Afrique
22 juillet 2020

Soudan: le procès de l’ex-président Omar el-Béchir s’est ouvert à Khartoum

Le procès de l’ex-président soudanais Omar el-Béchir et 27 autres personnes accusées d’avoir pris le pouvoir par un coup d’Etat […]

6 avril 2020 Afrique du Nord

Libye: un ancien haut dirigeant de la rébellion anti-Kadhafi décède du coronavirus

Coronavirus en Libye – Mahmoud Jibril, ex-chef de l’exécutif de la rébellion libyenne ayant contribué à renverser le régime de […]

Lire la suite »
7 juin 2012 Togo

Togo : Le livre "Mouammar Kadhafi et la réalisation de l’union africaine" publié

LOME (Xinhua) – M. Essè Amouzou, Maître de conférences à l’Université de Lomé a dédicacé mercredi à Lomé son ouvrage « Mouammar Kadhafi et la réalisation de l’Union africaine », a constaté sur place l’agence Xinhua.

Lire la suite »
21 novembre 2011 Libye

Libye: le plus jeune fils de Mouammar Kadhafi toujours en vie (source du CNT)

BENGHAZI, (Xinhua) – Le plus jeune fils de l’ancien leader libyen Mouammar Kadhafi, Khamis, est toujours en vie, a annoncé aujourd´hui une source du ministère libyen de la Défense.

Lire la suite »
21 octobre 2011 Libye

Prise de position de la Suisse après la mort du colonel Mouammar Kadhafi

GENEVE (Xinhua) – Le département fédéral des affaires étrangères suisse (DFAE) a déclaré jeudi que la disparition du colonel Mouammar Kadhafi « permettra au Conseil National de Transition (CNT) de poursuivre son travail vers une transition démocratique dans ce pays » .

Lire la suite »
20 octobre 2011 Libye

La télévision libyenne annonce la capture de Mouammar Kadhafi

SYRTE (© 2011 Afriquinfos) – La télévision libyenne a annoncé que Mouammar Kadhafi a été capturé dans sa ville natale, Syrte. Lors de son arrestation, Mouammar Kadhafi aurait été blessé aux deux jambes.

Lire la suite »
25 septembre 2011 Algérie

Les propos tenus par la fille de Mouammar Kadhafi sont "inacceptables"(ministre algérien des AE)

ALGER (Xinhua) – Le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a déclaré samedi à l’agence de presse APS que les propos tenus vendredi par la fille de Mouammar Kadhafi, Aicha Kadhafi, à une chaîne de télévision arabe sont « inacceptables » et que des mesures seront prises pour que ce type de comportement ne se répète plus.

Lire la suite »
1 septembre 2011 Libye

Le gouvernement algérien refuse l’entrée à Mouammar Kadhafi

ALGER (Xinhua) – Mouammar Kadhafi se trouverait à Ghadames, petite ville libyenne près de la frontière entre la Libye, la Tunisie et l’Algérie) en compagnie de certains membre de sa famille.

Lire la suite »
24 août 2011 Libye

Portrait Mouammar Kadhafi, leader libyen

TRIPOLI (Xinhua) – Mouammar Kadhafi, le plus ancien chef d’Etat du monde arabe, gouverne la Libye depuis bientôt 42 ans. Guide de la révolution libyenne en 1969, ce colonnel âgé de 69 ans fait l’objet de manifestations et de troubles de grande ampleur touchant le pays depuis février 2011.

Lire la suite »
Libye

La Tunisie n’est pas la destination de Mouammar Kadhafi

TUNIS (Xinhua) – Déclarant que le sort du colonel Kadhafi est encore inconnu, Mustapha Abdeljelil, président du Conseil nationalde transition libyen a démenti que la Tunisie  » soit la destination de Kadhafi qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt du tribunal pénal international (TPI) », rapporte mercredi l’agence de presse TAP.

Lire la suite »
22 août 2011 Libye

Un des fils de Mouammar Kadhafi se rend aux rebelles

BENGHAZI (Xinhua) – Un des fils de Mouammar Kadhafi, Mohammed Al-Kadhafi, s’est rendu aux rebelles, a annoncé Abdullah Almayhop, haut responsable du Conseil national de Transition, organe politique de la rébellion.

Lire la suite »
Libye

Portrait de Mouammar Kadhafi

TRIPOLI (Xinhua) – Le régime du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi est sur le point de s’effondrer après une gouvernance controversée de plus de quatre décennies. Les troupes rebelles ont pris le contrôle de la capitale Tripoli dimanche soir et son fils Saif Al-Islam a été arrêté.

Lire la suite »

Mouammar Mohammed Abu Minyar Kadhafi, communément appelé colonel Kadhafi, était un révolutionnaire, un politicien et un théoricien politique libyen. Il a gouverné la Libye en tant que président révolutionnaire de la République arabe libyenne de 1969 à 1977, puis en tant que «frère leader» de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste de 1977 à 2011. Il était initialement attaché idéologiquement au nationalisme arabe et au socialisme arabe, mais plus tard gouverné selon sa propre troisième théorie internationale.

Né près de Syrte, en Libye italienne, dans une famille bédouine pauvre, Kadhafi est devenu nationaliste arabe alors qu’il était à l’école à Sabha, puis il s’est inscrit à l’Académie militaire royale de Benghazi. Au sein de l’armée, il a fondé un groupe révolutionnaire qui a renversé la monarchie Senussi d’Idris soutenue par l’Occident lors d’un coup d’État de 1969. Après avoir pris le pouvoir, Kadhafi a converti la Libye en une république dirigée par son Conseil de commandement révolutionnaire. Décidant par décret, il déporta les populations italienne et juive de Libye et expulsa ses bases militaires occidentales. Renforcant les liens avec les gouvernements nationalistes arabes – en particulier l’Égypte de Gamal Abdel Nasser – il a défendu sans succès l’union politique panarabe. Moderniste islamique, il a introduit la charia comme base du système juridique et promu le « socialisme islamique ». Il a nationalisé l’industrie pétrolière et a utilisé les revenus croissants de l’État pour soutenir l’armée, financer des révolutionnaires étrangers et mettre en œuvre des programmes sociaux mettant l’accent sur les projets de construction de maisons, de soins de santé et d’éducation. En 1973, il a initié une «révolution populaire» avec la formation des congrès populaires de base, présentés comme un système de démocratie directe, mais a conservé le contrôle personnel sur les décisions importantes. Il a présenté sa troisième théorie internationale cette année-là dans le Livre vert.

Kadhafi a transformé la Libye en un nouvel État socialiste appelé Jamahiriya (« état des masses ») en 1977. Il a officiellement adopté un rôle symbolique dans la gouvernance mais est resté à la fois le chef des comités militaires et révolutionnaires chargés de contrôler et de réprimer la dissidence. Au cours des années 1970 et 1980, les conflits frontaliers infructueux de la Libye avec l’Égypte et le Tchad, le soutien aux militants étrangers et la responsabilité présumée du bombardement de Lockerbie en Écosse l’ont laissée de plus en plus isolée sur la scène mondiale. Une relation particulièrement hostile s’est développée avec les États-Unis, le Royaume-Uni et Israël, entraînant le bombardement américain de la Libye en 1986 et des sanctions économiques imposées par les Nations Unies. À partir de 1999, Kadhafi a évité le socialisme arabe et encouragé la privatisation économique, le rapprochement avec les nations occidentales et le panafricanisme ; il a été président de l’Union africaine de 2009 à 2010. Au milieu du printemps arabe de 2011, des manifestations contre la corruption généralisée et le chômage ont éclaté dans l’est de la Libye. La situation est descendue dans la guerre civile, au cours de laquelle l’OTAN est intervenue militairement aux côtés du Conseil national de transition anti-Kadhafi (CNT). Le gouvernement a été renversé et Kadhafi s’est retiré à Syrte, seulement pour être capturé et tué par des militants du NTC.

Personnage très diviseur, Kadhafi a dominé la politique libyenne pendant quatre décennies et a fait l’objet d’un culte omniprésent de la personnalité. Il a été décoré de divers prix et félicité pour sa position anti-impérialiste, son soutien à l’unité arabe, puis africaine, et pour les améliorations importantes que son gouvernement a apportées à la qualité de vie du peuple libyen. À l’inverse, de nombreux Libyens se sont fermement opposés à ses réformes sociales et économiques, et il a été accusé à titre posthume d’abus sexuels. Il a été condamné par beaucoup comme un dictateur dont l’administration autoritaire a violé les droits de l’homme et financé le terrorisme mondial.

Jeunesse

Enfance : jusqu’en 1950

Muammar Mohammed Abu Minyar Kadhafi est né près de Qasr Abu Hadi, une zone rurale à l’extérieur de la ville de Syrte dans les déserts de la Tripolitaine, dans l’ouest de la Libye. Sa famille venait d’un petit groupe tribal relativement peu influent appelé le Qadhadhfa, qui était arabisé berbère dans son héritage. Sa mère s’appelait Aisha (décédée en 1978) et son père, Mohammad Abdul Salam bin Hamed bin Mohammad, était connu sous le nom d’Abu Meniar (décédé en 1985) ; ce dernier gagnait une maigre subsistance comme éleveur de chèvres et de chameaux. On a prétendu que sa grand-mère maternelle était un juif qui s’était converti à l’islam.

Avec d’autres bédouins nomades, la famille était analphabète et ne tenait aucun registre de naissance. En tant que telle, la date de naissance de Kadhafi n’est pas connue avec certitude, et des sources l’ont fixée en 1942 ou au printemps 1943, bien que ses biographes David Blundy et Andrew Lycett aient noté qu’elle aurait pu être antérieure à 1940. Seul fils survivant de ses parents, il avait trois sœurs aînées. L’éducation de Kadhafi dans la culture bédouine a influencé ses goûts personnels pour le reste de sa vie ; il préférait le désert à la ville et s’y retirait pour méditer.

Dès l’enfance, Kadhafi était conscient de l’implication des colonialistes européens en Libye ; sa nation a été occupée par l’Italie, et pendant la campagne nord-africaine de la Seconde Guerre mondiale, elle a été témoin d’un conflit entre les forces italiennes et britanniques. Selon des affirmations ultérieures, le grand-père paternel de Kadhafi, Abdessalam Bouminyar, a été tué par l’armée italienne lors de l’invasion italienne de 1911. À la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, la Libye était occupée par les forces britanniques et françaises. La Grande-Bretagne et la France envisagèrent de diviser la nation entre leurs empires, mais l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU) décida d’accorder l’indépendance politique au pays et créa en 1951 le Royaume-Uni de Libye, un État fédéral sous la direction d’un monarque pro-occidental, Idris, qui a interdit les partis politiques et centralisé le pouvoir entre ses propres mains.

Éducation et activisme politique : 1950-1963

La première éducation de Kadhafi était de nature religieuse, dispensée par un enseignant islamique local. Par la suite, déménageant à Syrte, toute proche, pour aller à l’école primaire, il a progressé en six années en quatre ans. L’éducation en Libye n’était pas gratuite, mais son père pensait que cela bénéficierait grandement à son fils malgré les difficultés financières. Pendant la semaine, Kadhafi a dormi dans une mosquée, et le week-end a parcouru 20 miles pour rendre visite à ses parents. À l’école, Kadhafi a été victime d’intimidation pour être bédouin, mais il était fier de son identité et encourageait la fierté des autres enfants bédouins. De Syrte, lui et sa famille ont déménagé dans le bourg de Sabha à Fezzan, dans le centre-sud de la Libye, où son père a travaillé comme gardien pour un chef de tribu pendant que Mouammar allait à l’école secondaire, ce qu’aucun des parents n’avait fait. Kadhafi était populaire dans cette école ; certains amis qui s’y sont fait ont reçu des emplois importants dans sa dernière administration, notamment son meilleur ami, Abdul Salam Jalloud.

De nombreux enseignants de Sabha étaient égyptiens et, pour la première fois, Kadhafi a eu accès à des journaux panarabes et à des émissions de radio, notamment la Voix des Arabes basée au Caire. En grandissant, Kadhafi a vu des événements importants secouer le monde arabe, notamment la guerre israélo-arabe de 1948, la révolution égyptienne de 1952, la crise de Suez de 1956 et la courte durée de vie de la République arabe unie entre 1958 et 1961. Kadhafi a admiré les changements politiques mis en œuvre en République arabe d’Égypte sous la houlette de son héros, le président Gamal Abdel Nasser. Nasser a plaidé pour le nationalisme arabe; le rejet du colonialisme occidental, du néocolonialisme et du sionisme ; et une transition du capitalisme au socialisme. Kadhafi a été influencé par le livre de Nasser, Philosophie de la révolution, qui décrivait comment initier un coup d’État. Un des professeurs égyptiens de Kadhafi, Mahmoud Efay, aurait sympathisé avec les idées politiques de la jeunesse et l’a informé qu’une révolution réussie aurait besoin du soutien de l’armée. 

Kadhafi a organisé des manifestations et distribué des affiches critiquant la monarchie. En octobre 1961, il dirigea une manifestation pour protester contre la sécession de la Syrie de la République arabe unie et leva des fonds pour envoyer des câbles de soutien à Nasser. Vingt étudiants ont été arrêtés en raison de ce trouble. Kadhafi et ses compagnons ont également cassé des fenêtres dans un hôtel local accusé de servir de l’alcool. Pour punir Kadhafi, les autorités l’ont expulsé, lui et sa famille, de Sabha. Kadhafi a déménagé à Misrata, où il fréquentait l’école secondaire de Misrata. Maintenant son intérêt pour l’activisme nationaliste arabe, il a refusé de se joindre à l’un des partis politiques interdits actifs dans la ville – y compris le Mouvement nationaliste arabe, le Parti socialiste arabe Baas et les Frères musulmans – affirmant qu’il rejetait le factionalisme. Il a lu avec voracité sur les sujets de Nasser et de la Révolution française de 1789, ainsi que les travaux du théoricien politique syrien Michel Aflaq et les biographies d’Abraham Lincoln, de Sun Yat-sen et de Mustafa Kemal Atatürk.

Entraînement militaire: 1963-1966

Kadhafi a brièvement étudié l’histoire à l’Université de Libye à Benghazi avant de se retirer pour rejoindre l’armée. Malgré son casier judiciaire, en 1963, il a commencé à s’entraîner à l’Académie militaire royale de Benghazi, aux côtés de plusieurs amis de Misrata aux vues similaires. Les forces armées ont offert la seule possibilité de mobilité sociale ascendante aux Libyens défavorisés, et Kadhafi l’a reconnue comme un instrument potentiel de changement politique. Sous Idris, les forces armées libyennes ont été entraînées par l’armée britannique ; cela a irrité Kadhafi, qui considérait les Britanniques comme des impérialistes, et en conséquence, il a refusé d’apprendre l’anglais et a été impoli avec les officiers britanniques, échouant finalement à ses examens. Des formateurs britanniques l’ont signalé pour insubordination et comportement abusif, déclarant qu’ils soupçonnaient qu’il avait été impliqué dans l’assassinat du commandant de l’académie militaire en 1963. De tels rapports ont été ignorés et Kadhafi a rapidement progressé dans le cours.

Avec un groupe de cadres fidèles, Kadhafi a créé en 1964 le Comité central du mouvement des officiers libres, un groupe révolutionnaire nommé d’après le prédécesseur égyptien de Nasser. Dirigés par Kadhafi, ils se sont rencontrés en secret et ont été organisés en un système cellulaire clandestin, offrant leurs salaires dans un fonds unique. Kadhafi a voyagé en Libye pour recueillir des renseignements et développer des liens avec des sympathisants, mais les services de renseignement du gouvernement l’ont ignoré, le considérant comme une faible menace. Diplômé en août 1965, Kadhafi est devenu officier des communications dans le corps des transmissions de l’armée.

En avril 1966, il a été affecté au Royaume-Uni pour une formation complémentaire ; plus de neuf mois, il a suivi un cours d’anglais à Beaconsfield, Buckinghamshire, un cours d’instructeurs de signal de l’Army Air Corps au camp de Bovington, Dorset, et un cours d’instructeurs de signal d’infanterie à Hythe, Kent. Malgré des rumeurs ultérieures à l’effet contraire, il n’a pas fréquenté l’Académie militaire royale de Sandhurst. Le directeur du cours de signal de Bovington a rapporté que Kadhafi a réussi à surmonter les problèmes d’apprentissage de l’anglais, affichant une maîtrise ferme de la procédure vocale. Notant que les passe-temps préférés de Kadhafi étaient la lecture et le football, il le considérait comme un « officier amusant, toujours joyeux, travailleur et consciencieux ». Kadhafi détestait l’Angleterre, affirmant que des officiers de l’armée britannique l’avaient insulté racialement et qu’il avait du mal à s’adapter à la culture du pays ; affirmant son identité arabe à Londres, il a fait le tour de Piccadilly en portant des robes libyennes traditionnelles. Il a raconté plus tard que pendant qu’il voyageait en Angleterre croyant que c’était plus avancé que la Libye, il est rentré chez lui « plus confiant et fier de nos valeurs, idéaux et caractère social ».

République arabe libyenne

Coup d’État : 1969

Le gouvernement d’Idris était de plus en plus impopulaire dans les années 60 ; il avait exacerbé les divisions régionales et tribales traditionnelles de la Libye en centralisant le système fédéral du pays pour tirer parti de la richesse pétrolière du pays. La corruption et les systèmes de patronage bien établis étaient répandus dans toute l’industrie pétrolière. Le nationalisme arabe était de plus en plus populaire et les protestations ont éclaté après la défaite de l’Égypte en 1967 dans la guerre des Six jours avec Israël ; L’administration d’Idris était considérée comme pro-israélienne en raison de son alliance avec les puissances occidentales. Des émeutes anti-occidentales ont éclaté à Tripoli et à Benghazi, tandis que des travailleurs libyens ont fermé leurs terminaux pétroliers en solidarité avec l’Égypte. En 1969, la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis s’attendait à ce que des segments des forces armées libyennes lancent un coup d’État. Bien que des allégations aient été faites selon lesquelles ils connaissaient le mouvement des officiers libres de Kadhafi, ils ont depuis revendiqué l’ignorance, déclarant qu’ils surveillaient plutôt le groupe révolutionnaire des Bottes noires d’Abdul Aziz Shalhi. 

Au milieu de 1969, Idris a voyagé à l’étranger pour passer l’été en Turquie et en Grèce. Les officiers libres de Kadhafi ont reconnu que c’était leur chance de renverser la monarchie, en lançant « l’opération Jérusalem ». Le 1er septembre, ils ont occupé des aéroports, des postes de police, des stations de radio et des bureaux gouvernementaux à Tripoli et à Benghazi. Kadhafi a pris le contrôle de la caserne Berka à Benghazi, tandis qu’Omar Meheisha occupait la caserne de Tripoli et Jalloud a saisi les batteries antiaériennes de la ville. Khweldi Hameidi a été envoyé pour arrêter le prince héritier Sayyid Hasan ar-Rida al-Mahdi as-Sanussi et l’obliger à abandonner sa prétention au trône. Ils n’ont rencontré aucune résistance sérieuse et ont exercé peu de violence contre les monarchistes.

Une fois que Kadhafi a destitué le gouvernement monarchique, il a annoncé la fondation de la République arabe libyenne. S’adressant à la population par radio, il a proclamé la fin du régime « réactionnaire et corrompu », « dont la puanteur nous a tous écoeurés et horrifiés ». En raison de la nature exsangue du coup d’État, il a été initialement qualifié de «Révolution blanche», mais a ensuite été rebaptisé «Révolution d’un septembre» après la date à laquelle il s’est produit. Kadhafi a insisté sur le fait que le coup d’État des officiers libres représentait une révolution, marquant le début d’un changement généralisé dans la nature socio-économique et politique de la Libye. Il a proclamé que la révolution signifiait « liberté, socialisme et unité », et au cours des années à venir, il a mis en œuvre des mesures pour y parvenir. 

Consolidation du leadership : 1969-1973

Le comité central de 12 membres des officiers libres se proclame le Conseil de commandement révolutionnaire (RCC), le gouvernement de la nouvelle république. Le lieutenant Kadhafi est devenu président du RCC, et donc chef de facto, se nommant également au grade de colonel et devenant commandant en chef des forces armées. Jalloud est devenu Premier ministre, tandis qu’un Conseil civil de ministres dirigé par Sulaiman Maghribi a été fondé pour mettre en œuvre la politique du RCC. La capitale administrative de la Libye a été déplacée d’al-Beida à Tripoli.

Bien que théoriquement un organe collégial opérant par consensus, Kadhafi a dominé le RCC, certains des autres ont tenté de restreindre ce qu’ils considéraient comme ses excès. Kadhafi est resté la face publique du gouvernement, l’identité des autres membres du RCC n’ayant été révélée publiquement que le 10 janvier 1970. Tous les jeunes hommes issus de milieux de travail et de la classe moyenne (généralement ruraux), aucun n’avait de diplôme universitaire ; de cette façon, ils étaient distincts des conservateurs riches et très instruits qui gouvernaient auparavant le pays. 

Le coup d’État achevé, le RCC a poursuivi son intention de consolider le gouvernement révolutionnaire et de moderniser le pays. Ils ont purgé les monarchistes et les membres du clan Senussi d’Idris du monde politique et des forces armées libyennes; Kadhafi pensait que cette élite était opposée à la volonté du peuple libyen et devait être radiée. Des «tribunaux populaires» ont été créés pour juger divers politiciens et journalistes monarchistes, dont beaucoup ont été emprisonnés, mais aucun n’a été exécuté. Idris a été condamné à l’exécution par contumace. 

En mai 1970, le Séminaire révolutionnaire des intellectuels a été organisé pour aligner les intellectuels sur la révolution, tandis que la révision et l’amendement législatifs de cette année ont uni les codes du droit laïc et religieux, introduisant la charia dans le système juridique. Décrétant par décret, le RCC a maintenu l’interdiction de la monarchie sur les partis politiques, en mai 1970 a interdit les syndicats et en 1972 a interdit les grèves des travailleurs et suspendu les journaux. En septembre 1971, Kadhafi a démissionné, se déclarant insatisfait du rythme des réformes, mais a repris ses fonctions dans un délai d’un mois. En février 1973, il démissionna de nouveau, revenant une fois de plus le mois suivant.

Réforme économique et sociale

La première politique économique du RCC a été caractérisée comme étant d’orientation capitaliste d’État. De nombreux programmes ont été mis en place pour aider les entrepreneurs et développer une bourgeoisie libyenne. Cherchant à étendre la superficie cultivable en Libye, le gouvernement a lancé en septembre 1969 une « révolution verte » pour augmenter la productivité agricole afin que la Libye puisse moins dépendre des aliments importés. L’espoir était de rendre la Libye autosuffisante dans la production alimentaire. Toutes les terres qui avaient été expropriées à des colons italiens ou qui n’étaient pas utilisées ont été reprises et redistribuées. Des systèmes d’irrigation ont été mis en place le long de la côte nord et autour de diverses oasis intérieures. Les coûts de production dépassaient souvent la valeur des produits et la production agricole libyenne restait donc déficitaire, fortement tributaire des subventions de l’État. 

Le pétrole brut étant la principale exportation du pays, Kadhafi a cherché à améliorer le secteur pétrolier libyen. En octobre 1969, il a proclamé injuste les conditions commerciales actuelles, bénéficiant davantage aux sociétés étrangères qu’à l’État libyen et en menaçant de réduire la production. En décembre, Jalloud a réussi à augmenter le prix du pétrole libyen. En 1970, d’autres États de l’OPEP ont emboîté le pas, entraînant une augmentation mondiale du prix du pétrole brut. Le RCC a suivi l’accord de Tripoli du 20 mars 1971, dans lequel ils ont obtenu de l’impôt sur le revenu, des arriérés et de meilleurs prix des sociétés pétrolières ; ces mesures ont rapporté à la Libye environ 1 milliard de dollars de revenus supplémentaires au cours de sa première année.

Accroissant le contrôle de l’État sur le secteur pétrolier, le RCC a lancé un programme de nationalisation, en commençant par l’expropriation de la part de British Petroleum dans British Petroleum-N.B. Hunt Sahir Field en décembre 1971. En septembre 1973, il a été annoncé que tous les producteurs de pétrole étrangers actifs en Libye devaient voir 51% de leurs activités nationalisées. Pour Kadhafi, c’était une étape essentielle vers le socialisme. Il s’est avéré un succès économique; alors que le produit intérieur brut avait été de 3,8 milliards de dollars en 1969, il était passé à 13,7 milliards de dollars en 1974 et à 24,5 milliards de dollars en 1979. À son tour, le niveau de vie des Libyens s’est considérablement amélioré au cours de la première décennie de l’administration de Kadhafi, et en 1979, le revenu moyen par habitant était de 8 170 dollars, contre 40 dollars en 1951 ; ce chiffre était supérieur à la moyenne de nombreux pays industrialisés comme l’Italie et le Royaume-Uni. En 1969, le gouvernement a également déclaré que toutes les banques étrangères devaient fermer leurs portes ou se convertir en opérations par actions.

Le CCR a mis en œuvre des mesures de réforme sociale, en adoptant la charia comme base. La consommation d’alcool a été interdite, les boîtes de nuit et les églises chrétiennes ont été fermées, la tenue libyenne traditionnelle a été encouragée et l’arabe a été décrété comme la seule langue autorisée dans les communications officielles et sur les panneaux de signalisation. Le RCC a doublé le salaire minimum, instauré un contrôle légal des prix et mis en œuvre des réductions de loyer obligatoires comprises entre 30 et 40 pour cent. Kadhafi a également voulu lutter contre les restrictions sociales strictes qui avaient été imposées aux femmes par le régime précédent, en créant la formation révolutionnaire des femmes pour encourager la réforme. En 1970, une loi a été promulguée affirmant l’égalité des sexes et insistant sur la parité salariale. En 1971, Kadhafi a parrainé la création d’une Fédération générale libyenne des femmes. En 1972, une loi a été votée criminalisant le mariage de toute femme de moins de seize ans et garantissant que le consentement d’une femme était une condition préalable nécessaire au mariage. Le régime de Kadhafi a ouvert un large éventail de possibilités d’éducation et d’emploi pour les femmes, bien que celles-ci aient principalement profité à une minorité dans les classes moyennes urbaines. 

De 1969 à 1973, il a utilisé l’argent du pétrole pour financer des programmes de protection sociale, ce qui a conduit à des projets de construction de logements et à l’amélioration des soins de santé et de l’éducation. La construction de maisons est devenue une priorité sociale majeure, conçue pour éliminer le sans-abrisme et pour remplacer les bidonvilles créés par l’urbanisation croissante de la Libye. Le secteur de la santé a également été élargi ; en 1978, la Libye comptait 50% d’hôpitaux de plus qu’en 1968, tandis que le nombre de médecins était passé de 700 à plus de 3 000 au cours de cette décennie. Le paludisme a été éradiqué, et le trachome et la tuberculose considérablement réduits. L’enseignement obligatoire est passé de 6 à 9 ans, tandis que des programmes d’alphabétisation des adultes et un enseignement universitaire gratuit ont été introduits. L’université de Beida a été fondée, tandis que l’université de Tripoli et l’université de Benghazi ont été agrandies. Ce faisant, le gouvernement a aidé à intégrer les couches les plus pauvres de la société libyenne dans le système éducatif. Grâce à ces mesures, le RCC a considérablement élargi le secteur public, créant des emplois pour des milliers de personnes. Ces premiers programmes sociaux se sont révélés populaires en Libye. Cette popularité était en partie due au charisme personnel de Kadhafi, à sa jeunesse et à son statut d’outsider bédouin, ainsi qu’à sa rhétorique soulignant son rôle de successeur du combattant anti-italien Omar Mukhtar.

Pour lutter contre les fortes divisions régionales et tribales du pays, le RCC a promu l’idée d’une identité pan-libyenne unifiée. Ce faisant, ils ont tenté de discréditer les chefs de tribus en tant qu’agents de l’ancien régime et, en août 1971, un tribunal militaire de Sabha a jugé bon nombre d’entre eux pour activité contre-révolutionnaire. Les frontières administratives de longue date ont été redessinées, traversant les frontières tribales, tandis que les modernisateurs pro-révolutionnaires remplaçaient les chefs traditionnels, mais les communautés qu’ils servaient les rejetaient souvent. Réalisant les échecs des modernisateurs, Kadhafi a créé l’Union socialiste arabe (ASU) en juin 1971, un parti d’avant-garde de mobilisation de masse dont il était président. L’ASU a reconnu le RCC comme son « autorité suprême suprême », et a été conçu pour favoriser l’enthousiasme révolutionnaire à travers le pays. Il est resté lourdement bureaucratique et n’a pas réussi à mobiliser un soutien de masse comme l’avait envisagé Kadhafi. 

Relations étrangères

L’influence du nationalisme arabe de Nasser sur le RCC est immédiatement apparue. L’administration a été immédiatement reconnue par les régimes nationalistes arabes voisins en Égypte, en Syrie, en Irak et au Soudan, l’Égypte envoyant des experts pour aider le RCC inexpérimenté. Kadhafi a proposé des idées panarabes, proclamant la nécessité d’un seul État arabe s’étendant à travers l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. En décembre 1969, la Libye a signé la Charte de Tripoli aux côtés de l’Égypte et du Soudan. Cela a établi le Front révolutionnaire arabe, une union pan-nationale conçue comme un premier pas vers l’unification politique éventuelle des trois nations. En 1970, la Syrie a déclaré son intention d’adhérer. 

Nasser est décédé de façon inattendue en novembre 1970, Kadhafi jouant un rôle de premier plan lors de ses funérailles. Nasser a été remplacé par Anwar Sadat, qui a suggéré que plutôt que de créer un État unifié, les États arabes devraient créer une fédération politique, mise en place en avril 1971 ; ce faisant, l’Égypte, la Syrie et le Soudan ont reçu d’importantes subventions en pétrole libyen. En février 1972, Kadhafi et Sadate ont signé une charte officieuse de fusion, mais elle n’a jamais été mise en œuvre car les relations se sont rompues l’année suivante. Sadate s’est de plus en plus méfiée de la direction radicale de la Libye et la date limite de septembre 1973 pour la mise en place de la Fédération est passée sans qu’aucune mesure n’ait été prise.

Après le coup d’État de 1969, des représentants des quatre puissances  France, Royaume-Uni, États-Unis et Union soviétique ont été appelés à rencontrer des représentants du RCC. Le Royaume-Uni et les États-Unis ont rapidement étendu leur reconnaissance diplomatique, espérant obtenir la position de leurs bases militaires en Libye et craignant une nouvelle instabilité. Dans l’espoir de s’ingérer auprès de Kadhafi, les États-Unis l’ont informé en 1970 d’au moins un contre-coup d’État prévu. De telles tentatives pour établir une relation de travail avec le RCC ont échoué ; Kadhafi était déterminé à réaffirmer la souveraineté nationale et à supprimer ce qu’il décrivait comme des influences coloniales et impérialistes étrangères. Son administration a insisté pour que les États-Unis et le Royaume-Uni retirent leurs bases militaires de la Libye, Kadhafi proclamant que « les forces armées qui se sont levées pour exprimer la révolution populaire ne toléreront pas de vivre dans leurs cabanes alors que les bases de l’impérialisme existent sur le territoire libyen.  » Les Britanniques sont partis en mars et les Américains en juin 1970.

Pour réduire l’influence italienne, en octobre 1970, tous les actifs appartenant à des Italiens ont été expropriés, et la communauté italienne de 12 000 personnes a été expulsée de Libye aux côtés de la plus petite communauté de Juifs libyens. Le jour est devenu une fête nationale connue sous le nom de « jour de la vengeance ». L’Italie s’est plainte que cela était contraire au traité italo-libyen de 1956, bien qu’aucune sanction de l’ONU n’ait été prononcée. Dans le but de réduire la puissance de l’OTAN en Méditerranée, la Libye a demandé en 1971 que Malte cesse d’autoriser l’OTAN à utiliser ses terres pour une base militaire, offrant à son tour une aide étrangère à Malte. Compromis, le gouvernement de Malte a continué d’autoriser l’OTAN à utiliser l’île, mais uniquement à condition que l’OTAN ne l’utilise pas pour lancer des attaques sur le territoire arabe. Au cours de la décennie à venir, le gouvernement de Kadhafi a développé des liens politiques et économiques plus forts avec l’administration maltaise de Dom Mintoff et, sous la pression de la Libye, Malte n’a pas renouvelé les bases aériennes du Royaume-Uni sur l’île en 1980. Orchestrant une montée en puissance militaire, le RCC a commencé à acheter des armes à la France et à l’Union soviétique. La relation commerciale avec ce dernier a conduit à une relation de plus en plus tendue avec les États-Unis, qui ont ensuite été engagés dans la guerre froide avec les Soviétiques.

Kadhafi a été particulièrement critique à l’égard des États-Unis en raison de son soutien à Israël et s’est rangé du côté des Palestiniens dans le conflit israélo-palestinien, considérant la création de l’État d’Israël en 1948 comme une occupation coloniale occidentale imposée au monde arabe. Il pensait que la violence palestinienne contre des cibles israéliennes et occidentales était la réponse justifiée d’un peuple opprimé qui luttait contre la colonisation de sa patrie. Appelant les États arabes à mener une « guerre continue » contre Israël, il a lancé en 1970 un fonds du Jihad pour financer les militants anti-israéliens. En juin 1972, Kadhafi a créé le premier centre de volontaires nassériens pour former des guérilleros anti-israéliens. 

Comme Nasser, Kadhafi a favorisé le leader palestinien Yasser Arafat et son groupe, le Fatah, au détriment des groupes palestiniens plus militants et marxistes. Cependant, au fil des ans, les relations de Kadhafi avec Arafat se sont tendues, Kadhafi le considérant trop modéré et appelant à une action plus violente. Au lieu de cela, il a soutenu des milices comme le Front populaire pour la libération de la Palestine, Front populaire pour la libération de la Palestine – Commandement général, le Front démocratique pour la libération de la Palestine, As-Sa’iqa, le Front de lutte populaire palestinien et l’Abu Organisation Nidal. Il a financé l’organisation Black September dont les membres ont perpétré le massacre d’athlètes israéliens à Munich en 1972 et ont fait transporter les corps des militants tués en Libye pour les funérailles d’un héros.

Kadhafi a soutenu financièrement d’autres groupes militants à travers le monde, notamment le Black Panther Party, la Nation of Islam, les Tupamaros, le mouvement du 19 avril et le Sandinista National Liberation Front au Nicaragua, l’ANC parmi d’autres mouvements de libération dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, Armée républicaine irlandaise provisoire, ETA, Action directe, Brigades rouges et faction de l’Armée rouge en Europe, et Armée secrète arménienne, Armée rouge japonaise, Mouvement Aceh libre et Front de libération nationale Moro dans le Philippines. Kadhafi a été aveugle dans les causes qu’il a financées, passant parfois du soutien d’une partie à un conflit à l’autre, comme dans la guerre d’indépendance de l’Érythrée. Tout au long des années 1970, ces groupes ont reçu un soutien financier de la Libye, qui est devenue un chef de file de la lutte du Tiers-Monde contre le colonialisme et le néocolonialisme. Bien que beaucoup de ces groupes aient été qualifiés de « terroristes » par les critiques de leurs activités, Kadhafi a rejeté cette qualification, les considérant plutôt comme des révolutionnaires engagés dans des luttes de libération.

La « révolution populaire » : 1973-1977

Le 16 avril 1973, Kadhafi a proclamé le début d’une « révolution populaire » dans un discours prononcé à Zuwarah. Il a initié cela avec un plan en cinq points, dont le premier point a dissous toutes les lois existantes, pour être remplacé par des textes révolutionnaires. Le deuxième point proclamait que tous les opposants à la révolution devaient être écartés, tandis que le troisième initiait une révolution administrative qui, selon Kadhafi, supprimerait toute trace de bureaucratie et de bourgeoisie. Le quatrième point annonçait que la population devait former des comités populaires et être armés pour défendre la révolution, tandis que le cinquième proclamait le début d’une révolution culturelle pour expulser la Libye des influences étrangères « toxiques ». Il a commencé à donner des conférences sur cette nouvelle phase de la révolution en Libye, en Égypte et en France. En tant que processus, il présentait de nombreuses similitudes avec la révolution culturelle mise en œuvre en Chine. 

Dans le cadre de cette révolution populaire, Kadhafi a invité le peuple libyen à fonder les Comités populaires généraux comme canaux de sensibilisation politique. Bien que n’offrant que peu d’indications sur la façon de créer ces conseils, Kadhafi a affirmé qu’ils offriraient une forme de participation politique directe plus démocratique qu’un système de représentation traditionnel basé sur les partis. Il espérait que les conseils mobiliseraient le peuple derrière le RCC, éroderaient le pouvoir des chefs traditionnels et de la bureaucratie, et permettraient un nouveau système juridique choisi par le peuple. Beaucoup de ces comités ont été créés dans les écoles et les collèges, où ils étaient chargés de vérifier le personnel, les cours et les manuels pour déterminer s’ils étaient compatibles avec l’idéologie révolutionnaire du pays.

Les comités populaires ont conduit à un pourcentage élevé de participation du public à la prise de décision, dans les limites autorisées par le RCC, mais ont exacerbé les divisions et les tensions tribales. Ils ont également servi de système de surveillance, aidant les services de sécurité à localiser les personnes ayant des opinions critiques à l’égard du RCC, ce qui a conduit à l’arrestation de baasistes, marxistes et islamistes. Fonctionnant selon une structure pyramidale, la forme de base de ces comités était constituée de groupes de travail locaux, qui envoyaient des élus au niveau du district, puis au niveau national, répartis entre le Congrès général du peuple et le Comité général du peuple. Au-dessus de ceux-ci sont restés Kadhafi et le RCC, qui est resté responsable de toutes les décisions importantes. En croisant les identités régionales et tribales, le système des comités a facilité l’intégration et la centralisation nationales et resserré le contrôle de Kadhafi sur l’État et l’appareil administratif. 

Troisième théorie universelle et livre vert

En juin 1973, Kadhafi a créé une idéologie politique comme base de la révolution populaire : troisième théorie internationale. Cette approche considérait les États-Unis et l’Union soviétique comme impérialistes et rejetait ainsi le capitalisme occidental ainsi que l’athéisme du communisme du bloc de l’Est. À cet égard, elle était similaire à la théorie des trois mondes développée par le leader politique chinois Mao Zedong. Dans le cadre de cette théorie, Kadhafi a fait l’éloge du nationalisme en tant que force progressiste et a préconisé la création d’un État panarabe qui dirigerait les mondes islamique et du tiers monde contre l’impérialisme. Kadhafi considérait l’islam comme ayant un rôle clé dans cette idéologie, appelant à un renouveau islamique qui retournait aux origines du Coran, rejetant les interprétations savantes et les hadiths ; ce faisant, il a mis en colère de nombreux religieux libyens. En 1973 et 1974, son gouvernement a renforcé le recours légal à la charia, par exemple en introduisant la flagellation comme punition pour les personnes reconnues coupables d’adultère ou d’activité homosexuelle.

Kadhafi a résumé la troisième théorie internationale dans trois courts volumes publiés entre 1975 et 1979, collectivement connus sous le nom de Livre vert. Le volume un a été consacré à la question de la démocratie, soulignant les défauts des systèmes représentatifs en faveur des GPC directs et participatifs. Le second portait sur les croyances de Kadhafi concernant le socialisme, tandis que le troisième explorait les problèmes sociaux concernant la famille et la tribu. Alors que les deux premiers volumes prônaient une réforme radicale, le troisième a adopté une position socialement conservatrice, proclamant que si les hommes et les femmes étaient égaux, ils étaient biologiquement conçus pour différents rôles dans la vie. Au cours des années qui ont suivi, les kadhafistes ont adopté des citations du Livre vert, telles que « La représentation est une fraude », comme slogans. Entre-temps, en septembre 1975, Kadhafi a mis en œuvre de nouvelles mesures pour accroître la mobilisation populaire, en introduisant des objectifs pour améliorer les relations entre les Conseils et l’ASU.

En 1975, le gouvernement de Kadhafi a déclaré un monopole d’État sur le commerce extérieur. Ses réformes de plus en plus radicales, couplées à la grande quantité de revenus pétroliers dépensés pour des causes étrangères, ont généré du mécontentement en Libye, en particulier parmi la classe marchande du pays. En 1974, la Libye a vu sa première attaque civile contre le gouvernement de Kadhafi lorsqu’un bâtiment de l’armée de Benghazi a été bombardé. Une grande partie de l’opposition était centrée sur le membre du RCC, Omar Mehishi, et avec un autre membre du RCC, Bashir Saghir al-Hawaadi, il a commencé à comploter un coup d’État contre Kadhafi. En 1975, leur complot a été dévoilé et les deux hommes ont fui en exil, recevant l’asile de l’Égypte de Sadate. Au lendemain, seuls cinq membres du RCC sont restés et le pouvoir a été concentré entre les mains de Kadhafi. Cela a conduit à l’abolition officielle du RCC en mars 1977. 

En septembre 1975, Kadhafi a purgé l’armée, arrêtant environ 200 officiers supérieurs, et en octobre, il a fondé l’Office clandestin pour la sécurité de la révolution. En avril 1976, il a appelé ses partisans dans les universités à établir des « conseils révolutionnaires des étudiants » et à chasser les « éléments réactionnaires ». Au cours de cette année, des manifestations étudiantes anti-Kadhafi ont éclaté dans les universités de Tripoli et de Benghazi, entraînant des affrontements avec des étudiants kadhafistes et la police. Le RCC a répondu par des arrestations massives et a introduit un service national obligatoire pour les jeunes. En janvier 1977, deux étudiants dissidents et un certain nombre d’officiers de l’armée ont été pendus publiquement ; Amnesty International a condamné comme la première fois en Kadhafi en Libye que des dissidents étaient exécutés pour des délits purement politiques. La dissidence est également venue des religieux conservateurs et des Frères musulmans, qui ont accusé Kadhafi de s’orienter vers le marxisme et ont critiqué son abolition de la propriété privée comme étant contre la sunna islamique ; ces forces ont ensuite été persécutées comme anti-révolutionnaires, tandis que tous les collèges et universités islamiques privés ont été fermés.

Relations étrangères

Après l’ascension d’Anwar Sadat à la présidence égyptienne, les relations de la Libye avec l’Égypte se sont détériorées. Au cours des années à venir, les deux sont entrés dans un état de guerre froide. Sadate a été perturbé par l’imprévisibilité de Kadhafi et son insistance pour que l’Égypte exige une révolution culturelle semblable à celle menée en Libye. En février 1973, les forces israéliennes ont abattu le vol 114 de la Libyan Arab Airlines, qui s’était éloigné de l’espace aérien égyptien en territoire sous contrôle israélien lors d’une tempête de sable. Kadhafi était furieux que l’Égypte n’ait pas fait plus pour empêcher l’incident, et en représailles, il prévoyait de détruire le RMS Queen Elizabeth 2, un navire britannique affrété par des Juifs américains pour se rendre à Haïfa pour le 25e anniversaire d’Israël. Kadhafi a ordonné à un sous-marin égyptien de viser le navire, mais Sadate a annulé l’ordre, craignant une escalade militaire.

Kadhafi a été plus tard furieux lorsque l’Égypte et la Syrie ont planifié la guerre de Yom Kippour contre Israël sans le consulter et a été irrité lorsque l’Égypte a concédé à des pourparlers de paix plutôt que de poursuivre la guerre. Kadhafi est devenu ouvertement hostile au dirigeant égyptien, appelant au renversement de Sadate. Lorsque le président soudanais Gaafar Nimeiry a pris le parti de Sadate, Kadhafi s’est également prononcé contre lui, encourageant la tentative de l’Armée populaire de libération du Soudan de renverser Nimeiry. Les relations avec la Syrie se sont également détériorées lors des événements de la guerre civile libanaise. Initialement, la Libye et la Syrie avaient fourni des troupes à la force de maintien de la paix de la Ligue arabe, bien qu’après que l’armée syrienne ait attaqué le Mouvement national libanais, Kadhafi a ouvertement accusé le président syrien Hafez al-Assad de « trahison nationale » ; il était le seul dirigeant arabe à critiquer les actions de la Syrie. Concentrant son attention ailleurs en Afrique, en 1972, Mouammar al-Kadhafi a créé la Légion islamique comme outil pour unifier et arabiser la région. La priorité de la Légion était d’abord le Tchad, puis le Soudan. Au Darfour, Kadhafi a soutenu la création du rassemblement arabe (Tajammu al-Arabi), « une organisation militamment raciste et panarabiste qui a souligné le caractère » arabe « de la province ». Certains des commandants et dirigeants de la milice Janjaweed, qui a combattu lors du dernier conflit au Darfour, avaient des antécédents dans la Légion islamique de Kadhafi. Fin 1972 et début 1973, la Libye a envahi le Tchad pour annexer la bande d’Aouzou, riche en uranium.

Dans l’intention de propager l’islam, Kadhafi a fondé en 1973 la Islamic Call Society, qui avait ouvert 132 centres à travers l’Afrique en une décennie. En 1973, il a converti le président gabonais Omar Bongo, une action qu’il a répétée trois ans plus tard avec Jean-Bédel Bokassa, président de la République centrafricaine. Entre 1973 et 1979, la Libye a fourni une aide de 500 millions de dollars aux pays africains, à savoir au Zaïre et à l’Ouganda, et a fondé des coentreprises dans tous les pays pour faciliter le commerce et le développement. Kadhafi souhaitait également réduire l’influence israélienne en Afrique, en utilisant des incitations financières pour convaincre avec succès huit États africains de rompre les relations diplomatiques avec Israël en 1973. Une relation solide a également été établie entre la Libye de Kadhafi et le gouvernement pakistanais du Premier ministre Zulfikar Ali Bhutto, les deux pays échangeant des recherches nucléaires et une assistance militaire ; cette relation a pris fin après que Bhutto a été destitué par Muhammad Zia-ul-Haq en 1977. 

Kadhafi a cherché à développer des liens plus étroits au Maghreb ; en janvier 1974, la Libye et la Tunisie ont annoncé une union politique, la République islamique arabe. Bien que préconisée par Kadhafi et le président tunisien Habib Bourguiba, cette décision était profondément impopulaire en Tunisie, et elle a été rapidement abandonnée. En représailles, Kadhafi a parrainé des militants antigouvernementaux en Tunisie dans les années 80. Tournant son attention vers l’Algérie, en 1975, la Libye a signé l’alliance défensive Hassi Messaoud prétendument pour contrer le prétendu «expansionnisme marocain», finançant également le Front Polisario du Sahara occidental dans sa lutte pour l’indépendance contre le Maroc. Cherchant à diversifier l’économie libyenne, le gouvernement de Kadhafi a commencé à acheter des actions de grandes sociétés européennes comme Fiat ainsi qu’à acheter des biens immobiliers à Malte et en Italie, qui deviendront une source précieuse de revenus pendant la crise pétrolière des années 80.

Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste

Fondation : 1977

Le 2 mars 1977, le Congrès général du peuple a adopté la « Déclaration de création de l’autorité populaire » à la demande de Kadhafi. Dissolvant la République arabe libyenne, elle a été remplacée par la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste. Une nouvelle bannière entièrement verte a été adoptée comme drapeau du pays. Officiellement, la Jamahiriya était une démocratie directe dans laquelle le peuple se dirigeait à travers les 187 congrès populaires de base (BPC), où tous les Libyens adultes ont participé et voté sur les décisions nationales. Ceux-ci ont ensuite envoyé des membres au Congrès général du peuple, qui a été diffusé en direct à la télévision. En principe, les congrès du peuple étaient la plus haute autorité de la Libye, les décisions majeures étant proposées par des responsables gouvernementaux ou avec Kadhafi lui-même exigeant le consentement des congrès du peuple. Kadhafi est devenu secrétaire général du GPC, bien qu’il ait démissionné de ses fonctions au début de 1979 et se soit nommé « chef de la révolution ».

Bien que tout le contrôle politique ait été officiellement confié aux congrès du peuple, en réalité, la direction politique actuelle de la Libye a continué d’exercer divers degrés de pouvoir et d’influence. Le débat est resté limité et les décisions importantes concernant l’économie et la défense ont été évitées ou traitées de manière sommaire ; le GPC est resté en grande partie « un tampon en caoutchouc » pour les politiques de Kadhafi. En de rares occasions, le GPC s’est opposé aux suggestions de Kadhafi, parfois avec succès ; notamment, lorsque Kadhafi a appelé à l’abolition des écoles primaires, estimant que l’enseignement à domicile était plus sain pour les enfants, le GPC a rejeté l’idée. Dans d’autres cas, Kadhafi a fait adopter des lois sans le soutien du GPC, comme lorsqu’il souhaitait autoriser des femmes à entrer dans les forces armées. À d’autres moments, il a ordonné des élections anticipées lorsqu’il est apparu que le GPC promulguerait des lois auxquelles il s’opposait. Kadhafi a proclamé que les congrès du peuple répondaient à tous les besoins politiques de la Libye, rendant inutiles les autres organisations politiques ; tous les groupes non autorisés, y compris les partis politiques, les associations professionnelles, les syndicats indépendants et les groupes de femmes, ont été interdits. Malgré ces restrictions, St. John a noté que le système Jamhariyah « introduisait toujours un niveau de représentation et de participation jusqu’alors inconnu en Libye ». 

Les institutions juridiques précédentes ayant été abolies, Kadhafi a envisagé la Jamahiriya comme suivant le Coran pour des conseils juridiques, adoptant la charia ; il a proclamé des lois « artificielles » contre nature et dictatoriales, ne permettant que la loi d’Allah. En un an, il faisait marche arrière, annonçant que la charia n’était pas appropriée pour la Jamahiriya car elle garantissait la protection de la propriété privée, contrevenant au socialisme du Livre vert. Son accent sur le fait de placer son propre travail sur un pied d’égalité avec le Coran a conduit des religieux conservateurs à l’accuser de shirk, renforçant leur opposition à son régime. En juillet 1977, une guerre frontalière a éclaté avec l’Égypte, au cours de laquelle les Égyptiens ont battu la Libye malgré leur infériorité technologique. Le conflit a duré une semaine avant que les deux parties acceptent de signer un traité de paix négocié par plusieurs États arabes. L’Égypte et le Soudan s’étaient alignés sur les États-Unis, ce qui a poussé la Libye dans un alignement stratégique, bien que non politique, avec l’Union soviétique. Reconnaissant les relations commerciales croissantes entre la Libye et les Soviétiques, Kadhafi a été invité à se rendre à Moscou en décembre 1976 ; là, il a entamé des pourparlers avec Leonid Brejnev. En août 1977, il s’est ensuite rendu en Yougoslavie, où il a rencontré son chef Josip Broz Tito, avec qui il avait une relation beaucoup plus chaleureuse. 

Comités révolutionnaires et promotion du socialisme: 1978-1980

En décembre 1978, Kadhafi a démissionné de son poste de secrétaire général du GPC, annonçant sa nouvelle orientation vers les activités révolutionnaires plutôt que gouvernementales ; cela faisait partie de son nouvel accent sur la séparation de l’appareil de la révolution du gouvernement. Bien qu’il n’occupe plus officiellement un poste gouvernemental, il a adopté le titre de « chef de la révolution » et a continué en tant que commandant en chef des forces armées. L’historien Dirk Vandewalle a déclaré qu’en dépit des prétentions de la Jamahariya d’être une démocratie directe, la Libye restait « un système politique d’exclusion dont le processus décisionnel » était « limité à un petit groupe de conseillers et de confidentes » entourant Kadhafi.

La Libye a commencé à se tourner vers le socialisme. En mars 1978, le gouvernement a publié des directives pour la redistribution des logements, essayant de garantir à la population que chaque Libyen adulte était propriétaire de sa propre maison et que personne n’était obligé de payer son loyer. La plupart des familles ont été interdites de posséder plus d’une maison, tandis que les anciens immeubles locatifs ont été expropriés par l’État et vendus aux locataires à un prix fortement subventionné. En septembre, Kadhafi a appelé les comités populaires à éliminer la « bureaucratie du secteur public » et la « dictature du secteur privé »; les comités populaires ont pris le contrôle de plusieurs centaines d’entreprises, les transformant en coopératives de travailleurs dirigées par des élus.

Le 2 mars 1979, le GPC a annoncé la séparation du gouvernement et de la révolution, cette dernière étant représentée par de nouveaux comités révolutionnaires, qui fonctionnaient en tandem avec les comités populaires dans les écoles, les universités, les syndicats, les forces de police et l’armée. Dominés par des fanatiques révolutionnaires, dont la plupart étaient des jeunes, les comités révolutionnaires étaient dirigés par Mohammad Maghgoub et un bureau central de coordination basé à Tripoli et rencontraient Kadhafi chaque année. La composition des comités révolutionnaires provenait des BPC. Selon Bearman, le système des comités révolutionnaires est devenu « un mécanisme clé – sinon le principal – par lequel Kadhafi exerce un contrôle politique en Libye ». En publiant un hebdomadaire La Marche verte (al-Zahf al-Akhdar), en octobre 1980, ils ont pris le contrôle de la presse. Responsables de la perpétuation de la ferveur révolutionnaire, ils ont exercé une surveillance idéologique, adoptant plus tard un rôle de sécurité important, procédant à des arrestations et jugeant des personnes conformément à la « loi de la révolution » (qanun al-thawra). Sans code juridique ni garanties, l’administration de la justice révolutionnaire était largement arbitraire et a entraîné des abus généralisés et la suppression des libertés civiles : la «terreur verte».

En 1979, les comités ont commencé la redistribution des terres dans la plaine de Jefara, en continuant jusqu’en 1981. En mai 1980, des mesures de redistribution et d’égalisation de la richesse ont été mises en œuvre ; quiconque ayant plus de 1 000 dinars sur son compte bancaire a vu cet argent supplémentaire exproprié. L’année suivante, le GPC a annoncé que le gouvernement prendrait le contrôle de toutes les fonctions d’importation, d’exportation et de distribution, les supermarchés d’État remplaçant les entreprises privées ; cela a entraîné une baisse de la disponibilité des biens de consommation et le développement d’un marché noir florissant. Kadhafi a également été frustré par la lenteur des réformes sociales sur les questions féminines et, en 1979, a lancé une formation révolutionnaire des femmes pour remplacer la Fédération libyenne générale des femmes, plus graduelle. En 1978, il avait créé une académie militaire féminine à Tripoli, encourageant toutes les femmes à s’engager pour la formation. La mesure a été extrêmement controversée et a été rejetée par le GPC en février 1983. Kadhafi est resté catégorique, et quand elle a de nouveau été rejetée par le GPC en mars 1984, il a refusé de respecter la décision, déclarant que « celui qui s’oppose à la formation et l’émancipation des femmes est un agent de l’impérialisme, qu’il le veuille ou non. « 

La direction radicale de la Jamahiriya a valu au gouvernement de nombreux ennemis. La plupart des oppositions internes provenaient de fondamentalistes islamiques, inspirés par les événements de la révolution iranienne de 1979. En février 1978, Kadhafi a découvert que son chef du renseignement militaire complotait pour le tuer et a commencé à confier de plus en plus la sécurité à sa tribu Kaddadfa. Beaucoup de ceux qui avaient vu leurs richesses et leurs biens confisqués se sont retournés contre l’administration, et un certain nombre de groupes d’opposition financés par l’Occident ont été fondés par des exilés. Le plus important était le Front national pour le salut de la Libye (NFSL), fondé en 1981 par Mohammed Magariaf, qui a orchestré des attaques militantes contre le gouvernement libyen. Un autre, al-Borkan, a commencé à tuer des diplomates libyens à l’étranger. Suite au commandement de Kadhafi de tuer ces « chiens errants », sous la direction du colonel Younis Bilgasim, les comités révolutionnaires ont créé des succursales à l’étranger pour réprimer les activités contre-révolutionnaires, assassinant divers dissidents. Bien que des nations voisines comme la Syrie et Israël aient également employé des escadrons, Kadhafi était inhabituel en se vantant publiquement de leur utilisation par son administration. En 1980, il a ordonné à tous les dissidents de rentrer chez eux ou d’être « liquidés où que vous soyez ».

La Libye avait cherché à améliorer ses relations avec les États-Unis sous la présidence de Jimmy Carter, par exemple en faisant la cour à son frère, l’homme d’affaires Billy Carter, mais en 1979, les États-Unis ont placé la Libye sur sa liste des « Parrains de l’État du terrorisme ». Les relations ont encore été détériorées à la fin de l’année lorsqu’une manifestation a incendié l’ambassade des États-Unis à Tripoli en solidarité avec les auteurs de la crise des otages en Iran. L’année suivante, des combattants libyens ont commencé à intercepter des avions de chasse américains survolant la Méditerranée, signalant l’effondrement des relations entre les deux pays. Des sources importantes dans les médias italiens ont allégué que le vol Itavia 870 avait été abattu lors d’un combat aérien impliquant des combattants des forces aériennes libyennes, américaines, françaises et italiennes dans une tentative d’assassinat par des membres de l’OTAN contre un important politicien libyen, peut-être même Kadhafi, qui était volant dans le même espace aérien ce soir-là. Les relations de la Libye avec le Liban et les communautés chiites du monde entier se sont également détériorées en raison de la disparition en août 1978 de l’imam Musa al-Sadr lors de sa visite en Libye; le Libanais a accusé Kadhafi de l’avoir tué ou emprisonné, une accusation qu’il a niée. Les relations avec la Syrie se sont améliorées, Kadhafi et le président syrien Hafez al-Assad partageant une inimitié avec Israël et l’Egyptien Sadate. En 1980, ils ont proposé une union politique, la Libye promettant de rembourser la dette de la Syrie d’un milliard de livres sterling à l’Union soviétique ; bien que les pressions aient poussé Assad à se retirer, ils sont restés des alliés. Un autre allié clé était l’Ouganda et, en 1979, Kadhafi a envoyé 2 500 soldats en Ouganda pour défendre le régime du président Idi Amin contre les envahisseurs tanzaniens. La mission a échoué ; 400 Libyens ont été tués et ont été forcés de battre en retraite. Kadhafi a fini par regretter son alliance avec Amin, le critiquant ouvertement comme un « fasciste » et un « show-off ».

Conflit avec les États-Unis et leurs alliés : 1981-1986

Le début et le milieu des années 80 ont vu des difficultés économiques pour la Libye; de 1982 à 1986, les recettes pétrolières annuelles du pays sont passées de 21 milliards de dollars à 5,4 milliards de dollars. En se concentrant sur les projets d’irrigation, 1983 a vu la construction du projet d’infrastructure le plus important et le plus cher de la Libye, le Grand fleuve artificiel; bien que conçu pour être achevé à la fin de la décennie, il est resté incomplet au début du XXIe siècle. Les dépenses militaires ont augmenté, tandis que d’autres budgets administratifs ont été réduits. La dette extérieure de la Libye a augmenté et des mesures d’austérité ont été introduites pour promouvoir l’autosuffisance; en août 1985, il y a eu une déportation massive de travailleurs étrangers, pour la plupart égyptiens et tunisiens. Les menaces intérieures ont continué de tourmenter Kadhafi ; en mai 1984, son domicile de Bab al-Azizia a été attaqué sans succès par une milice – liée soit au NFSL soit aux Frères musulmans – et, au lendemain, 5 000 dissidents ont été arrêtés.

La Libye a longtemps soutenu la milice FROLINAT dans le Tchad voisin et, en décembre 1980, a envahi le Tchad à la demande du gouvernement GUNT contrôlé par FROLINAT pour aider à la guerre civile ; en janvier 1981, Kadhafi a suggéré une fusion politique. L’Organisation de l’unité africaine (OUA) l’a rejetée et a appelé à un retrait libyen, intervenu en novembre 1981. La guerre civile a repris, et la Libye a donc renvoyé des troupes, en conflit avec les forces françaises qui soutenaient les forces du sud du Tchad. De nombreux pays africains étaient fatigués de l’ingérence de la Libye dans leurs affaires ; en 1980, neuf États africains avaient rompu leurs relations diplomatiques avec la Libye, tandis qu’en 1982, l’OUA a annulé sa conférence prévue à Tripoli pour empêcher Kadhafi de devenir président. Certains États africains, comme le Ghana de Jerry Rawlings et le Burkina Faso de Thomas Sankara, ont néanmoins eu des relations chaleureuses avec la Libye dans les années 80. Proposant l’unité politique avec le Maroc, en août 1984, Kadhafi et le monarque marocain Hassan II ont signé le traité d’Oujda, formant l’Union arabo-africaine ; une telle union a été considérée comme surprenante en raison des fortes différences politiques et de l’hostilité de longue date qui existaient entre les deux gouvernements. Les relations sont restées tendues, notamment en raison des relations amicales du Maroc avec les États-Unis et Israël ; en août 1986, Hassan a aboli le syndicat. 

En 1981, le nouveau président américain Ronald Reagan a adopté une approche dure envers la Libye, affirmant à tort qu’il s’agissait d’un régime fantoche de l’Union soviétique. À son tour, Kadhafi a joué sa relation commerciale avec les Soviétiques, revisitant Moscou en avril 1981 et 1985. Les Soviétiques étaient néanmoins prudents envers Kadhafi, le considérant comme un extrémiste imprévisible. Début des exercices militaires dans le golfe de Syrte – une zone de mer que la Libye revendique comme faisant partie de ses eaux territoriales – en août 1981, les États-Unis ont abattu deux avions libyens Su-22 les surveillant. En fermant l’ambassade de Libye à Washington, DC, Reagan a conseillé aux entreprises américaines opérant dans le pays de réduire le nombre de personnel américain stationné là-bas. En mars 1982, les États-Unis ont imposé un embargo sur le pétrole libyen et, en janvier 1986, ont ordonné à toutes les entreprises américaines de cesser leurs activités dans le pays, bien que plusieurs centaines de travailleurs soient restés lorsque le gouvernement libyen a doublé leur salaire. Les relations diplomatiques ont également rompu avec le Royaume-Uni, après que des diplomates libyens ont été accusés du meurtre d’Yvonne Fletcher, une policière britannique postée devant leur ambassade à Londres, en avril 1984. Au printemps 1986, la marine américaine a recommencé à effectuer des exercices dans le golfe de Syrte ; l’armée libyenne a riposté, mais a échoué alors que les États-Unis coulaient plusieurs navires libyens.

Après que les États-Unis ont accusé la Libye d’avoir orchestré l’attentat à la bombe contre la discothèque de Berlin en 1986, au cours duquel deux soldats américains sont morts, Reagan a décidé de riposter militairement.  La CIA a critiqué cette décision, estimant que la Syrie était une plus grande menace et qu’une attaque renforcerait la réputation de Kadhafi ; toutefois, la Libye était reconnue comme une « cible souple ». Reagan a été soutenu par le Royaume-Uni mais contré par d’autres alliés européens, qui ont fait valoir qu’il contreviendrait au droit international. Dans le cadre de l’opération El Dorado Canyon, orchestrée le 15 avril 1986, des avions militaires américains ont lancé une série de frappes aériennes contre la Libye, bombardant des installations militaires dans diverses parties du pays, tuant environ 100 Libyens, dont plusieurs civils. L’une des cibles était le domicile de Kadhafi. Lui-même indemne, deux des fils de Kadhafi ont été blessés et il a affirmé que sa fille adoptive de quatre ans, Hanna, avait été tuée, bien que son existence ait depuis été mise en doute. Immédiatement après, Kadhafi s’est retiré dans le désert pour méditer, alors qu’il y avait des affrontements sporadiques entre les kadhafistes et des officiers de l’armée qui voulaient renverser le gouvernement. Bien que les États-Unis aient été condamnés internationalement, Reagan a reçu un coup de pouce de popularité à la maison. Fustigeant publiquement l’impérialisme américain, la réputation de Kadhafi en tant qu’anti-impérialiste a été renforcée à la fois au niveau national et dans le monde arabe et, en juin 1986, il a ordonné que les noms du mois soient modifiés en Libye.

« Révolution dans une révolution »: 1987–1998

La fin des années 80 a vu une série de réformes économiques libéralisantes conçues pour faire face à la baisse des revenus pétroliers. En mai 1987, Kadhafi a annoncé le début de la « Révolution en révolution », qui a commencé par des réformes industrielles et agricoles et a vu la réouverture des petites entreprises. Des restrictions ont été imposées aux activités des comités révolutionnaires ; en mars 1988, leur rôle a été restreint par le nouveau ministère de la Mobilisation de masse et du leadership révolutionnaire pour limiter leur violence et leur rôle judiciaire, tandis qu’en août 1988, Kadhafi les a publiquement critiqués.

En mars, des centaines de prisonniers politiques ont été libérés, Kadhafi affirmant à tort qu’il n’y avait plus de prisonniers politiques en Libye. En juin, le gouvernement libyen a publié la Grande Charte verte des droits de l’homme à l’ère des masses, dans laquelle 27 articles définissaient des objectifs, des droits et des garanties pour améliorer la situation des droits de l’homme en Libye, restreignant le recours à la peine de mort et appelant à sa suppression éventuelle. De nombreuses mesures suggérées dans la charte seraient mises en œuvre l’année suivante, bien que d’autres soient restées inactives. Toujours en 1989, le gouvernement a fondé le Prix international Al-Kadhafi pour les droits de l’homme, décerné à des personnalités du tiers monde qui avaient lutté contre le colonialisme et l’impérialisme; le vainqueur de la première année était le militant sud-africain anti-apartheid Nelson Mandela. De 1994 à 1997, le gouvernement a mis en place des comités de nettoyage pour éliminer la corruption, en particulier dans le secteur économique. 

Au lendemain de l’attaque américaine de 1986, l’armée a été purgée des éléments déloyaux perçus et, en 1988, Kadhafi a annoncé la création d’une milice populaire pour remplacer l’armée et la police. En 1987, la Libye a commencé à produire du gaz moutarde dans une installation de Rabta, bien qu’elle nie publiquement qu’elle stockait des armes chimiques et a tenté en vain de développer des armes nucléaires. La période a également vu une augmentation de l’opposition islamiste nationale, formulée en groupes tels que les Frères musulmans et le Groupe de combat islamique libyen. Un certain nombre de tentatives d’assassinat contre Kadhafi ont été déjouées et, à son tour, en 1989, les forces de sécurité ont attaqué des mosquées censées être des centres de prédication contre-révolutionnaires. En octobre 1993, des éléments de l’armée de plus en plus marginalisés ont déclenché un coup d’État manqué à Misrata, tandis qu’en septembre 1995, les islamistes ont lancé une insurrection à Benghazi et, en juillet 1996, une émeute anti-Kadhafi a éclaté à Tripoli. Les Comités révolutionnaires ont connu une résurgence pour combattre ces islamistes.

En 1989, Kadhafi était ravi de la fondation de l’Union du Maghreb arabe, unissant la Libye dans un pacte économique avec la Mauritanie, le Maroc, la Tunisie et l’Algérie, la considérant comme le début d’une nouvelle union panarabe. Pendant ce temps, la Libye a intensifié son soutien aux militants anti-occidentaux tels que l’IRA provisoire et en 1988, le vol Pan Am 103 a explosé au-dessus de Lockerbie en Écosse, tuant 243 passagers et 16 membres d’équipage, plus 11 personnes à bord du sol. Les enquêtes de la police britannique ont identifié deux Libyens – Abdelbaset al-Megrahi et Lamin Khalifah Fhimah – comme les principaux suspects et, en novembre 1991, ont publié une déclaration exigeant que la Libye les remette. Lorsque Kadhafi a refusé, citant la Convention de Montréal, les Nations Unies (ONU) ont imposé la résolution 748 en mars 1992, initiant des sanctions économiques contre la Libye qui ont eu de profondes répercussions sur l’économie du pays. Le pays a subi une perte financière estimée à 900 millions de dollars EU en conséquence. D’autres problèmes ont surgi avec l’Occident lorsqu’en janvier 1989, deux avions de guerre libyens ont été abattus par les États-Unis au large des côtes libyennes. 

De nombreux États arabes et africains se sont opposés aux sanctions de l’ONU, Mandela les critiquant lors d’une visite à Kadhafi en octobre 1997, lorsqu’il a félicité la Libye pour son travail dans la lutte contre l’apartheid et a décerné à Kadhafi l’Ordre de la Bonne Espérance. Ils ne seraient suspendus qu’en 1998 lorsque la Libye a accepté d’autoriser l’extradition des suspects vers la Cour écossaise aux Pays-Bas, dans le cadre d’un processus supervisé par Mandela. À l’issue du procès, Fhimah a été acquitté et al-Megrahi condamné. En privé, Kadhafi a soutenu qu’il ne savait rien de l’auteur des attentats et que la Libye n’avait rien à voir avec cela. 

Panafricanisme, réconciliation et privatisation : 1999-2011

Liens avec l’Afrique

À la fin du XXe siècle, Kadhafi – frustré par l’échec de ses idéaux panarabes – rejetait de plus en plus le nationalisme arabe en faveur du panafricanisme, soulignant l’identité africaine de la Libye. De 1997 à 2000, la Libye a conclu des accords de coopération ou des accords d’aide bilatérale avec 10 États africains et a adhéré en 1999 à la Communauté des États sahélo-sahariens. En juin 1999, Kadhafi a visité Mandela en Afrique du Sud et, le mois suivant, a assisté au sommet de l’OUA à Alger, appelant à une plus grande intégration politique et économique à travers le continent et plaidant pour la fondation des États-Unis d’Afrique. Il est devenu l’un des fondateurs de l’Union africaine (UA), lancée en juillet 2002 pour remplacer l’OUA ; lors des cérémonies d’ouverture, il a appelé les États africains à rejeter l’aide conditionnelle du monde développé, un contraste direct avec le message du président sud-africain Thabo Mbeki. Il y avait des spéculations que Kadhafi voulait devenir le premier président de l’UA, soulevant des préoccupations en Afrique que cela nuirait à la position internationale de l’Union, en particulier avec l’Occident.

Lors du troisième sommet de l’UA, tenu en Libye en juillet 2005, Kadhafi a appelé à une plus grande intégration, préconisant un passeport unique de l’UA, un système de défense commun et une monnaie unique, en utilisant le slogan : « Les États-Unis d’Afrique sont l’espoir ». Sa proposition pour une Union des États africains, un projet initialement conçu par le Ghanéen Kwame Nkrumah dans les années 1960, a été rejetée lors du sommet de l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement (AHSG) de Lusaka en 2001 par les dirigeants africains qui l’ont trouvé « irréaliste » « et » utopique « . En juin 2005, la Libye a rejoint le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA). En août 2008, Kadhafi a été proclamé «Roi des rois» par un comité de chefs africains traditionnels [298], qui l’ont couronné en février 2009 lors d’une cérémonie tenue à Addis-Abeba, en Éthiopie. [299] Cette même année, Kadhafi a été élu président de l’Union africaine, poste qu’il a conservé pendant un an. En octobre 2010, Kadhafi a présenté ses excuses aux dirigeants africains pour l’esclavage historique des Africains par la traite négrière arabe. 

Reconstruire les liens avec l’Occident

En 1999, la Libye a entamé des pourparlers secrets avec le gouvernement britannique pour normaliser les relations. En 2001, Kadhafi a condamné les attaques du 11 septembre contre les États-Unis par al-Qaïda, exprimant sa sympathie aux victimes et appelant à la participation libyenne à la guerre contre le terrorisme menée par les États-Unis contre l’islamisme. Son gouvernement a continué de réprimer l’islamisme domestique, en même temps que Kadhafi appelait à une application plus large de la charia. La Libye a également cimenté ses relations avec la Chine et la Corée du Nord, lors de la visite du président chinois Jiang Zemin en avril 2002. Influencée par les événements de la guerre en Irak, en décembre 2003, la Libye a renoncé à sa possession d’armes de destruction massive, déclassant ses programmes d’armes chimiques et nucléaires. Les relations avec les États-Unis se sont améliorées en conséquence, tandis que le Premier ministre britannique Tony Blair s’est rendu à Kadhafi en mars 2004. En 2003, la Libye avait également officiellement accepté la responsabilité de l’attentat à la bombe de Lockerbie et versé 2,7 milliards de dollars américains aux familles de ses victimes ; les États-Unis et le Royaume-Uni avaient avancé cette condition comme condition pour que toutes les sanctions des Nations Unies restantes soient levées.

En 2004, Kadhafi s’est rendu au siège de l’Union européenne (UE) à Bruxelles – ce qui signifie une amélioration des relations entre la Libye et l’UE – et l’UE a abandonné ses sanctions contre la Libye. En tant qu’acteur stratégique dans les tentatives européennes pour endiguer la migration illégale en provenance d’Afrique, en octobre 2010, l’UE a versé à la Libye plus de 50 millions d’euros pour empêcher les migrants africains de passer en Europe ; Kadhafi a encouragé cette décision, estimant qu’il fallait empêcher la perte de l’identité culturelle européenne au profit d’une nouvelle « Europe noire ». Kadhafi a également conclu des accords avec le gouvernement italien pour investir dans divers projets d’infrastructure en réparation des politiques coloniales italiennes antérieures en Libye. Le Premier ministre italien Silvio Berlusconi a présenté des excuses officielles à la Libye en 2006, après quoi Kadhafi l’a appelé « l’homme de fer » pour son courage à cet égard. En août 2008, Kadhafi et Berlusconi ont signé un traité de coopération historique à Benghazi, selon ses termes, l’Italie paierait 5 milliards de dollars à la Libye en compensation de son ancienne occupation militaire. En échange, la Libye prendrait des mesures pour lutter contre l’immigration illégale en provenance de ses côtes et stimuler les investissements dans les entreprises italiennes.

Retiré de la liste américaine des États parrains du terrorisme en 2006, Kadhafi a néanmoins poursuivi sa rhétorique anti-occidentale, et lors du deuxième sommet Afrique-Amérique du Sud, tenu au Venezuela en septembre 2009, il a appelé à une alliance militaire à travers l’Afrique. et l’Amérique latine pour rivaliser avec l’OTAN. Ce mois-ci, il s’est également adressé à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York pour la première fois, l’utilisant pour condamner « l’agression occidentale ». Au printemps 2010, Kadhafi a proclamé le jihad contre la Suisse après que la police suisse a accusé deux des membres de sa famille d’activités criminelles dans le pays, entraînant la rupture des relations bilatérales. 

Réforme économique

L’économie libyenne a connu une privatisation croissante; bien que rejetant les politiques socialistes de l’industrie nationalisée préconisées dans le Livre vert, les chiffres du gouvernement affirmaient qu’ils forgeaient le « socialisme populaire » plutôt que le capitalisme. Kadhafi a salué ces réformes, appelant à une privatisation à grande échelle dans un discours de mars 2003. Ces réformes ont encouragé l’investissement privé dans l’économie libyenne. En 2003, l’industrie pétrolière a été en grande partie vendue à des sociétés privées et, en 2004, il y avait 40 milliards de dollars d’investissements étrangers directs en Libye, soit six fois plus qu’en 2003. Des secteurs de la population libyenne ont réagi contre ces réformes par des manifestations publiques et, en mars 2006, des partisans de la ligne dure révolutionnaires ont pris le contrôle du cabinet du GPC ; bien qu’ils aient ralenti le rythme des changements, ils ne les ont pas arrêtés. En 2010, des plans ont été annoncés qui auraient vu la moitié de l’économie libyenne privatisée au cours de la décennie suivante.

Bien qu’il n’y ait pas eu de libéralisation politique, Kadhafi conservant le contrôle prédominant, en mars 2010, le gouvernement a transféré de nouveaux pouvoirs aux conseils municipaux. Un nombre croissant de technocrates réformistes ont atteint des postes dans la gouvernance du pays ; le plus connu était le fils et héritier de Kadhafi, apparemment Saif al-Islam Kadhafi, qui critiquait ouvertement le bilan de la Libye en matière de droits de l’homme. Il a dirigé un groupe qui a proposé la rédaction de la nouvelle constitution, bien qu’elle n’ait jamais été adoptée. Impliqué dans l’encouragement du tourisme, Saif a fondé plusieurs chaînes de médias privées en 2008, mais après avoir critiqué le gouvernement, elles ont été nationalisées en 2009.

Guerre civile libyenne

Origines et évolution : février – août 2011

Après le début du printemps arabe en 2011, Kadhafi s’est prononcé en faveur du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, alors menacé par la révolution tunisienne. Il a suggéré que le peuple tunisien serait satisfait si Ben Ali y introduisait un système de Jamahiriya. Craignant des protestations nationales, le gouvernement libyen a mis en œuvre des mesures préventives en réduisant les prix des denrées alimentaires, en purgeant la direction de l’armée des transfuges potentiels et en libérant plusieurs prisonniers islamistes. Cela s’est révélé inefficace et, le 17 février 2011, d’importantes manifestations ont éclaté contre le gouvernement de Kadhafi. Contrairement à la Tunisie ou à l’Égypte, la Libye était en grande partie homogène sur le plan religieux et ne comptait pas de mouvement islamiste fort, mais le mécontentement était généralisé à l’égard de la corruption et des systèmes de patronage bien établis, tandis que le chômage avait atteint environ 30%. 

Accusant les rebelles d’être « drogués » et liés à al-Qaïda, Kadhafi a proclamé qu’il mourrait en martyr plutôt que de quitter la Libye. Alors qu’il annonçait que les rebelles seraient « traqués rue par rue, maison par maison et garde-robe par garde-robe », l’armée a ouvert le feu sur les manifestations à Benghazi, faisant des centaines de morts. Choqués par la réponse du gouvernement, un certain nombre de hauts responsables politiques ont démissionné ou ont fait défection du côté des manifestants. Le soulèvement s’est rapidement propagé dans la moitié orientale de la Libye, moins développée économiquement. À la fin de février, des villes orientales comme Benghazi, Misrata, al-Bayda et Tobruk étaient contrôlées par des rebelles et le Conseil national de transition (NTC) de Benghazi a été formé pour les représenter.

Dans les premiers mois du conflit, il est apparu que le gouvernement de Kadhafi – avec sa puissance de feu supérieure – serait victorieux. Les deux parties n’ont pas respecté les lois de la guerre, commettant des violations des droits de l’homme, notamment des arrestations arbitraires, des actes de torture, des exécutions extrajudiciaires et des attaques de vengeance. Le 26 février, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 1970, suspendant la Libye du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, appliquant des sanctions et appelant à une enquête de la Cour pénale internationale (CPI) sur le meurtre de civils non armés. En mars, le Conseil de sécurité a déclaré une zone d’exclusion aérienne pour protéger la population civile des bombardements aériens, appelant les pays étrangers à l’appliquer ; il interdisait également expressément l’occupation étrangère. Ignorant cela, le Qatar a envoyé des centaines de soldats pour soutenir les dissidents et, avec la France et les Émirats arabes unis, a fourni au CNT des armes et une formation militaire. L’OTAN a annoncé qu’elle appliquerait la zone d’exclusion aérienne. Le 30 avril, une frappe aérienne de l’OTAN a tué le sixième fils de Kadhafi et trois de ses petits-fils à Tripoli. Cette intervention militaire occidentale a été critiquée par divers gouvernements de gauche, y compris ceux qui avaient critiqué la réponse de Kadhafi aux manifestations, car ils la considéraient comme une tentative impérialiste de s’assurer le contrôle des ressources de la Libye.

En juin, la CPI a émis des mandats d’arrêt contre Kadhafi, son fils Saif al-Islam et son beau-frère Abdullah Senussi, chef de la sécurité de l’État, pour des accusations de crimes contre l’humanité. Ce mois-ci, Amnesty International a publié son rapport, constatant que même si les forces de Kadhafi étaient responsables de nombreux crimes de guerre, de nombreuses autres allégations d’atteintes massives aux droits humains manquaient de preuves crédibles et étaient probablement des fabrications des forces rebelles qui avaient été promues par les médias occidentaux. En juillet, plus de 30 gouvernements ont reconnu le CNT comme le gouvernement légitime de la Libye; Kadhafi a appelé ses partisans à « fouler aux pieds ces reconnaissances, fouler les pieds sous vos pieds … elles ne valent rien ». En août, la Ligue arabe a reconnu le CNT comme « le représentant légitime de l’État libyen ».

Aidé par la couverture aérienne de l’OTAN, la milice rebelle a poussé vers l’ouest, battant les armées loyalistes et assurant le contrôle du centre du pays. Bénéficiant du soutien des communautés amazighes (berbères) des monts Nafusa, qui avaient longtemps été persécutées en tant que non-arabophones sous Kadhafi, les armées du CNT ont encerclé les loyalistes de Kadhafi dans plusieurs zones clés de l’ouest de la Libye. En août, les rebelles se sont emparés de Zliten et de Tripoli, mettant fin aux derniers vestiges du pouvoir Kadhafi. Il est probable que sans les frappes aériennes de l’OTAN soutenant les rebelles, ils n’auraient pas pu avancer vers l’ouest et les forces de Kadhafi auraient finalement repris le contrôle de l’est de la Libye. 

Capture et mort : septembre – octobre 2011

Seules quelques villes de l’ouest de la Libye, telles que Bani Walid, Sebha et Syrte, sont restées des places fortes de Kadhafi. Retraité à Syrte après la chute de Tripoli, Kadhafi a annoncé sa volonté de négocier un transfert à un gouvernement de transition, une suggestion rejetée par le CNT. Entouré de gardes du corps, il déménageait continuellement des résidences pour échapper aux bombardements du NTC, consacrant ses journées à la prière et à la lecture du Coran. Le 20 octobre, Kadhafi a fait irruption dans le district 2 de Syrte dans un convoi civilo-militaire dans l’espoir de se réfugier dans la vallée de Jarref. Vers 8 h 30, des bombardiers de l’OTAN ont attaqué, détruisant au moins 14 véhicules et en tuant au moins 53. Le convoi s’est dispersé et Kadhafi et ses proches se sont enfuis dans une villa voisine, qui a été pilonnée par des milices rebelles de Misrata. Fuyant vers un chantier de construction, Kadhafi et sa cohorte intérieure se sont cachés à l’intérieur des tuyaux de drainage pendant que ses gardes du corps combattaient les rebelles ; dans le conflit, Kadhafi a été blessé à la tête par une explosion de grenade tandis que le ministre de la défense Abu-Bakr Yunis Jabr a été tué. 

La milice de Misrata a fait prisonnier Kadhafi, causant de graves blessures en tentant de l’appréhender ; les événements ont été filmés sur un téléphone portable. Une vidéo semble illustrer Kadhafi se faire fourrer ou poignarder dans l’anus « avec une sorte de bâton ou de couteau » ou peut-être une baïonnette. Tiré sur le devant d’une camionnette, il est tombé alors qu’il s’éloignait. Son corps à moitié nu et sans vie a ensuite été placé dans une ambulance et emmené à Misrata ; à son arrivée, il a été retrouvé mort. Les comptes officiels du NTC ont affirmé que Kadhafi a été pris dans un feu croisé et est mort de ses blessures par balle. D’autres récits de témoins oculaires ont affirmé que les rebelles avaient mortellement tiré sur Kadhafi à l’estomac. Le fils de Kadhafi, Mutassim, qui faisait également partie du convoi, a également été capturé et retrouvé mort plusieurs heures plus tard, probablement à la suite d’une exécution extrajudiciaire. Environ 140 fidèles de Kadhafi ont été arrêtés du convoi ; les cadavres de 66 ont ensuite été retrouvés à l’hôtel Mahari voisin, victimes d’exécutions extrajudiciaires. Le médecin légiste en chef libyen, Othman al-Zintani, a procédé aux autopsies de Kadhafi, de son fils et de Jabr dans les jours qui ont suivi leur mort; bien que le pathologiste ait informé la presse que Kadhafi était mort d’une blessure par balle à la tête, le rapport d’autopsie n’a pas été rendu public.

L’après-midi de la mort de Kadhafi, le Premier ministre du CNT, Mahmoud Jibril, a publiquement révélé la nouvelle. Le cadavre de Kadhafi a été placé dans le congélateur d’un marché local aux côtés des cadavres de Yunis Jabr et Mutassim ; les corps ont été affichés publiquement pendant quatre jours, des Libyens de tout le pays étant venus les voir. Des images de la mort de Kadhafi ont été largement diffusées sur les réseaux médiatiques à l’échelle internationale. En réponse aux appels internationaux, le 24 octobre, Jibril a annoncé qu’une commission enquêterait sur la mort de Kadhafi. Le 25 octobre, le CNT a annoncé que Kadhafi avait été enterré dans un endroit non identifié du désert. Cherchant à se venger du meurtre, les sympathisants de Kadhafi ont gravement blessé et torturé pendant plusieurs jours l’un de ceux qui avaient capturé Kadhafi, Omran Shaaban, 22 ans, près de Bani Walid en septembre 2012, qui est finalement décédé en France. 

Idéologie politique

La vision idéologique du monde de Kadhafi a été façonnée par son environnement, à savoir sa foi islamique, son éducation bédouine et son dégoût des actions des colonialistes européens en Libye. En tant qu’écolier, Kadhafi a adopté les idéologies du nationalisme arabe et du socialisme arabe, influencées en particulier par le nassérisme, la pensée du président égyptien Nasser, que Kadhafi considérait comme son héros; Nasser a décrit en privé Kadhafi comme « un gentil garçon, mais terriblement naïf « . Au début des années 1970, Kadhafi a formulé sa propre approche particulière du nationalisme et du socialisme arabes, connue sous le nom de Third International Theory, que le New York Times a décrite comme une combinaison de « socialisme utopique, de nationalisme arabe et de la théorie révolutionnaire du tiers monde qui était en vogue. à l’époque « . Il considérait ce système comme une alternative pratique aux modèles internationaux alors dominants du capitalisme occidental et du marxisme-léninisme. Il a exposé les principes de cette théorie dans les trois volumes du Livre vert, dans lesquels il a cherché à « expliquer la structure de la société idéale ».

Le spécialiste des études libyennes Ronald Bruce St. John considérait le nationalisme arabe comme la « valeur primordiale » de Kadhafi, déclarant que pendant les premières années de son gouvernement, Kadhafi était « le nationaliste arabe par excellence ». Kadhafi a appelé le monde arabe à retrouver sa dignité et à affirmer une place majeure sur la scène mondiale, imputant le retard arabe à la stagnation résultant de la domination ottomane, du colonialisme et de l’impérialisme européens et des monarchies corrompues et répressives. Les vues nationalistes arabes de Kadhafi l’ont amené à la croyance panarabiste dans le besoin d’unité à travers le monde arabe, combinant la nation arabe sous un seul État-nation. À cette fin, il avait proposé une union politique avec cinq États arabes voisins d’ici 1974, mais sans succès. En accord avec ses vues sur les Arabes, sa position politique a été décrite comme nativiste. Kadhafi avait également des ambitions internationales, voulant exporter ses idées révolutionnaires à travers le monde. Kadhafi a vu sa Jamahiriyah socialiste comme un modèle à suivre pour les mondes arabe, islamique et non aligné et a déclaré dans ses discours que sa troisième théorie internationale finirait par guider la planète entière. Il a néanmoins eu un succès minime dans l’exportation de l’idéologie en dehors de la Libye.

Avec le nationalisme arabe, l’anti-impérialisme était également une caractéristique déterminante du régime de Kadhafi au cours de ses premières années. Il croyait qu’il fallait s’opposer à l’impérialisme occidental et au colonialisme dans le monde arabe, y compris à tout expansionnisme occidental sous la forme d’Israël. Il a offert son soutien à un large éventail de groupes politiques à l’étranger qui se disaient « anti-impérialistes », en particulier ceux qui se sont opposés aux États-Unis. Pendant de nombreuses années, l’antisionisme a été une composante fondamentale de l’idéologie de Kadhafi. Il pensait que l’État d’Israël ne devait pas exister et que tout compromis arabe avec le gouvernement israélien était une trahison du peuple arabe. En grande partie en raison de leur soutien à Israël, Kadhafi méprisait les États-Unis, considérant le pays comme impérialiste et le fustigeant comme « l’incarnation du mal ». Il s’est rallié aux Juifs dans bon nombre de ses discours, Blundy et Lycett affirmant que son antisémitisme était « presque hitlérien ». Ses vues ont changé plus tard ; en 2009, il a déclaré que « les Juifs ont été détenus en captivité, massacrés, désavantagés de toutes les manières possibles … ils veulent et méritent leur patrie ». Il a appelé les Juifs et les Palestiniens à « aller au-delà des vieux conflits et à envisager un avenir unifié basé sur une culture et un respect partagés », forgeant un seul État qu’il a appelé « Isratin ». Cela aurait conduit la population juive à devenir une minorité au sein du nouvel État.

Modernisme islamique et socialisme islamique

Kadhafi a rejeté l’approche laïciste du nationalisme arabe qui avait été omniprésente en Syrie. Au lieu de cela, il a considéré l’arabisme et l’islam comme étant inséparables, les qualifiant de « un et indivisible » et a appelé la minorité chrétienne du monde arabe à se convertir à l’islam. Il a insisté sur le fait que la loi islamique devrait être la base de la loi de l’État, brouillant toute distinction entre les domaines religieux et laïc. Il désirait l’unité à travers le monde islamique et encourageait la propagation de la foi ailleurs; lors d’une visite en Italie en 2010, il a payé une agence de mannequins pour trouver 200 jeunes femmes italiennes pour une conférence qu’il leur a donnée en les exhortant à se convertir. Selon le biographe de Kadhafi Jonathan Bearman, en termes islamiques, Kadhafi était un moderniste plutôt qu’un fondamentaliste, car il subordonnait la religion au système politique plutôt que de chercher à islamiser l’État comme les islamistes cherchaient à le faire. Il était motivé par un sentiment de « mission divine », se croyant un conducteur de la volonté de Dieu, et pensait qu’il devait atteindre ses objectifs « quel qu’en soit le coût ». Son interprétation de l’islam était néanmoins idiosyncratique et il se heurta aux religieux libyens conservateurs. Beaucoup ont critiqué ses tentatives d’encourager les femmes à entrer dans des secteurs de la société traditionnellement réservés aux hommes, tels que les forces armées. Kadhafi tenait à améliorer le statut des femmes, bien que les sexes soient considérés comme «séparés mais égaux» et estimait donc que les femmes devraient généralement rester dans des rôles traditionnels.

Kadhafi a qualifié son approche de l’économie de « socialisme islamique ». Pour lui, une société socialiste pouvait être définie comme une société dans laquelle les hommes contrôlaient leurs propres besoins, soit par la propriété personnelle, soit par le biais d’un collectif. Bien que les premières politiques poursuivies par son gouvernement aient une orientation capitaliste d’État, en 1978, il pensait que la propriété privée des moyens de production était exploiteuse et il cherchait donc à éloigner la Libye du capitalisme et au socialisme. La mesure dans laquelle la Libye est devenue socialiste sous Kadhafi est contestée. Bearman a laissé entendre que bien que la Libye ait subi « une profonde révolution sociale », il ne pensait pas qu’une « société socialiste » ait été établie en Libye. Inversement, Saint-Jean a exprimé l’avis que « si le socialisme est défini comme une redistribution des richesses et des ressources, une révolution socialiste s’est clairement produite en Libye » sous le régime de Kadhafi.

Kadhafi était résolument anti-marxiste et, en 1973, il déclarait «qu’il est du devoir de chaque musulman de combattre» le marxisme parce qu’il promeut l’athéisme. Selon lui, des idéologies comme le marxisme et le sionisme étaient étrangères au monde islamique et constituaient une menace pour la Oummah ou la communauté islamique mondiale. Néanmoins, Blundy et Lycett ont noté que le socialisme de Kadhafi avait une « nuance curieusement marxiste », le politologue Sami Hajjar faisant valoir que le modèle de socialisme de Kadhafi offrait une simplification des théories de Karl Marx et Friedrich Engels. Tout en reconnaissant l’influence marxiste sur la pensée de Kadhafi, Bearman a déclaré que le dirigeant libyen rejetait le principe fondamental du marxisme, celui de la lutte des classes comme principal moteur du développement social. Au lieu d’embrasser l’idée marxiste selon laquelle une société socialiste a émergé de la lutte des classes entre le prolétariat et la bourgeoisie, Kadhafi croyait que le socialisme serait réalisé en renversant le capitalisme « contre nature » et en ramenant la société à son « équilibre naturel ». En cela, il a cherché à remplacer une économie capitaliste par une économie basée sur ses propres idées romantiques d’un passé traditionnel et précapitaliste. Cela devait beaucoup à la croyance islamique en la loi naturelle de Dieu qui donne l’ordre à l’univers. 

Vie privée

Un individu très privé Kadhafi a été soumis à la rumination et à la solitude et pourrait être reclus. La journaliste Mirella Bianco a interviewé le père de Kadhafi, qui a déclaré que son fils était « toujours sérieux, même taciturne », également courageux, intelligent, pieux et axé sur la famille. Les amis de Kadhafi l’ont décrit à Bianco comme un homme loyal et généreux. Plus largement, il était souvent considéré comme « bizarre, irrationnel ou quixotique ». Bearman a noté que Kadhafi était émotionnellement instable et avait un tempérament impulsif, la CIA estimant que le chef libyen souffrait de dépression clinique. Kadhafi s’est décrit comme un « simple révolutionnaire » et un « pieux musulman » appelé par Dieu pour continuer l’œuvre de Nasser. Kadhafi était un musulman austère et dévot, bien que selon Vandewalle, son interprétation de l’islam était « profondément personnelle et idiosyncratique ». Il était aussi un passionné de football et aimait à la fois faire du sport et de l’équitation comme un moyen de loisirs. Il se considérait comme un intellectuel ; il était un fan de Beethoven et a dit que ses romans préférés étaient Cabine de l’oncle Tom, Roots et The Outsider. 

Kadhafi considérait l’apparence personnelle comme importante, Blundy et Lycett se référant à lui comme «extraordinairement vain». Kadhafi avait une grande armoire et changeait parfois sa tenue plusieurs fois par jour. Il préférait soit un uniforme militaire, soit une robe libyenne traditionnelle, évitant généralement les costumes de style occidental. Il se considérait comme une icône de la mode, déclarant : «Tout ce que je porte devient une mode. Je porte une certaine chemise et soudain tout le monde la porte.» Après son ascension au pouvoir, Kadhafi a emménagé dans la caserne Bab al-Azizia, un Complexe fortifié de 6 kilomètres carrés (2,3 milles carrés) situé à trois kilomètres du centre de Tripoli. Sa maison et son bureau à Azizia étaient un bunker conçu par des ingénieurs ouest-allemands, tandis que le reste de sa famille vivait dans un grand bâtiment de deux étages. Dans l’enceinte se trouvaient également deux courts de tennis, un terrain de football, plusieurs jardins, des chameaux et une tente bédouine dans laquelle il divertissait les invités. Dans les années 80, son style de vie était considéré comme modeste par rapport à celui de nombreux autres dirigeants arabes.

Il était préoccupé par sa propre sécurité, changeant régulièrement de lieu de sommeil et faisant parfois échouer tous les autres avions en Libye lorsqu’il volait. Il a fait des demandes particulières lors de voyages à l’étranger. Pendant ses voyages à Rome, Paris, Madrid, Moscou et New York, il résidait dans une tente pare-balles, suivant ses traditions bédouines. Kadhafi a été particulièrement conflictuel dans son approche des puissances étrangères et a généralement évité les ambassadeurs et diplomates occidentaux, les considérant comme des espions.

Kadhafi a été décrit comme un coureur de jupons. Dans les années 1970 et 1980, il a été rapporté qu’il avait fait des avances sexuelles à des femmes reporters et à des membres de son entourage. À partir des années 1980, il a voyagé avec sa garde amazonienne entièrement féminine, qui aurait prêté serment de célibat. Après la mort de Kadhafi, le psychologue libyen Seham Sergewa, qui fait partie d’une équipe enquêtant sur des délits sexuels pendant la guerre civile, a déclaré que cinq des gardes lui avaient dit qu’ils avaient été violés par Kadhafi et des hauts fonctionnaires. Après la mort de Kadhafi, la journaliste française Annick Cojean a publié un livre alléguant que Kadhafi avait eu des relations sexuelles avec des femmes, certaines au début de leur adolescence, qui avaient été spécialement sélectionnées pour lui. L’une des personnes interrogées par Cojean, une femme du nom de Soraya, a affirmé que Kadhafi l’avait gardée en prison dans un sous-sol pendant six ans, où il l’avait violée à plusieurs reprises, lui avait uriné dessus et l’avait forcée à regarder de la pornographie, à boire de l’alcool et à renifler de la cocaïne. Kadhafi a également engagé plusieurs infirmières ukrainiennes pour prendre soin de lui ; l’un d’eux l’a décrit comme gentil et prévenant et a été surpris que des allégations de mauvais traitements aient été portées contre lui. 

Kadhafi a épousé sa première femme, Fatiha al-Nuri, en 1969. Elle était la fille du général Khalid, un haut responsable de l’administration du roi Idris, et était issue d’une classe moyenne. Bien qu’ils aient eu un fils, Muhammad Kadhafi (né en 1970), leur relation a été tendue et ils ont divorcé en 1970. La deuxième épouse de Kadhafi était Safia Farkash, née el-Brasai, une ancienne infirmière de la tribu Obeidat née à Bayda. Ils se sont rencontrés en 1969, après son ascension au pouvoir, quand il a été hospitalisé pour une appendicite ; il a affirmé que c’était le coup de foudre. Le couple est resté marié jusqu’à sa mort. Ensemble, ils ont eu sept enfants biologiques : Saif al-Islam Kadhafi (né en 1972), Al-Saadi Kadhafi (né en 1973), Mutassim Kadhafi (1974-2011), Hannibal Mouammar Kadhafi (né en 1975), Ayesha Kadhafi (né en 1976) ), Saif al-Arab Kadhafi (1982-2011) et Khamis Kadhafi (1983-2011). Il a également adopté deux enfants, Hana Kadhafi et Milad Kadhafi. Plusieurs de ses fils ont acquis une réputation de comportement somptueux et antisocial en Libye, ce qui s’est avéré une source de ressentiment envers son administration. 

Image publique

Selon Vandewalle, Kadhafi « a dominé la vie politique de la Libye » pendant son mandat. Le sociologue Raymond A. Hinnebusch a décrit le Libyen comme « peut-être le cas contemporain le plus exemplaire de la politique du leadership charismatique », montrant tous les traits de l’autorité charismatique décrits par le sociologue Max Weber. Selon Hinnebusch, les fondements de « l’autorité charismatique personnelle » de Kadhafi en Libye découlaient de la bénédiction qu’il avait reçue de Nasser couplée à des « réalisations nationalistes » telles que l’expulsion de bases militaires étrangères, l’extraction de prix plus élevés pour le pétrole libyen et son un soutien vocal à la cause palestinienne et à d’autres causes anti-impérialistes. 

Un culte de la personnalité consacré à Kadhafi existait en Libye. Son biographe Alison Pargeter a noté qu ‘ »il a rempli chaque espace, modelant tout le pays autour de lui. » Des représentations de son visage pouvaient être trouvées dans tout le pays, y compris sur des timbres-poste, des montres et des cartables scolaires. Les citations du Livre vert sont apparues dans une grande variété d’endroits, des murs des rues aux aéroports et aux stylos, et ont été mises en musique pop pour être rendues publiques. Kadhafi a affirmé qu’il n’aimait pas ce culte de la personnalité, mais qu’il le tolérait parce que le peuple libyen l’adorait. Le culte a servi un objectif politique, Kadhafi aidant à fournir une identité centrale à l’État libyen.

Plusieurs biographes et observateurs ont qualifié Kadhafi de populiste. Il aimait assister à de longues séances publiques où les gens étaient invités à l’interroger ; ceux-ci étaient souvent télévisés. Dans toute la Libye, des foules de supporters arriveraient aux événements publics où il est apparu. Décrit comme des « manifestations spontanées » par le gouvernement, il y a des cas enregistrés de groupes contraints ou payés pour y assisterIl était généralement en retard aux événements publics et n’arrivait parfois pas à arriver. Bien que Bianco pensait qu’il avait un « cadeau pour l’oratoire », il était considéré comme un pauvre orateur par Blundy et Lycett. Le biographe Daniel Kawczynski a noté que Kadhafi était célèbre pour ses discours « longs et errants », qui impliquaient généralement de critiquer Israël et les États-Unis. La journaliste Ruth First a décrit ses discours comme « un flux inépuisable ; didactique, parfois incohérent; parsemé de bribes d’opinions à moitié formées ; admonitions; confidences; un certain bon sens et autant de préjugés ». 

Réception et héritage

Kadhafi était une figure mondiale controversée et très conflictuelle. Selon Bearman, Kadhafi « a évoqué les extrêmes de la passion: l’adoration suprême de ses partisans, le mépris amer de ses adversaires ». Bearman a ajouté que « dans un pays qui subissait autrefois la domination étrangère, l’anti-impérialisme de Kadhafi s’est avéré durablement populaire ». La popularité intérieure de Kadhafi découle de son renversement de la monarchie, de son éloignement des colons italiens et des bases aériennes américaines et britanniques du territoire libyen, et de sa redistribution des terres du pays sur une base plus équitable. Les partisans ont loué l’administration de Kadhafi pour la création d’une société presque sans classes grâce à la réforme intérieure. Ils ont souligné les réalisations du régime dans la lutte contre le sans-abrisme, la garantie de l’accès à la nourriture et à l’eau potable et les améliorations spectaculaires de l’éducation; sous Kadhafi, les taux d’alphabétisation ont augmenté de manière significative et toute l’éducation jusqu’au niveau universitaire était gratuite. Les partisans ont également applaudi les réalisations en matière de soins médicaux, louant les soins de santé gratuits universels fournis sous l’administration Kadhafi, avec des maladies comme le choléra et la typhoïde contenues et l’espérance de vie augmentée. 

Les biographes Blundy et Lycett croyaient que sous la première décennie de la direction de Kadhafi, la vie de la plupart des Libyens « a sans aucun doute changé pour le mieux » alors que les conditions matérielles et la richesse se sont considérablement améliorées, tandis que la spécialiste des études libyennes Lillian Craig Harris a fait remarquer que dans les premières années de son administration, la « richesse nationale et l’influence internationale de la Libye ont grimpé en flèche, et son niveau de vie national a considérablement augmenté ». Ces normes élevées ont diminué au cours des années 80, en raison de la stagnation économique. C’est au cours de cette décennie que le nombre de transfuges libyens a augmenté. Kadhafi a affirmé que sa Jamahiriya était une «utopie concrète» et qu’il avait été nommé par «assentiment populaire», certains partisans islamiques estimant qu’il exhibait la barakah. Son opposition aux gouvernements occidentaux lui a valu le respect de beaucoup dans l’extrême droite euro-américaine, avec le Front national basé au Royaume-Uni, par exemple, embrassant des aspects de la troisième théorie internationale dans les années 1980. Sa position anti-occidentale a également suscité des éloges de l’extrême gauche ; en 1971, l’Union soviétique lui décerna l’Ordre de Lénine, bien que sa méfiance à l’égard du marxisme athée l’empêcha d’assister à la cérémonie à Moscou. Premièrement, au début des années 70, divers étudiants de l’Université Paris 8 saluaient Kadhafi comme « le seul dirigeant du tiers monde à avoir un véritable estomac pour lutter ». 

Opposition et critique

Le mouvement libyen anti-Kadhafi a réuni un large éventail de groupes, qui avaient des motifs et des objectifs variés. Il comprenait des monarchistes et des membres de l’ancienne élite pré-Kadhafi, des nationalistes conservateurs qui soutenaient son programme nationaliste arabe mais s’opposaient à ses réformes économiques de gauche, des technocrates dont les perspectives d’avenir étaient bloquées par le coup d’État et des fondamentalistes islamiques qui s’opposaient à ses réformes radicales. Les membres de la classe moyenne marchande libyenne étaient souvent en colère contre la perte de leurs entreprises par le biais du programme de nationalisation de Kadhafi, tandis que de nombreux Libyens s’opposaient à l’utilisation par Kadhafi des richesses pétrolières du pays pour financer l’activité révolutionnaire à l’étranger plutôt que le développement national en Libye elle-même. Il a également fait face à l’opposition de socialistes rivaux tels que les baasistes et les marxistes ; pendant la guerre civile, il a été critiqué par les gouvernements de gauche et de droite pour superviser les violations des droits de l’homme.  Surnommé le « chien fou du Moyen-Orient » par Reagan, Kadhafi est devenu un épouvantail pour les gouvernements occidentaux qui l’ont présenté comme le « dictateur vicieux d’un peuple opprimé ». Pour ces critiques, Kadhafi était « despotique, cruel, arrogant, vain et stupide », avec Pargeter notant que « pendant de nombreuses années, il est venu à être personnifié dans les médias internationaux comme une sorte de super méchant. »

Selon des critiques, le peuple libyen vivait dans un climat de peur sous l’administration de Kadhafi, en raison de la surveillance omniprésente des civils par son gouvernement. La Libye de Kadhafi a été généralement décrite par les commentateurs occidentaux comme un État policier, de nombreux droitiers américains estimant que Kadhafi était un marxiste-léniniste dans une relation étroite avec l’Union soviétique. L’État de Kadhafi a également été caractérisé comme autoritaire. Son administration a également été critiquée par des opposants politiques et des groupes comme Amnesty International pour les atteintes aux droits humains commises par les services de sécurité du pays. Ces abus comprenaient la répression de la dissidence, les exécutions publiques et la détention arbitraire de centaines d’opposants, dont certains ont déclaré avoir été torturés. L’un des exemples les plus frappants de cette situation est le massacre qui a eu lieu dans la prison d’Abou Salim en juin 1996 ; Human Rights Watch a estimé que 1 270 prisonniers ont été massacrés. Les dissidents à l’étranger étaient étiquetés « chiens errants » ; ils ont été publiquement menacés de mort et parfois tués par des escadrons du gouvernement, ou renvoyés chez eux de force sous peine d’emprisonnement ou de mort.

Le traitement réservé par le gouvernement de Kadhafi aux Libyens non arabes a été critiqué par des militants des droits de l’homme, les Berbères, les Italiens, les Juifs, les réfugiés et les travailleurs étrangers étant tous confrontés à la persécution en Kadhafi en Libye. Des groupes de défense des droits de l’homme ont également critiqué le traitement des migrants, y compris des demandeurs d’asile, qui ont traversé la Libye de Kadhafi en route vers l’Europe. Malgré son opposition vocale au colonialisme, Kadhafi a été critiqué par certains penseurs anticoloniaux et de gauche. L’économiste politique Yash Tandon a déclaré que si Kadhafi était « probablement le plus controversé et le plus audacieux (et aventureux) challenger de l’Empire » (c’est-à-dire les puissances occidentales), il n’avait néanmoins pas été en mesure d’échapper au contrôle néocolonial de l’Occident sur la Libye. Pendant la guerre civile, divers groupes de gauche ont approuvé les rebelles anti-Kadhafi – mais pas l’intervention militaire occidentale – en faisant valoir que Kadhafi était devenu un allié de l’impérialisme occidental en coopérant avec la guerre contre le terrorisme et les efforts visant à bloquer la migration africaine vers l’Europe. Les actions de Kadhafi dans la promotion des groupes de militants étrangers, bien que considérées par lui comme un soutien justifiable aux mouvements de libération nationale, ont été considérées par les États-Unis comme une ingérence dans les affaires intérieures d’autres nations et un soutien actif au terrorisme international. Kadhafi lui-même était largement perçu comme un terroriste, en particulier aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Bilan posthume

Les réactions internationales à la mort de Kadhafi étaient partagées. Le président américain Barack Obama a déclaré que cela signifiait que « l’ombre de la tyrannie sur la Libye a été levée » , tandis que le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré qu’il était « fier » du rôle de son pays dans le renversement de « ce dictateur brutal ». À l’opposé, l’ancien président cubain Fidel Castro a commenté qu’en défiant les rebelles, Kadhafi « entrerait dans l’histoire comme l’une des grandes figures des nations arabes », tandis que le Venezuela, Hugo Chávez, le décrivait comme « un grand combattant, un révolutionnaire et un martyr « . L’ancien président sud-africain Nelson Mandela a exprimé sa tristesse à la nouvelle, louant Kadhafi pour sa position anti-apartheid, soulignant qu’il avait soutenu le Congrès national africain de Mandela pendant « les moments les plus sombres de notre lutte ». 

Kadhafi a été pleuré comme un héros par de nombreuses personnes en Afrique subsaharienne ; Le Daily Times du Nigéria, par exemple, a déclaré que, bien qu’il soit indéniablement un dictateur, Kadhafi était le plus bienveillant d’une région qui ne connaissait que la dictature et qu’il était « un grand homme qui veille sur son peuple et fait de lui l’envie de toute l’Afrique « . Le journal nigérian Leadership a rapporté que si de nombreux Libyens et Africains pleureraient Kadhafi, cela serait ignoré par les médias occidentaux et qu’en tant que tel, il faudrait 50 ans avant que les historiens décident s’il était « martyr ou méchant ». 

Après sa défaite dans la guerre civile, le système de gouvernance de Kadhafi a été démantelé et remplacé par le gouvernement intérimaire du CNT, qui a légalisé les syndicats et la liberté de la presse. En juillet 2012, des élections ont eu lieu pour former un nouveau Congrès national général (GNC), qui a officiellement repris la gouvernance du CNT en août. Le GNC a élu Mohammed Magariaf président de la chambre et Mustafa A.G. Abushagur Premier ministre ; quand Abushagur n’a pas réussi à obtenir l’approbation du Congrès, le GNC a élu Ali Zeidan à ce poste. En janvier 2013, le GNC a officiellement renommé la Jamahiriyah «État de Libye». Les kadhafistes ont ensuite fondé un nouveau parti politique, le Front populaire de libération de la Libye ; deux de ses membres, Subah Mussa et Ahmed Ali, ont fait la promotion de la nouvelle entreprise en détournant le vol 209 d’Afriqiyah Airways en décembre 2016. Dirigé par Saif al-Islam Kadhafi, le Front populaire a été autorisé à participer aux élections générales libyennes de 2019.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés