Artisanat : participation étrangère accrue au 3e Salon international du Cameroun en vue à Yaoundé

Afriquinfos Editeur 6 Vues
6 Min de Lecture

Ont confirmé leur participation, l'Afrique du Sud, le Ghana, la République centrafricaine (RCA), les deux Congo (Congo-Brazzaville et République démocratique du Congo), la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso à travers le Comité de coordination pour le développement et la promotion de l'artisanat africain (CODEPA) basé à Ouagadougou, l'Equateur et la Turquie, a annoncé le ministre des Petites et moyennes entreprise, de l'Economie sociale et de l'Artisanat, Laurent Serge Etoundi Ngoa. Invitées du salon, ces délégations seront pour certaines d'entre elles conduites par des personnalités gouvernementales, a expliqué le ministre Etoundi Ngoa lors d'une conférence de presse de présentation du SIARC 2012 jeudi sur le site de la manifestation, organisée cette année sous le thème « L'artisanat camerounais, la qualité à la conquête du marché international ».

C'est le cas de l'Afrique du Sud qui, après le 4e Salon international de l'entreprise de Yaoundé (Promote 2011) en décembre, dépêche encore auprès des autorités camerounaises dès samedi son ministre délégué au Commerce et à l'Industrie, Elizabeth Thabethe, à la tête d'une délégation de 24 personnes dont 20 artisans, selon une source du haut commissariat d'Afrique du Sud à Yaoundé interrogée par Xinhua.

« A travers cette importation délégation, nous voulons démontrer que la coopération entre l'Afrique du Sud et le Cameroun évolue avec satisfaction. Il s'agit aussi de donner une signification tangible aux bonnes relations bilatérales », a souligné cette source. De même que les autres hôtes, l'Afrique du Sud disposera d’un pavillon au salon, qui sera inauguré mercredi. Comme dans d'autres événements de même nature, c'est une tradition instaurée depuis la première édition du SIARC en janvier-février 2008 d'inviter des délégations étrangères. Le Congo, la RCA et la RDC dont le sculpteur Alfred Liyolo, figure emblématique de l'artisanat africain a pris part aux deus rendez-vous déjà organisés, seront cette année à leur troisième participation.

« Ces initiatives tendent à accélérer le processus de modernisation de notre artisanat », a indiqué le ministre des Petites et moyennes entreprises, de l'Economie sociale et de l' Artisanat, annonçant le programme de la nouvelle édition qui comporte au menu des stands, des jeux d'enfants, des défilés de mode, des réflexions approfondies et une compétition. 10 de plus qu'en 2010, 360 artisans locaux sélectionnés y prendront part, issus des 10 régions camerounaises où la construction amorcée de villages artisanaux devra consacrer le déploiement de l'artisanat dans ses trois dimensions : formation, promotion et commercialisation, a fait savoir Etoundi Ngoa. Selon lui, le souci est de montrer que la dynamique artisanale est structurée et abouti sur la livraison sur le marché des pièces qui sont représentatives de l'identité culturelle camerounaise et font autorité.

Troisième source de devises dans l'industrie touristique dans le monde, l'artisanat représente près entre 20 et 40% d'apport au PIB (produit intérieur brut) national du Cameroun, selon les sources officielles. Environ 500 entreprises artisanales et plusieurs ateliers dirigés par des artisans isolés sont dénombrés. De l'avis du ministre Etoundi Ngoa, « ces structures utilisent près d'un million et demi de personnes ». Depuis 2007, une loi encadre le secteur et, soucieux de faire de l'artisanat un levier essentiel de croissance économique, le gouvernement envisage la mise sur pied de galeries virtuelles, précédées d'un portail numérique destiné à favoriser notamment des ventes de produits artisanaux en ligne.

C'est pour permettre aux artisans de tirer bénéfice de leur travail, qui enrichit plutôt d'autres personnes qu'eux-mêmes, a assuré le ministre observant que « les gens viennent acheter des objets et vont dans les salons les vendre à prix d'or », à l' instar des foires de Hanovre en Allemagne et à Paris en France. « Le SIARC en deux éditions seulement a pris du galon et se hisse parmi les deux meilleurs salons d'Afrique : le Salon international de l'artisanat de Ouagadougou (SIAO) qui va à sa deuxième décennie d'existence et le Salon international de l' artisanat du Cameroun », s'est-il vanté et présentant l'édition en vue comme « le salon de la maturité ».

Six grandes filières de l'artisanat y sont représentées : bois, cuirs et peaux, textile, poterie et céramique, transformation agro- alimentaire et autres services. La deuxième édition en 2010 avait coïncidé avec les assises de la Conférence des ministres des 29 pays membres du CODEPA ayant porté à sa présidence la ministre congolaise des Petites et moyennes entreprises (PME) et de l'Artisanat, Yvonne Adelaïde Mouganey.