Burundi : le vice-président justifie la mise en place de la CVR auprès de la société civile

Afriquinfos Editeur 6 Vues
2 Min de Lecture

Lors d'une rencontre avec les représentants de la société civile et des confessions religieuses, M. Sinunguruza a insisté sur la nécessité de connaître la vérité, de se réconcilier, de rendre justice et de trouver des mécanismes pour que les crimes ne se reproduisent plus.

Il a rappelé que d'autres pays avaient créé la CVR en période post-conflit.

La mise en place de la CVR est prévue par la Constitution burundaise du 18 mars 2005 et l'Accord d'Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi (AAPRB) d'août 2000, a-t-il rappelé.

En juin 2011, le chef d'Etat burundais Pierre Nkurunziza, avait mis en place une commission technique chargée d'élaborer le projet de loi de mise en place de la CVR qui sera soumis au Parlement pour adoption avant de passer à l'étape de promulgation.

Certains représentants des confessions religieuses et de la société civile ont émis des inquiétudes sur les mécanismes de protection des témoins, sur l'indépendance de la CVR vis-à-vis de l'appareil gouvernemental ainsi que sur la possbilité de "faire éclater la vérité" dans un environnement politique, où l'on fait face à des "auteurs de ces crimes occupant des positions influentes" dans la haute hiérarchie gouvernante.