome du Puntland, cette dernière comprend une politique d’éducation nationale sensible au genre conforme aux normes mondiales, telles que celles décrites dans la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE) et la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes ( CEDAW). Des exemples de ces mesures éducatives et d’autres au travail sont la promulgation par le gouvernement régional d’une législation visant à garantir les intérêts éducatifs des filles, en promouvant la croissance d’un programme de développement de la petite enfance (DPE) conçu pour atteindre également les parents et les dispensateurs de soins à domicile. comme dans les centres de DPE pour les enfants de 0 à 5 ans, et en introduisant des programmes d’incitation pour encourager les enseignants à travailler dans les zones rurales reculées. Le ministère de l’Éducation est officiellement responsable de l’éducation en Somalie et supervise les écoles primaires, secondaires, techniques et professionnelles du pays, ainsi que la formation des enseignants primaires et techniques et l’éducation non formelle. Environ 15% du budget du gouvernement est alloué à l’enseignement scolaire. Les macro-régions autonomes du Puntland et du Somaliland ont leurs propres ministères de l’éducation.

En 2006, le Puntland était le deuxième territoire de la Somalie après le Somaliland à introduire des écoles primaires gratuites, les enseignants recevant désormais leur salaire de l’administration du Puntland. De 2005/2006 à 2006/2007, le nombre d’écoles a augmenté considérablement au Puntland, soit 137 établissements de plus qu’un an auparavant. Au cours de la même période, le nombre de classes dans la région a augmenté de 504, avec 762 enseignants supplémentaires offrant également leurs services. Le nombre total d’élèves a augmenté de 27% par rapport à l’année précédente, les filles accusant un léger retard par rapport aux garçons fréquentant la plupart des régions. La scolarisation la plus élevée a été observée dans la région la plus septentrionale de Bari, et la plus faible a été observée dans la région sous-peuplée d’Ayn. La répartition des salles de classe était répartie presque également entre les zones urbaines et rurales, avec un nombre légèrement plus élevé d’élèves et d’instructeurs enseignant des cours dans les zones urbaines.

L’enseignement supérieur en Somalie est désormais largement privé. Plusieurs universités du pays, dont l’Université de Mogadiscio, ont été classées parmi les 100 meilleures universités en Afrique malgré l’environnement hostile, qui a été salué comme un triomphe pour les initiatives locales. D’autres universités offrent également des études supérieures dans le sud, notamment l’Université de Benadir, l’Université nationale de Somalie, l’Université de Kismayo et l’Université de Gedo. Au Puntland, l’enseignement supérieur est dispensé par l’Université d’État du Puntland et l’Université d’Afrique de l’Est. Au Somaliland, il est assuré par l’Université d’Amoud, l’Université de Hargeisa, l’Université de technologie du Somaliland et l’Université de Burao. Les écoles coraniques (également appelées dugsi quran ou mal’aamad quran) restent le système de base de l’enseignement religieux traditionnel en Somalie. Ils fournissent une éducation islamique aux enfants, remplissant ainsi un rôle religieux et social clair dans le pays. Connu comme le système éducatif local et non formel le plus stable dispensant une instruction religieuse et morale de base, sa force repose sur le soutien de la communauté et sur l’utilisation de matériel pédagogique fabriqué localement et largement disponible. Le système Qu’ranic, qui enseigne le plus grand nombre d’élèves par rapport aux autres sous-secteurs éducatifs, est souvent le seul système accessible aux Somaliens en nomade par rapport aux zones urbaines. Une étude de 1993 a révélé, entre autres, qu’environ 40% des élèves des écoles coraniques étaient des filles. Pour remédier aux carences de l’enseignement religieux, le gouvernement somalien a également établi de son côté le ministère de la Dotation et des Affaires islamiques, en vertu duquel l’enseignement coranique est désormais réglementé.

Les langues de la Somalie

Le somali et l’arabe sont les langues officielles de la Somalie. La langue somalienne est la langue maternelle du peuple somalien, le groupe ethnique le plus peuplé du pays. Il est membre de la branche couchitique de la famille des langues afro-asiatiques et ses plus proches parents sont les langues oromo, afar et saho. Le somali est le mieux documenté des langues couchitiques, avec des études académiques datant d’avant 1900.

Les dialectes somaliens sont divisés en trois groupes principaux: le nord, Benadir et Maay. Le nord de la Somalie (ou nord-centre de la Somalie) constitue la base de la Somalie standard. Benadir (également connu sous le nom de Coastal Somali) est parlé sur la côte de Benadir, d’Adale au sud de Merca, y compris Mogadiscio, ainsi que dans l’arrière-pays immédiat. Les dialectes côtiers ont des phonèmes supplémentaires qui n’existent pas en somali standard. Le maay est principalement parlé par les clans Digil et Mirifle (Rahanweyn) dans le sud de la Somalie. Un certain nombre de systèmes d’écriture ont été utilisés au fil des ans pour transcrire la langue somalienne. Parmi ceux-ci, l’alphabet somalien est le plus largement utilisé, et est le script d’écriture officiel en Somalie depuis que le Conseil révolutionnaire suprême l’a officiellement introduit en octobre 1972. Le script a été développé par le linguiste somalien Shire Jama Ahmed spécifiquement pour la langue somalienne, et utilise toutes les lettres de l’alphabet latin anglais sauf p, v et z. Outre l’écriture latine d’Ahmed, d’autres orthographes utilisées depuis des siècles pour écrire le somali comprennent l’écriture arabe établie depuis longtemps et l’écriture Wadaad. Les systèmes d’écriture indigènes développés au 20e siècle comprennent les scripts Osmanya, Borama et Kaddare, qui ont été inventés par Osman Yusuf Kenadid, Sheikh Abdurahman Sheikh Nuur et Hussein Sheikh Ahmed Kaddare, respectivement. Outre le somali, l’arabe, qui est également une langue afro-asiatique, est une langue nationale officielle en Somalie. Environ 2 millions de Somaliens le parlent en raison de liens séculaires avec le monde arabe, de l’influence considérable des médias arabes et de l’éducation religieuse. L’anglais est largement parlé et enseigné. Elle était autrefois une langue administrative dans le protectorat du Somaliland britannique et, en raison de la mondialisation, est désormais également présente dans toute la Somalie. L’anglais est le moyen d’enseignement dans de nombreuses universités à travers la Somalie et est l’une des principales langues de travail des principales ONG opérant en Somalie. L’italien était une langue officielle du Somaliland italien et pendant la période de tutelle, mais son utilisation a considérablement diminué après l’indépendance. Il est maintenant le plus souvent entendu parmi les générations plus âgées, les responsables gouvernementaux et les milieux instruits. Les autres langues minoritaires comprennent le bravanais, une variante de la langue swahili bantoue parlée le long de la côte par le peuple bravanais, ainsi que le kibajuni, un dialecte swahili qui est la langue maternelle de l’ethnie minoritaire bajuni.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés