Afrique Centrale
10 avril 2020

Covid-19/Ouganda : Museveni livre un tutoriel sur l’entretien de forme en confinement

Kampala (© 2020 Afriquinfos)- Ouganda – Ce jeudi, le président ougandais Yoweri Museveni a publié une vidéo dans laquelle il […]

21 février 2020 Afrique de l'Est

Ouganda: acquittement en appel d’une activiste condamnée pour avoir harcelé Museveni

L’universitaire et militante féministe ougandaise Stella Nyanzi, condamnée à 18 mois de prison en première instance pour avoir harcelé en […]

Lire la suite »
5 décembre 2019 Afrique de l'Est

Ouganda: Une marche pour protester contre la corruption et dirigée par Museveni crée la polémique

Kampala (© 2019 Afriquinfos)-Ce mercredi, à Kampala, la capitale ougandaise, s’est tenue une marche rassemblant des milliers de fonctionnaires, policiers […]

Lire la suite »
2 août 2019 Afrique de l'Est

Reconnue coupable de «harcèlement» contre Museveni, l’activiste Stella Nyanzi risque 3 ans de prison

Kampala (© 2019 Afriquinfos)-L’universitaire et activiste Ougandaise Stella Nyanzi a été reconnue jeudi coupable d’harcèlement contre le Président Yoweri Museveni. […]

Lire la suite »
13 juillet 2019 Afrique de l'Est

Grands Lacs: Conflit entre Kagame et Museveni au coeur d’une réunion régionale…

Luanda (© 2019 Afriquinfos)- Les présidents ougandais Yoweri Museveni et son homologue rwandais Paul Kagame étaient contraints de se réunir […]

Lire la suite »
16 octobre 2018 Célébrités

Kanye West chez Museveni : quand deux « fans » de Donald Trump se rencontrent !

Kampala (© 2018 Afriquinfos)- Officiellement en Ouganda pour donner une touche finale à son nouvel album dont la sortie est prévue […]

Lire la suite »
27 juillet 2018 Non classé

Ouganda: l’opposition dénonce la perspective d’une « présidence à vie » de Museveni

Kampala (© 2018 Afriquinfos)-En Ouganda, un avocat représentant l’opposition a dénoncé vendredi que le président Yoweri Museveni s’achemine vers une […]

Lire la suite »
Afrique de l'Est

Ouganda : Museveni approuvé pour un 6ème mandat

Kampala (© 2018 Afriquinfos)- Le président Yoweri Museveni, a été autorisé par la justice de son pays à se présenter […]

Lire la suite »
7 décembre 2017 Afrique de l'Est

Ouganda – Débat constitutionnel : Museveni dévoile ses intentions

Kampala (© Afriquinfos 2017)-Longtemps muet sur un sujet au cœur d’un débat houleux au sein de la classe politique, notamment […]

Lire la suite »
7 août 2017 Afrique de l'Est

Ouganda/Tanzanie : Yoweri Museveni et John Magufuli lancent les travaux de construction d’un pipeline

Tanga (© Afriquinfos 2017)-Le samedi 5 aout, les présidents ougandais Yoweri Museveni et tanzanien John Magufuli ont procédé à la […]

Lire la suite »
1 avril 2016 Ouganda

Ouganda/Présidentielle: 60,75% de voix pour Yoweri Museveni pour sa 30ème année au pouvoir

KAMPALA (© 2016 Afriquinfos) – La Cour suprême a confirmé les résultats de l’élection présidentielle du 18 février dernier. Le président sortant, Yoweri Museveni, est déclaré vainqueur malgré les dénonciations de graves irrégularités de l’Opposition.

Lire la suite »

Yoweri Kaguta Museveni, né le 15 septembre 1944, est un homme politique ougandais qui est président de l’Ouganda depuis 1986. Museveni a été impliqué dans des rébellions qui ont renversé les célèbres dirigeants ougandais Idi Amin (1971-1979) et Milton Obote (1980-1985) avant de prendre le pouvoir dans le Années 80.

Du milieu à la fin des années 1990, Yoweri Musevenia été célébré par l’Occident au sein d’une nouvelle génération de dirigeants africains. Pendant la présidence de Museveni, l’Ouganda a connu une paix relative et un succès significatif dans la lutte contre le VIH / sida. Dans le même temps, l’Ouganda reste un pays souffrant de niveaux élevés de corruption, de chômage et de pauvreté.

La présidence de Museveni a été entachée par son implication dans la guerre civile en République démocratique du Congo et dans d’autres conflits de la région des Grands Lacs ; la rébellion dans le nord de l’Ouganda par la Lord’s Resistance Army qui a provoqué une urgence humanitaire ; et la suppression de l’opposition politique et des amendements constitutionnels supprimant les limites du mandat présidentiel (2005) et la limite d’âge présidentielle (2017), permettant ainsi l’extension de son pouvoir.

Enfance et éducation

Museveni est né le 15 septembre 1944 à Rukungiri et sa famille a émigré à Ntungamo, en Ouganda Protectorat, aux parents Mzee Amos Kaguta (1916-2013), un éleveur de bétail, et Esteri Kokundeka Nganzi (1918-2001), une femme au foyer tous deux analphabètes. Il est du clan Basita, tribu Bahororo.

Museveni tire son deuxième prénom de son père, Mzee Amos Kaguta. Kaguta est également le père du frère de Museveni, Caleb Akandwanaho, populairement connu en Ouganda sous le nom de Salim Saleh et de sa sœur Violet Kajubiri.

Museveni a fréquenté l’école primaire de Kyamate, l’école secondaire de Mbarara et l’école de Ntare. En 1967, il est allé à l’Université de Dar es Salaam en Tanzanie. Là, il a étudié l’économie et les sciences politiques et est devenu marxiste, s’impliquant dans la politique panafricaine radicale. Pendant ses études universitaires, il a formé le groupe de militants du Front révolutionnaire africain des étudiants universitaires et a dirigé une délégation étudiante sur le territoire du FRELIMO au Mozambique portugais, où il a reçu une formation de guérilla. Étudiant sous la gauche de Walter Rodney, entre autres, Museveni a rédigé une thèse universitaire sur l’applicabilité des idées de Frantz Fanon sur la violence révolutionnaire à l’Afrique post-coloniale.

Carrière  d’Yoweri Museveni

1966-1980 : Front pour le salut national et le renversement d’Amin

Les forces d’exil opposées à Amin ont envahi l’Ouganda depuis la Tanzanie en septembre 1972 et ont été repoussées, subissant de lourdes pertes. En octobre, la Tanzanie et l’Ouganda ont signé l’accord de Mogadiscio qui a refusé aux rebelles l’utilisation du sol tanzanien pour l’agression contre l’Ouganda. Museveni s’est séparé de l’opposition dominante et a formé le Front pour le salut national en 1973. En août de la même année, il a épousé Janet Kataha.

1981-1986 : guerre de l’Ouganda en brousse

Obote II et l’Armée de résistance nationale

Avec le renversement d’Idi Amin en 1979 lors de la guerre entre l’Ouganda et la Tanzanie et l’élection contestée qui a ramené le premier président ougandais Milton Obote au pouvoir en 1980, Yoweri Museveni est retourné en Ouganda avec ses partisans pour rassembler ses forces dans leurs bastions ruraux du sud dominé par les Bantous et au sud-ouest pour former l’Armée de résistance populaire (ARP). Ils ont ensuite planifié une rébellion contre le deuxième régime Obote (Obote II) et ses forces armées, l’Armée de libération nationale de l’Ouganda (UNLA). L’insurrection a commencé par une attaque contre une installation de l’armée dans le district central de Mubende le 6 février 1981. La PRA a ensuite fusionné avec le groupe de combat de l’ancien président Yusufu Lule, les Uganda Freedom Fighters, pour créer l’Armée de résistance nationale (NRA) avec son aile politique, le Mouvement national de résistance (NRM). Deux autres groupes rebelles, le Front national de sauvetage de l’Ouganda (UNRF) et l’ancienne Armée nationale de l’Ouganda (FUNA), ont engagé les forces d’Obote. Le FUNA a été formé dans la sous-région du Nil occidental à partir des restes des partisans d’Amin. 

La NRA / NRM a développé un « programme en dix points » pour un éventuel gouvernement, couvrant : la démocratie ; Sécurité ; consolidation de l’unité nationale ; défendre l’indépendance nationale ; bâtir une économie indépendante, intégrée et autonome ; amélioration des services sociaux ; l’élimination de la corruption et du détournement de pouvoir ; corriger les inégalités ; coopération avec d’autres pays africains ; et une économie mixte. 

Le World Factbook de la Central Intelligence Agency estime que le régime Obote est responsable de plus de 100 000 morts parmi les civils en Ouganda. 

Accord de Nairobi de 1985

Le 27 juillet 1985, le sous-fractionnalisme au sein du gouvernement du Congrès du peuple ougandais a mené à un coup d’État militaire réussi contre Obote par son ancien commandant de l’armée, le lieutenant-général Tito Okello, un Acholi. Museveni et le NRM / NRA étaient fâchés que la révolution pour laquelle ils avaient combattu pendant quatre ans avait été « détournée » par l’UNLA, qu’ils considéraient comme ayant été discréditée par des violations flagrantes des droits de l’homme pendant Obote II.

Malgré ces réserves, le NRM / NRA a finalement accepté des pourparlers de paix présidés par une délégation kenyane dirigée par le président Daniel arap Moi. Les pourparlers, qui ont duré du 26 août au 17 décembre, ont été notoirement acrimonieux et le cessez-le-feu qui en a résulté est tombé en panne presque immédiatement. L’accord final, signé à Nairobi, prévoyait un cessez-le-feu, la démilitarisation de Kampala, l’intégration de la NRA et des forces gouvernementales et l’intégration des dirigeants de la NRA au Conseil militaire. Ces conditions n’ont jamais été remplies. 

La poussée pour Kampala

Alors qu’il était impliqué dans les négociations de paix, Yoweri Museveni courtisait le général Mobutu Sésé Seko du Zaïre pour empêcher l’implication des forces zaïroises en soutien à la junte militaire d’Okello. Le 20 janvier 1986, cependant, plusieurs centaines de soldats fidèles à Amin ont été accompagnés sur le territoire ougandais par les militaires zaïrois. Les forces sont intervenues après un entraînement secret au Zaïre et un appel d’Okello dix jours auparavant. 

Le 22 janvier, les troupes gouvernementales à Kampala avaient commencé à quitter leur poste en masse alors que les rebelles gagnaient du terrain du sud et du sud-ouest. 

Yoweri Museveni a prêté serment en tant que président le 29 janvier. « Ce n’est pas un simple changement de garde, c’est un changement fondamental », a déclaré Museveni, après une cérémonie menée par le juge en chef britannique Peter Allen. S’adressant à des foules de milliers de personnes en dehors du Parlement ougandais, le nouveau président a promis un retour à la démocratie : « Le peuple africain, le peuple ougandais, a droit à un gouvernement démocratique. Ce n’est la faveur d’aucun régime. Le peuple souverain doit être le public, pas le gouvernement. « 

Président: 1986-présent

1986–1996: Museveni au pouvoir

Régénération politique et économique

L’Ouganda a commencé à participer à un programme de relance économique du FMI en 1987. Ses objectifs comprenaient la restauration des incitations afin d’encourager la croissance, l’investissement, l’emploi et les exportations ; la promotion et la diversification du commerce avec un accent particulier sur la promotion des exportations ; la suppression des contraintes bureaucratiques et le désinvestissement des entreprises publiques en difficulté afin de favoriser une croissance économique et un développement durables par le biais du secteur privé ; et la libéralisation du commerce à tous les niveaux.

Droits de l’homme et sécurité intérieure

Le NRM est arrivé au pouvoir en promettant de rétablir la sécurité et le respect des droits de l’homme. En effet, cela faisait partie du programme en dix points du NRM, comme Museveni l’a noté dans sa prestation de serment :

Le deuxième point de notre programme est la sécurité des personnes et des biens. Chaque personne en Ouganda doit avoir une sécurité absolue pour vivre où elle veut. Tout individu, tout groupe qui menace la sécurité de notre peuple doit être brisé sans pitié. Le peuple ougandais ne doit mourir que de causes naturelles qui échappent à notre contrôle, mais pas d’êtres humains qui continuent de parcourir la longueur et la largeur de notre terre.

Bien que Yoweri Museveni dirigeait maintenant un nouveau gouvernement à Kampala, le NRM ne pouvait pas projeter pleinement son influence sur le territoire ougandais, se retrouvant en train de combattre un certain nombre d’insurrections. Dès le début de la présidence de Museveni, il a reçu un fort soutien des sud et sud-ouest bantuophones, où Museveni avait sa base. Museveni a réussi à convaincre le Karamojong, un groupe de semi-nomades du nord-est peu peuplé qui n’avait jamais eu une voix politique significative, de s’aligner avec lui en leur offrant une participation dans le nouveau gouvernement. La région du nord, le long de la frontière soudanaise, s’est toutefois révélée plus problématique. Dans la sous-région du Nil occidental, habitée par Kakwa et Lugbara (qui avaient auparavant soutenu Amin), les groupes rebelles de l’UNRF et de la FUNA ont combattu pendant des années jusqu’à ce qu’une combinaison d’offensives militaires et de diplomatie pacifie la région. Le chef de l’UNRF, Moses Ali, a abandonné sa lutte pour devenir deuxième vice-Premier ministre. Les gens du nord du pays ont vu la montée d’un gouvernement dirigé par une personne du sud avec une grande appréhension. Des groupes rebelles se sont constitués parmi les peuples Lango, Acholi et Teso, bien qu’ils aient été submergés par la force de la NRA, sauf dans l’extrême nord où la frontière soudanaise a fourni un refuge sûr. L’armée démocratique populaire ougandaise rebelle d’Acholi (UPDA) n’a pas réussi à déloger l’occupation de la NRA à Acholiland, ce qui a provoqué le chiliasme désespéré du Mouvement du Saint-Esprit (HSM). La défaite de l’UPDA et du HSM a laissé la rébellion à un groupe qui est finalement devenu connu sous le nom de l’Armée de résistance du Seigneur, qui se retournera contre les Acholi eux-mêmes.

La NRA a par la suite acquis une réputation de respect des droits des civils, bien que Yoweri Museveni ait par la suite été critiqué pour avoir utilisé des enfants soldats. Des éléments indisciplinés au sein de la NRA ont rapidement terni une réputation durement acquise d’équité. « Lorsque les hommes de Museveni sont arrivés pour la première fois, ils ont très bien agi – nous les avons accueillis », a déclaré un villageois, « mais ils ont commencé à arrêter des gens et à les tuer. » 

En mars 1989, Amnesty International a publié un rapport sur les droits de l’homme en Ouganda, intitulé Ouganda, Human Rights Record 1986–1989. Il a documenté des violations flagrantes des droits humains commises par des troupes de la NRA. Dans l’une des phases les plus intenses de la guerre, entre octobre et décembre 1988, la NRA a expulsé de force environ 100 000 personnes de leurs maisons dans et autour de la ville de Gulu. Les soldats ont commis des centaines d’exécutions extrajudiciaires alors qu’ils déplaçaient de force des personnes, incendiant des maisons et des greniers. Dans sa conclusion, cependant, le rapport offrait un certain espoir :

Toute évaluation de la performance du gouvernement NRM en matière de droits de l’homme est, peut-être inévitablement, moins favorable après quatre ans au pouvoir qu’elle ne l’était dans les premiers mois. Cependant, il n’est pas vrai de dire, comme certains critiques et observateurs extérieurs, qu’il y a eu un recul continu vers des violations flagrantes des droits de l’homme, que l’Ouganda est en quelque sorte destiné à souffrir aux mains d’un mauvais gouvernement.

Cependant, le 13 septembre 2019, l’ancien inspecteur général de la police (IGP) de Museveni, le général Kale Kayihura, a été inscrit sur la liste des sanctions du département du Trésor américain pour violation grave des droits de l’homme pendant son règne en tant qu’IGP (de 2005 à mars 2018) . Cela était dû aux activités de l’unité de police de la police ougandaise qui impliquaient la torture et la corruption. Kayihura a ensuite été remplacé par Martin Okoth Ochola.

Premier mandat (1996-2001)

Nouveau mandat démocratique

Élections

Les premières élections sous le gouvernement de Yoweri Museveni ont eu lieu le 9 mai 1996. Museveni a battu Paul Ssemogerere du Parti démocrate, qui a contesté l’élection en tant que candidat à la « coalition des forces interpartis », et le candidat parvenu Kibirige Mayanja. Museveni a gagné avec 75,5% des voix sur un taux de participation de 72,6% des électeurs éligibles. Bien que les observateurs internationaux et nationaux aient qualifié le vote de valide, les deux candidats perdants ont rejeté les résultats. Museveni a prêté serment en tant que président pour la deuxième fois le 12 mai 1996.

En 1997, il a introduit l’enseignement primaire gratuit. 

La deuxième série d’élections a eu lieu en 2001. Le président Yoweri Museveni a obtenu 69% des voix pour battre son rival Kizza Besigye. Besigye avait été un proche confident du président et était son médecin de guerre de brousse. Ils ont cependant eu des retombées peu de temps avant les élections de 2001, lorsque Besigye a décidé de se porter candidat à la présidence. Les campagnes électorales de 2001 ont été une affaire animée, le président Museveni menaçant de mettre son rival « six pieds sous terre ».

L’élection a abouti à une requête déposée par Besigye devant la Cour suprême de l’Ouganda. Le tribunal a jugé que les élections n’étaient pas libres et équitables, mais a refusé d’annuler le résultat par une décision majoritaire de 3 à 2. Le tribunal a jugé que bien qu’il y ait eu de nombreux cas de fraude électorale, ils n’ont pas affecté le résultat de manière substantielle. Le juge en chef Benjamin Odoki et les juges Alfrerd Karokora et Joseph Mulenga ont statué en faveur des intimés tandis que les juges Aurthur Haggai Oder et John Tsekoko ont statué en faveur de Besigye.

Reconnaissance internationale

Yoweri Museveni a été élu président de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en 1991 et 1992.

La réalisation la plus notoire deYoweri  Museveni a peut-être été la campagne réussie de son gouvernement contre le sida. Au cours des années 80, l’Ouganda avait l’un des taux d’infection par le VIH les plus élevés au monde, mais maintenant les taux de l’Ouganda sont relativement bas, et le pays est une rare réussite dans la lutte mondiale contre le virus (voir SIDA en Afrique). L’une des campagnes menées par Yoweri Museveni pour lutter contre le VIH / SIDA a été le programme ABC. Le programme ABC comportait trois parties principales : «Abstenez-vous, restez fidèles ou utilisez des préservatifs si A et B ne sont pas pratiqués». (PPTE), qui a reçu quelque 700 millions de dollars d’aide. 

Yoweri Museveni a été salué pour son programme d’action positive pour les femmes dans le pays. Il a été servi par une femme vice-présidente, Specioza Kazibwe, pendant près d’une décennie, et a beaucoup fait pour encourager les femmes à aller à l’université. D’un autre côté, Museveni a résisté aux appels en faveur d’une augmentation des droits fonciers familiaux des femmes (le droit des femmes de posséder une part de leurs foyers matrimoniaux). 

Le New York Times en 1997 a déclaré à propos de Museveni :

Ce sont des jours grisants pour l’ancienne guérilla qui dirige l’Ouganda. Il se déplace avec la démarche mesurée et les gestes sûrs d’un leader sûr de son pouvoir et de sa vision. Ce n’est pas étonnant. Pour entendre certains diplomates et experts africains le dire, le président Yoweri K. Museveni a lancé un mouvement idéologique qui remodèle une grande partie de l’Afrique, annonçant la fin des gouvernements corrompus et forts qui ont caractérisé l’ère de la guerre froide. Ces jours-ci, les experts politiques à travers le continent appellent M. Museveni un Bismarck africain. Certaines personnes le qualifient désormais d ‘«autre homme d’État» de l’Afrique, juste derrière le vénéré président sud-africain Nelson Mandela.

Dans les documents d’information officiels de la tournée africaine de Madeleine Albright en décembre 1997 en tant que secrétaire d’État, Museveni a été qualifié de « phare d’espoir » qui dirige une « démocratie unipartite », bien que l’Ouganda n’autorise pas le multipartisme. 

Museveni a été un allié important des États-Unis dans la guerre contre le terrorisme. 

Conflit régional

Suite au génocide rwandais de 1994, le nouveau gouvernement rwandais s’est senti menacé par la présence à travers la frontière rwandaise en République démocratique du Congo (RDC) d’anciens soldats rwandais et de membres du régime précédent. Ces soldats ont été aidés par Mobutu Sese Seko, dirigeant le Rwanda (avec l’aide de Museveni) et les rebelles de Laurent Kabila pendant la Première Guerre du Congo pour renverser Mobutu et prendre le pouvoir en RDC.

En août 1998, le Rwanda et l’Ouganda ont de nouveau envahi la RDC pendant la deuxième guerre du Congo, cette fois pour renverser Kabila, qui était un ancien allié de Museveni et Kagame. Museveni et quelques conseillers militaires proches ont pris seuls la décision d’envoyer les Forces de défense du peuple ougandais (UPDF) en RDC. Un certain nombre de sources très bien placées indiquent que le Parlement ougandais et les conseillers civils n’ont pas été consultés sur la question, comme l’exige la constitution de 1995. Yoweri Museveni a apparemment persuadé un haut commandement initialement réticent à accepter cette entreprise. « Nous pensions que les Rwandais avaient déclenché la guerre et que c’était leur devoir d’aller de l’avant et de terminer le travail, mais notre président a pris du temps et nous a convaincus que nous avions un intérêt dans ce qui se passe au Congo », aurait rapporté un officier supérieur. Les raisons officielles invoquées par l’Ouganda pour cette intervention étaient d’arrêter un « génocide » contre les Banyamulenge en RDC de concert avec les forces rwandaises et que Kabila n’avait pas assuré la sécurité le long de la frontière et permettait aux Forces démocratiques alliées (ADF) ) pour attaquer l’Ouganda depuis des bases arrière en RDC. En réalité, les UPDF ont été déployées profondément à l’intérieur de la RDC, à plus de 1 000 kilomètres (620 mi) à l’ouest de la frontière ougandaise avec la RDC.

Des troupes rwandaises et ougandaises ont pillé les riches gisements minéraux et le bois du pays. Les États-Unis ont répondu à l’invasion en suspendant toute aide militaire à l’Ouganda, une déception pour l’administration Clinton, qui avait espéré faire de l’Ouganda la pièce maîtresse de l’Initiative africaine de réponse aux crises. En 2000, les troupes rwandaises et ougandaises ont échangé des coups de feu à trois reprises dans la ville de Kisangani, en RDC, ce qui a provoqué des tensions et une détérioration des relations entre Kagame et Museveni. Le gouvernement ougandais a également été critiqué pour avoir aggravé le conflit en Ituri, un sous-conflit de la seconde guerre du Congo. En décembre 2005, la Cour internationale de Justice a décidé que l’Ouganda devait verser une compensation à la RDC pour les violations des droits de l’homme pendant la deuxième guerre du Congo. 

Deuxième mandat (2001-2006)

Élections de 2001

En 2001, Yoweri Museveni a remporté les élections présidentielles à une large majorité, son ancien ami et médecin personnel Kizza Besigye étant le seul véritable challenger. Dans un coup de publicité populiste, un pentagénaire Museveni a voyagé dans un taxi moto bodaboda pour soumettre son formulaire de nomination pour l’élection. Bodaboda est une méthode bon marché et quelque peu dangereuse (selon les normes occidentales) de transporter des passagers autour des villes et des villages d’Afrique de l’Est.

Il y a eu beaucoup de récrimination et d’amertume pendant la campagne des élections présidentielles de 2001, et des incidents de violence se sont produits après l’annonce de la victoire par Museveni. Besigye a contesté les résultats des élections devant la Cour suprême de l’Ouganda. Deux des cinq juges ont conclu que ces élections étaient illégales et que les résultats devaient être rejetés. Les trois autres juges ont décidé que les illégalités n’avaient pas affecté le résultat des élections de manière substantielle, mais ont déclaré qu ‘ »il y avait des preuves que dans un nombre important de bureaux de vote, il y avait eu tricherie » et que dans certaines régions du pays « , le principe d’élections libres et équitables a été compromis. « 

Pluralisme politique et changement constitutionnel

Après les élections, les forces politiques alliées à Yoweri Museveni ont entamé une campagne pour assouplir les limites constitutionnelles au mandat présidentiel, lui permettant de se présenter de nouveau aux élections en 2006. La constitution ougandaise de 1995 prévoyait une limite de deux mandats au mandat du président.

Les mesures visant à modifier la constitution et les prétendues tentatives de supprimer les forces politiques de l’opposition ont suscité des critiques de la part des commentateurs nationaux, de la communauté internationale et des donateurs d’aide de l’Ouganda. Dans un communiqué de presse, le principal parti d’opposition, le Forum pour le changement démocratique (FDC), a accusé Museveni de s’être engagé dans un « projet de présidence à vie » et d’avoir soudoyé des parlementaires pour voter contre des amendements constitutionnels, selon les dirigeants du FDC :

Le pays est polarisé, de nombreux Ougandais s’opposant aux amendements constitutionnels. Si le Parlement va de l’avant et supprime les mandats, cela peut provoquer de graves troubles, des troubles politiques et entraîner des troubles tant pendant la période de transition que par la suite … Nous voudrions donc demander au président Museveni de se respecter lui-même, le peuple qui l’a élu. et la Constitution en vertu de laquelle il a été élu président en 2001 lorsqu’il a promis au pays et au monde entier de céder le pouvoir pacifiquement et de manière ordonnée à la fin de son deuxième et dernier mandat. Sinon, son insistance à se présenter à nouveau le dénoncera comme un menteur accompli et le plus grand fraudeur politique que ce pays ait jamais connu.

Comme l’ont observé certains commentateurs politiques, dont Wafula Oguttu, Museveni avait précédemment déclaré qu’il considérait l’idée de ne pas s’accrocher au pouvoir pendant « 15 ans ou plus » mal conseillée. Les commentaires du militant irlandais contre la pauvreté Bob Geldof ont déclenché une protestation des partisans de Museveni devant le haut-commissariat britannique à Kampala. « Mettez la main sur Museveni. Votre temps est écoulé, partez », a déclaré l’ancienne rock star en mars 2005, expliquant que les mesures visant à modifier la constitution compromettaient les résultats de Museveni dans la lutte contre la pauvreté et le VIH / sida. Dans un article d’opinion dans le Boston Globe et dans un discours prononcé au Wilson Center, l’ancien ambassadeur des États-Unis en Ouganda Johnnie Carson a suscité plus de critiques à l’égard de Museveni. Bien qu’il reconnaisse le président comme un « véritable réformateur » dont le « leadership a conduit à la stabilité et à la croissance », Carson a également déclaré : « nous envisageons peut-être un autre Mugabe et un Zimbabwe en devenir ». « De nombreux observateurs voient les efforts de Museveni pour amender la constitution comme la répétition d’un problème commun qui afflige de nombreux dirigeants africains – une réticence à suivre les normes constitutionnelles et à abandonner le pouvoir ». 

En juillet 2005, la Norvège est devenue le troisième pays européen en autant de mois à annoncer des coupes symboliques dans l’aide étrangère à l’Ouganda en réponse au leadership politique dans le pays. Le Royaume-Uni et l’Irlande ont pris des mesures similaires en mai. « Notre ministère des Affaires étrangères a voulu mettre en évidence deux questions : le changement de la constitution pour lever les limites de mandat et les problèmes d’ouverture de l’espace politique, les droits de l’homme et la corruption », a déclaré l’ambassadeur de Norvège Tore Gjos. L’arrestation de deux députés de l’opposition du FDC a été particulièrement importante. Des militants des droits de l’homme ont accusé les arrestations de motivations politiques. Human Rights Watch a déclaré que « l’arrestation de ces députés de l’opposition a une odeur d’opportunisme politique ». Un rapport confidentiel de la Banque mondiale divulgué en mai suggère que le prêteur international pourrait réduire son soutien aux programmes non humanitaires en Ouganda. « Nous regrettons de ne pas pouvoir être plus positifs sur la situation politique actuelle en Ouganda, en particulier compte tenu du bilan admirable du pays à la fin des années 1990 », a déclaré le journal. « Le gouvernement a largement échoué à intégrer les divers peuples du pays dans un processus politique unique viable à long terme … Peut-être le plus important, les tendances politiques, en raison de la volonté apparente du président de faire pression pour un troisième terme, pointe vers le bas. « 

Museveni a répondu à la pression internationale croissante en accusant les donateurs d’interférer avec la politique intérieure et d’utiliser l’aide pour manipuler les pays pauvres. « Que les partenaires donnent des conseils et laissent au pays le soin de décider … les pays développés doivent sortir de l’habitude d’essayer d’utiliser l’aide pour dicter la gestion de nos pays. » « Le problème avec ces gens ce n’est pas le troisième terme ou la lutte contre la corruption ou le multipartisme « , a ajouté Museveni lors d’une réunion avec d’autres dirigeants africains, » le problème est qu’ils veulent nous y maintenir sans grandir « .

En juillet 2005, un référendum constitutionnel a levé une restriction de 19 ans sur les activités des partis politiques. Dans le « système de mouvement » sans parti (appelé « mouvement ») institué par Museveni en 1986, les partis continuaient d’exister, mais les candidats devaient se présenter aux élections en tant qu’individus plutôt qu’en tant que représentants de tout groupe politique. Cette mesure visait ostensiblement à réduire les divisions ethniques, bien que de nombreux observateurs aient par la suite affirmé que le système n’était devenu rien d’autre qu’une restriction aux activités de l’opposition. Avant le vote, le porte-parole du FDC a déclaré: « Les secteurs clés de l’économie sont dirigés par des gens de la région d’origine du président … Nous avons le régime le plus sectaire de l’histoire du pays malgré le fait qu’il n’y ait pas de partis .  » De nombreux Ougandais ont vu la conversion de Museveni au pluralisme politique comme une concession aux donateurs – visant à atténuer le coup quand il a annoncé qu’il souhaitait rester pour un troisième mandat. Le député d’opposition Omara Atubo a déclaré que le désir de changement de Museveni n’était qu’une « façade derrière laquelle il essaye de cacher ses ambitions de gouverner pour la vie ». 

Mort d’un allié

Le 30 juillet 2005, le vice-président soudanais John Garang a été tué lorsque l’hélicoptère présidentiel ougandais s’est écrasé alors qu’il se rendait au Soudan pour des pourparlers en Ouganda. Garang était vice-président du Soudan depuis seulement trois semaines avant sa mort.

Les spéculations largement répandues sur la cause de l’accident ont conduit Museveni, le 10 août, à menacer la fermeture des médias qui ont publié des « théories du complot » sur la mort de Garang. Dans un communiqué, Museveni a affirmé que la spéculation était une menace pour la sécurité nationale. « Je ne tolérerai plus un journal qui ressemble à un vautour. Tout journal qui joue avec la sécurité régionale, je ne le tolérerai pas – je le fermerai. » Le lendemain, la radio populaire KFM a vu sa licence retirée pour avoir diffusé un débat sur la mort de Garang. Le présentateur de radio Andrew Mwenda a finalement été arrêté pour sédition à la suite des commentaires faits sur son émission-débat sur KFM.

Élections de février 2006

Le 17 novembre 2005, Museveni a été choisi comme candidat présidentiel des NRM pour les élections de février 2006. Sa candidature pour un troisième mandat supplémentaire a suscité des critiques, car il avait promis en 2001 qu’il se présentait pour la dernière fois.

L’arrestation du principal chef de l’opposition, Kizza Besigye, le 14 novembre – accusé de trahison, de dissimulation de trahison et de viol – a déclenché des manifestations et des émeutes à Kampala et dans d’autres villes. La candidature de Museveni à un troisième mandat, l’arrestation de Besigye et l’assiégeance de la Haute Cour lors d’une audience sur l’affaire Besigye (par un groupe de renseignement militaire lourdement armé surnommé par la presse le « Black Mambas Urban Hit Squad »), a conduit la Suède , les Pays-Bas et le Royaume-Uni refusent de soutenir économiquement le gouvernement de Museveni en raison de leurs préoccupations concernant le développement démocratique du pays. Le 2 janvier 2006, Besigye a été libéré après que la Haute Cour a ordonné sa libération immédiate.

Les élections du 23 février 2006 ont été les premières élections multipartites de l’Ouganda en 25 ans et ont été considérées comme un test de ses pouvoirs démocratiques. Bien que Museveni ait fait pire que lors des élections précédentes, il a été élu pour un nouveau mandat de cinq ans, ayant remporté 59% des voix contre 37% pour Besigye. Besigye a allégué une fraude et a rejeté le résultat. Plus tard, la Cour suprême de l’Ouganda a statué que l’élection avait été entachée d’intimidations, de violences, de privation de droit de vote et d’autres irrégularités ; cependant, la Cour a voté 4–3 pour confirmer les résultats de l’élection. 

Troisième mandat (2006-2011)

En 2007, Museveni a déployé des troupes dans le cadre de l’opération de maintien de la paix de l’Union africaine en Somalie.

Toujours dans ce mandat, Museveni a tenu des réunions avec des investisseurs, dont Wisdek, pour promouvoir le centre d’appels et l’externalisation de l’Ouganda et créer des emplois dans le pays. 

Émeutes de septembre 2009

En septembre 2009, Museveni a refusé à Kabaka Muwenda Mutebi, le roi du Buganda, l’autorisation de visiter certaines régions du Royaume du Buganda, en particulier le district de Kayunga. Des émeutes ont eu lieu et plus de 40 personnes ont été tuées tandis que d’autres sont toujours emprisonnées à ce jour. En outre, neuf autres personnes ont été tuées lors des manifestations «Walk to Work» d’avril 2011. Selon le rapport mondial 2013 de Human Rights Watch sur l’Ouganda, le gouvernement n’a pas enquêté sur les meurtres associés à ces deux événements. 

Christianisme fondamentaliste

En 2009, MSNBC et NPR ont rendu compte de l’enquête de Jeff Sharlet concernant les liens entre Museveni et l’organisation chrétienne fondamentaliste américaine The Fellowship (également connue sous le nom de « The Family »). Sharlet rapporte que Douglas Coe, leader de The Fellowship, a identifié Museveni comme « l’homme clé de l’organisation en Afrique ».

Droits LGBT

Un examen international plus approfondi a accompagné les efforts de l’Ouganda en 2009 pour instituer la peine de mort pour homosexualité, les dirigeants britanniques, canadiens, français et américains exprimant leurs préoccupations en matière de droits de l’homme. Le journal britannique The Guardian a rapporté que Museveni « semblait ajouter son soutien » à l’effort législatif en affirmant, entre autres, « que les homosexuels européens recrutent en Afrique » et en disant que les relations homosexuelles étaient contre la volonté de Dieu.

Quatrième mandat (2011-2016)

Museveni a été réélu le 20 février 2011 avec une majorité de 68% et 59% des électeurs inscrits ayant voté. Les résultats des élections ont été contestés tant par l’Union européenne que par l’opposition. « Le processus électoral a été entaché d’échecs administratifs et logistiques évitables », selon l’équipe d’observation des élections de l’Union européenne. 

Après la chute de l’Égyptien Hosni Moubarak et de la Libye Mouammar Kadhafi, Museveni est devenu le cinquième dirigeant africain le plus ancien. 

En octobre 2011, le taux d’inflation annuel a atteint 30,5 pour cent, principalement en raison de l’augmentation des denrées alimentaires et des carburants. Plus tôt en 2011, le chef de l’opposition Kizza Besigye a organisé des manifestations «Walk to Work» contre le coût élevé de la vie. Le 28 avril 2011, Besigye a été arrêté parce que Museveni a déclaré que Besigye avait attaqué en premier, une accusation qu’il a niée. L’arrestation de Besigye a conduit à d’autres émeutes à Kampala. Besigye a promis que les « manifestations pacifiques » se poursuivraient. La réponse du gouvernement aux émeutes a été condamnée par les pays donateurs. 

Ces dernières années, les atteintes à la liberté de la presse ont de plus en plus été au centre des préoccupations. Selon Human Rights Watch, «Entre janvier et juin 2013, une organisation de surveillance des médias a enregistré 50 attaques contre des journalistes, malgré de multiples promesses de respecter la liberté des médias.» Au cours de cette période, deux périodiques largement lus, The Daily Monitor et Le poivron rouge a été fermé et saisi par le gouvernement parce qu’il a publié des allégations concernant un « complot visant à assassiner de hauts responsables du gouvernement et des militaires qui étaient opposés au président ougandais Yoweri Museveni … et ses projets de remettre le pouvoir à son fils à la retraite « .

Une autre question des droits de l’homme est devenue un problème au début de 2014 lorsque Museveni a signé un projet de loi anti-homosexualité. Dans une interview avec CNN, Museveni a qualifié les homosexuels de « dégoûtants » et a déclaré que l’homosexualité était un trait acquis. Les dirigeants occidentaux, dont le président américain Obama, ont condamné la loi. 

Museveni a critiqué l’implication des États-Unis dans la guerre civile libyenne et, dans un discours de l’ONU, a soutenu que l’intervention militaire des pays africains produit des pays plus stables à long terme, qu’il appelle «des solutions africaines aux problèmes africains».

Cinquième mandat (2016-présent)

Élection 2016

Les candidats à la présidentielle comprenaient le président sortant Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, et Kizza Besigye, qui se plaignaient de truquage et de violence dans les bureaux de vote. Le vote a été prolongé à plusieurs endroits après des informations selon lesquelles des personnes n’auraient pas été autorisées à voter. Selon la Commission électorale, Museveni a été réélu (18 février 2016) avec 61% des voix contre 35% pour Besigye. Les candidats de l’opposition ont affirmé que les élections avaient été entachées de fraude généralisée, d’irrégularités de vote, d’arrestations répétées de les politiciens de l’opposition et un climat d’intimidation des électeurs. 

Occurrences historiques de nouvelles lois par Yoweri Museveni

Yoweri Museveni, l’homme qui aime porter de grands chapeaux comme décrit sur BBC est actuellement dans son cinquième mandat et a une histoire de plaidoyer pour des lois intéressantes pendant son mandat et aurait pris des mesures pour avoir un sixième mandat. 

En 2014, Yoweri Museveni a érigé en infraction pénale le fait de ne pas dénoncer quelqu’un pour homosexualité.

Outre l’opposition des pays occidentaux, le président de l’Ouganda a renforcé le mouvement anti-gay dans son pays en adoptant une loi qui inflige des peines sévères pour actes homosexuels. Certaines de ces peines comprennent la réclusion à perpétuité, parfois selon des responsables gouvernementaux. 

Une autre loi qui a été adoptée sous son régime et qui a reçu beaucoup de contrecoups est le projet de loi sur la « présidence à vie ». Ce projet de loi permettrait au président Yoweri Museveni, qui a déjà détenu le pouvoir pendant cinq mandats, de statuer jusqu’en 2031. Le projet de loi supprime une mesure dans la constitution qui empêche toute personne de moins de 35 ans ou de plus de 75 ans de détenir la présidence. Le président, qui a 71 ans, n’aurait pas pu se présenter en 2021, mais ce projet de loi lui permettrait de se présenter pour un nouveau mandat. La majorité au Parlement a une perspective différente et a décrit le projet de loi comme un moyen de corriger la discrimination à l’égard des personnes âgées. 

En 2014, il a fait une déclaration selon laquelle pratiquer des relations sexuelles orales obligerait les gens à attraper des vers. Récemment, le président a fait une déclaration déclarant qu’il voulait interdire aux citoyens du pays de pratiquer le sexe oral car «la bouche sert à manger». Le monde regarde pour voir ce qu’il adviendrait de cela.

Facture limite d’âge 2018

Le président Yoweri Museveni, en tant que président en exercice de l’Ouganda, a signé le 27 décembre 2017 le projet de loi d’amendement constitutionnel n ° 2, communément appelé « limite d’âge ». Le projet de loi a été adopté avec succès par le 10e parlement ougandais le 20 décembre. , 2017. Au 27 décembre 2017, conformément aux articles 259 et 262 de la Constitution de l’Ouganda, le projet de loi a effectivement modifié la Constitution pour supprimer les limites d’âge présidentielles. Avant l’amendement, l’article 102 b) interdisait aux personnes de plus de 75 ans et à celles de moins de 35 ans de se porter candidates aux plus hautes fonctions. Le projet de loi sur la limite d’âge actuel prolonge également la durée du mandat du Parlement de cinq à sept ans. Le projet de loi rétablit également les limites présidentielles de deux mandats qui avaient été supprimées dans un amendement constitutionnel de 2005.

Défi au projet de loi

Après que Museveni a signé le projet de loi sur la limite d’âge de 2018 le 27 décembre 2017 (mais le Parlement a reçu la lettre le 2 janvier 2018), le grand public a protesté comme il le faisait avant la signature du projet de loi, en utilisant toutes les voies y compris sur les réseaux sociaux. En octobre 2017, certains députés ont rendu ce qu’ils prétendaient être des pots-de-vin pour faciliter le projet de loi. 

L’Ouganda Law Society et des membres de la chambre de l’opposition ont poursuivi et contesté le projet de loi devant le tribunal, citant que le processus menant au vote était contraire aux articles 1, 2, 8A, 44 c), 79 et 94 de la constitution ougandaise car le Président du Parlement Kadaga a clos le débat sur l’amendement après que seulement 124 des 451 législateurs ont débattu du projet de loi. Ils font également valoir que le recours à la force par l’armée et la police lors du débat sur le projet de loi était incompatible et contraire, entre autres, aux articles 208, paragraphe 2, 209 et 259. Le troisième argument qu’ils avancent est que le projet de loi viole d’autres clauses constitutionnelles en ce qui concerne la prolongation des mandats et les procédures électorales. Une législature Mbwaketamwa Gaffa aurait déclaré : «… lorsque le président accède au projet de loi, il pourrait être légal, mais il sera illégitime et nous allons le contester.» 

Effets de la modification du projet de loi

Avant la modification du projet de loi, les limites d’âge supérieure et inférieure pour les plafonds présidentiels étaient respectivement de 75 et 35 ans. L’amendement à la constitution élimine désormais les limites d’âge de l’âge présidentiel, accordant ainsi un pouvoir illimité au président en exercice. Outre l’élimination des limites d’âge pour l’âge présidentiel, le projet de loi sur la limite d’âge prolonge également la durée du mandat du Parlement de 5 à 7 ans. La mise en place du projet de loi a suscité de nombreuses réactions tant au niveau local que mondial. Un débat pour la suppression des limites d’âge de la constitution a provoqué une division entre l’actuel parti au pouvoir, NRM (National Resistance Movement). 

Les organismes chargés de l’application des lois en Ouganda, c’est-à-dire la police, l’armée, etc. ont arrêté au moins 53 personnes, dont un chef de l’opposition, pour avoir manifesté contre le projet de loi visant à supprimer la limite d’âge présidentielle. 

Depuis quelques jours, un groupe de législateurs du parti au pouvoir, le Mouvement de résistance nationale (NRM), agit illégalement pour supprimer la limite d’âge, car cela donnerait au président sortant Yoweri Museveni une marge de manœuvre pour briguer un nouveau mandat lors des élections qui avoir lieu en 2021. 

Une enquête de trois mois menée entre septembre et novembre par des organisations de la société civile a révélé que 85% de la population échantillonnée s’opposait à la suppression de la limite d’âge avec seulement 15% en faveur du projet de loi. 

Les législateurs ougandais ont voté à une écrasante majorité pour supprimer la limite d’âge présidentielle parce qu’ils veulent ouvrir la voie à l’actuel président Yoweri Museveni pour un sixième mandat. L’avocat des droits de l’homme, Nicholas Opiyo, a déclaré que la suppression de la limite d’âge – l’un des gardes de sécurité les plus importants – instaurerait un régime dictatorial et autocratique en Ouganda.

Vie privée d’Yoweri Museveni

Museveni est un chrétien évangélique et a prêché plusieurs fois à la cathédrale Miracle Center, une église qu’il a inaugurée en 2004.

Il est marié à Janet Museveni (nom complet Janet Kataaha Museveni (née Kainembabazi) avec qui il a 4 enfants :

  • Lt. Général Muhoozi Kainerugaba – Né en 1974, conseiller présidentiel principal pour les opérations spéciales à l’UPDF
  • Natasha Karugire – Née en 1976, créatrice de mode et consultante. Mariée à Edwin Karugire. Secrétaire particulier du Président de l’Ouganda pour les affaires domestiques.
  • Patience Rwabwogo – Né en 1978, pasteur de l’église des nations de l’alliance, Buziga, Kampala. – Marié à Odrek Rwabwogo. 
  • Diana Kamuntu – Née en 1980, mariée à Geoffrey Kamuntu.

Distinctions et prix d’ Yoweri Museveni

  • Humphrey School of Public Affairs Docteur en droit des États-Unis 1994 
  • Université des sciences et technologies de Mbarara, docteur en droit de l’Ouganda 2003
  • Université latine de théologie, États-Unis Doctor of Divinity 2007 
  • Fatih University Turkey Honorary degree 2010 
  • Makerere University Uganda Doctor of Laws 2010 
  • University of Dar es Salaam Tanzania Doctor of Literature 2015
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés