30 ans du génocide rwandais: La France reconnaît davantage son inaction devant le drame (Elysée)

Afriquinfos Editeur
6 Min de Lecture
L'historien français Vincent Duclert (d) remet une copie du rapport collégial sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsi en 1994 au Président rwandais Paul Kagame à Kigali, le 9 avril 2021.

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Après avoir reconnu en 2021 les « responsabilités » de la France dans le génocide de 1994 au Rwanda, Emmanuel Macron fait un pas supplémentaire à l’occasion du 30e anniversaire, estimant que Paris « aurait pu arrêter » les massacres mais « n’en a pas eu la volonté ».

Le Président français, invité par son homologue rwandais Paul Kagame aux commémorations de dimanche 07 avril, ne s’y rendra pas et sera représenté par son ministre des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné et le secrétaire d’Etat chargé de la Mer, Hervé Berville, né au Rwanda. Mais l’Elysée a fait savoir dès ce 4 avril qu’il s’exprimera dimanche « par une vidéo qui sera publiée sur ses réseaux sociaux« , dont la teneur a été en partie dévoilée. « Le chef de l’État rappellera notamment que, quand la phase d’extermination totale contre les Tutsi a commencé, la communauté internationale avait les moyens de savoir et d’agir, par sa connaissance des génocides que nous avaient révélée les survivants des Arméniens et de la Shoah, et que la France, qui aurait pu arrêter le génocide avec ses alliés occidentaux et africains, n’en a pas eu la volonté« , a rapporté la Présidence à l’AFP.

Carte et chronologie, avec chiffres clés, du génocide de 1994 au Rwanda.

En mai 2021, le voyage à Kigali du Président français, et ses mots sur place, avaient scellé un rapprochement avec Paul Kagame, qui n’avait eu de cesse de mettre en cause la France. Cette question du rôle français avant, pendant, et après le génocide a été un sujet brûlant pendant des années, conduisant même à une rupture des relations diplomatiques entre Paris et Kigali entre 2006 et 2009. Au mémorial de la capitale rwandaise, Emmanuel Macron avait dit être venu « reconnaître » les « responsabilités » de la France dans le génocide, qui a fait au moins 800.000 morts, essentiellement membres de la minorité tutsi, entre avril et juillet 1994. « Alors que des responsables français avaient eu la lucidité et le courage de le qualifier de génocide, la France n’a pas su en tirer les conséquences appropriées« , avait-il affirmé. « Nous avons, tous, abandonné des centaines de milliers de victimes à cet infernal huis clos« , avait-il ajouté.

– « Pays qui reconnaît ses torts » –

- Advertisement -

Il avait précisé que Paris n’avait « pas été complice » des génocidaires hutu, et n’avait pas présenté d’excuses, tout en disant espérer le pardon des rescapés. Un rapport d’historiens publié peu avant sous la direction de Vincent Duclert avait conclu à des « responsabilités lourdes et accablantes » de la France et à l' »aveuglement » du Président socialiste de l’époque, François Mitterrand, et de son entourage face à la dérive raciste et génocidaire du Gouvernement hutu que soutenait alors Paris. Le discours présidentiel de 2021 avait été salué par Paul Kagame, qui avait évoqué le « courage immense » de son « ami » Emmanuel Macron.

Le message rapporté ce 04 avril « va encore plus loin que le rapport Duclert et que la déclaration qu’il a faite à Kigali« , s’est réjoui Marcel Kabanda, président de Ibuka France, principale organisation de mémoire, justice et soutien aux rescapés du génocide des Tutsi. « Je me félicite qu’il donne de la France cette image positive d’un pays qui reconnaît ses torts et qui grandit en reconnaissant son histoire« , a-t-il dit. « C’est un pas en avant, incontestablement« , a aussi réagi Vincent Duclert, qui y voit « une reconnaissance extrêmement forte » de « toutes les fautes » que « la France a commises à partir du début des années 90 au Rwanda« . « On sentait que la France était peut-être un peu en retrait sur cette 30e commémoration, et là le Président, la France revient vraiment au premier plan« , a-t-il ajouté sur France inter.

Très impliquée dans ce dossier, l’association « Survie » a de son côté demandé que la France aille encore plus loin en « reconnaissant officiellement » une « complicité de génocide« . Selon l’Elysée, dimanche 07 avril, le chef de l’État réaffirmera aussi « que la France est aux côtés du Rwanda, du peuple rwandais, en souvenir d’un million d’enfants, de femmes et d’hommes martyrisés parce que nés Tutsi. Il redira l’importance du devoir de mémoire mais aussi du développement des savoirs de référence et de leur diffusion, en particulier par l’éducation des jeunes générations en France« .

En 2010, Nicolas Sarkozy, alors Président en France, avait déjà reconnu à Kigali de « graves erreurs » et « une forme d’aveuglement » des autorités françaises ayant eu des conséquences « absolument dramatiques« .

© Afriquinfos & Agence France-Presse