Malgré les potentialités, le commerce intra-Afrique du Nord très faible

Assouan (© 2019 Afriquinfos)- Les conclusions du 34ème Comité Intergouvernemental des Hauts Fonctionnaires et d’experts pour l’Afrique du Nord (CIHFE), sont sans ambages. Les pays d’Afrique du Nord profitent très peu de leurs atouts et gagneraient à renforcer la complémentarité entre leurs économies.

Les chiffres l’attestent, le commerce entre les pays nord-africains demeure très faible. Plus de 64% d’importations de ces pays proviennent de pays non africains. Un important manque à gagner pour les économies locales mais aussi pour les emplois des jeunes. Pourtant ce ne sont pas les domaines de coopération qui manquent notamment l’aéronautique, l’automobile, le textile et l’habillement, les énergies renouvelables, l’agroalimentaire et les produits alimentaires transformés, les huiles essentielles et les produits dérivés, la pêche, les céréales et le sucre. A cela on peut ajouter, la proximité entre ces pays, les infrastructures et les similarités linguistiques et culturelles qui devraient booster le commerce intra régional.

Pour remédier à cet état de chose, les experts ont appelé au renforcement des mécanismes de soutien aux opérateurs économiques en Afrique du Nord, à travers une meilleure information sur le marché africain, la création d’instruments financiers novateurs et la mise en place de mesures de promotion du commerce. Ces pays devront également accélérer la mise en place des mesures de facilitation des échanges pour tirer profit des opportunités de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), notamment, en ce qui concerne l’investissement et l’emploi.

Le 34ème Comité Intergouvernemental des Hauts Fonctionnaires et d’experts pour l’Afrique du Nord (CIHFE) est organisé par la Commission économique pour l’Afrique (CEA) en Afrique du Nord. Cette dernière a notamment pour mission de mettre en œuvre dans ses pays membres (Algérie, Égypte, Libye, Mauritanie, Maroc, Soudan et Tunisie) des programmes en lien avec ses domaines de compétence: « Emploi et compétences pour un développement durable» et « Initiatives sous-régionales », en mettant l’accent sur les moyens de parvenir à une transformation économique et sociale grâce à une meilleure gouvernance et à une meilleure gouvernance.

Boniface T.