Afrique Centrale
3 juillet 2020

Luanda Leaks : Le Portugal nationalise une importante société d’Isabel dos Santos

Luanda Leaks | Présente dans les secteurs de l’énergie, de la mobilité électrique, la société industrielle Efacec est en difficultés […]

29 juin 2020 Afrique Centrale

Angola : la nouvelle ligne de défense d’Isabel dos Santos

Ligne de défense d’Isabel dos Santos | Suite au  rejet de l’appel qu’elle a formé contre le gel de ses […]

Lire la suite »
25 mai 2020 Afrique Centrale

Angola : Isabel dos Santos déplace son bras de fer judiciaire en Europe

Affaire Isabel dos Santos | A la décision de la justice portugaise de saisir ses avoirs dans le cadre de […]

Lire la suite »
9 avril 2020 Afrique Centrale

La justice portugaise a saisi une participation de Isabel dos Santos

Isabel dos Santos | La justice portugaise a ordonné la saisie d’une participation de 26% dans le groupe de télécommunications […]

Lire la suite »
28 janvier 2020 Afrique Centrale

« Luanda Leaks »: Isabel dos Santos veut poursuivre en justice les médias qui l’accusent

La milliardaire angolaise Isabel dos Santos veut poursuivre en justice les médias qui ont publié une vaste enquête baptisée « Luanda […]

Lire la suite »
23 janvier 2020 Afrique Centrale

Angola: Isabel dos Santos accusée formellement de fraude et blanchiment d’argent

Isabel dos Santos, la fille de l’ex-président angolais José Eduardo dos Santos, est formellement accusée de toute une série de […]

Lire la suite »
18 janvier 2020 Afrique Centrale

Isabel dos Santos aspire à devenir présidente de l’Angola

Lisbonne (© 2020 Afriquinfos)- Malgré toutes les accusations de détournements de fonds publics dont elle fait objet, la milliardaire Isabel […]

Lire la suite »
16 janvier 2020 Afrique Centrale

Angola: accusée de corruption, Isabel dos Santos menace de briguer la présidentielle

La milliardaire Isabel dos Santos, en guerre avec la justice et le gouvernement angolais qui l’accusent de détournements de fonds […]

Lire la suite »
7 novembre 2019 Société

Fortune/Afrique : Isabel Dos Santos et Folorunsho Alakija, seules femmes dans le top 20

Luanda (© 2019 Afriquinfos)- Depuis plusieurs années, elles sont les seules figures féminines du Classement des plus grosses fortunes africaines. La […]

Lire la suite »
5 mars 2018 Non classé

Angola: Isabel dos Santos dément les accusations de détournement de fonds à la Sonangol

Luanda (© 2018 Afriquinfos) –Isabel dos Santos, fille de l’ex-président angolais José Eduardo dos Santos, a démenti lundi tout détournement […]

Lire la suite »
20 décembre 2017 Non classé

Angola : la Sonagol accuse Isabel dos Santos de malversations financières

Luanda (© Afriquinfos 2017)-L’ex patronne de la compagnie pétrolière angolaise Sonangol, fait l’objet d’une enquête.  Isabel dos Santos, l’ancienne PDG […]

Lire la suite »
15 novembre 2017 Non classé

Angola : Isabel dos Santos limogée de la présidence de la compagnie pétrolière nationale

Luanda (© Afriquinfos 2017)-Le nouveau président angolais Joao Lourenço a annoncé mercredi avoir limogé la PDG de la compagnie pétrolière […]

Lire la suite »
5 janvier 2017 Non classé

Angola : Des avocats opposés à la nomination d’Isabel Dos Santos à la tête de Sonangol, font appel

Luanda (© 2017 Afriquinfos)-Des avocats angolais s’opposent à la légalité de la nomination d’Isabel dos Santos,  la fille du président […]

Lire la suite »

Isabel dos Santos, née le 20 avril 1973, est une femme d’affaires angolaise, la femme la plus riche d’Afrique et l’enfant aîné de l’ancien président angolais José Eduardo dos Santos, qui a dirigé le pays de 1979 à 2017. En 2013, selon Forbes, sa valeur nette avait dépassé les 2 milliards de dollars américains, faisant d’elle la première femme milliardaire en dollars américains en Afrique. Forbes a décrit comment dos Santos a acquis sa richesse en prenant des participations dans des entreprises faisant des affaires en Angola, suggérant que sa richesse provient presque entièrement du pouvoir et des relations de sa famille. En novembre 2015, la BBC a nommé dos Santos comme l’une des 100 femmes les plus influentes au monde. 

Depuis 2018, le gouvernement angolais tente de poursuivre Isabel dos Santos pour des délits de corruption passés qui pourraient avoir conduit à la crise de récession en cours en Angola. Cependant, elle reste en exil au Portugal. Le 30 décembre 2019, le tribunal provincial de Luanda a ordonné le gel des comptes bancaires angolais de dos Santos et la saisie de sa participation dans des sociétés locales, dont Unitel et Banco de Fomento Angola. Dans l’intervalle, elle fait l’objet d’une enquête au Portugal et a depuis assumé les Émirats arabes unis comme pays de résidence officiel. Deux semaines plus tard, le gouvernement angolais a annoncé qu’il préparait la bataille juridique pour la confiscation des actifs de dos Santos au Portugal, un processus qui est déjà en cours sous forme de commissions rogatoires envoyées au Portugal pour arrêter le transfert de fonds de Banque commerciale portugaise à une banque russe.

Famille et éducation

Isabel dos Santos est née à Bakou, en Azerbaïdjan RSS, la fille aînée de l’ancien président angolais José Eduardo dos Santos et de sa première femme, la Russe Tatiana Kukanova, qu’il a rencontrée pendant ses études dans la république soviétique d’Azerbaïdjan. Les parents de son père venaient de São Tomé et Príncipe. Elle a fréquenté le pensionnat pour filles de Kent, Cobham Hall School. Elle a étudié le génie électrique au King’s College de Londres. Elle y a rencontré son mari du Zaïre (aujourd’hui République démocratique du Congo), Sindika Dokolo, fils d’un millionnaire de Kinshasa et sa femme danoise.

Carrière

Au cours des 20 dernières années, dos Santos a occupé des postes de direction dans un certain nombre de sociétés cotées sur les bourses européennes. Dos Santos est revenue de Londres au début des années 1990 pour rejoindre son père à Luanda et a commencé à travailler comme ingénieur chef de projet pour Urbana 2000, une filiale du groupe Jembas, qui avait remporté un contrat pour nettoyer et désinfecter la ville. Elle a ensuite créé une entreprise de camionnage. L’utilisation généralisée de la technologie talkie-walkie a ouvert la voie à son incursion ultérieure dans les télécommunications. En 1997, elle a commencé sa première entreprise en ouvrant le Miami Beach Club, l’un des premiers clubs de nuit et restaurants de plage de l’île de Luanda. Pendant près de 20 ans, elle a élargi ses intérêts commerciaux, conduisant à la création de plusieurs exploitations, en Angola et principalement à l’étranger, en effectuant des investissements substantiels dans des entreprises de premier plan, en particulier au Portugal. En juin 2016, elle a été nommée par son père à la présidence de Sonangol, la compagnie pétrolière d’État angolaise. La nomination controversée à la suite de nominations similaires d’enfants du président à des postes clés a été de courte durée, car João Lourenço, le nouveau président angolais, l’a licenciée deux mois seulement après avoir prêté serment. 

Le 30 décembre 2019, le tribunal provincial de Luanda a ordonné la saisie préventive des comptes bancaires personnels de dos Santos, de son mari, Sindika Dokolo, et de Mário Filipe Moreira Leite da Silva. Selon le bureau du procureur général, les trois hommes d’affaires ont conclu des accords avec l’État angolais par le biais des sociétés Sodiam, une société publique de vente de diamants, et Sonangol, la société pétrolière d’État. Avec ces accords, l’État angolais a subi une perte de 1,14 milliard de dollars. Le tribunal a produit un document montrant que les actifs et bien d’autres appartenant à dos Santos avaient été acquis à l’aide de fonds de deux sociétés d’État. Entre-temps, le parquet portugais a révélé qu’une enquête avait été ouverte sur un nombre d’opérations d’Isabel dos Santos, suite à une accusation portée par Ana Gomes, députée portugaise au Parlement européen. Après la saisie, elle a pris les Émirats arabes unis comme pays de résidence officiel.

Investissements au Portugal

Depuis 2008, elle a des intérêts dans les télécommunications, les médias, le commerce de détail, la finance et l’industrie énergétique, tant en Angola qu’au Portugal. En plus de son intérêt commercial dans le pétrole et les diamants, dos Santos détient également des actions dans la cimenterie angolaise Nova Cimangola. Jadeium, une société détenue par dos Santos, a acquis 4,918% des actions de ZON Multimedia auprès de l’Espagne Telefonica. 

Par le biais de la société néerlandaise Unitel International Holdings BV, une société contrôlée par dos Santos, la femme d’affaires angolaise est le principal actionnaire de ZON Multimédia avec 29% depuis juillet 2012. Elle est membre du conseil d’administration de la banque angolaise de Lisbonne, Banco BIC Português  et par le biais de Santoro Holding, elle détient 20% des parts de Banco Português de Investimento. Elle a d’autres participations importantes avec la compagnie pétrolière d’État angolaise Sonangol par le biais de leur holding mutuelle de droit européen, basée aux Pays-Bas, nommée Esperanza Holding, en portugais Galp Energia. Dos Santos est membre fondateur et membre du conseil d’administration de Banco BIC Português, qui a récemment acquis une banque nationalisée.

Depuis novembre 2012, dos Santos est membre non exécutif du conseil d’administration de ZON. En décembre 2012, dos Santos a annoncé l’invitation à une fusion de ZON avec Sonaecom, confirmée en mars 2013 par l’Assemblée générale. Huit mois plus tard, après le feu vert de l’Autorité de la concurrence, la fusion des deux sociétés a été officialisée le 27 août 2013, avec le transfert à ZOPT, un véhicule à vocation spéciale créé pour faire avancer l’opération qui est devenu propriétaire de plus de 50% des le capital du nouveau groupe, les actions que dos Santos et Sonaecom détiennent respectivement sur Zon et Optimus. Il y a eu une augmentation de capital de ZOPT par apport en nature de 50 à 716 millions d’euros, tandis que Sonaecom a souscrit 358 millions d’actions de la société, en livrant 81,8% de sa participation dans Optimus. La femme d’affaires angolaise, à son tour, a souscrit exactement le même nombre d’actions de ZOPT, via ses participations Kento et Unitel International, en fournissant 28,8% de la participation dans ZON. Avec ce transfert de participation dans Optimus et Zon, Sonaecom et dos Santos sont devenus actionnaires de plus de 50% de la société fusionnée : Zon Optimus SGPS. A cette occasion, une nouvelle stratégie pour l’entreprise a été annoncée par dos Santos, avec une vision multimarché. Le 1er octobre 2013, Isabel dos Santos a assisté à la première assemblée générale de Zon Optimus. Les investissements d’Isabel dos Santos au Portugal sont dans des sociétés cotées, qui sont donc soumises à la surveillance officielle de la Commission portugaise des marchés de valeurs mobilières (CMVM). 

En novembre 2014, dos Santos a lancé une offre publique d’achat sur Portugal Telecom, SGPS, S.A., évaluant les actions de l’entreprise à 1,35 € par action, dans ce qui était considéré comme une offre concurrente à une offre précédente de 7 milliards d’euros d’Altice. Bien que l’offre faite par Altice soit sur PT Portugal, pas sur PT SGPS. Le 1er décembre 2014, la femme d’affaires angolaise a officiellement enregistré son offre auprès de la Commission portugaise du marché des valeurs mobilières (Comissão do Mercado de Valores Mobiliários, CMVM, en portugais).

En janvier 2017, Unitel, dirigée par dos Santos, a officialisé l’achat de 2% de Banco Fomento de Angola (BFA) à BPI pour 28 millions d’euros et contrôle désormais 51,9% du capital de la banque. L’opération a été approuvée par les régulateurs du secteur, à savoir la Banque nationale d’Angola (BNA) en décembre 2016. En février 2017, dos Santos décide de vendre sa position dans Banco BPI, suite à l’offre publique d’achat lancée par CaixaBank. Dos Santos est arrivé en 2009, est sorti en 2017 et a gagné plus de 80 millions d’euros : la plus-value de Santos provient non seulement de la vente de la participation de 18,5% sur BPI, mais aussi des dividendes de 2008 et 2009, d’une valeur d’environ 12,6 millions d’euros.

Investissements en Angola

Avec 51% du contrôle de Condis, dos Santos a signé un partenariat avec le groupe portugais Sonae en avril 2011 pour le développement et l’exploitation d’une société de commerce de détail en Angola. L’entrée en Angola du groupe portugais dirigé par Paulo de Azevedo sera effectuée par la Continente (Angola), qui prévoit d’ouvrir le premier supermarché d’ici 2013 en Angola.

Focus sur les télécommunications

Elle a créé Unitel en partenariat avec Portugal Telecom, après un appel d’offres qu’elle a jugé équitable. Également par le biais de Unitel International Holding, une plate-forme pour les investissements Unitel où Portugal Telecom n’est pas présent, elle a acquis l’opérateur mobile T +, au Cap-Vert et a obtenu la licence pour l’établissement du deuxième opérateur de télécommunications à São Tomé et Príncipe. Dans le cadre de cet investissement, dos Santos a annoncé lors d’une visite à São Tomé e Príncipe qu’Unitel investirait dans l’éducation dans le pays pour former des ingénieurs, des gestionnaires et d’autres techniciens et se concentrerait également sur la création d’emplois. 

En 2015, dos Santos détenait une part de l’opérateur de télévision par satellite ZAP, qui avait acquis en décembre 2013 les droits de distribution de Forbes dans un certain nombre de pays lusophones, à savoir le Portugal, l’Angola et le Mozambique. Il avait été annoncé que la majeure partie du contenu serait produite par une équipe locale, complétée par du contenu pour l’édition nord-américaine, permettant ainsi potentiellement d’influencer le contenu de Forbes. Il était initialement prévu que la première édition de la langue portugaise Forbes soit publiée au cours du deuxième trimestre 2014. 

Exploitations

Participations de dos Santos au cours des dernières années :

  • Trans Africa Investment Services, un véhicule basé à Gibraltar fondé avec sa mère pour l’entreprise de diamants
  • Unitel International Holdings B.V .: changement de nom de Kento et Jadeium, basé à Amsterdam, véhicule de société pour l’investissement de dos Santos dans les télécommunications
  • Santoro Finance: véhicule de société pour l’investissement de dos Santos dans Banco BPI basé à Lisbonne
  • Esperaza Holding B.V .: basée à Amsterdam, énergie, pétrole, etc.
  • Condis un commerce de détail basé à Luanda

Luanda Leaks

Le 19 janvier 2020, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a publié un rapport détaillé sur la façon dont dos Santos a amassé sa richesse au fil des ans. Le rapport – qu’il a appelé Luanda Leaks – montre comment elle « a fait fortune au détriment du peuple angolais ».

La nuit du 22 janvier, quelques jours seulement après les fuites, son gestionnaire de fortune personnel et directeur de banque privée Nuno Ribeiro da Cunha a été retrouvé mort dans le garage de sa maison.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés