Afrique de l'Ouest
1 juillet 2020

Djihadisme en Afrique : le G5 Sahel note des avancées dans la lutte coalisée et remobilise les troupes

Djihadisme en Afrique | Mohamed Cheikh El Ghazouani, Président de la République Islamique de Mauritanie, Président en exercice du G5 […]

30 mars 2020 Afrique de l'Est

Les shebabs initient un forum sur «le Jihad en Afrique de l’Est»

Nairobi (© 2020 Afriquinfos) – Les shebabs islamistes ont diffusé  des images et communiqué officiel de ce qu’il présente comme […]

Lire la suite »
13 janvier 2020 Afrique de l'Est

Kenya: trois enseignants tués, un enlevé, dans une attaque des shebab

Trois enseignants ont été tués et un enlevé lundi dans l’est du Kenya par de présumés militants islamistes shebab, qui […]

Lire la suite »
9 janvier 2020 Afrique de l'Est

Somalie: les shebab menacent de lancer de nouvelles attaques contre les intérêts kenyans et américains

Nairobi (© 2020 Afriquinfos)-Le Kenya a reçu des avertissements de la part des  islamistes somaliens shebab selon lesquels  « il ne […]

Lire la suite »
8 janvier 2020 Non classé

Somalie: au moins 4 morts dans un attentat des shebab près du Parlement

Au moins quatre personnes ont été tuées et plus de dix blessées mercredi dans un attentat revendiqué par les islamistes […]

Lire la suite »
6 janvier 2020 Afrique de l'Est

Les shebab attaquent une base militaire au Kenya: trois Américains tués

Les combattants du groupe islamiste somalien des shebab ont attaqué dimanche à l’aube une base militaire américano-kényane à Lamu, dans […]

Lire la suite »
31 décembre 2019 Afrique de l'Est

Somalie: les shebab revendiquent l’attentat de samedi à Mogadiscio

Les islamistes somaliens shebab ont revendiqué lundi l’attentat à la voiture piégée samedi contre un poste de contrôle de Mogadiscio, […]

Lire la suite »
16 août 2019 Afrique de l'Est

Somalie: Une base militaire attaquée par des Shebab au sud de Mogadiscio

Mogadiscio (© 2019 AFP) – Une base militaire située à 70 km au sud de Mogadiscio a été attaquée mercredi […]

Lire la suite »
15 août 2019 Afrique de l'Est

Somalie : L’UA déterminé à lutter contre les shebab

Mogadiscio (© 2019 Afriquinfos)- Dans le but de libérer les régions encore aux mains du groupe terroriste al-Shebab, la Mission […]

Lire la suite »
13 avril 2017 Afrique de l'Est

Somalie : vers un terrain d’entente ente le gouvernement et les shebab ?

Mogadiscio (© Afriquinfos 2017) – Une semaine après que le président Mohamed Abdullahi Mohamed Farmajo ait déclaré la guerre aux […]

Lire la suite »
3 janvier 2017 Afrique de l'Est

Somalie: A la veille de ses 10 ans, l’AIMISOM plus que jamais dans le collimateur des shebabs

Mogadiscio (© Afriquinfos 2017) – Ce lundi 02 janvier, un attentat-suicide à la voiture piégée a été perpétré contre un […]

Lire la suite »
18 janvier 2016 Somalie

Somalie: L’Amisom dans le collimateur des shebabs

Mogadiscio (© 2015 Afriquinfos)- Ce vendredi, les islamistes Shebab ont mené une offensive contre une base militaire de la mission de l’Union africaine à El-Adde. L’attaque a fait plusieurs dizaines de morts. C’est la 3ème attaque contre l’UA ces six derniers mois.

Lire la suite »

Harakat Shebabs islamisteal-Mujahideen , plus communément appelé al-Shabaab, est un groupe fondamentaliste terroriste et djihadiste basé en Afrique de l’Est. En 2012, il a promis allégeance à l’organisation militante islamiste Al-Qaïda. En février 2012, certains des dirigeants du groupe se sont disputés avec Al-Qaïda au sujet du syndicat et ont rapidement perdu du terrain. L’effectif des troupes d’Shebabs islamisteétait estimé entre 7 000 et 9 000 militants en 2014. Depuis 2015, le groupe s’est retiré des grandes villes ; cependant, Shebabs islamistecontrôle toujours de grandes parties des zones rurales.

Shebabs islamistes a commencé comme l’aile armée de l’Union des tribunaux islamiques (ICU), qui a ensuite éclaté en plusieurs factions plus petites après sa défaite en 2006 par le gouvernement fédéral de transition (TFG) de la Somalie et les alliés militaires éthiopiens du TFG. Le groupe se décrit comme menant le jihad contre les « ennemis de l’islam » et est engagé dans la lutte contre le gouvernement fédéral de Somalie et la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM). Shebabs islamistea été désignée comme organisation terroriste par l’Australie, le Canada, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis. En juin 2012, le Département d’État américain avait des primes ouvertes sur plusieurs des commandants supérieurs du groupe.

Début août 2011, les troupes du gouvernement fédéral de transition et leurs alliés de l’AMISOM ont réussi à capturer tout Mogadiscio aux militants d’al-Shabaab. Une rupture idéologique au sein de la direction du groupe a également émergé, et plusieurs des hauts commandants de l’organisation ont été assassinés. En raison de ses racines wahhabites, Shebabs islamisteest hostile aux traditions soufies et a souvent affronté le groupe militant soufi Ahlu Sunna Waljama’a. Le groupe est également soupçonné d’avoir des liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique et Boko Haram. Il a attiré des membres des pays occidentaux, dont Samantha Lewthwaite et Abu Mansoor Al-Amriki.

En août 2014, l’Opération Océan Indien dirigée par le gouvernement somalien a été lancée pour nettoyer les poches restantes des insurgés dans la campagne. Le 1er septembre 2014, une frappe de drone américaine menée dans le cadre de la mission plus large a tué le chef d’Shebabs islamisteAhmed Abdi Godane, également connu sous le nom de Mukhtar Abu Zubair. Les autorités américaines ont salué le raid comme une perte symbolique et opérationnelle majeure pour al-Shabaab, et le gouvernement somalien a offert une amnistie de 45 jours à tous les membres modérés du groupe militant. Le groupe reste néanmoins fort et actif, et est responsable de nombreuses attaques terroristes avec des morts élevées, notamment l’attaque du centre commercial Westgate en septembre 2013, les attentats du 14 octobre 2017 à Mogadiscio et les attentats à la bombe de décembre 2019 à Mogadiscio.

Nom

Shebabs islamisteest également connu sous le nom de Ash-Shabaab, Hizb Shebabs islamiste(« Parti de la jeunesse ») et Mouvement de résistance populaire au pays des deux migrations (PRM). Pour faire court, l’organisation est dénommée HSM, qui signifie «Harakat Shebabs islamisteal-Mujahideen». Le terme Shabaab signifie «jeunesse» en arabe, et le groupe ne doit pas être confondu avec des groupes du même nom.

Organisation et leadership

La composition d’Shebabs islamisteest multiethnique, ses postes de direction étant principalement occupés par des Somaliens et des étrangers formés en Afghanistan et en Irak. Selon le National Counterterrorism Center, les membres de base du groupe sont issus de groupes locaux disparates, parfois recrutés de force. Contrairement à la plupart des principaux dirigeants de l’organisation, ses fantassins sont principalement concernés par les affaires nationalistes et liées aux clans, par opposition au djihad mondial. Ils sont également enclins à des luttes intestines et changeantes. Selon la Fondation Jamestown, Shebabs islamistecherche à exploiter ces vulnérabilités en manipulant les réseaux de clans afin de conserver le pouvoir. Le groupe lui-même n’est pas non plus entièrement immunisé contre la politique locale. Plus récemment, des musulmans convertis des pays voisins ont été enrôlés, généralement pour effectuer un travail indésirable ou difficile.

Bien que le leadership d’Shebabs islamisteincombe finalement au leader d’al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, le leadership interne n’est pas totalement clair, et avec des combattants étrangers qui sortent du pays, sa structure est de plus en plus décentralisée. Ahmed Abdi Godane a été publiquement nommé émir d’Shebabs islamisteen décembre 2007. En août 2011, Godane a été fortement critiqué par le cofondateur d’al-Shabaab, Hassan Dahir Aweys et d’autres, pour ne pas avoir laissé d’aide dans les régions du sud de la Somalie, frappées par la faim. Bien qu’il n’ait pas été officiellement annoncé, Shabaab a été effectivement divisé en une «légion étrangère», dirigée par Godane, et une coalition de factions formant une «légion nationale» sous Aweys. Ce dernier groupe a souvent refusé de prendre des ordres de Godane et les deux groupes se parlaient à peine. En février 2012, Godane a fait Bay’ah, ou un serment d’allégeance, à al-Qaïda. Avec cela, il espérait probablement récupérer et étendre son autorité et encourager les combattants étrangers à rester. Cette décision compliquera encore la coopération avec la « légion nationale » d’al-Shabaab. Godane a été tué lors d’une frappe de drones américains en Somalie le 1er septembre 2014. Ahmad Umar a été nommé successeur de Godane le 6 septembre 2014, il aurait auparavant joué un rôle dans les services secrets internes d’Shebabs islamisteconnus sous le nom d’Amniya.

Dirigeants

  • Ahmad Umar (Abu Ubaidah) (2014-présent)
  • Moktar Ali Zubeyr « Godane » (2007-2014) Sous-clan somalien du nord du clan Isaaq  (tué lors d’une frappe de drone américaine en 2014)

Autres dirigeants :

  • Mukhtar Robow « Abu Mansoor » – Deuxième chef adjoint et commandant régional en charge de Bay et Bakool (rendu aux forces somaliennes en 2017)
  • Fuad Mohammed Khalaf « Shangole » – troisième chef de file après « Abu Mansoor ». Chargé des affaires publiques. (Sous-clan awrtabe de Darod)
  • Hassan Dahir Aweys – chef spirituel (remis au gouvernement fédéral en 2013)
  • Hussein Ali Fidow – chef politique et Wasiir (Premier ministre)
  • Ali Mohamud Raghe « Dheere » alias Sheikh Ali Mohamud Rage alias Sheikh Ali Dhere – actuel vice-émir. Il est du clan Hawiye Murusade. Porte-parole officiel. (À ne pas confondre avec le cheikh Ali Dhere qui a établi le premier tribunal islamique à Mogadiscio en 1996.)
  • Aden Hashi Farah « Ayro » – clan central Hawiye (tué lors d’une frappe aérienne américaine en 2008
  • Ibrahim Haji Jama Mee’aad « al-Afghani » (Abubakar al-Seyli’i) – était gouverneur de l’administration Kisimayo (tué par des loyalistes de Godane en 2013)
  • Hassan Yaqub Ali – était le porte-parole officiel de l’administration Kisimayo mais actuellement il est Waali (gouverneur) de Gal-Mudug. (Clan Rahanwayn)
  • Abdirahman Hassan Hussein – chef (gouverneur) de la région de Middle Shabelle
  • Hassan Abdullah Hersi « al-Turki » – chef des Brigades Ras Kamboni, qui contrôle la vallée de Juba et faisait partie du Hizbul Islam mais a fusionné avec Shebabs islamisteen 2010. (Sous-clan Ogaden de Darod) (Décédé de causes naturelles en 2014)
  • Mohamed Said Atom – chef de faction et marchand d’armes qui, en juillet 2010, a annoncé son allégeance à Shebabs islamisteet au commandant d’Shebabs islamisteau Puntland. (remis au gouvernement fédéral en 2014). Atom s’est échappé en 2016 et a obtenu l’asile au Qatar
  • Mukhtar Abu-Muslim – chef des fatwas, du clan Rahanweyn.
  • Abdulahi Haji « Daud »- chef des assassinats, du clan Hawiye du sous-clan Murursade.
  • Sahal Isku Dhuuq – chef des enlèvements de travailleurs humanitaires contre rançon, du clan Dir du sous-clan Bimaal (tué lors d’une frappe de drones américaine en 2014)
  • Hassan Afrah, – chef des relations avec les pirates, du clan Hawiye du sous-clan Saleban.
  • Dahir Gamaey « Abdi Al-Haq » – juge d’al-Shabaab, du clan Hawiye du sous-clan Duduble.
  • Tahliil Abdishakur – chef de l’unité d’élite d’assassinat d’Al-Amniyat (tué lors d’une frappe de drones américaine en 2014).
  • Yusuf Dheeq – chef des opérations extérieures et de la planification du renseignement et de la sécurité (tué lors d’une frappe de drone américaine en 2015).
  • Aden Garaar – chef des opérations extérieures d’Shebabs islamiste; aurait orchestré l’attaque du centre commercial Westgate en 2013 à Nairobi (tué lors d’une frappe de drone aux États-Unis en 2015).
  • Mohamed Musa – Commandant de la province de Gedo (tué lors d’une escarmouche avec l’armée somalienne en 2015).
  • Cheikh Abdiasis Abu Musab – porte-parole des opérations militaires

Les étrangers

Shebabs islamisteaurait de nombreux étrangers dans ses rangs, en particulier au niveau de la direction. Des combattants du golfe Persique et des djihadistes internationaux ont été appelés à rejoindre la guerre sainte contre le gouvernement somalien et ses alliés éthiopiens. Bien que les islamistes somaliens n’aient pas utilisé à l’origine des tactiques d’attentat-suicide, les éléments étrangers d’Shebabs islamisteont été accusés de plusieurs attentats-suicides. Un rapport de l’ONU de 2006 a identifié la Libye et l’Égypte, parmi les pays de la région, comme les principaux soutiens des extrémistes islamistes. L’Égypte a une politique de longue date de sécurisation du débit du Nil en déstabilisant l’Éthiopie.

Anciennement une organisation à prédominance nationaliste, Shebabs islamistes’est repositionné en tant que groupe islamiste militant qui a également attiré un grand nombre de fidèles occidentaux. En 2011, la stratégie de recrutement à l’étranger du groupe était active aux États-Unis, où des membres ont tenté de recruter dans les communautés musulmanes locales. Selon un rapport d’enquête du Comité de la Chambre des États-Unis sur la sécurité intérieure, Shebabs islamistea recruté plus de 40 musulmans américains depuis 2007. En 2010, le New York Times a rapporté qu’après plus d’une douzaine d’Américains tués en Somalie, le succès du recrutement de l’organisation avait diminué aux États-Unis.

Ces recrues américaines et étrangères ont joué un double rôle au sein de l’organisation, servant de mercenaires et d’outil de propagande pour la radicalisation et le recrutement. Ces individus, dont Omar Hammami, sont apparus dans des vidéos de propagande publiées dans des forums en ligne pour lancer un appel aux jeunes musulmans mécontents et les inciter à se joindre à la lutte islamiste. Il s’agissait d’une stratégie descendante, dans laquelle des agents islamistes tentaient d’utiliser des mosquées et des entreprises légitimes comme couverture pour se rencontrer, recruter et collecter des fonds pour des opérations aux États-Unis et à l’étranger. À la mi-2013, le Congrès américain a signalé qu’un tel recrutement de militants semblait avoir cessé.

La plupart des membres étrangers d’Shebabs islamisteviennent du Yémen, du Soudan, de la côte swahili, d’Afghanistan, d’Arabie saoudite, de Malaisie, du Pakistan et du Bangladesh. En 2010, leur nombre était estimé entre 200 et 300 militants, augmentés d’environ 1 000 Somaliens de la diaspora. Beaucoup de fantassins d’Shebabs islamisteappartiennent également aux minorités ethniques marginalisées de la Somalie du sud de l’agriculture.

Parmi les membres étrangers, Jonathan Evans, l’ancien chef du MI5, s’adressant à une conférence sur la sécurité à Londres en 2010, a indiqué qu’un « nombre important de résidents britanniques » s’entraînaient avec al-Shabaab. Reliant cette implication accrue à une réduction des activités d’Al-Qaïda dans les zones tribales du Pakistan, il a également suggéré que, comme la Somalie, comme l’Afghanistan, à l’époque n’avait pas de gouvernement central efficace, la présence de combattants étrangers pourrait inspirer des incidents terroristes au Royaume-Uni. « Ce n’est qu’une question de temps avant de voir le terrorisme dans nos rues inspiré par ceux qui combattent aujourd’hui aux côtés d’al-Shabaab. » Le nombre réel a été estimé entre 50 et 100 personnes ; une source estimant environ 60 recruteurs actifs d’al-Shabaab, dont 40 Somaliens et 20 autres « peaux propres » principalement basées en Grande-Bretagne, des individus qui n’ont commis aucun crime mais qui auraient des liens avec le groupe. Il existe également des preuves de financement du groupe par des Somaliens résidant en Grande-Bretagne.

Sur les dix personnes soumises à des ordonnances de contrôle (désormais ordonnances Tpim) en 2012, au moins cinq sont associées à Shebabs islamiste: (pseudonyme) CC, CE « un citoyen britannique d’origine iranienne, âgé de 28 ans en 2012 », CF et DD «un citoyen non britannique croyait avoir été associé au financement et à la promotion (d’activités liées au terrorisme) en Afrique de l’Est.»  Au moins deux Somaliens britanniques, Ibrahim Magag (référé comme BX dans la documentation de la Cour) et Mohammed Ahmed Mohamed, se sont enfuis.

En 2012, il a également été signalé que le groupe attirait un nombre croissant de convertis récents non somaliens du Kenya, un pays à prédominance chrétienne de la région des Grands Lacs africains. Selon les estimations de 2014, le nombre de combattants kenyans représente environ 25% des forces totales d’al-Shabaab. Appelés «moudjahidin du Kenya» par les principaux membres d’al-Shabaab, les convertis sont généralement jeunes et trop zélés. La pauvreté en a fait des cibles plus faciles pour les activités de recrutement du groupe. Les insurgés kenyans peuvent se fondre dans la population générale du Kenya, et ils sont souvent plus difficiles à suivre par les forces de l’ordre. Les rapports suggèrent qu’Shebabs islamisteessaie de construire une génération encore plus multiethnique de combattants dans la grande région. Un de ces convertis récents, qui a aidé à commettre les attentats de Kampala mais coopère maintenant avec la police kenyane, estime que le groupe essaie d’utiliser des Kenyans locaux pour faire son « sale boulot » pour lui, tandis que ses propres membres de base s’en sortent indemnes. Selon des diplomates, les zones musulmanes des côtes du Kenya et de la Tanzanie, comme Mombasa et Zanzibar, sont particulièrement vulnérables au recrutement.

Les étrangers d’Afghanistan et d’Irak, ainsi que les Somaliens formés en Afghanistan, jouent un rôle important dans les rangs du groupe en raison de leur expérience au combat. Apportant avec eux des compétences spécialisées, ces commandants dirigent souvent l’endoctrinement de nouvelles recrues et dispensent une formation sur les attentats à la route télécommandés, les techniques d’attentats-suicides et l’assassinat et l’enlèvement de fonctionnaires, de journalistes, de travailleurs humanitaires et de la société civile.

Les commandants étrangers d’Shebabs islamistecomprennent :

Dirigeants et membres étrangers :

  • Fazul Abdullah Mohammed: Mohammed, un ressortissant kenyan, a été nommé par Oussama ben Laden à la tête d’Al-Qaïda en Afrique de l’Est fin 2009. Avant la mort de Saleh Ali Saleh Nabhan, Mohammed était chef des opérations militaires d’Al-Qaïda dans le Région. Il était un commandant militant expérimenté qui était connu pour pouvoir franchir facilement les frontières nationales. En août 2008, il a échappé à une attaque policière au Kenya. Mohammed se cachait en Somalie avec Shabaab et les tribunaux islamiques depuis des années. Mohammed était considéré comme le chef militaire d’al-Shabaab, tandis que Muktar Abdelrahman Abu Zubeyr était le chef spirituel d’al-Shabaab. Il a été tué le 8 juin 2011.
  • Jehad Serwan Mostafa (alias « Ahmed Gurey », « Anwar al-Amriki » et « Emir Anwar »): un commandant d’Shebabs islamistené aux États-Unis. En charge de diverses fonctions pour le groupe militant, notamment servir de chef de file pour les combattants étrangers au sein de l’organisation ainsi que la formation des insurgés. Parlant couramment l’anglais, le somali et l’arabe, il est également spécialiste des médias.
  • Cheikh Muhammad Abu Fa’id: Fai’d, un citoyen saoudien, est l’un des principaux financiers et un « manager » de Shabaab.
  • Abu Musa Mombasa: Mombasa, un citoyen pakistanais, est le chef de la sécurité et de la formation de Shabaab.
  • Abu Mansoor Al-Amriki : Amriki, de son vrai nom Omar Hammami, était un citoyen américain qui s’est converti à l’islam et s’est rendu en Somalie en 2006. Une fois en Somalie, il a rapidement gravi les échelons. Il a servi comme commandant militaire, recruteur, financier et propagandiste. Amriki est apparu dans plusieurs bandes de propagande d’al-Shabaab. Il est devenu un recruteur principal pour Shebabs islamiste; publié des déclarations écrites en leur nom et apparaissant dans ses vidéos de propagande et enregistrements audio. Un acte d’accusation descellé en août 2010 l’a accusé d’avoir fourni un soutien matériel à des terroristes. En janvier 2013, Amriki a été évincé d’Shebabs islamisteparce qu’il avait le sentiment de s’être engagé dans une « quête narcissique de la gloire ». Il a ensuite exprimé publiquement des divergences idéologiques avec le groupe via YouTube et Twitter, affirmant que les dirigeants militants locaux ne se préoccupaient que des combats en Somalie et non à l’échelle mondiale. Il a été assassiné par les insurgés en septembre 2013. Il a été retiré de la liste des terroristes les plus recherchés du FBI en novembre 2013. Il a été retiré de la liste des récompenses du ministère de la Justice des États-Unis en janvier 2014.
  • Abdulkadir Mohamed Abdulkadir (« Ikrima »): un commandant somalien Shebabs islamistené au Kenya qui aurait planifié plusieurs attaques dans le pays, dont un complot visant le bureau des Nations Unies à Nairobi, le bâtiment parlementaire kenyan et un Restaurant éthiopien fréquenté par des représentants du gouvernement somalien. Selon des responsables américains, Abdulkadir était également un proche collaborateur des derniers dirigeants d’Al-Qaïda, Harun Fazul et Saleh Nabhan.
  • Mahmud Mujajir : Mujajir, un citoyen soudanais, est le chef du recrutement de Shabaab pour les kamikazes.
  • Samantha Lewthwaite: prétendument membre d’al-Shabaab, elle aurait été à l’origine d’une attaque contre un bar des sports à Mombasa en 2012. Veuve du kamikaze 7/7 Germaine Lindsay.
  • Issa Osman Issa : Issa est l’un des meilleurs recruteurs d’Al-Qaïda et stratège militaire pour Shabaab. Avant de rejoindre, il a participé aux attaques simultanées contre les ambassades américaines à Nairobi et à Dar es Salaam en 1998. Il a été décrit comme un acteur central dans les attaques simultanées contre le Paradise Hotel à Kikambala, Kenya, en 2002, et la tentative an pour descendre un avion de ligne israélien à Mombasa.
  • Mohamed Mohamud, également connu sous le nom de Sheikh Dulayadayn, Gamadhere, ou Mohamed Kuno, un citoyen kenyan d’origine somalienne qui a servi comme commandant des opérations d’Shebabs islamisteau Kenya. Nommé par le gouvernement kenyan comme le cerveau derrière l’attaque du Garissa University College. Il a été tué aux côtés de 16 autres militants lors d’une descente nocturne des forces somaliennes le 1er juin 2016.

Désignation terroriste

Les pays et organisations ci-dessous ont officiellement inscrit Shebabs islamistecomme organisation terroriste.

  • États-Unis 29 février 2008
  • Australie 22 août 2009
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande 10 février 2010
  • Canada 5 mars 2010
  • Royaume-Uni mars 2010
  • Émirats arabes unis 15 novembre 2014
  • Singapour 18 mars 2016

Histoire et activités

Alors qu’Shebabs islamistereprésentait auparavant le mouvement de jeunesse militant de la ligne dure au sein de l’Union des tribunaux islamiques (ICU), il est maintenant décrit comme un groupe dissident extrémiste de l’ICU. Depuis la chute de l’USI, cependant, la distinction entre le mouvement de jeunesse et la soi-disant organisation qui a succédé à l’USI, le PRM, semble avoir été floue. Shebabs islamistea récemment commencé à encourager des personnes de toute la société, y compris des anciens, à rejoindre leurs rangs. En février 2012, Fu’ad Mohamed Khalaf Shongole, le chef de la sensibilisation à al-Shabaab, a déclaré qu ‘ »à ce stade du djihad, les pères et les mères doivent envoyer leurs filles célibataires se battre aux côtés des militants (masculins) ». L’ajout d’aînés et de jeunes filles marque un changement dans le mouvement, qui n’avait auparavant impliqué que des hommes, en particulier des jeunes garçons.

Leur noyau était composé de vétérans qui avaient combattu et vaincu les chefs de factions laïques de Mogadiscio de l’Alliance pour la restauration de la paix et du contre-terrorisme (ARPCT) lors de la deuxième bataille de Mogadiscio. Leurs origines ne sont pas clairement connues, mais d’anciens membres affirment que Hizbul Shabaab a été fondée dès 2004. Les membres d’Shebabs islamistecomprennent également divers combattants étrangers du monde entier, selon la ligne dure islamique Mukhtar Robow « Abu Manssor ».

En janvier 2009, les forces éthiopiennes se sont retirées de Somalie et Shebabs islamistea poursuivi sa lutte contre l’ancien allié et président de l’Union des tribunaux islamiques, le président Sharif Ahmed, qui était le chef du gouvernement fédéral de transition. Shebabs islamistea connu un certain succès dans ses campagnes contre le faible gouvernement fédéral de transition, capturant Baidoa, la base du Parlement fédéral de transition, le 26 janvier 2009 et tuant trois ministres du gouvernement lors d’un attentat-suicide à la bombe le 3 décembre 2009 contre une cérémonie de remise des diplômes de l’école de médecine.

Avant la sécheresse de 2010, la Somalie, y compris les zones contrôlées par al-Shabaab, avait son meilleur rendement en sept ans. Shebabs islamistea revendiqué un certain succès pour ce succès, affirmant que leur réduction des importations alimentaires bon marché surdimensionnées a permis à la propre production céréalière de la Somalie, qui a normalement un potentiel élevé, de prospérer. Ils ont affirmé que cette politique avait pour effet de déplacer les revenus des zones urbaines vers les zones rurales, des groupes à revenu intermédiaire vers les groupes à faible revenu, et des agriculteurs étrangers vers les agriculteurs locaux. Cependant, en réponse à la sécheresse, Shebabs islamistea annoncé en juillet 2011 qu’il avait levé ses restrictions sur les travailleurs humanitaires internationaux.

En 2011, selon le chef de la division anti-piraterie de l’ONU, le colonel John Steed, Shebabs islamistea de plus en plus cherché à coopérer avec d’autres organisations criminelles et des gangs de pirates face à la diminution des fonds et des ressources. Steed, cependant, a reconnu qu’il n’avait aucune preuve définitive de liens opérationnels entre les militants islamistes et les pirates. Les pirates détenus ont également indiqué aux responsables de l’ONUDC qu’une certaine coopération de leur part avec les militants d’Shebabs islamisteétait nécessaire, car ils lancent de plus en plus de raids maritimes à partir de zones du sud de la Somalie contrôlées par le groupe insurgé. Les membres d’Shebabs islamisteont également extorqué les pirates, leur demandant de l’argent pour leur protection et forçant les chefs de gangs de pirates saisis à Harardhere à remettre plus de 20% des rançons futures.

En dépit d’expulser, d’attaquer et de harceler régulièrement les travailleurs humanitaires, Shebabs islamisteautorise certaines agences à travailler dans les zones sous son contrôle. Au plus fort de son contrôle territorial, elle a mis en place un système de régulation, de fiscalité et de surveillance des agences d’aide. Lorsque les agences sont autorisées à fonctionner, cela est souvent dû à la volonté d’Shebabs islamistede coopérer et de bénéficier matériellement et politiquement de la fourniture d’aide et de services. Les hauts représentants des agences d’aide ont souvent fortement rejeté les allégations selon lesquelles ils avaient parlé à al-Shabaab, tandis que les travailleurs humanitaires travaillant dans les zones contrôlées par Shebabs islamisteont souvent déclaré qu’ils avaient directement négocié avec le groupe par nécessité.

Shebabs islamisteétait connue comme l’organisation terroriste la plus importante en Somalie, qui a réussi à se débarrasser des grandes villes de l’État à la fin de 2013.

Alors qu’Shebabs islamistea été réduit en puissance et en taille depuis le début de l’opération sud de l’armée kenyane Linda Nchi, le groupe a poursuivi ses efforts de recrutement et de contrôle territorial. Le groupe maintient des camps d’entraînement dans les zones proches de Kismayo dans les régions du sud de la Somalie. Un de ces camps a été construit dans le village de Laanta Bur près d’Afgooye, où se trouve également l’ancien aéroport K-50. Le 11 juillet 2012, les troupes fédérales somaliennes et leurs alliés de l’AMISOM ont capturé la zone des militants.

En octobre 2017, plus de 500 personnes ont été tuées par la double explosion d’une bombe dans la capitale somalienne Mogadiscio.

Une attaque contre un hôtel à Nairobi, au Kenya, le 15 janvier 2019 est attribuée à al-Shabaab.

Le 2 janvier 2020, trois passagers d’un bus dans le comté de Lamu, au Kenya, ont été tués par des insurgés d’al-Shabaab. Le 5 janvier 2020, un militaire américain et deux sous-traitants ont été tués lors d’une attaque d’Shebabs islamistecontre l’aérodrome de Manda Bay des Forces de défense kenyanes au camp Simba dans le comté de Lamu, au Kenya. Deux employés du Département de la défense des États-Unis ont été blessés lors de l’attaque et deux avions, deux hélicoptères et plusieurs véhicules américains ont été détruits. L’armée kenyane a signalé que cinq militants avaient été tués. Selon U.S.Africom, moins de 150 membres du personnel américain dispensant une formation et un soutien antiterroriste sont stationnés dans la bande aérienne de Manda près de l’île de Lamu. À la suite de l’attaque du 5 janvier, des ressources américaines supplémentaires de la Force de réaction de l’Afrique de l’Est (EARF) ont été déployées depuis le camp Lemonnier, à Djibouti, pour sécuriser la base de Manda Bay et renforcer la sécurité. Le 13 janvier 2020, les insurgés d’Shebabs islamisteont tué 3 enseignants et en ont enlevé un dans la région de Kamuthe à Garissa. L’attaque a également entraîné la destruction d’un mât de communication et d’un poste de police.

Opposition

Les États-Unis ont affirmé qu’Shebabs islamisteet al-Qaïda constituent une menace mondiale. Le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, a déclaré que « les opérations américaines contre al-Qaida se concentrent désormais sur des groupes clés au Yémen, en Somalie et en Afrique du Nord ».

Les plaintes déposées contre le groupe comprennent ses attaques contre les travailleurs humanitaires et l’application sévère de la charia. Selon le journaliste Jon Lee Anderson :

Le nombre de personnes en Somalie qui dépendent de l’aide alimentaire internationale a triplé depuis 2007, pour atteindre environ 3,6 millions. Mais il n’y a pas de présence permanente d’expatriés étrangers dans le sud de la Somalie, car le Shabaab a déclaré la guerre à l’ONU et aux organisations non gouvernementales occidentales. Les secours internationaux sont acheminés par avion ou expédiés dans le pays et distribués, dans la mesure du possible, par les secours locaux. Les insurgés les attaquent et les tuent régulièrement ; quarante-deux ont été tués au cours des deux dernières années seulement.

Les Shabaab ont persécuté la petite minorité chrétienne de Somalie, en apposant parfois l’étiquette sur des personnes qu’ils soupçonnent de travailler pour les services de renseignement éthiopiens. Le groupe a également profané les tombes d’éminents musulmans soufis en plus d’une mosquée et d’une université soufies, affirmant que les pratiques soufies entrent en conflit avec leur interprétation stricte de la loi islamique. Cela a conduit à des confrontations avec des groupes armés organisés par les soufis qui se sont organisés sous la bannière d’Ahlu Sunna Waljama’a.

Faisant écho à la transition d’une lutte nationaliste à une lutte à prétentions religieuses, la stratégie de propagande d’Shebabs islamistecommence à refléter ce changement. Par leur rhétorique religieuse, Shebabs islamistetente de recruter et de radicaliser des candidats potentiels, de démoraliser leurs ennemis et de dominer le dialogue dans les médias nationaux et internationaux. Selon certaines informations, Shebabs islamistetente d’intensifier le conflit : »Il semblerait, d’après les meurtres présumés de l’AMISOM, qu’il est déterminé à présenter la guerre comme une affaire entre chrétiens et musulmans pour renforcer son soutien à sa cause naissante … des corps, certains décapités, étaient exposés aux côtés de bibles et de crucifix. Le groupe décapite généralement ceux qui ont embrassé le christianisme ou les idéaux occidentaux. Les militants ont commencé à placer des cadavres décapités à côté des bibles et des crucifix afin d’intimider les populations locales.  » En avril 2010 , Shebabs islamistea annoncé qu’il commencerait à interdire aux stations de radio de diffuser la BBC et Voice of America, affirmant qu’elles diffusaient de la propagande chrétienne. En fermant efficacement les médias somaliens, ils acquièrent un meilleur contrôle du dialogue entourant leurs activités.

Défauts

En 2009, Shebabs islamistea vu un certain nombre de ses combattants, dont plusieurs dirigeants, faire défection auprès du gouvernement fédéral de transition de la Somalie. L’une de ces défections très médiatisées a été celle, début novembre 2009, du cheikh Mohamed Abdullahi (également connu sous le nom de «cheikh Bakistani»), qui commandait la brigade Maymana. Le cheikh Bakistani a déclaré aux services somaliens de Voice of America (VOA) qu’il trouvait les missions de suicide et les exécutions du groupe insupportables. Il a également indiqué que son père, un chef religieux local bien connu, lui avait rendu visite à plusieurs reprises et avait aidé à le convaincre de faire défection. Cependant, un porte-parole d’Shebabs islamistea nié que Sheikh Bakistani était membre du groupe. Au cours du même mois, dans une interview accordée à l’Agence France-Presse (AFP) à Villa Somalia, organisée par le gouvernement fédéral somalien, un ancien combattant d’Shebabs islamistea déclaré être déçu par la direction du groupe, indiquant qu’alors qu’il avait commencé à se battre en 2006  » expulser les envahisseurs éthiopiens « , a-t-il fait défection il y a un mois, » dégoûté par les fausses interprétations qu’Shebabs islamistedonne de l’islam « . De même, un ancien commandant de Hizbul Islam a récemment fait défection auprès du gouvernement somalien; l’un des membres de sa famille (un autre commandant du Hizbul Islam) a été assassiné par des militants d’Shebabs islamisteen guise de punition pour avoir escorté un convoi de l’ONU. Il a dit dans l’interview de VOA que « si vous ne voulez plus vous battre, cela ne sert à rien. C’est pourquoi je démissionne ». En décembre 2009, le cheikh Ali Hassan Gheddi, qui était à l’époque vice-commandant en chef des militants d’Shebabs islamistedans la région du Moyen Shabele, a également fait défection auprès du gouvernement, indiquant que « la cruauté d’Shebabs islamistecontre le peuple est ce qui a forcé je fais défection du côté du gouvernement. Ils extorquent de l’argent aux gens et les traitent contre l’enseignement de l’Islam « . Une autre raison qu’il a donnée pour faire défaut était l’interdiction d’Shebabs islamisteà l’époque du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies parce qu’il pensait que cela affectait directement les civils.

Avec l’argent de l’extorsion diminuant dans des régions comme Mogadiscio, défections face aux forces de l’AMISOM, entre autres problèmes internes, Shebabs islamistese tourne vers d’autres groupes islamiques militants pour obtenir son soutien. Shebabs islamistea déclaré son soutien pour renforcer leur nombre et a établi un certain nombre de liens opérationnels stratégiques avec Al-Qaïda et AQAP au Yémen. Dans certains cas, Shebabs islamistea commencé à arborer la bannière Al Qeada-Iraq lors de certains de ses rassemblements pour manifester sa solidarité avec le groupe. Il y a des signes que les militants d’Shebabs islamisteapprennent des méthodes de propagande d’Al-Qaïda. « La propagande de Shabaab a été de plus en plus lissée pour ressembler à des messages produits par l’aile médiatique ‘As-Sahab’ (‘Les nuages’) d’Al-Qaïda et le magazine Inspire d’AQAP, y compris la publication de chansons de rap par Omar Hammami. » Il n’est pas clair comment la mort du chef de l’AQAP, Anwar al-Aulaqi et d’autres, a affecté cette relation naissante entre les deux. Comme le montre leur fusion avec le Hezb-ul-Islam en décembre 2010, Shebabs islamistese tourne vers d’anciens rivaux pour obtenir de l’aide alors que leur nombre diminue en raison de défections et de victimes résultant directement des batailles avec les forces de l’AMISOM.

En juin 2012, le porte-parole du TFG, Abdirahman Omar Osman, a annoncé qu’environ 500 militants avaient déjà quitté Shebabs islamistepour combattre aux côtés des forces gouvernementales. Il a ajouté que les défections auraient augmenté quotidiennement, depuis que les forces du GFT avaient capturé la ville stratégiquement importante d’Afgooye du groupe insurgé. Le porte-parole de l’AMISOM, le lieutenant-colonel Paddy Ankunda, a également indiqué que les commandants de l’UA assistaient à plus de défections qu’à tout autre moment, un fait qu’il a suggéré était « un signe qu’al-Shabab perd de sa cohésion, perd son commandement et son contrôle. » Al-Shabaab’s des règles de plus en plus strictes, aggravées par l’extorsion de fonds, les sanctions sévères, les meurtres aveugles et la conscription forcée de jeunes hommes et garçons, auraient également aliéné les résidents locaux, encourageant une vague de défections.

Le 5 septembre 2012, 200 autres militants d’Shebabs islamisteet quelques hauts commandants d’Afmadow se sont rendus aux forces de la coalition. Les défections ont été interprétées comme renforçant considérablement l’offensive alliée car les insurgés pouvaient fournir des détails sur la stratégie de combat du groupe islamiste.

Le 22 septembre 2012, 200 autres insurgés d’Shebabs islamistedans la ville de Garsale près de Jowhar se sont rendus aux troupes alliées. Cela a fait suite à une série de batailles internes entre militants rivaux, qui ont fait huit morts parmi les combattants du groupe, dont deux hauts commandants. L’AMISOM a annoncé dans un communiqué de presse qu’elle s’attend à ce que le nombre total de défections d’Shebabs islamistedans la région atteigne 250 hommes.

Depuis le début de l’opération Océan Indien en août 2014, plus de 700 militants d’Shebabs islamistese sont rendus au gouvernement fédéral.

Le 27 décembre 2014, un officier du renseignement somalien a indiqué que le commandant en chef d’al-Shabaab, Zakariya Ismail Ahmed Hersi («Zaki»), s’était rendu à la police locale dans le sud-ouest de la province de Gedo. Selon le responsable, Hersi pourrait s’être rendu après s’être brouillé plus tôt dans l’année avec d’autres membres d’Shebabs islamistefidèles au défunt chef du groupe Godane. Le 8 mars 2015, le gouvernement américain a officiellement retiré Zaki de sa liste de récompenses pour la justice. La décision a été prise après des négociations entre le gouvernement fédéral somalien et les autorités américaines, qui ont conclu que l’ancien commandant insurgé avait rempli les conditions établissant sans ambiguïté qu’il n’était plus associé au groupe militant. Cela est intervenu à son tour après que Zaki eut publiquement renié les liens avec al-Shabaab, renoncé à la violence et pris pleinement part au processus de paix.

Le 17 janvier 2015, le commissaire de police du district de Luq, Siyad Abdulkadir Mohamed, a annoncé que le cheikh Osman Sheikh Mohamed, le commandant de la milice d’Shebabs islamistedans la région de Luq, s’était rendu aux autorités fédérales. Le chef rebelle aurait également remis tous ses armes. Selon le responsable de la police, d’autres membres d’Shebabs islamisteont l’intention de faire défection. Il a également indiqué que le gouvernement fédéral souhaite la bienvenue à tous les anciens insurgés qui renient le recours à la violence et s’engagent plutôt à participer au processus de paix.

Le 7 mars 2015, l’administration Dhusamareeb a annoncé que l’expert des mines terrestres d’Al-Shabaab, Abdullahi Mohamed «Madoobe», s’était rendu aux forces gouvernementales stationnées dans la ville. Selon le commissaire de district local Abdirahman Ali Mohamed « Geeda-Qorow » et le commandant de la police Abdullahi Garar, le spécialiste des bombes a été par la suite placé sous sa garde à vue. Garar a indiqué que Mohamed avait également suivi une formation de garde du corps. Lors d’une conférence de presse, Mohamed a simultanément renoncé à ses liens avec al-Shabaab, dénoncé son idéologie et exhorté les jeunes combattants du groupe militant à emboîter le pas et à faire défaut.

Le 30 mars, le haut responsable d’Shebabs islamisteBashaan Ali Hassan («Mohamed Ali») s’est rendu aux autorités de l’armée nationale somalienne à Hudur. Selon des résidents locaux, le chef militant avait servi dans les contingents de Bakool et de la province de Lower Shabelle du groupe insurgé. Le commandant de la SNA à Bakool Abdirahman Mohamed Osman « Tima-Adde » a indiqué que les forces gouvernementales menaient une enquête pour vérifier les circonstances de la reddition de Hassan. Il a également salué la défection comme un revers majeur pour Shebabs islamisteet ses dirigeants.

Stratégie

Médias

Shebabs islamisteprolifère sa propagande à travers divers médias. Elle exploite sa propre station de radio, Radio Andalus, et a acquis des stations relais et saisi d’autres équipements auprès de stations de radio privées, dont certaines de la BBC. Des présentateurs ont diffusé en somali, en arabe, en swahili et en anglais. Outre la radio, Internet est le plus largement utilisé par Shebabs islamisteet d’autres groupes islamiques militants tels qu’Al-Qaida car c’est le moyen le plus simple et le plus rentable d’atteindre un large public. Comme Internet est particulièrement populaire auprès des jeunes d’aujourd’hui, des organisations comme Shebabs islamisteutilisent des forums en ligne et des forums de discussion pour recruter de jeunes adeptes. Le site officiel d’Al-Shabaab, qui a depuis été supprimé, présentait des articles, des vidéos et des déclarations officielles en anglais, arabe et somalien, ainsi que des salles de classe en ligne pour éduquer les adeptes. Avant son expulsion de Mogadiscio à la mi-2011, Shebabs islamisteavait également lancé la chaîne de télévision de propagande Al-Kataib l’année précédente. Le programme pilote de la chaîne a diffusé les aveux d’Ahmed Kisi, un espion présumé de la CIA qui avait été exécuté plus tôt dans la semaine.

En outre, Shebabs islamisteutilise également la musique pour influencer et séduire les jeunes adeptes. Selon Robin Wright, « En 2010, près de huit soldats sur dix dans les nombreuses forces rebelles de Somalie étaient des enfants », qui sont particulièrement influencés et sensibles aux messages transmis à la musique moderne sur le thème occidental. L’un des dirigeants d’Al-Shabaab, né à l’étranger, l’Américain Omar Hammami, alias Abu Mansoor Al-Amriki, a gagné en notoriété après une vidéo d’avril 2009 le montrant en train de rapper sur le jihad. La chanson la plus récente de Hammami, « Send Me a Cruise », a fait ses débuts en ligne le 9 avril 2011.

En octobre 2013, Shebabs islamistea publié une vidéo de propagande ciblant plusieurs musulmans britanniques qui s’étaient prononcés contre l’extrémisme islamiste, certains d’entre eux explicitement contre le meurtre de Lee Rigby. La vidéo a exhorté les djihadistes au Royaume-Uni à suivre l’exemple des assassins de Rigby, à s’armer si nécessaire avec des couteaux de B&Q. Les musulmans nommés dans la vidéo pour avoir «vendu» comprenaient Mohammed Shafiq, Mohammed Ansar, Usama Hasan et Ajmal Masroor.

En février 2015, Shebabs islamistea publié une autre vidéo de propagande appelant à des attaques contre les centres commerciaux au Canada, au Royaume-Uni et aux États-Unis, notamment le West Edmonton Mall en Alberta, au Canada, et le Mall of America à Bloomington, Minnesota. Bien que le groupe n’ait jusqu’à présent jamais lancé d’attaques en Afrique de l’Est, la sécurité dans les deux centres commerciaux a été renforcée en réponse. La Gendarmerie royale du Canada a également indiqué qu’il n’y avait aucune preuve de menace imminente.

Compte Twitter

Le 7 décembre 2011, Shebabs islamisteaurait également commencé à utiliser le réseau de médias sociaux Twitter. Cette décision serait une tentative du groupe de contrecarrer les tweets de responsables alliés et de servir de lieu de diffusion d’informations sur les victimes présumées ainsi que de moyen d’interagir avec la presse. Le compte, HSMPress, a attiré plus de huit mille adeptes pour ses railleries pleines d’esprit de la KDF en général et de son porte-parole officiel, le major Emmanuel Chirchir, avec qui il a des échanges fréquents, en particulier.

Par exemple, après que Chirchir a réprimandé le Shabaab pour ne pas avoir laissé les femmes dans les zones sous son contrôle porter des soutiens-gorge, disant que la vie avait plus à offrir, HSMPress a répliqué « Comme bombarder des ânes, vous voulez dire! », Se référant à une récente annonce de Chirchir selon laquelle tout grand un groupe d’ânes chargés serait considéré comme une cible. « Votre stratégie de bataille excentrique a préoccupé les groupes de défense des animaux, Major. »Plus tard, répondant à l’affirmation de Chirchir selon laquelle Kismayo avait été capturé par la KDF, HSMPress a déclaré que les « garçons kenyans sont une parodie grotesque d’une armée! Ils peuvent surpassent de loin les coureurs de classe mondiale. En effet, ils « courent comme un Kenyan ». Le récit montre un côté moins belliqueux avec les autres, disant à un responsable de l’ONU qui a demandé « c’est bien quand des extrémistes ou des extrémistes présumés sortent et parlent [..] pouvons-nous prendre un café avec eux aussi ? » que « un macchiato au caramel ferait l’affaire ! »

Bien que l’on ne sache pas avec certitude si le compte HSMPress est approuvé par le Shabaab, les responsables de l’Union occidentale et africaine le croient. Il a relayé des informations sur les résultats des batailles qui étaient parfois plus précises que ses adversaires et a publié des photos de cartes d’identité authentiques de soldats de la paix de l’AMISOM disparus qui auraient été tués au combat. Le compte lui-même est géré par un homme du nom de guerre Sheik Yoonis, qui a répondu par le passé aux questions de la presse lors d’interviews téléphoniques avec un « accent britannique coupé ».

La plupart des messages d’Shebabs islamistesur Twitter sont en anglais, les autorités suggérant qu’ils sont destinés à un public extérieur et à des recrues potentielles en Occident. Aux États-Unis, où Twitter est basé, des responsables étudient des moyens légaux de résilier le compte, bien qu’ils reconnaissent que cela pourrait soulever des problèmes de liberté d’expression. Chirchir a déclaré dans un tweet à lui-même qu’une telle décision serait contre-productive, car « Shebabs islamistedoit être engagé positivement, et Twitter est la seule avenue ».

En janvier 2013, Twitter a suspendu le compte en anglais d’al-Shabaab. Cela était apparemment en réponse au récit qui avait émis des menaces de mort contre le Français « Denis Allex » et posté par la suite des photos de son cadavre après la tentative de sauvetage en otage de Bulo Marer bâclée, ainsi que des menaces de tweet de tuer des otages kenyans. Shebabs islamistea ensuite ouvert un nouveau compte Twitter le 4 février 2013. [166] Twitter a de nouveau fermé le compte le 6 septembre 2013 pour des raisons non précisées. Quelques jours plus tôt, le 3 septembre, le groupe d’insurgés avait utilisé le service pour revendiquer la responsabilité d’une tentative d’embuscade infructueuse contre un convoi transportant le président somalien Hassan Sheikh Mohamud. Les militants ont également tweeté après l’attaque que le groupe n’avait pas d’autres flux Twitter actifs en anglais et ont mis en garde les utilisateurs contre les « comptes parodiques ». Le groupe insurgé a également écrit que « la prochaine fois, vous n’aurez pas autant de chance », en violation apparente des politiques des utilisateurs de Twitter contre les menaces de violence et l’utilisation du service à des fins ou activités illicites. Cependant, le compte en langue arabe d’Shebabs islamisteest resté ouvert. Le groupe a ensuite relancé son compte Twitter anglais le 11 septembre 2013.

En septembre 2013, Twitter a suspendu au moins six comptes d’Shebabs islamisteaprès que la tenue a ridiculisé la réponse du gouvernement kenyan à l’attaque du centre commercial Westgate à Nairobi, une attaque dont Shebabs islamistea revendiqué la responsabilité. Le groupe a ensuite rouvert un compte Twitter en décembre, expliquant que « l’objectif est de contester vigoureusement les informations diffamatoires dans les médias en présentant une image fidèle de l’état actuel du Jihad en Somalie et en combattant les machines de propagande occidentales parrainées par l’État. qui sont payés pour diaboliser les moudjahidin.  » Un porte-parole du gouvernement somalien a déclaré que les autorités somaliennes étaient opposées à la présence d’Shebabs islamistesur le site Web des médias sociaux, car le groupe « ne devrait pas avoir la possibilité de tromper les jeunes ».

Sécheresse

À la suite de la sécheresse de 2011 en Afrique de l’Est, Shebabs islamistea adapté sa stratégie de propagande pour s’adapter à l’évolution des circonstances. Dans certains cas, les membres du groupe ont utilisé l’aide humanitaire comme outil de recrutement, en utilisant des fournitures de secours comme pots-de-vin et comme incitation à rejoindre les militants, dont le nombre avait diminué en raison de victimes et de défections. Les membres du groupe ont rejeté la déclaration de l’ONU sur la famine dans diverses régions comme étant exagérée et ont interdit à diverses organisations de fournir une aide à ces régions.

En réponse, le Premier ministre de la Somalie Abdiweli Mohamed Ali a nommé en juillet 2011 un comité national pour lutter contre la grave sécheresse affectant le sud du pays et le mois suivant a annoncé la création d’une nouvelle force de sécurité de 300 hommes. Assistée par des soldats de la paix de l’Union africaine, l’unité militaire avait pour objectif principal de protéger les convois et l’aide des rebelles d’al-Shabaab, ainsi que de sécuriser les camps de déplacés internes lors de la distribution des secours.

Bien que les combats aient perturbé l’acheminement de l’aide dans certaines régions, une intensification des opérations de secours à la mi-novembre a incité l’ONU à déclasser la situation humanitaire dans plusieurs régions du niveau famine au niveau d’urgence. L’accès humanitaire aux zones contrôlées par Shebabs islamistes’est également amélioré et les précipitations ont dépassé les attentes, améliorant les perspectives d’une bonne récolte début 2012. En février 2012, l’ONU déclare que la Somalie a produit une récolte exceptionnelle et que la famine est terminée.

Opération Linda Nchi

Depuis le début de l’entrée des Forces de défense kenyanes (KDF) de l’Opération Linda Nchi dans le sud de la Somalie contre les militants d’al-Shabaab, Shebabs islamistea intensifié ses efforts de propagande. Les membres du groupe ont commencé à diversifier leurs tactiques, en utilisant diverses méthodes pour démoraliser les forces alliées. Selon l’Associated Press, Shebabs islamistea recouvert certaines de ses propres victimes en uniformes du TFG et de l’UA, bien qu’un porte-parole de l’Union africaine ait indiqué que seuls deux corps de soldats de l’UA étaient portés disparus. Environ la moitié des cadavres étaient également visiblement somaliens, ce qui a incité des témoins oculaires à suggérer qu’il s’agissait de soldats tombés au pouvoir. Les autres étaient vêtus d’uniformes militaires burundais et ressemblaient à des étrangers non somaliens, des militants d’Shebabs islamisteexhibant une Bible et des crucifix qui auraient été pris au défunt. De plus, Shebabs islamistea organisé des défilés de milices en guise de démonstration de force dans des villes comme Marka.

Comme Shebabs islamistesubit de lourdes pertes militaires, l’efficacité de sa campagne de propagande à ce jour n’est pas concluante. Ce qui est évident, cependant, c’est qu’ils intensifient leurs efforts de propagande sans réponse correspondante des forces du GFT, de l’AMISOM et de la KDF. Shebabs islamistese retire des régions du sud de la Somalie et des régions autour de Mogadiscio sont faussement annoncées comme des manœuvres tactiques par les militants qui sont confrontés à la défaite – tandis que les forces alliées restent largement muettes sur le succès qu’elles ont remporté dans la région.

Les techniques de propagande employées par Shebabs islamistemontrent le contraste frappant entre les forces militantes et les armées conventionnelles de l’AMISOM. Alors que les forces de Shabaab agissent en toute impunité en ce qui concerne leurs tactiques de guérilla, les forces alliées sont obligées de se conformer aux articles de la Convention de Genève qui les obligent à avertir les civils des raids aériens et des mouvements de troupes – informant souvent les militants mêmes qu’ils ont l’intention de frapper et de quitter les empêchant d’agir lorsqu’ils observent des activités militantes flagrantes. Selon Al-Jazeera, Shebabs islamistea également tenté de capitaliser sur l’incursion coordonnée en se présentant comme une force de résistance combattant les occupants étrangers et a exhorté les résidents locaux à prendre les armes contre les soldats kenyans.

Interdiction des sacs en plastique

En juillet 2018, Shebabs islamistea annoncé une interdiction totale des sacs en plastique à usage unique sur son territoire lors d’une émission car ils « constituent une menace sérieuse pour le bien-être des humains et des animaux », tout en interdisant l’exploitation forestière de plusieurs espèces. d’arbres rares dans la même annonce. Certains ont fait valoir que, bien que ces avancées respectueuses de l’environnement soient les bienvenues, elles sont éclipsées par les activités terroristes du groupe, tandis que d’autres se sont moquées des États-Unis et d’autres pays pour avoir pris moins de mesures contre le changement climatique qu’un groupe terroriste. Cela fait suite au message des talibans de 2017 de « planter un ou plusieurs arbres fruitiers ou non fruitiers pour l’embellissement de la Terre et au profit des créations d’Allah tout-puissant ». Un porte-parole du président afghan Ashraf Ghani, Shah Hussain Murtazawi, a décrit ces messages écologiques comme une tentative de tromper l’opinion publique et de détourner l’attention des « crimes et destructions » des Taliban.

Relations avec d’autres groupes militants

Al-Quaïda

Le 9 février 2012, Mukhtar Abu al-Zubair « Godane » a annoncé dans un message vidéo de quinze minutes qu’Shebabs islamisterejoindrait l’organisation militante islamiste al-Qaïda, sous la direction d’Ayman al-Zawahiri. Al-Zubair a déclaré : « Au nom des soldats et des commandants d’al-Shabaab, nous vous promettons allégeance. Alors, conduisez-nous sur le chemin du djihad et du martyre tracé par notre imam, le martyr Oussama. » Al-Zawahiri a approuvé et salué Shebabs islamisteen tant qu’affilié basé en Somalie d’Al-Qaïda dans une réponse vidéo de 15 minutes, déclarant: « Aujourd’hui, j’ai une bonne nouvelle pour la Oummah musulmane qui plaira aux croyants et dérangera les mécréants, qui est le l’adhésion du mouvement Shabaab al-Mujahideen en Somalie à Qaeda al-Jihad, pour soutenir l’unité jihadiste contre la campagne Zio-Crusader et leurs assistants parmi les dirigeants d’agents perfides.  » La fusion fait suite à des informations faisant état d’une rupture de la direction , et cela coïncide avec des informations selon lesquelles de grandes factions se séparent d’Shebabs islamisteet jusqu’à 500 combattants d’Shebabs islamistefuyant ou quittant le sud de la Somalie pour le Yémen, où une branche complète d’Al-Qaïda AQAP s’intensifie opérations, sous la pression militaire perçue accrue depuis un nouveau président a pris ses fonctions. Le gouvernement fédéral de transition de la Somalie a officiellement reconnu les deux groupes islamistes comme un seul groupe.

Un sondage réalisé du 8 au 16 avril 2012 par la société internationale d’études de marché YouGov a examiné les opinions des résidents de la région MENA concernant les nouvelles de la fusion. Le groupe combiné a suscité la crainte chez la plupart des répondants, 42% estimant que l’annonce de la fusion devrait être une source d’alarme pour la communauté internationale ; 23% des sondeurs en étaient très convaincus. 45% des personnes interrogées pensaient que la fusion des deux groupes renforcerait les tentatives d’Al-Qaïda de recruter de nouveaux agents, 12% indiquant que la fusion renforcerait les capacités de ce dernier groupe et 11% estimant qu’elle entraînerait davantage d’attaques terroristes contre le continent. En outre, 55% des sondeurs ne savaient pas comment les dirigeants somaliens réagiraient aux nouvelles de la fusion, bien que 36% aient suggéré que cela entraînerait davantage de mouvements contre Shebabs islamistepar l’armée somalienne. 34% des répondants ont également indiqué que l’annonce de la fusion constituait un effort de propagande visant à garantir une plus grande couverture des deux groupes islamistes, 30% des sondeurs estimant que la décision de fusion prouvait qu’Shebabs islamisteet Al-Qaeda étaient sous la contrainte.

En réponse au changement de nom et à la fusion annoncés de Godane avec al-Qaïda, tous les autres hauts dirigeants de Shabaab ont convoqué une conférence à Baidabo. Ils ont refusé d’adopter le nouveau nom (al-Qaïda en Afrique de l’Est) et ils se sont mis d’accord sur une nouvelle politique, se concentrant entièrement sur les questions nationales et sans plus parler de la lutte internationale. Une proposition de politique importante consistait à former une choura nationale des religieux islamiques indépendante, ce qui signifie également indépendante d’Al-Qaïda. Avec cela, ils semblent essayer de lever certains obstacles pour parvenir à une entente avec leurs adversaires soufis et éviter d’être pris pour cible par des drones américains. Aweys a déclaré plus tard que : « Shebabs islamisteet al-Qaida ne sont qu’une petite partie du groupe islamique plus large et l’idéologie d’al-Qaeda ne doit pas être considérée comme la seule voie juste pour l’islam. »

Cette révolte ouverte contre al-Qaïda a rendu plus probable qu’Shebabs islamistese préparerait lentement à une sorte d’entente négociée. Le 23 février 2012, alors que Shabaab a été chassé de plusieurs bastions, Radio Magadishu a rapporté que 120 dirigeants et partisans d’al-Qaïda avaient fui Kismayo pour aller au Yémen. Aweys a été nommé commandant militaire de Kismayo et du sud.

En 2013, les dissensions internes au sein d’Shebabs islamisteont éclaté en une guerre totale entre la faction de Godane et celles des autres dirigeants de l’organisation. Fin juin, quatre commandants supérieurs de Shabaab ont été exécutés sous les ordres de Godane. L’un de ces commandants était Ibrahim al-Afghani, qui s’était plaint du style de leadership de Godane dans une lettre à Ayman al-Zawahiri. Seize autres ont été arrêtés et Aweys s’est enfui. Il a ensuite été placé en détention à Mogadiscio par les forces gouvernementales somaliennes. Le 12 septembre, Omar Hammami, qui avait quitté le groupe en raison de désaccords importants avec Godane, a été tué par les forces d’al-Shabaab. Simon Tisdall a déclaré que la fusillade du centre commercial Westgate en septembre était le reflet de la lutte pour le pouvoir au sein du groupe insurgé, la faction djihadiste mondiale dure de Godane cherchant à exercer son autorité.

AQMI et Boko Haram

Selon le général de l’armée américaine Carter Ham, al-Shabaab, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et Boko Haram (BH), basé au Nigéria, tentaient en juin 2012 de synchroniser et de coordonner leurs activités en termes de partage de fonds, formation et explosifs. Ham a ajouté qu’il pensait que la collaboration représentait une menace pour la sécurité intérieure des États-Unis et les autorités locales. Cependant, selon le spécialiste de la lutte contre le terrorisme, Rick Nelson, du Center for Strategic International Studies, basé à Washington, il y avait peu de preuves que les trois groupes ciblaient les zones américaines, car chacun était principalement intéressé à établir des administrations fondamentalistes dans leurs régions respectives. En mai 2014, Fuad Shongole, membre senior d’Al-Shabab, a déclaré que les combattants d’al-Shabab mèneraient le djihad, ou guerre sainte, au Kenya et en Ouganda « et ensuite, avec la volonté de Dieu, en Amérique ».

Hizbul Islam

Le 24 septembre 2012, le porte-parole de Hizbul Islam, Mohamed Moallim, a annoncé que son groupe mettait fin à son association avec al-Shabaab, un groupe avec lequel il affirmait que son organisation ne s’était que officiellement associée. Moallim a cité les changements politiques importants qui se produisent en Somalie ainsi que la publication de la propagande d’Shebabs islamistecontre Hizbul Islam comme les principales raisons de la décision de son groupe de quitter la coalition. Il a ajouté que son organisation ne partageait pas la philosophie politique d’Shebabs islamisteet qu’il estimait que le groupe militant avait été considérablement « affaibli ». Moallim a également indiqué que Hizbul Islam était ouvert à des discussions avec tous les acteurs politiques du pays travaillant pour un bien commun.

État islamique d’Irak et du Levant

À partir du début de 2015, l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) a publié une série de vidéos en ligne visant al-Shabaab, appelant le groupe à changer d’allégeance d’al-Qaïda au chef de l’EIIL, Abu Bakr al-Baghdadi. En septembre 2015, Al-Shabab a publié une note interne destinée aux éléments pro-ISIL dans ses rangs, déclarant que la politique du groupe est de continuer son allégeance à al-Qaida, et a interdit toute discussion relative à ISIL. Le groupe a également arrêté certains de ses combattants qui avaient exprimé leur soutien à l’EIIL.

En octobre 2015, le commandant en chef d’al-Shabaab, Abdul Qadir Mumin et environ 20 de ses partisans dans la région du Puntland ont prêté allégeance à l’EIIL. De nouvelles défections dans les rangs d’Shebabs islamistese sont produites dans la région frontalière entre la Somalie et le nord du Kenya. En novembre 2015, un commandant pro-EIIL appelé Hussein Abdi Gedi a été pris en embuscade et tué, et au moins 9 combattants d’Shebabs islamisteont été tués lors de combats entre les deux factions. Le chef d’al-Shabab dans la région du Bas-Shabelle, Abu Abdalla, a accordé une interview dans laquelle il a déclaré que tous les membres pro-ISIL devraient quitter le groupe ou être tués.

Bounties

En 2012, le gouvernement des États-Unis a lancé une nouvelle politique consistant à offrir des récompenses financières en échange d’informations sur le lieu où se trouvent les membres d’al-Shabaab. Le 7 juin, le Département d’État américain a présenté une offre totalisant 33 millions de dollars pour la capture de sept des commandants supérieurs d’al-Shabaab, dont 3 à 7 millions de dollars (2 à 4,5 millions de livres sterling) par chef. Sept millions de dollars du total des fonds ont été mis de côté pour des informations concernant l’émir ou le chef spirituel du groupe insurgé, Ahmed Godane (Abu Zubayr), avec une prime de 5 millions de dollars sur le chef adjoint d’al-Shabaab, Mukhtar Robow (Abu Mansur). En outre, une prime de 3 millions de dollars a été réservée au commandant en chef Zakariya Ismail Ahmed Hersi.

Le 8 juin, le Gouvernement fédéral de transition (TFG) de la Somalie a publié une déclaration officielle exprimant son soutien à cette initiative.

En réponse, le commandant en chef d’al-Shabaab, Fu’ad Mohamed Khalaf (Sheikh Shongole), a fait une fausse offre le même jour, promettant 10 chameaux à toute personne possédant des informations sur le président américain Barack Obama. Shongole a également offert de manière moqueuse une prime moins précieuse de 10 coqs et 10 poules pour des informations concernant la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton.

Lors d’une visite officielle à Mogadiscio, le principal envoyé américain Johnnie Carson a rejeté la contre-offre d’Shebabs islamistecomme « absurde ». Il a également indiqué que le gouvernement américain imposerait des sanctions à quiconque tenterait de contrecarrer le processus politique en cours, notamment en invoquant des interdictions de visa et de voyage et en gelant des avoirs.

Le 21 mars 2013, le Département d’État américain a annoncé une nouvelle prime de 5 millions de dollars chacun pour des informations sur deux hauts commandants américains d’al-Shabaab, Abu Mansour al-Amriki (Omar Shafik Hammami) et Jehad Serwan Mostafa.

Le 15 mars 2014, le Département d’État américain a également commencé à offrir des primes allant jusqu’à 3 millions de dollars chacune pour des informations conduisant à l’arrestation ou à la condamnation des membres d’al-Shabaab, Abdikadir Mohamed Abdikadir, Yasin Kilwe et Jafar. Selon des responsables du Département d’État, Abdikadir coordonne les activités de recrutement d’Shebabs islamisteau Kenya, Jafar étant son adjoint ; Kilwe sert d’émir d’Shebabs islamistepour la région du nord-est du Puntland. Les primes font partie du programme «Récompenses pour la justice», dans lequel de l’argent est émis pour des pistes sur des suspects de terrorisme.

Le 27 septembre 2014, la National Intelligence and Security Agency (NISA) a offert une récompense de 2 millions de dollars à toute personne fournissant des informations menant à l’arrestation du nouveau chef d’al-Shabaab, Ahmed Omar Abu Ubeyda. Selon le commandant du CSRN, Abdirahman Mohamed Turyare, un million de dollars distinct serait récompensé pour toute personne qui fournirait des informations susceptibles d’entraîner la mort d’Ubeyda. Turyare a également promis que l’identité des informateurs resterait confidentielle. C’est, semble-t-il, la première fois qu’un responsable de la sécurité somalien offre de telles primes, mortes ou vives, à un chef d’al-Shabaab.

Le 3 avril 2015, le gouvernement kenyan a offert une récompense de 20 millions de shillings kenyans (215 000 $) pour l’arrestation de Mohamed Mohamud, qui est commandant des opérations d’Shebabs islamisteau Kenya.

Le 10 avril 2015, le gouvernement fédéral de la Somalie a offert une récompense de 250 000 $ pour la capture du commandant d’Shebabs islamisteAhmed Diriye. Il a également placé des primes comprises entre 100 000 $ et 150 000 $ pour obtenir des informations sur le lieu où se trouve ou conduire à l’arrestation de plusieurs autres dirigeants du groupe militant, notamment Mahad Warsame Galay (Mahad Karate), Ali Mohamed Raage (Ali Dhere), Abdullahi Abdi (Daud Suheyb ), Mohamed Mohamud Noor «Sultan», Ali Mohamed Hussein (Ali Jeesto), Mohamed Mohamud (Gama-Dhere), Hassan Mohamed Afgoye, Mohamed Abdi Muse Mohamed, Yasin Osman Kilwa et Abdullahi Osman. De plus, le gouvernement fédéral a indiqué que toute piste qui lui serait transmise vis-à-vis des commandants insurgés recherchés resterait strictement confidentielle.

Soutenir les allégations

Érythrée

En décembre 2009, le Conseil de sécurité des Nations Unies a imposé des sanctions à l’Érythrée, accusant le pays de la Corne de l’Afrique d’armer et de fournir une aide financière aux milices des zones de conflit du sud de la Somalie, y compris al-Shabaab. Des avions chargés d’armes provenant d’Érythrée auraient été envoyés à des rebelles antigouvernementaux dans le sud de la Somalie. Les soldats de la paix de l’UA auraient également capturé des soldats et des prisonniers de guerre érythréens. En 2010, le Groupe international de surveillance des Nations Unies (IMG) a également publié un rapport accusant le gouvernement érythréen de continuer à soutenir les groupes rebelles du sud de la Somalie, malgré les sanctions déjà imposées à la nation. L’administration érythréenne a catégoriquement nié les accusations, les qualifiant de « concoctées, sans fondement et sans fondement » et exigeant que des preuves concrètes soient rendues publiques, avec une plate-forme indépendante à travers laquelle elle peut à son tour émettre une réponse. En novembre 2011, le Groupe de surveillance des Nations Unies a répété à plusieurs reprises que l’Érythrée soutiendrait al-Shabaab. Le rapport indique que l’Érythrée donne 80 000 $ US chaque mois à des individus liés à Shebabs islamisteà Nairobi.

Le 5 juillet 2012, l’administration Obama a annoncé des sanctions contre le chef du renseignement de l’Érythrée et un officier militaire de haut rang en raison d’allégations de soutien à al-Shabaab. Le colonel Tewolde Habte Negash est accusé d’avoir dispensé une formation et un soutien tandis que le colonel Taeme Abraham Goitom aurait organisé une opposition armée au gouvernement somalien. Les sanctions gèlent les actifs américains de l’individu et interdisent aux Américains de faire affaire avec eux. Le 16 juillet 2012, un rapport du Groupe de contrôle des Nations Unies a déclaré qu ‘ »il n’avait trouvé aucune preuve d’un soutien direct de l’Érythrée à Shebabs islamisteau cours de l’année écoulée ».

Somaliland

En 2010, des rapports ont fait surface liant le gouvernement sécessionniste de la région du nord-ouest du Somaliland aux extrémistes islamistes qui mènent actuellement une guerre contre le gouvernement fédéral de transition et ses alliés de l’Union africaine. L’Association internationale d’études stratégiques (AISS) a publié plusieurs rapports peu après les élections présidentielles de 2010 au Somaliland, accusant le président nouvellement élu de l’enclave, Ahmed M. Mahamoud Silanyo, d’avoir des liens étroits avec des groupes islamistes, et suggérant que son parti politique Kulmiye avait remporté l’élection en en grande partie grâce au soutien d’un large réseau d’islamistes, y compris al-Shabaab. L’AISS a également décrit le Dr Mohamed Abdi Gaboose, le nouveau ministre de l’Intérieur du Somaliland, comme un islamiste ayant « de solides relations personnelles avec al-Shabaab », et a prédit que le groupe militant serait par conséquent habilité.

En janvier 2011, le Puntland a accusé le Somaliland d’avoir fourni un refuge sûr à Mohamed Said Atom, un contrebandier d’armes qui serait allié à al-Shabaab. Le Somaliland a vigoureusement nié ces accusations, les qualifiant d’écran de fumée pour détourner l’attention des propres activités du Puntland.

Atom et ses hommes se seraient cachés et auraient reçu des soins médicaux au Somaliland après avoir été poursuivis par les forces du Puntland fin 2010. L’Agence de renseignement du Puntland a également affirmé que plus de 70 soldats du Somaliland avaient combattu aux côtés des miliciens d’Atom, dont un responsable des services secrets connu décédé au combat. Les médias du Somaliland ont rapporté en janvier que le représentant d’Atom avait demandé une assistance militaire aux autorités du Somaliland et qu’il avait nié que la milice d’Atom soit liée à al-Shabaab.

Des documents du gouvernement du Puntland affirment que la milice d’Atom a été utilisée comme mandataire en 2006. Ils accusent le Somaliland d’avoir offert une aide financière et militaire pour déstabiliser le Puntland et détournent l’attention des tentatives d’occupation de la province contestée de Sool.

Les forces kenyanes travaillent main dans la main pour mener la guerre contre Shebabs islamistedans la région. Le nombre total de morts sur Shebabs islamisteest de 1 392 depuis 2015.

Qatar

Le journaliste saoudien Adnan Muhammad a déclaré dans une émission du 23 juillet 2019 sur Saudi 24 TV (Arabie saoudite). « Le Qatar a joué un rôle important dans le mouvement somalien Al-Shabab », et a souligné que le « chef adjoint » d’Al-Shabab, Mohamed Said Atom, vit à Doha.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés